Navigation – Plan du site
Varia
Analyses d'ouvrages

Anne Bardot-Cambot, Laurence Tranoy, L’environnement en mémoire. Marqueurs, outils et perspectives

Patrick Fournier
p. 88-89
Référence(s) :

Anne Bardot-Cambot, Laurence Tranoy, L’environnement en mémoire – Marqueurs, outils et perspectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 120 p.

ISBN 978-2-7535-4050-7

Texte intégral

1L’ouvrage collectif L’environnement en mémoire, dirigé par Anne Bardot-Cambot et Laurence Tranoy, est le résultat d’une journée d’études qui s’est tenue à l’université de La Rochelle en décembre 2011. La démarche visait à lancer un processus de collaboration entre historiens, archéologues et spécialistes de l’environnement au sein de l’UMR LIENSs (Littoral environnement et sociétés). Des jalons méthodologiques sont donc posés sur les apports réciproques de disciplines amenées à joindre leurs efforts pour la reconstitution des paléoenvironnements. Au demeurant, comme le rappellent les deux coordinatrices, l’ambition n’est pas neuve. Depuis la création du PIREN en septembre 1978 (Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement) jusqu’au RTP « Histoire de l’environnement » qui fonctionna de 2010 à 2013, les expériences de collaboration entre sciences humaines et sciences de l’environnement ont été multiples et ont permis de faire progresser les méthodes de reconstitution des coévolutions du milieu et des sociétés, avec des résultats dont sont en partie tributaires les travaux présentés.

2Dans ce cadre, quels sont les apports de l’ouvrage dans la production scientifique sur l’étude des évolutions environnementales ? Neuf contributions sont rassemblées dont cinq sont fondées sur une démarche d’archéologie environnementale (dues à Anne Bardot-Cambot, Vianney Forest, Marc Cheylan, Jacqueline Argant, Clément Poirier, Jean-François Nauleau et Delphine Barbier-Paint), complétée dans un article par une recherche de géomorphologie (menée par Rémy Arthuis, Evelyne Goubert et Vivien Baudouin) ; quatre articles relèvent d’une approche historique ou géohistorique (contributions de Thierry Sauzeau, Sébastien Périsse, Pierre Caillosse et Michel Bochaca). Trois fils directeurs structurent la réflexion générale.

3Dans tous les cas, les sources et les méthodes utilisées font l’objet de développements relativement longs, voire constituent le cœur du propos. Ainsi le lecteur non spécialiste apprendra-t-il beaucoup sur les apports de l’archéozoologie, un des points forts de l’ouvrage (A. Bardot-Cambot, V. Forest), et notamment sur l’intérêt de certains indicateurs tels que les conchyliorestes et les coprolithes (J. Argant). Les résultats sont d’autant plus intéressants qu’ils sont parfois fondés sur des collaborations anciennes et des données accumulées pendant de nombreuses années, comme c’est le cas avec l’étude croisée de Vianney Forrest et Marc Cheylan sur des taxons archéozoologiques de lièvres, tortues et aurochs dans l’espace du Languedoc et du Roussillon actuels. Les profils palynologiques et les sondages géotechniques sont utilement convoqués. La critique des sources textuelles est menée avec rigueur par les historiens qui illustrent par plusieurs études de cas la rigueur de leur méthode. Le croisement des archives écrites avec les marqueurs archéologiques et géomorphologiques atteint une maturité remarquable dans l’article de Thierry Sauzeau sur l’évolution du littoral saintongeais, depuis le règne de Louis XIV jusqu’au Second Empire.

4Le deuxième intérêt des articles rassemblés est le travail croisé sur des littoraux ou leurs arrière-pays en contexte méditerranéen ou atlantique. Avec des méthodes différentes mais complémentaires, les auteurs traquent des indices permettant de reconstituer les mutations environnementales selon des temporalités et des échelles spatiales très différentes : si l’«  essai de reconstitution paléographique de la Loire » porte sur les évolutions géomorphologiques et paysagères du fleuve entre Nantes et Rezé depuis huit mille ans, en confrontant archives sédimentaires et études palynologiques (R. Arthuis, E. Goubert, V. Baudouin, J.-F. Nauleau et D. Barbier-Paint), l’étude de la lutte contre l’ensablement de la chapelle du Verdon à la Pointe du Médoc se concentre sur une vingtaine d’années à l’aide d’une documentation textuelle (P. Caillosse). De façon générale, les sources et méthodes de la géomorphologie et de l’archéologie environnementale permettent de reconstituer des évolutions beaucoup plus longues que les analyses textuelles, avec des problématiques toutefois différentes : la relation des sociétés au milieu se prête beaucoup moins à des interprétations culturelles ou politiques fines lorsqu’elle se compte en milliers d’années, et la tâche reste difficile sur plusieurs siècles aussi.

5Le troisième fil directeur est justement l’effort pour tenir compte de la place des sociétés dans les changements observés. La façon d’envisager les rapports entre humains et non-humains reste cependant très différente selon les disciplines. Alors qu’historiens et archéologues placent logiquement l’homme au centre de leurs recherches, s’intéressant particulièrement à la mémoire des sociétés à travers chroniques, récits et témoignages (S. Périsse, M. Bochaca) et faisant souvent une place aux représentations, les spécialistes des disciplines environnementales travaillent principalement sur des évolutions matérielles et des aménagements multiformes. Les impacts des interventions humaines sont bien au cœur de la réflexion mais la nature même de la recherche porte dès lors principalement sur la compréhension des effets des actions anthropiques et sur la façon dont elles perturbent les indicateurs étudiés.

6Au-delà des promesses de l’interdisciplinarité, ce volume fait progresser la connaissance de la « mémoire » des environnements littoraux et de leurs arrière-pays. Les mémoires affrontées, celles des sociétés et celles de l’environnement, sont donc une nouvelle fois convoquées pour faire progresser cette frontière de la recherche qu’est la relation entre sciences sociales, sciences de la terre, et sciences de la vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fournier, « Anne Bardot-Cambot, Laurence Tranoy, L’environnement en mémoire. Marqueurs, outils et perspectives », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016, 88-89.

Référence électronique

Patrick Fournier, « Anne Bardot-Cambot, Laurence Tranoy, L’environnement en mémoire. Marqueurs, outils et perspectives », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/1288

Haut de page

Auteur

Patrick Fournier

Maître de conférences en histoire moderne, université Blaise Pascal, Clermont II

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org