Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Pour la première fois, Histoire de la recherche contemporaine consacre son dossier, l’essentiel de sa pagination, non pas à un champ de recherche ou à la vie des laboratoires ou bien encore à la politique de la recherche, mais à un homme, Hubert Curien, qui, si l’on peut dire, semble à lui seul incarner tous ces domaines.

2Ce dossier, à travers la présentation et l’analyse de documents et d’archives peu connus, de témoignages et de regards plus distanciés d’historiens, dessine un portrait à la fois riche et vivant d’Hubert Curien ; un portrait de l’homme et du chercheur enthousiaste et s’enthousiasmant pour la cristallographie, mais aussi et surtout un portrait du chercheur engagé dans la politique de la recherche sans être un politicien.

3À l’époque, il n’y a pas si longtemps, entre 1984 et 1986 puis de 1988 à 1993, la recherche avait non seulement un ministre, mais un ministre dont l’action était ancrée dans le travail scientifique et, par là même, centrée sur la rénovation et la reconnaissance des métiers de la recherche.

4Tant à la tête du CNRS, qu’à la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) où il mena une politique sur le long terme et les grands équipements ou bien encore au Centre national d’études spatiales (CNES) et à l’Agence spatiale européenne (ESA), Hubert Curien a marqué par son style et sa façon d’agir, une certaine manière d’être dans la recherche et pour la recherche ; celle évidemment des chercheurs et des enseignants chercheurs.

5Les pages de ce dossier ne délivrent en aucun cas une hagiographie, ce n’est pas le style du Comité pour l’Histoire du CNRS, mais s’attachent plutôt à rappeler, à travers la figure d’un homme, qu’une politique dynamique de la recherche est possible sans faux semblant et sans poudre aux yeux budgétaire ou scientifique.

6Tout, bien évidemment, n’était pas parfait mais, dans ces années déjà un peu lointaines, un dynamisme et un goût de la science s’imposaient sans trop tirer, comme aujourd’hui sur les ficelles de la communication en lieu et place d’une véritable information scientifique et d’un partage des connaissances dirigés vers le large public et à travers l’ensemble du territoire. En cela aussi Hubert Curien a joué un rôle éminent et central.

7J’espère que ce dossier en suscitant, par-delà la personne d’Hubert Curien, une vive réflexion sur les politiques actuelles de la recherche et de l’enseignement supérieur, permettra enfin d’ouvrir le débat au sujet de cette « arlésienne » que l’on dénomme toujours « priorité nationale ».

8On trouvera également dans ce numéro, pour accompagner cette réflexion sur la recherche et ses politiques, plusieurs comptes rendus d’ouvrages et un article très éclairant sur la réalisation de la réplique de la grotte de Lascaux II.

9Je vous souhaite une bonne lecture.

Ce numéro d’Histoire de la recherche contemporaine est dédié à la mémoire de Bernard Decomps qui a coordonné ce dossier et vient de nous quitter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/1302

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org