Navigation – Plan du site
Varia

De Cyclades à Renater

Des réseaux de données pour la recherche et l’enseignement (années 1970-1990)
From Cyclades to Renater: a short History of French Data Networks dedicated to Research and Education (1970s-1990s)
Valérie Schafer
p. 180-187

Résumés

L’histoire du Réseau National de télécommunications pour la Technologie, l’Enseignement et la Recherche, constitué en Groupement d’Intérêt Public en janvier 1993, débute dans les années 1980, quand des acteurs scientifiques, de manière simultanée mais encore dispersée, commencent à s’organiser en réseaux. C’est poser d’emblée une originalité de Renater : des besoins et réalisations précèdent la mise en place de l’infrastructure nationale. Si, les origines largement universitaires et scientifiques d’Internet aux États-Unis ne sont plus à démontrer, celles d’Internet en France sont plus largement méconnues et demandent à être réévaluées.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’histoire des réseaux sociotechniques ne peut se limiter à une généalogie linéaire des grandes étapes de leur déploiement : elle invite à penser les ruptures, continuités, controverses, forces et tensions qui traversent l’innovation. La genèse de Renater illustre cette complexité.

Texte intégral

  • 1 Cet article prend en partie ses racines dans le colloque « Modalités de la communication scientifiq (...)

1Chercheurs et enseignants n’ont pas attendu Internet pour échanger, communiquer, travailler en réseaux : l’histoire des sciences et celle de l’enseignement sont traversées de réseaux plus ou moins étoilés, centralisés, pairs à pairs, distribués, horizontaux, qu’ils consistent en des échanges épistolaires, des démonstrations, visites mutuelles et voyages, ou encore en l’intense circulation de livres et périodiques1... Les réseaux postaux mis en place par les universités ou les usages du fax entre institutions sont aussi à cet égard éclairants.

  • 2 Aubin David, « The Fading Star of the Paris Observatory in the Nineteenth Century: Astronomers' Urb (...)
  • 3 Perriault Jacques, Mémoire de l’ombre et du son. Une archéologie de l’audiovisuel, Préface de Bertr (...)
  • 4 Technologies de l'information et de la communication.

2Les scientifiques ont par ailleurs investi les technologies de l’information et de la communication avant même le « réseau des réseaux » : les observatoires mènent dans la seconde moitié du XIXe siècle des expériences de météorologie ou de géodésie entre Greenwich, Bruxelles et la France au moyen du télégraphe électrique, comme l’a montré David Aubin2, tandis que du côté de l’enseignement on assiste à la fin du XIXe siècle à une intense circulation de plaques de verre dans et entre la France et ses colonies. Celles-ci servent aux projections lumineuses pour l’éducation des adultes. Jacques Perriault a procédé à une archéologie de plusieurs réseaux de communication pédagogique3, le premier laïc, avec La Ligue de l’Enseignement, le second catholique, avec La Bonne Presse, enfin des réseaux régionaux (Société Havraise des Conférences par l’Aspect). Ces réseaux sociotechniques, qui permettent la circulation des savoirs ou le partage d’expériences et peuvent reposer sur des initiatives régionales ou le désir de s’affranchir des frontières, ont des points communs avec le Réseau National de télécommunications pour la Technologie, l’Enseignement et la Recherche Renater, né au début des années 1990 : ils invitent à penser les initiatives d’early adopters et la place des scientifiques dans la diffusion et l’acculturation des TIC4.

