Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience

Catherine Vilkas
p. 191
Référence(s) :

Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Editions La Découverte, 2009

Texte intégral

1Propulsées sur le devant de la scène scientifique depuis le début des années 2000, notamment par le programme américain « National NanoInitiative » dont l’ambition donne à l’ouvrage son sous-titre, les nanotechnologies représentent pour Bernadette Bensaude-Vincent, philosophe et historienne des sciences, une opportunité de changer les relations entre la science et la société en dépassant l’affrontement entre partisans et opposants de la technoscience, notion qu’elle se propose de clarifier avant de la mettre en débat. En effet, forgé par le philosophe belge Gilbert Hottois dans les années 1970 pour souligner les dimensions opératoires des sciences contemporaines, ce mot échappa ensuite à son inventeur en revêtant plusieurs significations : fréquemment associé aux divers fléaux de la société contemporaine, il désigne également la subordination de la science à la politique et au marché, ainsi que l’inversion de hiérarchie entre science et technique au profit de la seconde, ce que déplore le physicien Jean-Marc Lévy-Leblond. Pourtant, si Bernadette Bensaude-Vincent observe elle aussi que « la science du XXIe siècle vise moins à connaître et comprendre qu’à faire et fabriquer », la première partie du livre, qui retrace «l’archéologie d’un nouveau savoir », n’emprunte pas le chemin d’une critique de la logique utilitariste actuellement dominante. Au contraire, le style devient parfois ironique quand sont rappelées les valeurs qui orientèrent la genèse des structures de recherche françaises avant la Seconde Guerre mondiale. Contre le modèle de science industrielle prôné par le taylorien Henry Le Chatelier, Jean Perrin, qui « comme beaucoup de ses contemporains, croit au miracle », aurait élaboré le concept de la « science pure », activité créatrice désintéressée, autonome vis-à-vis de la technique et propice à l’émancipation humaine ; quant au Palais de la découverte, il « a opportunément servi à inspirer cette foi et à faire accepter par les contribuables l’idée d’une recherche publique indépendante et autonome ». Ce furent le projet américain de la bombe atomique et le rapport Science, the Endless Frontier de Vannevar Bush en 1945 qui auraient ébauché un nouveau régime de savoir. Source d’applications rapides grâce à des collaborations interdisciplinaires efficacement planifiées, elle serait alors devenue affaire d’État, militaire puis économique. Considérablement renforcée depuis le vote du Bayh-Dole University and Small Business Patent Act par le Congrès en 1980, la logique commerciale conduit à transformer les chercheurs en entrepreneurs et à étendre le champ de la brevetabilité en abandonnant la notion de bien public. Les Européens ne sont pas en reste avec l’agenda de « l’économie de la connaissance » défini à Lisbonne en 2000. La science comme activité productive, l’importance décisive de la technique et les travaux sur les instruments eux-mêmes caractérisent alors une technoscience qualifiée de « concept démystificateur » permettant de « dégonfler l’idole de la science pure », en conformité avec la sociologie constructiviste de Bruno Latour.

  • 1 Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives.

