Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche

Point de vue : bâtir une histoire animale

How to build an animal’s history
Eric Baratay
p. 67-68

Résumés

Il est temps de bâtir une véritable histoire animale, mettant les animaux au centre du propos, évoquant les comportements et les sociabilités, abordant leurs fluctuations dans le temps, expliquant mieux les relations avec les hommes et leurs évolutions, en croisant les approches historiques avec celles de l’écologie et de l’éthologie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Baratay Éric, Mayaud Jean-Luc, « Un champ pour l'histoire : l'animal », Cahiers d'histoire, 42, 3-4 (...)

1Depuis l’ouverture du chantier Animaux, les sciences humaines et sociales, l’histoire en particulier, développent un intérêt quasi exclusif pour son versant humain, pour les utilisations, les actions et les représentations humaines1. Ces approches m’apparaissent peu satisfaisantes, après les avoir pratiquées, parce qu’elles ont créé puis entretenu un trou noir au centre de leur propos : les animaux en tant qu’êtres vivants, souvent oubliés ou transformés en prétextes d’étude, en objets sur lesquels s’exerceraient sans conséquence les représentations, les savoirs et les pratiques. L’histoire des animaux écrite depuis trente ans est en fait une histoire humaine des animaux.

  • 2 Lestel Dominique, Les origines animales de la culture, Flammarion, Paris, 2001 ; Christen Yves, L’a (...)
  • 3 Bailly Jean-Christophe, Le versant animal, Bayard, Paris, 2007 ; Despret Vinciane, Penser comme un (...)

2Il faut sortir de cette approche qui présente l’inconvénient d’appauvrir le thème pourtant dialectique des hommes et des animaux, de le réduire à un champ à pôle unique (hommes) et à sens unique (des hommes vers/sur les animaux) en oubliant une grande part de sa réalité et de sa complexité. Il faut plutôt se pencher sur l’influence des animaux dans les relations avec les hommes, sur leur véritable rôle d’acteur alors que l’éthologie insiste, pour un nombre croissant d’espèces, sur leurs comportements individuels, leurs sociabilités, leurs cultures de groupes, en rendant intenables les approches purement humaines2. Il est nécessaire de s’intéresser au versant animal3 pour mieux comprendre cette relation, mais aussi pour connaître ces êtres-acteurs vivants, qui méritent d’être étudiés pour eux-mêmes, et pour bâtir une histoire animale.

  • 4 Beck Corinne, Fabre Éric, « Interroger le loup historique ? Entre la biologie et l'histoire : un di (...)

3Cela veut dire qu’il faut élargir la définition de l’histoire, la faire passer de science de l’homme dans le temps à science des vivants dans le temps, et qu’il faut lire autrement les documents disponibles, surtout d’origine humaine. Il peut sembler paradoxal d’utiliser ces documents pour retrouver les faits et gestes d’animaux, d’autant que les hommes ne s’intéressent qu’à quelques espèces et quelques aspects pour lesquels ils n’ont retenu que ce qu’ils pouvaient et voulaient voir, en déformant la réalité avec leurs imaginaires, leurs intérêts, leurs certitudes d’une espèce, d’une société, d’une époque. Mais ces problèmes se posent tout autant pour l’histoire humaine où l’on doit souvent passer par des intermédiaires - pour les paysans par exemple - et toujours décrypter les grilles culturelles. Ici, la difficulté est plus grande mais pas radicalement différente. En revanche, pour bien lire les documents, l’histoire a besoin du concours de l’écologie, afin de restituer les milieux concernés, d’estimer leurs influences sur les comportements4, et de l’éthologie pour interpréter ces comportements, donc de pratiquer un dialogue avec les sciences dites de la nature, mais qui ne doit pas plus rebuter que ceux entrepris avec l’économie, la démographie, la sociologie, etc.

  • 5 Baratay Éric, Le Point de vue animal, une autre version de l'histoire, Seuil, Paris, 2012.
  • 6 Baratay Éric, Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, Cnrs éditions, Paris, 2013.
  • 7 Herzfeld Chris, Wattana. Un orang-outan à Paris, Payot, Paris, 2012.
  • 8 Baratay Éric, « Pour une histoire éthologique et une éthologie historique », Études rurales, 189, 1 (...)

4Cela dit, mes recherches visent à développer trois histoires animales. La plus simple à bâtir, car les documents abondent, est celle de l’enrôlement des animaux dans les grands phénomènes historiques pour voir comment ils les ont vécus dans leur chair et leur tête5, qu’ils soient chevaux de mine, vaches laitières, taureaux de corridas, chiens intégrés dans les familles modernes, animaux enrôlés dans les guerres6..., et comment ces vécus ont influé sur la relation avec les hommes et les comportements de ces derniers, mal analysés sans cela. La seconde histoire aborde la question des individus, de leur personnalité et des transformations au fil des générations par le biais de biographies animales, en priorité pour les animaux célèbres qui ont fait produire quantité de témoignages7. Enfin, une histoire éthologique8 doit travailler l’hypothèse d’une incessante adaptation des espèces, des groupes, des individus aux conditions écologiques et humaines, donc d’une fluctuation des comportements et des sociabilités, dans un croisement interdisciplinaire où chaque science peut apporter beaucoup à l’autre pour développer une histoire du comportement animal, de ses modes de construction et de transmission, de ses strates temporelles, donc des cultures animales.

Haut de page

Notes

1 Baratay Éric, Mayaud Jean-Luc, « Un champ pour l'histoire : l'animal », Cahiers d'histoire, 42, 3-4, 1997, p.409-442 ; Baratay, Éric, « Les socio-anthropo-logues et les animaux », Sociétés, 108, 2, 2010, p.9-18.

2 Lestel Dominique, Les origines animales de la culture, Flammarion, Paris, 2001 ; Christen Yves, L’animal est-il une personne ? Flammarion, Paris, 2009.

3 Bailly Jean-Christophe, Le versant animal, Bayard, Paris, 2007 ; Despret Vinciane, Penser comme un rat, Quae, Versailles, 2010.

4 Beck Corinne, Fabre Éric, « Interroger le loup historique ? Entre la biologie et l'histoire : un dialogue interdisciplinaire », in Moriceau Jean-Marc, Madeline Philippe (dir.), Repenser le sauvage grâce au retour du loup, Maison des sciences humaines, Caen, 2010, p.13-21.

5 Baratay Éric, Le Point de vue animal, une autre version de l'histoire, Seuil, Paris, 2012.

6 Baratay Éric, Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, Cnrs éditions, Paris, 2013.

7 Herzfeld Chris, Wattana. Un orang-outan à Paris, Payot, Paris, 2012.

8 Baratay Éric, « Pour une histoire éthologique et une éthologie historique », Études rurales, 189, 1, 2012, p.91-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Baratay, « Point de vue : bâtir une histoire animale », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 67-68.

Référence électronique

Eric Baratay, « Point de vue : bâtir une histoire animale », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/1012 ; DOI : 10.4000/hrc.1012

Haut de page

Auteur

Eric Baratay

Professeur d’histoire contemporaine, université Lyon 3, UMR Larha

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org