3En effet, si les usages pionniers de l’Internet par les communautés universitaires et la place des scientifiques dans le puissant complexe « militaro-scientifico-industriel » à l’origine du développement de l’Internet aux États-Unis ne sont plus à démontrer, dans le cas européen et français les études sont encore à mener. L’histoire de Renater, bien que relevant largement de l’histoire immédiate, plonge ses racines dans les années 1970 et un riche corpus de sources, qui proviennent autant des documents internes au GIP5, que des organismes qui en jettent les bases (archives de l’Inria ou du CNRS notamment) et des ministères (Recherche d’une part, Enseignement d’autre part), permet une analyse historique éclairant des aspects majeurs de l’histoire de l’innovation, des entreprises et de la recherche : dans le milieu scientifique des pionniers adoptent et co-construisent à partir des années 1970 un moyen d’échange encore largement ignoré des politiques et du grand public et effectuent des choix technologiques qui convergent peu à peu dans les années 1990 vers la solution IP6. Ils sont guidés par le désir de partager des matériels rares et coûteux mais aussi par l’intuition de l’importance que ce nouveau mode de communication réticulaire va prendre, ou encore par la recherche de rationalité et de compatibilité dans l’organisation des réseaux. Leur volonté rejoint, au début des années 1990, celle des ministères.

  • 7 Dorsale Internet.

4Backbone7 de multiples réseaux régionaux qui se sont structurés progressivement autour des universités, du CNRS, de communautés disciplinaires, d’initiatives régionales, la structure organisationnelle et l’infrastructure de Renater sont le résultat de l’articulation d’un modèle à la fois ascendant (bottom/up) et descendant (top/down), qui doit également être replacé dans un contexte plus large, notamment européen, qui voit simultanément l’émergence de réseaux scientifiques.

Réévaluer la place des chercheurs dans la genèse des réseaux de données

  • 8 INRIA, 2001.03.003, dossier Aristote. Conférence de R. Mahl (ADI) lors des journées internationales (...)

« La réalité historique montre que les premiers réseaux structurés de chercheurs (ARPANET aux États-Unis, CYCLADES en France) sont nés plus d'une réflexion des administrations nationales (Défense, PTT) que d'une forte demande des chercheurs eux-mêmes.
Néanmoins, au fur et à mesure que les chercheurs apprenaient à communiquer, ils ne pouvaient plus se passer de ces nouveaux outils ». 8

5Cette assertion demande à être nuancée : elle est révélatrice d’une vision de la France des grands programmes d’équipement et du monopole des télécommunications. Prononcée en 1984, à un moment où le ministre de la Recherche Hubert Curien entreprend, à la suite de son prédécesseur Laurent Fabius, de lancer un réseau de la recherche, elle témoigne de la place accordée aux Administrations dans l’imaginaire français pour stimuler le déploiement des infrastructures, selon un modèle diffusionniste vertical et descendant.

  • 9 Advanced Research Projects Agency Network. 

6Pourtant, dans le cas d’Arpanet9, les financements du Department of Defense ne sont pas la seule raison du déploiement et du succès du réseau : le rôle de l’entreprise Bolt, Beranek and Newman (BBN) comme celui d’universités prestigieuses (Université californienne UCLA, Stanford Research Institute, Université de Santa Barbara …) ou de chercheurs (Steve Crocker, Elmer Shapiro, Vinton Cerf, Robert Kahn, Douglas Engelbart et bien d’autres) sont autant à prendre en compte que celui des financements militaires.

7Dans le cas français, les militaires n’ont eu aucun rôle dans le déploiement d’un réseau de la recherche. Quant à l’administration des télécommunications, si elle fournit les lignes qui permettent de déployer le premier réseau de la recherche, elle n’est ni le maître d’œuvre de Cyclades, ni son plus fervent supporter ...

  • 10 Beltran Alain, Griset Pascal, Histoire d’un pionnier de l’informatique, 40 ans de recherches à l’In (...)
  • 11 Le Monde, 5 août 2006.

8En effet, les années 1970 sont marquées en France par les premiers pas de deux réseaux de données promis à la postérité : Cyclades à l’Iria (Institut de recherche en informatique et automatique, devenu institut national, Inria en 197910) d’une part, et Transpac, émanation des recherches du Cnet (Centre national d’études des télécommunications) et du CCETT (Centre commun d’études de Télévision et de Télécommunications) d’autre part. Ce dernier réseau, qui a vécu jusqu’au 30 juin 2012, a montré la réussite du pari grand public des télécommunicants : au début des années 1980 il est choisi pour supporter le trafic Minitel. Visionnaire, Cyclades l’est aussi : émanant d’un milieu informatique qui apparaît dans son combat contre la puissante Direction générale des télécommunications comme David face à Goliath, il emprunte largement aux idées d’Arpanet, tout en gardant une capacité d’innovation propre qui vaudra à Louis Pouzin, son maître d’œuvre, d’être salué comme « L’homme qui n’a pas inventé Internet11 » mais y a contribué, recevant un Sigcomm Award en 1997.

