Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

La politique scientifique du CNRS pour la « recherche sur la recherche »

Regroupant toutes les disciplines scientifiques, le CNRS offre un terrain propice à la « recherche sur la recherche », outre la philosophie et l’histoire des sciences. Comment à partir de la décennie 1960 l’Etablissement a-t-il soutenu ou incité des chercheurs à étudier d’autres chercheurs ? 
The scientific policy of the CNRS regarding research on research
Catherine Vilkas
p. 118-130

Résumés

Nous nous intéressons ici à la branche de la sociologie qui prend pour objet les sciences elles-mêmes et dont l’émergence dans l’hexagone fut le fait de quelques précurseurs au cours des années 1960-1970, avant un déploiement dans d’autres directions lors des décennies suivantes. Plusieurs modes d’intervention furent utilisés au CNRS pour renforcer ce domaine, avec plus ou moins de succès. Du groupe de travail au financement incitatif sur programme, de la création d’équipe à celle d’une commission d’évaluation, les instruments de pilotage mobilisés permirent d’accroître les études sociales des sciences sans toutefois structurer véritablement une « communauté scientifique ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Le temps des précurseurs
Les instruments d’une politique scientifique 
Réseaux, groupes de travail et séminaires
— Actions concertées et Actions thématiques programmées
Le soutien aux équipes de recherche : l’exemple du Groupe d’études et de recherches sur la science (GERS)
Le programme Science-technologie-société (STS)
La Commission interdisciplinaire 53 du Comité national
Conclusion

Aperçu du texte

Quel rôle le CNRS a-t-il joué dans le développement de la sociologie des sciences ? Quels modes d’action ses dirigeants ont-ils utilisés pour soutenir ce domaine qui accusait un retard par rapport aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, retard attribué à une tradition dominante de philosophie et d’histoire des sciences moins empirique que dans les pays anglo-saxons (Berthelot, Martin, Collinet, 2005 ; Wolton, 1984) ? Ces questions nous invitent à revenir sur quelques étapes de l’élaboration et de la mise en œuvre d’une politique de la recherche dans un secteur des Sciences humaines et sociales (SHS) assez récent. La période concernée est marquée par plusieurs innovations en matière de politique de recherche :

  • au niveau du CNRS, de nouveaux dispositifs qui visent à structurer davantage les équipes et à consolider l’exécutif pour mieux accompagner la croissance rapide de l’organisme, laissant l’évaluation des équipes et des chercheurs à l’instance représentative consultative du Comité...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vilkas, « La politique scientifique du CNRS pour la « recherche sur la recherche » », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 118-130.

Référence électronique

Catherine Vilkas, « La politique scientifique du CNRS pour la « recherche sur la recherche » », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/1084 ; DOI : 10.4000/hrc.1084

Haut de page

Auteur

Catherine Vilkas

Catherine Vilkas, ingénieur agronome et docteur en sociologie, est maître de conférences à l’Université de Limoges, membre du laboratoire GRESCO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org