Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche
Débats et controverses

Commentaire sur l’article d’Ivan Brissaud

Ivan Brissaud propose dans son article que la Théorie de la relativité d’échelle (appelée TRE dans la suite de ce texte) et les modèles log-périodiques qui en découlent soient utilisés en histoire des sciences. Élaborés par Laurent Nottale, ils ont été appliqués jusqu’à présent à des phénomènes physiques (en astronomie, géophysique), biologiques, économiques et même artistiques. Les deux exemples discutés dans la contribution d’Ivan Brissaud sont celui de la découverte des éléments chimiques, et du développement des accélérateurs de particules. Les résultats ont été déjà présentés dans deux articles (1, 2).
Log periodicity and scientific research: analyzing two historical examples
Michel Morange
p. 80-82

Résumés

Dans le cadre de la Théorie de la relativité d’échelle (TRE) proposée par L. Nottale, nous avons étudié un certain nombre d’évolutions appartenant à différents domaines de l’activité humaine (musique, art, économie, ski, guerres…). Nous présentons ici deux analyses relevant de l’histoire des sciences. Le but est de vérifier que ces deux travaux sont parfaitement cohérents avec les autres études que nous avons menées et, surtout, avec les résultats de L. Nottale, J. Chaline et P. Grou dans des disciplines fort diverses. En conclusion toutes les évolutions visitées confirment un accord parfait avec un comportement log-périodique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Remarques préliminaires
Les faits sélectionnés
L’arbitraire de l’interprétation
Si de telles lois existaient, quelle serait leur signification ?
Conclusion

Aperçu du texte

Remarques préliminaires

Il s’agit d’une extension à ce nouveau domaine d’une approche que l’auteur a déjà lui-même appliquée précédemment à des questions très diverses : les révolutions artistiques, l’histoire de la musique de jazz (3), et la fondation des ordres religieux (4).

Un lecteur, historien des sciences, sera sans doute dubitatif sur l’intérêt pour sa discipline des deux études présentées ici. La date de découverte de chaque élément chimique n’a que peu d’intérêt pour un historien de la chimie. Même celle des innovations ayant permis ces découvertes, rassemblant des phénomènes de natures très différentes, ne l’intéressera guère. Les dates de développement des accélérateurs relèvent plus d’une histoire des innovations que de l’histoire de la physique. Dans le premier cas, l’historien de la chimie sera bien plus intéressé par l’histoire des conceptions chimiques sur la nature des éléments, les relations qui existent entre eux, et la possibilité de les classer. Dans le second c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morange, « Commentaire sur l’article d’Ivan Brissaud », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 80-82.

Référence électronique

Michel Morange, « Commentaire sur l’article d’Ivan Brissaud », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/1033 ; DOI : 10.4000/hrc.1033

Haut de page

Auteur

Michel Morange

Michel Morange est professeur de biologie à l’École normale supérieure et à l’université Paris 6. Il dirige le Centre Cavaillès d’histoire et de philosophie des sciences de l’ENS (République des savoirs : lettres, sciences, philosophie, USR 3608). Il est spécialiste de l’histoire de la biologie au XXe siècle.

Articles du même auteur

  • Un retour du vitalisme ? [Texte intégral]
    Analyse et réflexions suggérées par la lecture de deux ouvrages :Nouvel Pascal, Repenser le vitalisme, Presses universitaires de France, Paris, 2011 et Normandin Sebastian and Wolfe Charles T. (eds), Vitalism and the Scientific Image in Post-Enlightment Life Science, 1800-2010, Springer, New York, 2013.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013
  • Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org