2S’y ajoute à partir de 2002 la priorité de la convergence sur laquelle Bernadette Bensaude-Vincent apporte d’intéressantes explications. Pour les auteurs du rapport Converging Technologies for Improving Human Performance, qui ont déjà signé celui sur les nanotechnologies en 2000, il ne s’agit plus seulement de s’affranchir des barrières entre disciplines pour créer un nouveau champ de recherche (telle la science des matériaux) mais d’affirmer l’unification des sciences à l’échelle nanométrique. Mihaïl Roco et William Bainbridge, respectivement ingénieur et sociologue des religions, voient dans la démarche ascendante d’assemblage de « briques élémentaires » (atomes et molécules, gènes, unités d’information, neurones) le principe fédérateur du programme N.B.I.C.1, réunissant nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives, au service d’une augmentation des performances humaines. L’auteur observe à juste titre que le refus de l’idéologie transhumaniste par des académies et la Commission européenne ne remet pas en cause la notion de convergence ni l’abandon de la connaissance gratuite. Au contraire, des deux côtés de l’Atlantique, les sciences humaines et sociales se trouvent même mobilisées pour favoriser l’acceptabilité d’innovations compétitives, engendrées par la fusion de la science et de la technique. Celle-ci participe d’un effacement général des frontières affirmé dans la deuxième partie de l’ouvrage : entre homme et machine, quand la prolifération des dispositifs techniques médicaux, informatiques, etc., fait resurgir la figure imaginaire du cyborg et les ambitions de l’éphémère cybernétique ; entre espèces d’organismes différentes avec la création de chimères en biologie ; entre nature et artifice, distinction que les multiples interventions humaines rendraient définitivement obsolète, avec pour corollaire l’essor du brevet. La tentation pour le philosophe de déclarer advenue l’ère post-moderne semble d’autant plus forte qu’ingénieurs et chercheurs ne cessent de repousser les contraintes de la matière dans un « monde plat » peuplé d’êtres hybrides : miniaturisation et dématérialisation en électronique, matériaux composites conçus pour des tâches spécifiques, synthèse chimique de nouvelles molécules, biologie synthétique,... La nature n’a pas disparu mais s’est transformée en modèle à imiter ou en boîte à outils, qui fournit en 1986 à l’ingénieur Eric Dexler, inspiré par le fameux « there is plenty of room at the bottom » du physicien Richard Feynman suite à la découverte du code génétique, les ingrédients d’une « manufacture moléculaire » rêvée et controversée.

3La dernière partie du livre, consacrée aux « questions de gouvernance », révèle la stratégie de ce promoteur de nanotechnologies : proposer des scenarii prospectifs sur leurs conséquences, positives ou négatives, procure une image de responsabilité tout en affirmant leur caractère inéluctable, tandis que les opposants militants sont qualifiés d’irrationnels. Si le lecteur se demande alors où situer des scientifiques lanceurs d’alerte, ni partisans inconditionnels de technoscience ni irréductiblement hostiles au progrès, il trouve en partie la réponse dans les pages suivantes, qui préconisent de reconnaître la pluralité et l’ambiguïté des intérêts afin d’éviter une lecture conflictuelle dichotomique. Renonçant à la représentation d’une science amorale, c’est par un accompagnement éthique qui dépasse la simple consultation de comités et une auto-régulation professionnelle, déjà amorcée dans les années 1970, que les scientifiques devraient parvenir à une « recherche responsable ». Mais l’on ne peut manquer de s’interroger : comment s’appuyer sur des mécanismes éminemment sociaux tels que des principes et des normes dans un univers où des entités hétérogènes interagissent entre elles, puisque les frontières ont été abolies entre le vivant et l’inerte, les humains et les objets, le scientifique et le politique,…? Et quelles valeurs retenir alors que la vision d’ingénieur et la gestion managériale de la science, avec objectif à court terme et feuille de route, tendent à l’emporter ? La participation citoyenne au sein de divers forums (conférences de consensus, jurys citoyens, focus group,…) est alors proposée pour parvenir à « co-construire » les trois pôles – nature, technique et société – d’une démocratie technique. L’auteur ne pêche pas par un optimisme exagéré en exposant également certaines limites aux solutions préconisées et l’on ne peut qu’approuver sa recommandation finale d’éviter une convergence qui concentre les ressources sur un ou deux buts, afin de sauvegarder une diversité épistémique.

Haut de page

Notes

1 Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vilkas, « Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 191.

Référence électronique

Catherine Vilkas, « Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/101

Haut de page

Auteur

Catherine Vilkas

Maître de conférences, Université de Limoges – GRESCO

Articles du même auteur

  • Regroupant toutes les disciplines scientifiques, le CNRS offre un terrain propice à la « recherche sur la recherche », outre la philosophie et l’histoire des sciences. Comment à partir de la décennie 1960 l’Etablissement a-t-il soutenu ou incité des chercheurs à étudier d’autres chercheurs ? 
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org