Navigation – Plan du site
Dossier : l'animal, enjeu de la recherche
Analyses d'ouvrages

Kurt W. Beyer, Grace Hopper and the Invention of the Information Age

Anne Collinot
p. 89-90
Référence(s) :

Kurt W. Beyer, Grace Hopper and the Invention of the Information Age, Cambridge, MA, The MIT Press, 2009, 403 p.

ISBN 9780262517263

Texte intégral

1L’attaque japonaise sur Pearl Harbor au matin du dimanche 7 décembre 1941 a profondément transformé l’Amérique. Elle a aussi marqué un tournant décisif dans la vie de Grace Murray Hopper (1906-1992). Mathématicienne de formation et officier de la marine américaine par engagement, Grace Hopper fut une pionnière du développement de la programmation des ordinateurs.

2Kurt W. Beyer, l’auteur de Grace Hopper and the Invention of the Information Age, a été professeur à l’Académie navale des États-Unis (après y avoir étudié). Il donne actuellement des conférences sur les processus d’innovation technologique en particulier à la Business School de l’université de Californie. Co-fondateur d’une société de services spécialisée dans les supports numériques, il est l’auteur de plusieurs brevets pour le traitement des données à haut-débit. Il admet volontiers que le personnage de Grace Hopper a influencé ses choix professionnels : d’abord officier de la marine, il a intégré le monde académique de l’histoire des sciences et des technologies à l’université de Californie à Berkeley et obtenu un PhD intitulé « Programming Innovation Within the Early Computer Industry » avant d’embrasser le métier d’entrepreneur dans les technologies de l’information.

3Fort de son admiration pour la pionnière et de son goût pour l’innovation, Kurt Beyer signe une biographie qui vise à éclairer l’essor de l’industrie informatique au travers de la carrière étonnante de Grace Hopper. Ce faisant, il suggère que l’invention de la programmation préside à l’avènement de l’âge de l’information.

4De sa formation à l’École navale, Hopper garde le souvenir d’une étape marquante sur le chemin de la liberté :

5[…] tout à coup, je n’avais plus rien à décider, tout était réglé. Je n’avais même pas à prendre la peine de décider comment j’allais m’habiller le matin ; c’était là. Je prenais ma tenue et l’enfilais. Alors pour moi tout d’un coup j’étais soulagée de toutes les décisions secondaires. […] Je n’avais même pas à décider ce que j’allais préparer pour le dîner… Tout cela avait disparu. Je me suis épanouie. J’ai joui de la liberté la plus grande que j’aie jamais eue… (p. 33)

6Cette liberté, c’est celle qui offre à l’esprit créatif et tenace les prémisses idéales pour l’accomplissement d’une mission. En composant la biographie de Grace Hopper autour d’un moment pivot, Beyer adopte les conventions du roman d’apprentissage : l’entrée en guerre des États-Unis d’Amérique révèle, à l’échelle individuelle, un passage critique qui permet l’amorce d’un tournant vers la voie de l’innovation. Inversement, la découverte d’une liberté inédite signe, à l’échelle collective, les premiers balbutiements d’un nouvel âge, celui de l’information : dans un enchaînement saisissant, le récit du « tournant existentiel » de Hopper mène à celui des origines de la programmation.

  • 1 Le premier langage à utiliser des mots, permettant de décrire les opérations d’un organigramme (flo (...)

