Navigation – Plan du site
Varia
Analyses d'ouvrages

Pierre Teissier, Une histoire de la chimie du solide. Synthèses, formes, identités

Entrevue avec Pierre Teissier (Université de Nantes), par Danielle Fauque, docteur en histoire des sciences (Groupe d’histoire et de diffusion des sciences d’Orsay, université Paris Sud) à l’occasion de la parution de l’ouvrage Une histoire de la chimie du solide, Hermann, 2014
Pierre Teissier
p. 91-93
Référence(s) :

Pierre Teissier, Une histoire de la chimie du solide. Synthèses, formes, identités, Paris, Hermann, 2014, 516 p.

ISBN 978-2-705-68807-3

Texte intégral

1En 2014, l’éditeur Hermann publiait Une histoire de la chimie du solide, fruit d’une décennie de recherche de Pierre Teissier. Celui-ci est maître de conférences en histoire des sciences et des techniques depuis 2010 au Centre François Viète, à l’université de Nantes, où il anime le thème « Histoire des matériaux et de l’énergie à l’époque contemporaine ». Ouvrage singulier par son sujet, la chimie du solide, qui a priori ne semble pas être un objet médiatique particulièrement attractif, et au titre modeste, puisque l’auteur ne prétend pas dépeindre l’histoire complète de la discipline, mais simplement un portrait de groupe, décliné par le sous-titre : Synthèses, formes et identités. À la lecture, l’ouvrage est loin d’être modeste. Il se révèle dense, foisonnant, exprimant des traits empreints d’humanité ce qui le rend passionnant. L’auteur ne manque pas d’un humour doux marquant un certain décalage entre sa propre position et celle des acteurs qu’il regarde sur la scène de l’histoire. Il s’agit d’une histoire récente, où les nuances des portraits et des situations méritent une attention toute diplomatique. Beaucoup des chimistes impliqués dans cette histoire sont encore de ce monde, et P. Teissier a eu le talent de les interroger sur leur expérience et leurs souvenirs.

2Cet ouvrage, assez unique dans le paysage éditorial français en histoire des sciences, a et aura plusieurs comptes rendus ou analyses. C’est pourquoi nous avons avancé l’idée d’interroger l’auteur sur sa formation et ses motivations, et sur les moyens choisis pour cette étude. Notre exposé tient donc tout autant de la genèse d’une discipline que de celle d’un livre, autour de quatre points principaux : la démarche de l’auteur, l’évolution de la discipline elle-même, l’accompagnement institutionnel dans l’exemple du CNRS, et les « familles » les plus émergentes au cours de la période longue qui couvre l’entre-deux-guerres et la seconde moitié du XXe siècle.

La démarche de l’auteur

3DF. Pierre, pourrais-tu nous préciser ta formation et les voies par lesquelles tu as été amené à écrire un tel ouvrage ?

4PT. J’ai suivi une formation scientifique classique qui m’a amené à Physique chimie Paris (ESPCI). Je suis donc ingénieur chimiste à la base. À l’ESPCI, nous devions suivre un stage d’ingénieur dans l’industrie et un autre de chercheur en laboratoire. Ni l’une ni l’autre de ces deux expériences préprofessionnelles ne m’ont suffisamment passionné pour que je continue. Il me manquait quelque chose, comme donner un sens à toutes ces activités. J’ai donc décidé de préparer un DEA d’histoire des sciences à l’université Denis-Diderot (Paris VII). De nouveaux horizons intellectuels se sont dessinés pour moi à l’écoute des sociologues constructivistes d’une part, pour qui un fait est socialement construit et historiquement situé, et des philosophes rationalistes d’autre part qui conçoivent la connaissance comme intemporelle. Ces représentations opposées du monde m’offraient des outils intellectuels pour appréhender différemment l’activité scientifique, notamment la chimie dont j’étais issu. Olivier Darrigol, qui animait un cours d’histoire de la physique, m’a alors dirigé vers Bernadette Bensaude-Vincent, philosophe et historienne des sciences, professeure à l’université de Nanterre (Paris X). Spécialiste de la chimie, et travaillant à cette époque sur l’histoire de la nouvelle science des matériaux aux États-Unis, B. Bensaude-Vincent m’a conseillé d’investir mes compétences dans ce sujet contemporain et, plus particulièrement, d’étudier le cas français. Si les Américains mettaient en avant des aspects interdisciplinaires et utilitaires des matériaux, les Européens insistaient et développaient une approche disciplinaire entre chimie du solide et physique du solide, centrée sur les savoirs plutôt que sur les utilisations sociales. Il fallait croiser les archives orales et les archives institutionnelles. J’ai donc pris comme sujet de mémoire de DEA (2004) l’étude du Laboratoire de la chimie du solide de Robert Collongues (1950-2000) à Chimie Paris (ENSCP). J’ai élargi cette étude au cas français en thèse pour laquelle j’ai bénéficié d’une bourse ministérielle, et que j’ai soutenue en 2007. J’ai ensuite développé la partie internationale (relations entre la France, l’Angleterre, l’Allemagne et les États-Unis), permettant de rééquilibrer cette histoire dans cet ouvrage qui finalement a demandé dix années de travail.