  • 12 Sur le conflit entre Cyclades et RCP puis Transpac, Schafer Valérie, La France en réseaux (années 1 (...)
  • 13 Pouzin Louis, « Cyclades ou comment perdre un marché », La Recherche, février 2000, http://www.lare (...)

9Le bras de fer qui s’engage à partir de 1973 entre Cyclades et ce qui devient à partir de 1978 le réseau Transpac – les divergences portant sur la conception technique du réseau à commutation de paquets12, n’est pas pour rien dans l’extinction en 1979 de Cyclades13. Mais celui-ci a contribué à créer une compétence réseau au sein du monde industriel, de sociétés de services ou de centres partenaires. Plusieurs universités ont été associées aux expériences, parmi lesquelles Grenoble ou Rennes. Par exemple, Jean-Paul Le Guigner, que l’on retrouve ensuite dans l’histoire qui nous intéresse au CRU (Comité Réseau Université), est un des participants en région de Cyclades. Avec son arrêt, un terme est mis au projet de réseau de la recherche national.

Topologie du réseau Cyclades en janvier 1975

Topologie du réseau Cyclades en janvier 1975

INRIA, Armoire des projets pilotes, Dossier Cyclades, ORG 544, janvier 1975

© INRIA

10Dans les années 1980, l’ambition se tourne vers un réseau grand public, au sein duquel les télécommunicants sont les acteurs clé d’une « informatisation de la société » qui doit passer par la télématique, popularisée par le rapport Nora/Minc (1978). Les chercheurs peuvent utiliser Transpac ou encore constituer des réseaux en louant des lignes à l’Administration mais il n’y a pas de schéma général clairement arrêté ni d’homogénéité des choix techniques. Les initiatives sont dispersées. Une partie de la communauté des chercheurs en informatique continue à regarder Outre-Atlantique, notamment vers Unix.

  • 14 Voir notamment Inventing Unix, An interview with Dennis Ritchie, http://spectrum.ieee.org/at-work/i (...)
  • 15 Paloque-Berges Camille, « La mémoire culturelle d’Internet : le folklore de Usenet », Le temps des (...)

11En effet, la croissance d’Internet dans la décennie 1980 passe en partie par sa rencontre avec ce système d’exploitation dont les principaux atouts sont la « simplicité », la portabilité sur plusieurs types de machines et le prix : Unix est né dans l’esprit de chercheurs d’AT&T qui travaillaient au développement d’un système d’exploitation multi-tâches pour les mini-ordinateurs apparus notamment chez Digital Equipement Corporation. À la suite de la décision de la Justice américaine d’empêcher AT&T d’en tirer profit (lois anti-trust), il est offert à bas prix ou donné aux universités14. Ainsi, Unix est rapidement adopté par les universités américaines. La version Berkeley 4.2 en 1983 est dotée de TCP/IP, protocole clé de l’Internet, permettant ainsi la pénétration conjointe de l’Internet dans le monde universitaire. Avec un système Unix et le protocole UUCP (Unix-to-Unix Copy), remplacé par TCP/IP à partir de 1983 aux États-Unis, un peu plus tard en Europe, on peut par exemple recevoir les messages de la communauté Usenet : celle-ci est née fin 1979, dans le milieu universitaire de la Californie du Nord, d’étudiants qui développent un modèle original de communication, reposant sur une communauté de pratiques soudée par l’intérêt, notamment pour les Newsgroups, et des principes d’auto-gestion et de gouvernance locale15. Très rapidement le milieu informatique français est intéressé par l’accès à ces News qui fournissent des connaissances techniques utiles.

