Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Science, société, pouvoir, argent : autant d’enjeux qui, depuis quelques siècles, se trouvent fortement entremêlés. Déjà en 1702, Fontenelle, le secrétaire de l’Académie royale des sciences, soulignait dans la préface qu’il écrivit pour le premier volume de la série intitulé Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématiques et de physiques pour la même année, que la connaissance scientifique ne peut se développer sans un soutien des pouvoirs politiques et financiers et donc aussi sociétaux : « Pour cet amas de matériaux, il n’y a que des compagnies et des compagnies protégées par le Prince qui puissent réussir à le faire et à le préparer. Ni les lumières, ni les soins, ni la vie, ni les facultés d’un particulier n’y suffisent. Il faut un trop grand nombre d’expériences, il en faut de trop d’espèces différentes, il faut trop répéter les mêmes, il les faut varier de trop de manières, il faut les suivre trop longtemps avec le même esprit(…) ».

2La situation d’interdépendance pointée par Fontenelle s’est considérablement renforcée au cours du XXe siècle et, en particulier, après la seconde guerre mondiale. La sociologie des sciences a pris son envol dans ce contexte, nourri par la guerre froide, lorsque les enjeux technico-industriels et économiques (liés entre autres à la Big science, et à la conquête spatiale) sont devenus prépondérants dans la construction des connaissances et qu’il convenait d’éclairer les choix et les actions du politique.

3Ce numéro de la Revue vise à rendre compte de l’histoire, des méthodes et des questionnements propres à ce qu’il est convenu d’appeler maintenant la sociologie des sciences. Ce jeune champ disciplinaire oriente ses recherches suivant trois axes privilégiés : le rôle des innovations techniques dans les transformations sociales ; la vie des communautés scientifiques (les laboratoires et les réseaux) ; les rapports entre l’autonomie indispensable des chercheurs (la recherches libre et non finalisée) et les réponses bien naturelles qui doivent être fournies aux demandes du politique.

4Je me permettrai de formuler, avant que le lecteur ne s’engage dans ce dossier, quelques interrogations qui me semblent, dans le cadre de ces travaux, mériter un peu d’attention : y a-t-il une définition de la science sous-jacente à la sociologie des sciences et quelle est-elle, ou, plus précisément, comment distinguer, et cela est-il nécessaire, entre science et technique dans ces approches ? Peut-on comprendre la connaissance scientifique indépendamment d’un mouvement interne et spécifique lié aux développements de problèmes qui traversent les siècles (continu/discontinu, fini/infini, mathématisation…) ? La connaissance scientifique, quoiqu’elle soit portée par des hommes et des femmes et nourrie par leurs querelles ainsi que par leurs intérêts particuliers, ne s’inscrit-elle pas, cependant, dans une continuité les dépassant, qui s’appelle la construction de l’humanité en tant qu’humanité ?

5Ces quelques interrogations et remarques confirment toute l’importance de ce dossier pour comprendre le sens de l’activité scientifique tout autant que ses implications dans la vie économique et sociétale.

6Ce dossier n’est pas le tout de ce numéro de la Revue. On y découvre également des varia concernant, d’une part, le rôle de l’informatique dans l’enseignement en 1970 et, d’autre part, l’histoire de le SHESL (Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage).

7Bonnes réflexions et bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 104-105.

Référence électronique

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/1050

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org