Navigation – Plan du site
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien à la DGRST

Hubert Curien a été délégué général à la recherche scientifique et technique de 1973 à 1976. Il a succédé à un autre physicien, Pierre Aigrain, et il a eu pour successeur Bernard Gregory, également physicien. Depuis la guerre, en France et ailleurs, la politique scientifique était affaire de physiciens.
Hubert Curien at the GDSTR
Jacques Sevin
p. 124-127

Résumés

De 1973 à 1976, Hubert Curien a exercé les fonctions de Délégué général à la recherche scientifique et technique. À la tête de la DGRST qui préparait et coordonnait la politique scientifique et le budget annuel de la recherche publique, il était au cœur de la machine gouvernementale. On évoquera les temps forts du mandat d’Hubert Curien : volonté gouvernementale de relance et structuration de la recherche publique, mise en place sous son leadership d’une nouvelle organisation de la formation des jeunes chercheurs, période cruciale de l’Europe spatiale où Hubert Curien allait, par la suite, jouer un rôle clé.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Aperçu du texte

Hubert Curien a été délégué général à la recherche scientifique et technique de 1973 à 1976. Il a succédé à un autre physicien, Pierre Aigrain, et il a eu pour successeur Bernard Gregory, également physicien. Depuis la guerre, en France et ailleurs, la politique scientifique était affaire de physiciens.

Quelques rappels : le poste de délégué général a été créé par le général de Gaulle en 1958 suivi, quelques années après, par la création de la délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST). Nommé en Conseil des ministres le délégué et sa petite administration de mission, la DGRST, étaient en quelque sorte une préfiguration du ministère de la Recherche. Le délégué général et la DGRST ont d’abord été sous l’autorité d’un ministre d’État ou secrétaire d’État auprès du Premier ministre, puis, ce fut le cas pendant le mandat d’Hubert Curien, rattachés à un ministre en charge d’autres fonctions gouvernementales, en l’occurrence le ministre de l’Industrie et de la Rech...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Sevin, « Hubert Curien à la DGRST », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 124-127.

Référence électronique

Jacques Sevin, « Hubert Curien à la DGRST », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 22 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/1319 ; DOI : 10.4000/hrc.1319

Haut de page

Auteur

Jacques Sevin

Jacques Sevin a consacré sa carrière à la politique scientifique. De retour des États-Unis où il avait participé aux travaux très innovateurs développés à Harvard et au MIT, il rejoint la DGRST où il devient responsable de la planification de la recherche. Membre du comité d’organisation du colloque national de 1981, il participe à la rédaction de la Loi d’orientation et de programmation (LOP) de 1982, et rejoint ensuite le CNRS où il a été en charge d’une direction de la programmation budgétaire puis de la stratégie et des programmes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org