7La première phase de cette biographie, qui précède le moment de la conversion, prépare habilement le terrain de l’innovation. Grace Brewster Murray naît le 9 décembre 1906 à New York. Elle reçoit une solide éducation scientifique, au sein d’une famille cultivée. Après des études au prestigieux collège féminin de Vassar, elle est la première femme à obtenir un doctorat de mathématiques à l’université de Yale (1934). Elle épouse en 1930 Vincent Hopper, professeur de littérature, dont elle divorce quinze ans plus tard. Grace Hopper enseigne les mathématiques à Vassar College. Elle développe alors les qualités qui lui seront précieuses pour élaborer son système d’invention (« her innovative style », p. 46) : la curiosité dont elle fait preuve dans son activité d’enseignement, une aptitude à maîtriser de nouveaux domaines de connaissance, un art pour transmettre un savoir et une capacité à fournir un formidable effort de travail. Hopper s’engage dans la marine américaine en 1943. Elle est affectée à l’équipe de Howard Aiken à l’université de Harvard pour travailler sur le Mark I (Automatic Sequence Controlled Calculator), faisant ainsi ses premiers pas sur les terres inhospitalières de l’innovation : le calculateur programmable est présenté comme un monstre mécanique qu’il faut dompter, c’est-à-dire… programmer. La tâche est ardue et l’ambiance de travail est sévère. Bien que Hopper parvienne à gagner la confiance du peu amène Aiken, elle rejoint la compagnie Eckert & Mauchy, dès la fin de la seconde guerre mondiale, pour travailler sur l’UNIVAC (UNIVersal Automatic Computer). Elle défend l’idée, alors novatrice, qu’un programme doit être écrit dans un langage évolué (proche de l’anglais), vérifiable et plus souple qu’un langage composé d’instructions codées en binaire. En d’autres termes, il s’agit de s’affranchir de la tutelle de la machine : Hopper a montré la nécessité de trouver un compromis entre la performance de la machine et la performance du couple homme-machine. Elle mit au point un premier compilateur qui traduisait des symboles mathématiques en code binaire, puis un second (qui devint le langage FLOW-MATIC1), conçu pour le traitement de tâches typiques telles que la facturation et la paie, permettant de transmettre des instructions en anglais à l’ordinateur. Ses travaux sont à l’origine du langage COBOL (COmmon Business Oriented Language) et on lui doit l’existence, aujourd’hui, de langages informatiques utilisables par des non-mathématiciens. Hopper apparaît donc, en quelque sorte, comme la fondatrice des métiers de la programmation, pour peu que cette activité soit bien comprise comme une procédure conviviale et partagée par un grand nombre. À l’âge de 86 ans, Hopper travaille encore comme consultante pour Digital Equipment, avant de décéder, en 1992.

8Si Beyer ne manque pas de rappeler le mythe qui entoure le personnage de Grace Hopper, c’est pour tenter de s’en distancer. Néanmoins, par un subtil effet de réverbération, quelques lueurs hagiographiques traversent ce qui est avant tout le récit d’une innovation magistrale. L’agenda du biographe est manifeste. L’enquête biographique vise à reconstituer l’histoire d’un geste novateur : la programmation des ordinateurs est une activité qu’il a fallu concevoir de toutes pièces. C’est aussi une création collective. La construction narrative du parcours et des contributions de Hopper permet au biographe, d’une part, d’élucider la création d’un savoir-faire technologique – la programmation – et, d’autre part, de défendre la thèse de l’invention distribuée, à partir notamment de la démarche coopérative qui a sous-tendu la conception du langage COBOL, dont Hopper a été le chef d’orchestre. Elle a créé et rempli le rôle d’instrument collaboratif (l’aptitude de Hopper à collaborer – « collaborative abilities » – est soulignée à maintes reprises par Beyer, ce dernier considérant cette qualité comme un des ingrédients majeurs de l’innovation ou de l’invention) en instaurant un principe d’échanges d’information et de retours d’expérience au sein de la communauté naissante des programmeurs. Le concept d’invention distribuée repose sur une vision de groupe et s’oppose à la notion de l’inventeur à l’égal du génie héroïque, retiré dans son laboratoire ou dans son garage. Beyer suggère que l’ingénierie libre et les mouvements Open Source, loin d’être révolutionnaires, en sont les héritiers.

9Le pionnier n’est jamais complètement isolé dans son invention dont le produit est destiné à une postérité collective. Cependant, il peut demeurer seul dans sa vie ou éprouver une solitude intérieure dont il semble que Hopper ait connu les aspects les plus ténébreux à travers l’alcoolisme et la dépression. Cette femme, durement qualifiée de problem-solver par son biographe, a consacré plus de la moitié de sa vie à l’éducation des ordinateurs (« the education of a computer », p. 220). Vu sous cet angle, l’âge de l’information semble s’être forgé dans une ère peuplée de dragons mécaniques, qu’il ne s’agissait pas de terrasser comme l’aurait fait l’archange saint Michel, mais avec lesquels il fallait, avec non moins de bravoure, apprendre à communiquer.

Haut de page

Notes

1 Le premier langage à utiliser des mots, permettant de décrire les opérations d’un organigramme (flow-chart) sous la forme d’instructions – dans la langue anglaise – qui seront traduites automatiquement dans le langage de calcul de l’UNIVAC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Collinot, « Kurt W. Beyer, Grace Hopper and the Invention of the Information Age  », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015, 89-90.

Référence électronique

Anne Collinot, « Kurt W. Beyer, Grace Hopper and the Invention of the Information Age  », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/1039

Haut de page

Auteur

Anne Collinot

CNRS, Centre Alexandre Koyré, UMR 8560.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org