Navigation – Plan du site
Varia
Analyses d'ouvrages

Robert Halleux, Tant qu’il y aura des chercheurs. Science et politique en Belgique de 1772 à 2015

Denis Guthleben
p. 87
Référence(s) :

Robert Halleux, Tant qu’il y aura des chercheurs. Science et politique en Belgique de 1772 à 2015, Bruxelles, Editions Luc Pire, 2015, 245 p.

ASIN B00YUNVB9C

Texte intégral

1Fruit du travail de plusieurs chercheurs du dynamique Centre d’histoire des sciences et des techniques de Liège, regroupés autour de son président Robert Halleux, Tant qu’il y aura des chercheurs est un ouvrage d’une grande richesse, rédigé de manière à satisfaire le spécialiste aussi bien que le néophyte, et qui stimule la réflexion sur les fondements, la trajectoire et l’actualité de la politique scientifique en Belgique… et au-delà. Autant le dire d’emblée : un livre à mettre entre toutes les mains !

2Riche, Tant qu’il y aura des chercheurs l’est par le panorama qu’il offre de la science et de la politique, puis de la politique scientifique de nos voisins d’outre-Quiévrain depuis la fondation de l’Académie des sciences et belles-lettres de Bruxelles en 1772. Le parcours historique qu’il propose se découpe en trois parties, des origines à la deuxième guerre mondiale, de 1945 à la fin des années soixante-dix, enfin de 1980 à nos jours. Ce cheminement est marqué par l’émergence de nouveaux acteurs, dont le rôle et les missions sont à chaque fois explicités, et par des temps forts qui provoquent autant de sursauts dans la mobilisation du pays autour de sa recherche scientifique. On citera ici, parmi une multitude d’exemples, le discours prononcé par le roi Albert Ier à Seraing le 1er octobre 1927 – « le sort des nations qui négligeront la science et les savants est marqué pour la décadence » – et la création consécutive du Fonds national de la recherche scientifique. L’enthousiasme qui s’empare alors du pays et qui accouche du Fonds aura des répercussions bien au-delà des frontières. Il n’est pas étranger à la grande ambition qui se cristallise en France autour du physicien Jean Perrin, le père fondateur d’un CNRS qui, d’un certain point de vue, peut-être perçu comme le « grand » petit-frère du FNRS.

3La richesse de cet ouvrage vient en effet aussi du regard comparatif que portent ses auteurs vers les expériences étrangères : assurément, il n’est pas nécessaire d’être un lecteur belge pour apprécier cette étude sur Science et politique en Belgique de 1772 à 2015 ! Les relations croisées et les influences réciproques ouvrent une large perspective sur les pays voisins, l’Allemagne et le modèle qu’elle a offert à partir des dernières décennies du XIXe siècle ; les pays anglo-saxons et notamment les États-Unis avec lesquels les liens se sont intensifiés après 1945 ; la France surtout, avec qui la correspondance des initiatives, des desseins et même des discours, est souvent frappante. À côté des similitudes FNRS-CNRS, on est ainsi saisi de découvrir que la Belgique se dote de plusieurs instances nationales de politique scientifique – un Comité ministériel, une Commission interministérielle et un Conseil national – en 1959, au moment même où se met en place, à Paris, à l’instigation du nouveau pouvoir gaullien, le Conseil interministériel, le Conseil consultatif et la Délégation générale à la recherche scientifique et technique.

4Accessible, Tant qu’il y aura des chercheurs le demeure grâce à son écriture elle-même, aussi bien qu’au travers du souci que montrent les auteurs à apporter tous les éclairages nécessaires aux évolutions de la politique scientifique, y compris dans l’« espace à géométrie variable » qu’ils explorent pour la période allant de 1980 à nos jours. Celle-ci est en effet caractérisée par une pluralité des acteurs régionaux, nationaux, européens et internationaux, et par cet « imbroglio institutionnel qui caractérise la Belgique fédérale ». Dans ce « paysage contrasté » et « segmenté », Robert Halleux et ses collègues ont fait le choix, bienvenu, d’une succession d’histoires parallèles détaillant les stratégies, les structures et les actions. En examinant les forces et les faiblesses de la recherche scientifique belge – ou des recherches scientifiques belges… – à l’aube du nouveau millénaire, ils ont aussi décidé de produire un livre qui, dans ses derniers chapitres et en particulier dans son épilogue – dont on espère qu’il n’en soit pas un ! – se veut engagé et parfois militant : face aux évolutions récentes du paysage scientifique et devant les menaces qui pèsent sur « la liberté de chercher », ils plaident en faveur d’une recherche citoyenne. On ne peut que les entendre et les rejoindre…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « Robert Halleux, Tant qu’il y aura des chercheurs. Science et politique en Belgique de 1772 à 2015 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016, 87.

Référence électronique

Denis Guthleben, « Robert Halleux, Tant qu’il y aura des chercheurs. Science et politique en Belgique de 1772 à 2015 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/1286

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Attaché scientifique auprès du Comité pour l’histoire du CNRS et rédacteur en chef d’Histoire de la recherche contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org