Navigation – Plan du site
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Introduction

Introduction
Bernard Decomps
p. 106-107

Texte intégral

1Ce dossier de la revue Histoire de la recherche contemporaine consacré à l’œuvre d’Hubert Curien pour développer la recherche et la science, conjugue deux sortes d’apports : des documents d’archive, issus d’institutions auxquelles il a imprimé sa marque pour les avoir dirigées, présidées et parfois créées, et des témoignages de collaborateurs. Il s’agit de rendre compte du rayonnement qui s’attache à cette grande figure de la deuxième moitié du XXe siècle et d’illustrer son art de tirer avantage de toutes les opportunités, dès lors qu’il estime avoir assez d’atouts dans les mains pour promouvoir des avancées de la science et de la connaissance au service de l’humanité.

2Les étapes de la carrière d’Hubert Curien sont, tout d’abord, retracées dans un ordre chronologique : physicien (chercheur et professeur) ; directeur scientifique puis directeur général du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) ; délégué général de la DGRST, (Délégation générale à la recherche scientifique et technique) ; président du CNES (Centre national d’études spatiales), avant d’accéder, par deux fois, (de 1984 à 1986, puis de 1988 à 1993) aux responsabilités ministérielles. Après son départ de la rue Descartes, siège du ministère en charge de la recherche, il exercera encore des responsabilités nationales et internationales, notamment la présidence du conseil du CERN (Conseil européen pour la recherche nucléaire), puis celle de l’Académie des sciences.

3Qualifié de « Ministre technicien » par les médias au soir de sa première nomination, Hubert Curien est perçu comme un scientifique de talent dans la continuité de brillantes études. C’est également un administrateur avisé d’institutions de recherche et une personnalité courtoise, bienveillante à l’égard de ses interlocuteurs. Ces qualités éminentes suffisent-elles à caractériser la personnalité d’un ministre prestigieux, ami et confident du président de la République François Mitterrand ? Ce dernier lui confie la présidence du Comité de soutien pour sa réélection en 1988, alors qu’il est connu qu’Hubert Curien ne s’est jamais investi vraiment dans la vie politique ou syndicale.

4L’itinéraire d’Hubert Curien est jalonné de réussites. Des exemples ? Quand il succède à Pierre Jacquinot à la tête du CNRS, il amortit en douceur la déception et le choc créés par le déficit d’intérêt pour la recherche du nouveau chef de l’État. C’est à la DGRST qu’il a entreprend l’une des grandes œuvres de sa vie : la mise en place de soutiens forts et durables à la formation aux métiers de la recherche. Nommé dans la précipitation à la présidence du CNES, au moment où le Centre est secoué par l’angoisse et le doute, il parvient, les programmes Ariane et Spot aidant, à y rétablir la confiance. À l’issue de ses mandats de ministre, Hubert Curien réussira le tour de force d’amener les grands partenaires extra-européens à contribuer financièrement aux détecteurs du CERN sans modifier les statuts de cette institution emblématique de l’Europe de la science. Ces détecteurs permettront en 2013, huit ans après sa disparition, de mettre en évidence le boson de Higgs.

5Au fil des analyses, la simple relation chronologique des responsabilités assumées - que l’on pourrait résumer par un long « apprentissage » du métier de ministre, suivi de l’exercice de la fonction proprement dite - n’apparaît pas suffisante pour éclairer sa personnalité. Nous proposons, pour aller plus loin, de mettre en lumière quelques orientations personnelles, suivies avec constance tout au long de la vie d’Hubert Curien, quant à la façon de construire une politique de la recherche et de la connaissance, et de la placer au service du bien commun

6La première de ces transversalités, ou permanences, est celle du professeur, prompt à rendre accessible, à tous les publics et en toute circonstance, la cohérence entre les observations et les phénomènes qu’on prétend démontrer. La suivante, corrélative à la première, est celle du partage de la science, qui invite le monde de la recherche à s’investir dans des musées et les débats sciences-technologies. Cet élan vers le partage va prendre une nouvelle dimension avec la Science en fête, ce moment où les chercheurs sont invités à ouvrir les portes de leurs laboratoires, pour accueillir leurs concitoyens des alentours, de façon souvent ludique, dans ce lieu magique qui inspire trop souvent la crainte.

7L’ancrage de la recherche dans les territoires a été amorcé dès le passage au CNRS d’Hubert Curien, avec la création des ERA et LA (Équipes de recherche et Laboratoires associés au CNRS) au sein même des nouvelles implantations universitaires, puis avec les laboratoires mixtes associant des partenaires industriels. Cette dynamique s’est poursuivie à la DGRST dans un dialogue avec la DATAR (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale), a été encouragée par la création des régions, puis enfin amplifiée par la mise en œuvre des CPER (Contrats de plan État-régions) et l’inlassable travail des délégués régionaux à la recherche et à la technologie. Il tire bénéfice de la Science en fête. Enfin la dimension internationale de la recherche est poursuivie et exploitée avec persévérance : Hubert Curien la voit comme une source d’excellence en termes de recherche et, en même temps, un instrument diplomatique au service de la construction de l’Europe et de la paix. Il saura même tirer parti des intérêts historiques entre les capitales régionales et les différentes parties du monde.

8« Vous croyez ? » ou « Tu crois ? » pour les intimes : c’était l’exquise (et un peu énigmatique) réponse ironique d’Hubert Curien à ceux qui ne l’avaient pas convaincu, ce qui les poussait à revenir à la charge avec confiance à l’occasion d’une nouvelle opportunité. On pourrait évoquer aussi, et plus encore, le respect qu’il portait aux acteurs de la recherche, l’importance qu’il attribuait à la construction d’un environnement favorable et rassurant pour leurs activités, ainsi qu’à la dimension éthique de l’exploitation des découvertes. Les textes qui suivent corrigeront, je l’espère, ces lacunes.

9Chaque lecteur qui a aura eu la chance de rencontrer Hubert Curien ne manquera pas d’enrichir de souvenirs personnels son portrait : une personnalité riche et profonde, à la fois discrète et généreuse, aux facettes si nombreuses qu’il en restera toujours à découvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Decomps, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 106-107.

Référence électronique

Bernard Decomps, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/1304 ; DOI : 10.4000/hrc.1304

Haut de page

Auteur

Bernard Decomps

Chercheur en physique des lasers et professeur d’université

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org