  • 16 Griset Pascal, Schafer Valérie, « Make the Pig Fly ! L’Inria, ses chercheurs et Internet (années 19 (...)
  • 17 Entretien avec Laurent Bloch, Francis Dupont, Michel Fingerhut, Laurent Ghys, Humberto Lucas, 19/01 (...)

12Un certain nombre de chercheurs ont en effet étudié aux États-Unis et souhaitent, à leur retour, bénéficier des services qu’ils y ont connus (News, mails). Alors que la fin du Plan Calcul « pur et dur », impliquant nécessairement l’emploi de matériel et logiciels français, s’amorce, des chercheurs de l’Inria obtiennent un VAX de Digital Equipment Corporation, sur lequel ils font tourner Unix. Ils ne tardent pas à rejoindre la communauté Unix qui se forme au niveau européen16. Dès 1983, l’Inria se connecte à un centre de calcul hollandais, le CWI, et peut ainsi recevoir et rediffuser les News. Deux autres centres ont alors un rôle pionnier, l’Ircam et le Cnam17. L’époque est encore largement à un fonctionnement empirique, qui utilise habilement un atout européen, le large déploiement dans toute l’Europe des réseaux des télécommunicants, sur lesquels les ingénieurs font passer UUCP. C’est la bonne volonté de quelques passionnés qui permet l’émergence de cette communauté d’intérêt européenne EUnet (European Unix Network), qui comme aux États-Unis passe ensuite à l’Internet. En 1988, le site Inria de Sophia-Antipolis engage un autre tournant en obtenant une liaison directe, permanente et officielle, avec les États-Unis. Elle doit beaucoup aux relations de Christian Huitema, avec Steve Goldstein à la National Science Foundation: ce dernier se souvient du souhait de ses ex-collègues de la Nasa d’accéder à une base de données en astronomie développée à Strasbourg, Simbad. Ce service sert de prétexte à la liaison. En juillet 1988, l’Inria est parmi les premiers centres européens à faire le choix de l’Internet, avec deux liaisons, l’une par Rocquencourt vers le CWI hollandais puis le reste de la communauté Internet, l’autre par Sophia-Antipolis, directement vers le Wisconsin.

13L’Inria n’est cependant ni le seul institut dans l’aventure des réseaux, ni les informaticiens les seuls usagers de transmissions de données, mais les scientifiques ne sont pas tous tournés vers TCP/IP et l’Internet. Cette solution est en effet encore loin de faire l’unanimité, et plusieurs voies techniques cohabitent, dont certaines préconisées au niveau européen, à l’image de l’OSI (Open Systems Interconnection).

14Les utilisateurs de matériels IBM intègrent quant à eux le réseau de la recherche déployé par le grand constructeur sur le sol européen : Earn (European Academic Research Network). Ce réseau, qui a son équivalent américain, Bitnet, est au début des années 1990 considéré avec suspicion par ceux qui craignent la domination de Big Blue en Europe, mais il n’en offre pas moins une solution efficace et attractive pour un certain nombre de centres français. Digital Equipment Corporation propose également une solution réseau à ses usagers.

  • 18 Sur la politique réseau au Cern, voir notamment Segal Ben, « A short History of Internet Protocols (...)

15Des chercheurs des sciences de la vie, de la physique, de l’astronomie se servent ainsi des réseaux. Leurs usages et besoins sont différents de ceux des informaticiens et eux ne sont pas tournés vers Unix. Surtout, certains réseaux ont une vocation au départ largement disciplinaire, et émanent de domaines dans lesquels les besoins de calcul et de partage de la puissance sont forts, ainsi pour le CCPN (Centre de calcul de la physique nucléaire), relié au Cern18 (Organisation européenne de la recherche nucléaire, située à Genève) dans un réseau HEPnet, dont la branche française prend le nom de Phynet. Beaucoup de réseaux sont non seulement homogènes (reposant sur un seul constructeur, par exemple IBM), mais répondent aussi à un schéma encore très étoilé, convergeant vers quelques grands centres de calcul comme le Circe à Orsay ou le Cnusc à Montpellier.

