Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Entretien avec Gérard Lemaine

Témoignage sur l’émergence de la sociologie des sciences en France
Interview with Gérard Lemaine. An account of the emergence of the sociology of science in France
Gérard Lemaine
p. 131-136

Résumés

L’action du CNRS en faveur de l’étude des sciences s’organise à la fin des années soixante. Alors à la tête du Groupe d’études et de recherches sur la science, Gérard Lemaine décrit ses premières enquêtes sur le travail scientifique, les disciplines et les controverses et s’interroge sur leur impact.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

D'où vient votre intérêt pour l'étude des sciences ? Comment s'est opérée la transition de l'étude des comparaisons interpersonnelles vers celle des milieux de recherche ?
Au milieu des années soixante, la sociologie des sciences n'a pas encore d'existence en tant que spécialité en France. Comment parvenez-vous alors à obtenir le soutien du CNRS ?
C'est donc à ce moment que germe l'idée de constituer un groupe de recherche dédié à l'étude des sciences ?
Vous avez évoqué vos liens indirects, à travers B.P.Lécuyer, avec Lazarsfeld et surtout Merton, tous deux bien établis à l'université Columbia à New York. Cette tradition américaine de sociologie des sciences a-t-elle été utile pour vos travaux ?
Cette sociologisation d'un débat initialement philosophique vous amène à développer des recherches centrées, tout autant sur les connaissances produites par les chercheurs, que sur les formes de leur organisation collective. On retrouve ce positionnement avec le réseau Parex au début des années soixante-dix ?
De l'étude de l'hétérogénéité des communautés à celle de la division du travail scientifique, il y a un pas que vous franchissez avec l'ouvrage Noopolis en 1982 ?
Les sociologues des sciences ont l'habitude de décrire le développement de leur spécialité comme une succession de « vagues » : la vague des « études de laboratoire », celle des « études de controverse », etc. Vous avez vous même contribué à cette seconde vague dans les années quatre-vingt ?
Avec le recul, quelle influence peut avoir l'étude des sciences sur le cours des sciences ?

Aperçu du texte

D'où vient votre intérêt pour l'étude des sciences ? Comment s'est opérée la transition de l'étude des comparaisons interpersonnelles vers celle des milieux de recherche ?

Mon domaine d'origine est effectivement celui de la psychologie sociale. Lorsqu'en 1961, je commence mes enquêtes sur les « milieux de recherche » c'est parce-que ceux-ci offrent, à mes yeux, des situations « naturelles » plus favorables que les situations « contraintes » de la psychologie sociale pour l'exploration des processus de comparaison sociale formulés en 1954 dans l'article d'un psychologue social américain. Cette théorie postule que, chez tout individu, il existe une tendance à estimer ce que l'on est et, lorsque manquent les moyens objectifs, on fera une telle évaluation, en se comparant à des gens semblables à soi.

Ce désir « primordialiste » de se connaître aussi bien que possible me paraissait curieux au plan psychologique. Dans la recherche scientifique, se comparer à autrui vise plus à prendre de l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Lemaine, « Entretien avec Gérard Lemaine », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 131-136.

Référence électronique

Gérard Lemaine, « Entretien avec Gérard Lemaine », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/1093 ; DOI : 10.4000/hrc.1093

Haut de page

Auteur

Gérard Lemaine

Gérard Lemaine, fondateur du Groupe d'études et de recherches sur la science (GERS), est ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est à l'origine, avec Roy McLeod, du réseau de recherche européen Parex qui deviendra, au milieu des années soixante-dix, l'European Association for the Study of Science and Technology (EASST). Parmi ses publications : Perspectives on the Emergence of Scientific Disciplines, Mouton & Co - Maison des sciences de l’homme, 1976 (avec Roy Macleod, Michael Mulkay et Peter Weingart) ; Stratégies et choix dans la recherche. À propos des travaux sur le sommeil, Mouton & Co - Maison des sciences de l’homme, 1977 ; Noopolis. Les laboratoires de recherche fondamentale : de l'atelier à l'usine, Éditions du CNRS, 1982 ; Hommes supérieurs, hommes inférieurs : la controverse sur l’hérédité de l’intelligence, Armand Colin, 1985 (avec Benjamin Matalon).

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org