Navigation – Plan du site

Article

  • Ivan Brissaud
    Beaucoup de phénomènes évoluent, comme les séismes, de façon continue avec des sauts marqués qui signent des changements quantitatifs. Ces sauts se manifestent, soit selon un rythme accéléré vers un temps critique (précurseurs), soit selon un rythme décéléré (répliques) à partir d’un temps critique qui est l’instant d’un changement brutal (exemple : les séismes, les crises économiques, les guerres…). Ces phénomènes ont été longtemps ignorés faute d’outils théoriques. Depuis une quinzaine d’années des interprétations ont été proposées dans le cadre de lois-puissance nécessitant des corrections log-périodiques. Ainsi ont été étudiées l’évolution de plusieurs espèces animales et de diverses activités humaines de nature politique, artistique, sportive.et, même, monastique. L’accroissement de la complexité et ses effets au cours de l’évolution sont mis en valeur.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015
  • Michel Morange
    Ivan Brissaud propose dans son article que la Théorie de la relativité d’échelle (appelée TRE dans la suite de ce texte) et les modèles log-périodiques qui en découlent soient utilisés en histoire des sciences. Élaborés par Laurent Nottale, ils ont été appliqués jusqu’à présent à des phénomènes physiques (en astronomie, géophysique), biologiques, économiques et même artistiques. Les deux exemples discutés dans la contribution d’Ivan Brissaud sont celui de la découverte des éléments chimiques, et du développement des accélérateurs de particules. Les résultats ont été déjà présentés dans deux articles (1, 2).
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015
  • Laurent Nottale
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015
Retour à l’index
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org