Le temps du volontarisme

16Dans les années 1980 les usages en réseau sont de plus en plus convoqués par des chercheurs français, qui appartiennent encore en majorité aux sciences formelles. Une constante est le partage de la puissance de calcul. Dès Cyclades, les premiers usagers ont pu, par exemple, soumettre des travaux à distance, travailler d’une console à Rennes sur une machine à Grenoble, faire du remote batch. Les supercalculateurs constituent dans les années 1980 des équipements coûteux et rares. Leur capacité se doit d’être partagée, celle du Cray 2 au CCVR (Centre de calcul vectoriel pour la recherche) à Palaiseau par exemple. Outre les connexions à distance, d’autres usages commencent à se développer dès les années 1970 : les transferts de fichiers permettent d’éviter des échanges par transport physique de cartes perforées ou de bandes magnétiques. Les échanges de messages électroniques sont également plébiscités dans les années 1980, tandis que des voies de recherche tournées vers les services d’audioconférence, même si la solution est relativement coûteuse, a fortiori pour la visioconférence, sont expérimentées par exemple côté télécommunications.

17Le paysage des réseaux ne cesse d’évoluer mais la rationalisation des équipements et des moyens alloués n’est pas au rendez-vous : non seulement au milieu des années 1980 tous les centres de recherche ne disposent pas de schémas directeurs concernant les équipements informatiques, mais il faut aussi compter avec les incompatibilités entre les divers protocoles et solutions techniques. Ainsi ce n’est qu’au prix de la construction de passerelles entre les réseaux que l’on peut espérer faire dialoguer les messageries ou unifier un espace national. Les différents acteurs sont conscients qu’un effort collectif est le prix à accepter pour réaliser une infrastructure pleinement satisfaisante, au plan français mais aussi international.

18Le volontarisme qui aboutit à bâtir une infrastructure nationale émane à la fois des ministères et des organismes de recherche utilisateurs, que ce soient le CNRS, l’Enseignement supérieur, l’Inria ou encore la branche recherche d’EDF et le CEA, pour n’en citer que quelques-uns.

  • 19 Inria, 2011.03.003, dossier Aristote : « Fiche d’évaluation pour le réseau de la recherche », le 10 (...)

19Au niveau politique, a été évoquée l’initiative de Laurent Fabius puis d’Hubert Curien de 1984, destinée à bâtir un réseau, qui aurait pu s’appeler Scire, s’il avait abouti comme tel. La Mission d’étude sur les réseaux informatiques pour la recherche mise en place par le cabinet du ministère de la Recherche et de l’Industrie œuvre dès 1984 à mener une vaste enquête nationale auprès des centres de recherche et à stimuler autour de Daniel Estève la réflexion sur ce que devrait être un réseau de la recherche français, notamment en le comparant aux autres initiatives européennes19. Ainsi, les Britanniques sont nettement plus avancés, avec la réalisation de Janet (Joint Academic Network), nouveau nom de Sercnet (Science and Engineering Research Council), un réseau à commutation de paquets interconnectant les universités britanniques et quelques laboratoires de recherche gouvernementaux comme le National Physical Laboratory, afin de mettre en commun leur puissance de calcul sur gros ordinateurs (CYBER, CRAY, IBM). La mission regarde aussi vers Earn d’IBM ou encore le programme européen de recherche informatique EIES (Esprit Information Exchange System), qui a démarré au mitan de 1983 dans le cadre d’Esprit, pour créer un réseau reposant sur Unix. Déjà plusieurs acteurs de ce qui deviendra Renater sont investis dans les groupes de travail liés à cette mission.

20Le retour au ministère de la Recherche en 1988 d’Hubert Curien relance le projet, alors que les rapports d’expertise se multiplient (rapport Caseau sur les grands équipements, rapport final du groupe d’experts sur les ressources informatiques du 27 mars 1990 de la Dred, audit des centres de calcul du CNRS…). Le Comité réseau université (Cru) et l’Urec (Unité réseaux du CNRS) sont formés la même année.

