Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Une approche socio-historique pour l’étude spatiale des sciences

L’étude spatiale des sciences est particulièrement nécessaire dans un contexte qui voit se multiplier les politiques d’aménagement du territoire en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Cela nécessite d’associer des analyses historiques, sociologiques et géographiques dans un cadre d’analyse qui prenne en compte la diversité des échelles spatiales.
A socio-historical approach to the study of the geography of science
Michel Grossetti, Béatrice Milard et Marion Maisonobe
p. 142-151

Résumés

À rebours de l’idée d’une activité scientifique détachée du sol, du milieu dans lequel elle se déploie, l’approche socio-historique des sciences examine la configuration spatiale des activités scientifiques à différentes échelles géographiques : villes, régions, pays et monde. Le développement de cette ligne de recherche accompagne l’émergence de la géographie des sciences, un domaine qui n’est pas encore vraiment établi en tant que spécialité, comme peuvent l’être la sociologie ou l’histoire des sciences, mais qui acquiert une certaine consistance depuis quelques années. Dans ce nouveau paysage, plusieurs orientations se dessinent dont nous donnons un aperçu d’ensemble avant de revenir sur le développement de l’approche socio-historique que nous portons. Cette dernière se fonde sur des données issues d’analyses bibliométriques et d’enquêtes empiriques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

1. Un stade embryonnaire pour les études spatiales des sciences ?
2. Des relations science-industrie à l’étude spatiale des sciences
3. Villes et institutions scientifiques à différentes échelles spatiales
Conclusion

Aperçu du texte

L’objectif de cet article est de présenter une ligne de recherche sur l’organisation spatiale des activités scientifiques. Il ne prétend pas faire un inventaire complet des recherches conduites sur cette question, en France ou au niveau international, même si nous évoquerons un certain nombre d’entre elles. Nous avons contribué, à divers titres, au développement de cette ligne de recherche et c’est de ce point de vue d’acteurs du domaine que nous avons écrit ce texte.

Nous commencerons par un rapide état des travaux menés depuis une cinquantaine d’années sur la dimension géographique des activités scientifiques. Nous verrons que, si les études sociales sur les sciences ont connu un développement considérable depuis le début des années soixante-dix, l’analyse spatialisée des activités de recherche académique est restée en retrait. Il faut noter que la géographie des sciences n’est pas encore vraiment établie en tant que spécialité, comme peuvent l’être la sociologie ou l’histoire des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Grossetti, Béatrice Milard et Marion Maisonobe, « Une approche socio-historique pour l’étude spatiale des sciences », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 142-151.

Référence électronique

Michel Grossetti, Béatrice Milard et Marion Maisonobe, « Une approche socio-historique pour l’étude spatiale des sciences », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/1105 ; DOI : 10.4000/hrc.1105

Haut de page

Auteurs

Michel Grossetti

Directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS. Ses travaux portent sur les réseaux sociaux, l’innovation et l’histoire des institutions scientifiques.Sur la question de l’organisation spatiale des activités scientifiques, il a publié entre autres les ouvrages Université et territoire. Toulouse, un système local d’enseignement supérieur (Presses universitaires du Mirail, 1994) ; Science, industrie et territoire (Presses universitaires du Mirail, 1995) et a dirigé, avec Philippe Losego, La territorialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. France, Espagne, Portugal (L’Harmattan, 2003). Il a dirigé, avec Denis Eckert, le programme ANR Geoscience.

Béatrice Milard

Professeure de sociologie à l’université de Toulouse 2 (LISST-Cers : Laboratoire interdisciplinaire, solidarités, sociétés, territoires - Centre d’études des rationalités et des savoirs). D’une manière générale, ses travaux portent sur les écrits publiés et leur implication dans la dynamique des relations sociales et des collectifs de travail. Sur la territorialisation de la recherche, elle a publié plusieurs articles et chapitres de livre qui, à partir d’analyses bibliométriques, mettent en évidence les principales évolutions spatiales de ce secteur d’activité dans plusieurs pays.

Marion Maisonobe

Docteure en géographie au LISST-Cieu (Centre interdisciplinaire d’études urbaines, CNRS et université de Toulouse). Sa thèse portait sur la géographie des activités de publications scientifiques dans le monde. Membre du groupe FMR (flux, matrices, réseaux) et du secrétariat de rédaction de la revue Netcom, elle s’intéresse aux réseaux scientifiques, à la diffusion spatiale des innovations et à l’émergence de communautés internationales. Ses premiers travaux sont parus en 2013 dans la revue de géographie M@ppemonde et dans DNA Repair, revue spécialisée en biologie moléculaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org