Navigation – Plan du site
Varia

Émile Borel dans la grande guerre 1914-1918. Du scientifique au combattant

Que font les hommes de science lorsqu’un conflit mondial éclate, comme en 14 ? L’exemple de Borel est ici singulier car il porte en lui pleinement son époque, imprégné de rigueur apprise à l’école de la République, devant dès lors répondre au drapeau. N’ayant plus l’âge légal pour prendre les armes, que fait-il ? Et comment les mathématiques théoriques et la physique-mathématique vont-elles pouvoir aider le pays ? Et comment, dans la tourmente, participer ? Par le hasard et la nécessité des urgences, alternativement sur le front ou au contact des plus hautes autorités civiles et militaires, Borel se révèle homme de décision, d’action et d’efficacité La fin de la guerre 14-18 est le point de départ d’une nouvelle vie.
Émile Borel in the Great War 1914-1918. From scientist to fighter
Pierre Guiraldenq
p. 21-30

Résumés

Découvrir les activités d’Émile Borel pendant la grande guerre 14-18 revient à le suivre dans deux actions complémentaires, tout en y associant son épouse. En effet, Émile Borel et Camille Marbo – nom pseudonyme – sont alors tous deux dans le premier cercle de la vie intellectuelle du pays : Émile Borel est directeur adjoint de l’ENS, plusieurs fois lauréat de prix scientifiques à l’Académie des sciences et Marguerite Borel-Appell vient tout juste de recevoir le prix littéraire de la vie heureuse (Prix Femina).
Tandis que Camille Marbo s’engage comme infirmière à l’hôpital 103, Émile Borel porte le plus grand intérêt aux méthodes de détection par le son de l’artillerie ennemie qui fait des ravages du côté français. C’est cette première action qui va le conduire à diriger, auprès de Paul Painlevé, le Service des inventions intéressant la Défense nationale, puis d’occuper les fonctions de secrétaire général au ministère de la Guerre en 1917.
La deuxième action permet de le retrouver à nouveau officier, chef d’une batterie d’artillerie lourde sur le front en 1918, exposé à tous les dangers puis, avant l’armistice, conseiller scientifique et militaire auprès des autorités italiennes.
Tout en conservant le cadre général chronologique du conflit tel qu’on le connait, cette analyse montre le contexte dans lequel Borel fut amené à intervenir dans plusieurs domaines techniques liés à la défense, nécessitant habileté et fermeté de sa part. Certaines positions abruptes associées à des facteurs psychologiques sont aussi intéressantes à découvrir, montrant l’efficacité de Borel dans sa détermination à servir les intérêts de la nation, comme il le fera plus tard dans ses actions politiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Introduction
1914 - La vie universitaire dans le contexte des premiers mois de la guerre
1915 - Borel sur le front avec les sections de repérage par le son (SRS)
1916 - Des travaux scientifiques dans l’urgence : Borel devient responsable du Service des inventions pour la Défense nationale (SIDN)
1917- L’année de tous les dangers : Borel devient chef de cabinet du ministre de la Guerre puis secrétaire général de la Présidence du conseil
1918 - Le retour au combat dans l’artillerie lourde, suivi du temps des plaies ouvertes
En guise de conclusion : l’heure des bilans par une leçon borélienne

Aperçu du texte

Introduction

C’est par ce conflit, qui a frappé douloureusement tant de familles françaises, que nous suivons ici Émile Borel quittant la vie universitaire et le monde de la recherche pour apporter à son pays de nouvelles valeurs d’homme responsable.

Cette période si difficile montre le rôle capital joué par Paul Painlevé sur le parcours de Borel et leur étroite collaboration : elle explique comment Borel élargit ensuite son champ d’action vers la politique.

Nous le suivrons pas à pas, jusqu’aux racines mêmes de ses nouvelles missions dans ce monde chaotique de la première guerre mondiale, qui vont le couper de ses travaux mathématiques si riches et reconnus.

C’était toute la question soulevée par les conférenciers et auditeurs, venus au colloque Émile Borel à St-Affrique en 1999, sur « L’histoire des mathématiques en France au début du XXesiècle »(1) : ils ne comprenaient pas le virage pris par Borel après tant de travaux de mathématique pure, issus de sa thèse et de nombreuses publica...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guiraldenq, « Émile Borel dans la grande guerre 1914-1918. Du scientifique au combattant », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016, 21-30.

Référence électronique

Pierre Guiraldenq, « Émile Borel dans la grande guerre 1914-1918. Du scientifique au combattant », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/1196 ; DOI : 10.4000/hrc.1196

Haut de page

Auteur

Pierre Guiraldenq

Professeur émérite des universités à l’École centrale de Lyon, après une expérience d’ingénieur dans l’industrie, il a préparé sa thèse d’État à l’École des mines de Paris, sous la direction du professeur Paul Lacombe, puis intégré la Compagnie des ateliers et forges de la Loire à Saint-Étienne comme ingénieur divisionnaire. Puis il a créé et dirigé, pendant plus de vingt ans, le département « Métallurgie physique-matériaux » de l’ECL, associé au CNRS (URA 447) qui a collaboré avec l’université Claude Bernard-Lyon I dans plusieurs formations de maîtrise et troisième cycle en sciences des matériaux où il a développé de nombreuses recherches. Il a été aussi professeur et responsable de la filière « Métallurgie » au CNAM de Lyon de 1970 à 2010. Il s’est enfin intéressé à l’histoire des sciences contemporaines, publiant les biographies d’Émile Borel et de Georges Chaudron, qui montrent l’impact des scientifiques sur la société au XXe siècle dans différents contextes économiques et politiques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org