Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Entretien avec Terry Shinn

Témoignage sur l’émergence de la sociologie des sciences en France
Interview with Terry Shinn. An account of the emergence of the sociology of science in France
Terry Shinn
p. 137-141

Résumés

L’effervescence intellectuelle du domaine Science-technique- société marque une génération de chercheurs dans les années soixante-dix. Terry Shinn, ancien élève de Fritz Ringer, rappelle la dynamique internationale du domaine et certaines des controverses qui continuent parfois à l’agiter.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Revenons tout d’abord sur votre arrivée en France à la fin des années soixante. Quelle est votre formation initiale ? De quelle manière percevez-vous alors le milieu des études sur la science de l’époque ?
Au début des années soixante-dix l’heure était-elle déjà aux STS ?
Vous avez évoqué rapidement votre participation au comité du Sociology of Sciences Yearbook. La première collection internationale d’ouvrages dédiée à l’étude des sciences. Richard Whitley a décrit les origines mais également quelques épisodes marquants de la vie de ce comité, notamment à Berlin…
Revenons un instant sur la période des années 1970. Cette époque est l’occasion de débats parfois très vifs entre sociologues et philosophes, notamment suite à la relecture sociologique des travaux de l’historien et physicien Thomas Kuhn. Quelle était votre position par rapport à ces controverses ?
Vous soulevez ici un problème qui intéresse de nombreux apprentis sociologues des sciences. Jusqu’à quel point le sociologue doit-il se faire physicien pour étudier la physique, biologiste pour étudier la biologie, etc. ? Quel type de rapport le sociologue doit-il entretenir avec les acteurs et savoirs qu’il étudie ?
D’où vient votre intérêt pour la recherche technico-instrumentale ? Dans quelle mesure votre travail sur les instruments scientifiques ouvre-t-il la voie à une réflexion plus large sur la diversité des régimes d’activité scientifique ?
Pouvez-vous décrire plus précisément la nature du régime transversal en science de même que son rapport avec un régime nettement plus connu, celui des disciplines scientifiques ?
Vous avez exposé votre approche générale des régimes de l’activité scientifique d’abord dans des articles pour la Revue française de sociologie ou Social Science Information puis, en 2005, dans l’ouvrage coécrit avec Pascal Ragouet intitulé Controverses sur la science
On a l’impression que, contrairement à la période 1985-1995, marquée par la grande diversité de vos objets (la vulgarisation scientifique, l’internationalisation de la recherche, la simulation, etc.), la période qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui correspond à une focalisation sur la recherche technico-instrumentale et les nanosciences. Cette impression est-elle exacte ?
Que reste-t-il aujourd’hui de l’effervescence intellectuelle des années soixante-dix autour des objets scientifiques et techniques ?

Aperçu du texte

Revenons tout d’abord sur votre arrivée en France à la fin des années soixante. Quelle est votre formation initiale ? De quelle manière percevez-vous alors le milieu des études sur la science de l’époque ?

Ma formation initiale est ancrée dans les domaines de la physique et de l’histoire, puis principalement de l’histoire. J’étais alors étudiant sous la direction de Fritz K. Ringer, qui était la fois un sociologue et historien des idées à l’université de l’Indiana puis à l’université de Boston. Il travaillait notamment à l’époque sur la transformation des systèmes éducatifs en France et en Allemagne. Ce qui m’intéressait chez Ringer, c’était la manière dont il parvenait à faire tenir ensemble l’étude des dimensions organisationnelles et intellectuelles, des structures et des connaissances. J’ai essayé, pour ma thèse sur l’École polytechnique comme pour mes recherches ultérieures, de conserver cette ligne directrice. Ce qui me place, j’imagine, dans la continuité de la sociologie de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Terry Shinn, « Entretien avec Terry Shinn », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 137-141.

Référence électronique

Terry Shinn, « Entretien avec Terry Shinn », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/1097 ; DOI : 10.4000/hrc.1097

Haut de page

Auteur

Terry Shinn

Terry Shinn est sociologue des sciences, directeur de recherche CNRS émérite au GEMASS (Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne). Il vient de publier (avec Anne Marcovitch) : Toward a New Dimension. Exploring the Nanoscale, Oxford University Press, 2014. Il est également l’auteur (avec Pascal Ragouet) de Controverses sur la science. Pour une sociologie transvervaliste de l’activité scientifique, Raisons d’agir, collection "Cours et travaux", 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org