L’évolution de la discipline

5DF. Comment as-tu choisi d’appréhender l’évolution de la discipline ?

6P.T. L’idée était de suivre le passage d’une communauté de recherches vers une communauté disciplinaire, c’est-à-dire un corpus de connaissance qui, en s’ancrant progressivement dans un enseignement, s’autonomise par rapport à la communauté de départ (par exemple, des enseignants ne faisaient pas partie ou n’avaient pas contribué à former cette communauté), et se stabilise aussi grâce à cette institutionnalisation. Cela commence dans les laboratoires par des échanges de groupes de recherche. Puis ces programmes de recherche vont s’exprimer dans les congrès internationaux (Solvay, IUPAC - International Union of Pure and Applied Chemistry - ou symposia spécialisés), pendant les années 1930-1950. Le réseau est alors très lâche, et se fait ou se défait au gré des réunions.

7DF. As-tu des exemples ?

8PT. Prenons Georges Chaudron (1891-1976), aux Mines de Paris, à Chimie Lille puis à la Sorbonne, et Georges Urbain (1872-1938), à Chimie Paris et à la Sorbonne. Chaudron, qui se dit minéraliste, spécialise son groupe de recherche sur l’étude des métaux et oxydes de fer, entre université et industrie. Il reçoit d’ailleurs la médaille d’or de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (Sein). La moitié de ses étudiants va dans l’industrie et l’autre moitié embrasse une carrière universitaire. Georges Urbain se spécialise dans les terres rares. Entre les deux guerres, ces deux savants pratiquent déjà une chimie du solide sans lui donner ce nom.

9Cette chimie qui n’est pas encore du solide évolue en continuité jusque dans les années cinquante, mais déjà des spécificités apparaissent (solides organiques, polymères, métaux, alliages et oxydes métalliques).

10Au tournant des années soixante, des ruptures se dessinent avec le développement de nouvelles universités ; l’installation de nouveaux laboratoires en province devient une chance. Les unités scientifiques plus petites sont plus propices aux rencontres qui réunissent physiciens, chimistes, métallurgistes et cristallographes. On échange des méthodes, et on utilise plus volontiers des nouvelles techniques jusqu’ici propres aux physiciens. Si jusqu’à la fin des années cinquante, seuls les professeurs communiquaient, à partir de cette époque, les assistants et les doctorants s’expriment aussi et se déplacent.

11La Société chimique de France va favoriser ces échanges en organisant des sessions spécifiques dans ses congrès ou en accueillant des petites équipes en journées d’étude à son siège parisien. Elle a donc joué un rôle œcuménique pour la communauté nationale, favorisant la cohésion du groupe et, en même temps, en faisant émerger les oppositions entre les familles scientifiques, dont deux d’entre elles, plus typées : l’une se ralliant aux méthodes de G. Chaudron, et l’autre aux méthodes d’André Chrétien de la lignée de G. Urbain.

12Le développement de la chimie du solide aura des dynamiques différentes en fonction des nouvelles universités créées après la deuxième guerre mondiale. Le laboratoire de Hagenmuller à Bordeaux aura la croissance la plus rapide. Si en 1950 la « Chaudronnerie » concentrée à Paris et en région parisienne (à Vitry-sur-Seine, CNRS, avec André Michel et à Chimie Paris avec Jacques Bénard) dominait le paysage de la chimie du solide française, en 1980 c’est la « Chrétienté » qui marque le paysage français selon un arc atlantique fort (Lille, Caen Rennes, Nantes, Bordeaux).

Naissance d’une discipline au sein du CNRS. Aspects institutionnels

13DF. Quel est le rôle du CNRS dans cette institutionnalisation de la chimie du solide ?

