Navigation – Plan du site
Varia

Administrer le CNRS... toute une histoire! Le CNRS dans les années quatre-vingt-dix: une stratégie et des programmes

La stratégie du CNRS est le fruit d’un dialogue permanent qui tienne compte du chercheur et du politique, qui respecte le fait que chaque chercheur, chaque laboratoire, chaque Département scientifique ait sa stratégie et que l’organisme doive élaborer une stratégie globale de la recherche française.
Administrating the CNRS - what a story! The CNRS in the 90’s: one strategy and many programs
Jacques Bordé et Jacques Sevin
p. 6-20

Résumés

Après avoir rappelé la place de la réflexion stratégique au CNRS dans les années 1980, nous présentons et le contexte de la politique scientifique et l’élan donné par le schéma stratégique en 1993. Les notions de recherche fondamentale, finalisée, appliquée sont clarifiées pour comprendre l’équilibre entre la poussée interne de la science et les attentes de la société. La démarche d’analyse pour élaborer le schéma stratégique de 1996, impliquer le Comité national et définir les programmes scientifiques est décrite. Enfin la situation après 1996 et le manque de continuité sont évoqués.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Introduction (Jacques Bordé)
Regard sur la stratégie au CNRS avant 1993 (Jacques Sevin)
Le contexte de 1993
Contexte de la politique scientifique mondiale
Contexte européen
Contexte national
Le schéma stratégique de 1993 et les plans d’action (Jacques Bordé)
Le schéma de 1993
Les plans d’action de 1994
Élaboration du schéma stratégique de 1996
Le marathon des quarante sections à la fin de 1994 :
La démarche d’analyse stratégique
La mise en œuvre et les programmes 
Conclusions et frustrations
Hommage :
Séance de questions/réponses
Michel BLAY
Jacques BORDÉ
Jacques SEVIN
Daniel THOULOUZE
Jacques SEVIN
Florence BOUILLE
Jacques SEVIN
Jacques BORDÉ
Denis GUTHLEBEN 
Jacques SEVIN
Jacques BORDÉ
Un intervenant
Jacques SEVIN
Jacques BORDÉ
Denis GUTHLEBEN

Aperçu du texte

Introduction (Jacques Bordé)

En 1993, le directeur général, François Kourilsky, me propose de créer et diriger, sous l’autorité de Jacques Sevin, un Service d’analyse stratégique. Durant huit ans à Londres, j’avais rédigé des notes analysant la politique scientifique britannique et j’avais, un an plus tôt, été le « sherpa » de François Kourilsky pour organiser le G7 consacré à la recherche, réunion qui fait le tour des questions stratégiques que se posent les directeurs généraux d’organismes de recherche des pays du G7.

Le Service d’analyse stratégique (SAS) est de taille modeste : Pascal Croset, docteur en sciences de la gestion, et une secrétaire m’y ont rejoint, mais cette petite équipe travaille au sein d’une grande Direction de la stratégie et des programmes (DSP), dirigée par Jacques Sevin. Cette Direction comportait également le Service de programmation des moyens, qui élaborait le plan pluriannuel chiffré pour l’ensemble du CNRS (crédits et emploi), le Service de politique rég...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bordé et Jacques Sevin, « Administrer le CNRS... toute une histoire! Le CNRS dans les années quatre-vingt-dix: une stratégie et des programmes », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016, 6-20.

Référence électronique

Jacques Bordé et Jacques Sevin, « Administrer le CNRS... toute une histoire! Le CNRS dans les années quatre-vingt-dix: une stratégie et des programmes », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/1186 ; DOI : 10.4000/hrc.1186

Haut de page

Auteurs

Jacques Bordé

Jacques Bordé a commencé sa carrière en 1967 au CNRS comme chercheur en spectroscopie moléculaire, et l’a poursuivie à la gouvernance de l’établissement à partir de 1979, auprès du directeur général autour des questions de politique scientifique. Il a ensuite représenté le CNRS à Londres de 1985 à 1993, puis aux côtés de Jacques Sevin, a été nommé directeur adjoint pour la stratégie avant de devenir, en 1996, directeur adjoint des relations internationales. À partir de 2001, les questions soulevées par la politique scientifique l’ont amené à focaliser son action sur les relations entre la science et la société, au sein du Comité d’éthique du CNRS (COMETS).

Jacques Sevin

Jacques Sevin a consacré sa carrière à la politique scientifique. De retour des États-Unis où il avait participé aux travaux très innovateurs développés à Harvard et au MIT, il rejoint la DGRST où il devient responsable de la planification de la recherche. Membre du comité d’organisation du colloque national de 1981, il participe à la rédaction de la loi d’orientation et de programmation (LOP) de 1982, et rejoint ensuite le CNRS où il a été en charge d’une direction de la programmation budgétaire puis de la stratégie et des programmes.

Articles du même auteur

  • Hubert Curien à la DGRST [Texte intégral disponible en décembre 2018]
    Hubert Curien a été délégué général à la recherche scientifique et technique de 1973 à 1976. Il a succédé à un autre physicien, Pierre Aigrain, et il a eu pour successeur Bernard Gregory, également physicien. Depuis la guerre, en France et ailleurs, la politique scientifique était affaire de physiciens.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org