21En parallèle, du monde de ces utilisateurs éclairés que sont les scientifiques et les ingénieurs, naissent des initiatives. Disciplinaires ou locales, les solutions achoppent vite sur une réalité, celle de l’incompatibilité, par exemple entre les messageries. Les JAM 90, qui se tiennent à Strasbourg, sont un tournant : ces journées messagerie sont dédiées à la recherche de compatibilité et marquent une trêve dans la « guerres de protocoles » entre tenants de TCP/IP, de la solution OSI ou encore de Earn. Parmi ses initiateurs, on trouve l’association "Réunir" constituée en 1986 : ce "Réseau université recherche" regroupe les universités, représentées par le ministère, le CNRS, l’Inra, l’Inserm, l’Orstrom et le Cirad. Destiné à essayer de mettre en commun les moyens de télécommunications, Réunir contribue à créer autour de cette question une communauté d’intérêt et propose précocement des passerelles entre les messageries. Ses participants diffèrent des membres d’une autre association qui se forme de manière informelle en 1984, autour de grands organismes de recherche aux forts besoins en calcul : l’Inria, le CEA, EDF et le Cnes. Il s’agit d’Aristote, transformée en 1988 en association loi 1901. Cette société savante n’a pas d’infrastructure : elle regroupe des organismes et des entreprises intéressés aux nouveaux usages des technologies de l'information. Ces grands organismes utilisateurs de moyens informatiques que l’on trouve dans Réunir et Aristote vont rendre possible, avec les ministères de l’Éducation Nationale d’une part et de la Recherche et de la Technologie d’autre part la mise en place d’un réseau, d’abord baptisé RNRT (Réseau national de la recherche et de la technologie), puis Renater à son ouverture en 1992 (le groupement d’intérêt public est formalisé début 1993).

  • 20 Il comprend en 1992 les partenaires suivants : MRT, MEN, CEA, Cnet, CNRS, EDF, Inria, Onera.

22La constitution de Renater est le reflet de ces différents acteurs20 mais aussi de la préhistoire des réseaux : c’est un agencement hybride, reposant sur de multiples partenaires, les ministères, les grands organismes de recherche, France Télécom pour la fourniture de lignes, mais aussi les régions.

INRIA, 95.22.024, dossier Renater © INRIA

23De la même manière qu’Internet est un « réseau des réseaux », Renater à l’échelle française est un réseau de réseaux existants ou en voie de construction. Le GIP fournit l’épine dorsale haut débit d’une architecture à trois niveaux, qui permet de distinguer :

- les réseaux de campus, qui relient les stations de travail et ordinateurs d'un même site ;

- les réseaux régionaux, qui relient par des points d'accès les réseaux de campus. Ils permettent aux campus d'une même région de communiquer entre eux ;

- un réseau national d'interconnexion, qui relie les réseaux régionaux. C’est la vocation de Renater de contribuer à bâtir ce RNI.

24Des liaisons vers les réseaux de la recherche de l'Europe et des États-Unis sont prévues à travers une passerelle internationale. Après une phase pilote qui commence en octobre 1991, le démarrage opérationnel se situe en novembre 1992. Le choix de confier une partie de la réalisation aux collectivités territoriales, celle des réseaux régionaux, illustre à la fois la prise en compte de réalisations déjà bien implantées et précoces dans certaines régions et permet de stimuler des projets État-régions, non sans risque toutefois de créer une « fracture numérique » (Aquarel en Aquitaine ou Vikman en Basse-Normandie démarrent par exemple plus précocement que les initiatives dans le Pas-de-Calais).

25Hybride, le réseau l’est aussi dans un premier temps par le choix qu’il fait de supporter plusieurs protocoles, notamment ceux qui sont les plus « politiquement corrects » au niveau européen (X25 et l’OSI), avant de se tourner finalement vers l’IP. Les guerres des protocoles entre ingénieurs ne sont pas encore pleinement résorbées en 1993, mais commencent à s’apaiser, Renater devenant progressivement le « réseau des réseaux » de la recherche et de l’enseignement, au sein du « réseau des réseaux », Internet.