14PT. Je vois trois fonctions principales. Le CNRS n’invente pas la recherche en France – on trouve de très bons laboratoires à l’université et dans les écoles d’ingénieur dans l’entre-deux-guerres. En revanche, il la popularise à partir des années cinquante et la centralise à travers ses comités nationaux qui structurent la communauté. Ceci a pour effet d’homogénéiser les communautés autour de thèmes valorisés. Certains acteurs ont mentionné la possibilité de sclérose de tels systèmes centralisés entre les mains de quelques mandarins. Deuxième fonction du CNRS : il convainc les chimistes des avantages de l’instrumentation et donne les moyens à la plupart des laboratoires d’acheter des appareils de diffraction des rayons X et de recruter des techniciens pour les faire fonctionner. Enfin, le CNRS a pour effet de valoriser la province par rapport à la région parisienne : jusqu’au milieu du XXe siècle, les professeurs obtiennent un premier poste en province puis s’empressent de revenir à Paris (Paul Pascal, Chaudron, Chrétien, Bénard, Michel, etc.). Dans les années quatre-vingt, les fiefs les plus importants de la chimie du solide sont en province : Bordeaux, Lille, Nantes, Rennes, Strasbourg, etc. On fait carrière en province et on réussit bien grâce à la place disponible et aux moyens supplémentaires des nouvelles universités puis des collectivités locales.

Les fiefs de la chimie du solide

15DF. Quel a été le rôle des archives orales ?

16PT. Les archives orales permettent de donner de la chair au récit, et d’ouvrir des pistes de recherche que les acteurs de l’histoire proposent eux-mêmes. On confronte ensuite ces archives avec les archives institutionnelles et les sources imprimées. Par exemple, la question de l’identité, liée à la mémoire collective, émerge de cette oralité. L’archive orale permet de saisir la façon dont les gens voient leur propre histoire, et la façon dont ils s’identifient à un groupe et à une mémoire collective. C’est de ce corpus d’une trentaine d’interviews, essentiellement de chercheurs français, que j’ai retiré la légende collective des chimistes du solide français que je propose (p. 202).

17DF. Comment as-tu construit cette légende, dont les trames sont présentes tout au long du livre ?

18PT. J’ai identifié des énoncés récurrents dans les interviews et reconstruit un discours cohérent qui s’apparente à un mythe collectif. J’en propose une version sur le mode des légendes chevaleresques pour rendre compte de la structure féodale des écoles de recherche aux niveaux sociaux et cognitifs, chaque fief construisant son originalité en se focalisant sur un élément chimique particulier ou une méthode spécifique.

19Ainsi la « Chaudronnerie » avait la main mise sur les oxydes de fer, G. Urbain et Félix Trombe sur les terres rares, Jean Flahaut (à la suite de son maître Paul Lebeau), les sulfures, la famille Hackspill les alcalins, etc…

20DF. Quel est le rôle de cette légende dans la communauté de chimie du solide ?

21PT. Cette légende collective a deux rôles : l’un a posteriori de légitimation du domaine (on crée l’identité avec des souvenirs communs), et l’autre a priori de rassemblement de chimistes autour de symboles communs qui feront la communauté des solidistes français. Il est intéressant de voir que la légende change en fonction des générations. Deux générations ont eu le même discours, celle de Collongues, né en 1925, et de Paul Hagenmuller, né en 1921, et celle de leurs élèves directs qui ont fini leur thèse au cours des années soixante. Ces générations ont en fait pris le pouvoir dans les laboratoires d’après-guerre, surtout en province ; ils ont construit la chimie du solide en tant qu’institution. Pour eux, la chimie du solide émerge après la seconde guerre mondiale lorsqu’ils décident de fabriquer un discours sur la modernité du solide et la modernité de la pratique soit en utilisant les instruments de la physique (rayons X, diffraction, spectroscopie infra rouge, résonance magnétique nucléaire) recentrant en particulier l’étude sur le cristal minéral quasiment à l’exclusion de tous les autres.

22Donc on a, à la fois des pratiques qui changent dans les laboratoires, avec une génération (qui a fait la guerre, ou vécu l’occupation de la France) qui prend le pouvoir et qui voit la modernisation de la science commune en passant par les moyens de la physique. Ces générations vont balayer la mémoire de ce qui précédait en qualifiant la chimie minérale d’entre-deux-guerres de chimie descriptive et peu instrumentale.

23DF. Ils tuent les pères en quelque sorte ?

24PT. Oui. La légende qui se construit dans les années cinquante et soixante a le pouvoir de rassembler les chimistes autour des idées nouvelles, dites « modernes », et cela conduit à former la communauté des chimistes du solide. Mais des pratiques similaires existaient déjà avant. C’est la puissance symbolique des mythes collectifs que de fabriquer de nouvelles « sociabilités ». On a besoin de ces mythes pour vivre ensemble, de ces identités partagées pour faire communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Teissier, « Pierre Teissier, Une histoire de la chimie du solide. Synthèses, formes, identités », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016, 91-93.

Référence électronique

Pierre Teissier, « Pierre Teissier, Une histoire de la chimie du solide. Synthèses, formes, identités », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/1294

Haut de page

Auteur

Pierre Teissier

Maître de conférences en épistémologie, histoire des sciences et des techniques au Centre François Viète de l’université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org