Renater, une architecture à plusieurs niveaux Inria, 95.22.024,dossier Renater © INRIA

Conclusion

26Renater participe alors d’une vraie pédagogie qui tourne la France vers Internet, bien avant le développement de l’Internet grand public (à la fin des années 1990), et juste après la naissance du World Wide Web, qui doit attendre sa popularisation à partir de 1993 par le navigateur Mosaic pour être pleinement pris en compte. Le GIP par les réflexions qu’il mène sur le nommage, la Netétiquette, les usages, les questions de sécurité, ou par la réalisation d’un des premiers GIX (Global Internet eXchange Point) européens, le Sfinx créé en 1995, qui permet des échanges de trafic entre les fournisseurs d’accès à Internet qui commencent à voir le jour (accords de peering), contribue à une histoire de l’Internet nationale et européenne : il initie les télécommunicants, les politiques, mais aussi les chercheurs et de nombreux ingénieurs à l’Internet (dans ce dernier cas on peut évoquer la longévité des Journées Réseaux – JRES – organisées depuis les premières à Chambéry en 1995 tous les deux ans jusqu’à aujourd’hui, ou les causeries de l’Urec destinées à développer la visioconférence…). Il oblige par ailleurs les fournisseurs d’accès à Internet qui souhaitent se dédier aux usages hors recherche et enseignement à se structurer pour proposer une offre sur des bases associatives ou commerciales, opérant une distinction entre des publics largement indifférenciés au départ (ainsi les réseaux régionaux qui ont commencé à se former en amont de Renater ont pu associer des campus à des CHU et des entreprises privées, dans une volonté de bâtir des solutions pragmatiques et répondant à la demande locale).

  • 21 Voir notamment Davies Howard, Bressan Beatrice, A history of International Research Networking, Wil (...)
  • 22 Ce travail a bénéficié d'une aide de l'Agence nationale de la recherche portant la référence « ANR- (...)

27Au modèle linéaire de diffusion de l’innovation s’oppose ici un modèle dialectique aux acteurs diversifiés et une innovation aussi bien ascendante que descendante, qui éclairent l’histoire tant des relations internationales (compétition, diffusion, réception de modèles étrangers, celui de l’Internet, initiatives des voisins européens tel Janet, projets de dimension européenne, comme Earn, l’OSI ou encore IXI qui demanderaient des développements complémentaires21), que de la recherche et de l’enseignement (réseaux de campus, rôle du Circe, du Cnusc, des grands organismes de recherche), des usages (des transferts de données aux Big Data aujourd’hui), de la communication (chartes d’usage, identités numériques) : ils rappellent l’importance dans l’histoire de l’innovation, et notamment celle des technologies de l’information et de la communication, de prendre en compte la tension créatrice entre les politiques générales et les initiatives individuelles ou locales qu’incarnent des groupes impliqués au statut très divers, dans notre cas les chercheurs et ingénieurs22.

Haut de page

Notes

1 Cet article prend en partie ses racines dans le colloque « Modalités de la communication scientifique et technique II », ENS, 9 et 10 mars 2012 (responsable scientifique Muriel Le Roux), qui a permis d’explorer du XVIe siècle à aujourd’hui des modalités de communication scientifique extrêmement diversifiées.

2 Aubin David, « The Fading Star of the Paris Observatory in the Nineteenth Century: Astronomers' Urban Culture of Circulation and Observation », Osiris 18, 2003, pp. 79-100. Aubin David, Bigg Charlotte, Sibum H. Otto (eds.), The Heavens on Earth: Observatories and Astronomy in Nineteenth-Century Science and Society, Rayleigh, Duke University Press, 2010.

3 Perriault Jacques, Mémoire de l’ombre et du son. Une archéologie de l’audiovisuel, Préface de Bertrand Gille, Paris, Flammarion, 1981, Grand Prix d’Histoire de la Photographie 1981.

4 Technologies de l'information et de la communication.

5 Groupement d'intérêt public.

6 Internet Protocol.

7 Dorsale Internet.

8 INRIA, 2001.03.003, dossier Aristote. Conférence de R. Mahl (ADI) lors des journées internationales des 9 et 10 octobre 1984 consacrées aux réseaux, « Les réseaux de communication interchercheurs en informatique, L’exemple du réseau Csnet ».

9 Advanced Research Projects Agency Network. 

10 Beltran Alain, Griset Pascal, Histoire d’un pionnier de l’informatique, 40 ans de recherches à l’Inria, EDP Sciences, Les Ulis, 2007.

11 Le Monde, 5 août 2006.

12 Sur le conflit entre Cyclades et RCP puis Transpac, Schafer Valérie, La France en réseaux (années 1960-1980), tome 1, Paris, Nuvis et Cigref, 2012.

13 Pouzin Louis, « Cyclades ou comment perdre un marché », La Recherche, février 2000, http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=14843

14 Voir notamment Inventing Unix, An interview with Dennis Ritchie, http://spectrum.ieee.org/at-work/innovation/inventing-unix

Toomey Warren, « First Edition Unix : Its creation and Restoration », IEEE Annals of the History of Computing, Volume 32, n°3, juillet-septembre 2010, pp. 74-82.

15 Paloque-Berges Camille, « La mémoire culturelle d’Internet : le folklore de Usenet », Le temps des Médias, n°18, printemps 2012, pp. 107 et ss.  

16 Griset Pascal, Schafer Valérie, « Make the Pig Fly ! L’Inria, ses chercheurs et Internet (années 1970-1990) », Le Temps des médias, n° 18, pp. 33 et ss.

17 Entretien avec Laurent Bloch, Francis Dupont, Michel Fingerhut, Laurent Ghys, Humberto Lucas, 19/01/2011.

18 Sur la politique réseau au Cern, voir notamment Segal Ben, « A short History of Internet Protocols at Cern », 1995, http://ben.home.cern.ch/ben/TCPHIST.html

19 Inria, 2011.03.003, dossier Aristote : « Fiche d’évaluation pour le réseau de la recherche », le 10/07/1984.

20 Il comprend en 1992 les partenaires suivants : MRT, MEN, CEA, Cnet, CNRS, EDF, Inria, Onera.

21 Voir notamment Davies Howard, Bressan Beatrice, A history of International Research Networking, Wiley Blackwell, 2010.

22 Ce travail a bénéficié d'une aide de l'Agence nationale de la recherche portant la référence « ANR-09-SSOC-036 », projet Resendem « Les grands réseaux techniques en démocratie : innovation, usages et groupes impliqués dans la longue durée, des années 1880 à nos jours ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Topologie du réseau Cyclades en janvier 1975
Légende INRIA, Armoire des projets pilotes, Dossier Cyclades, ORG 544, janvier 1975
Crédits © INRIA
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende INRIA, 95.22.024, dossier Renater © INRIA
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Renater, une architecture à plusieurs niveaux Inria, 95.22.024,dossier Renater © INRIA
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Schafer, « De Cyclades à Renater », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 180-187.

Référence électronique

Valérie Schafer, « De Cyclades à Renater », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 11 octobre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/115 ; DOI : 10.4000/hrc.115

Haut de page

Auteur

Valérie Schafer

Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS, valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Valérie Schafer est chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC). Docteur en histoire, spécialiste de l’histoire des télécommunications et de l’informatique, elle participe au projet ANR Resendem (Les grands réseaux techniques en démocratie : innovation, usages et groupes impliqués dans la longue durée, fin du xixe - début du XXIe siècle), coordonné par le Professeur Pascal Griset, et co-organise les séminaires Histoire de l’innovation et des TIC (EHESS-Paris Sorbonne-ISCC) et Histoires de l’Internet (ISCC).

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org