Navegación – Mapa del sitio
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien à la présidence du Cnes

En 1976, pour sortir d’une grave crise l’agence spatiale française - le Cnes - le Gouvernement nomme à sa présidence un scientifique. Les ingénieurs du Cnes s’inquiètent : soutiendra-t-il le programme encore en gestation du lanceur Ariane ? Hubert Curien fera encore mieux…
Hubert Curien at the head of the CNES
Jacques Arnould
p. 128-136

Resúmenes

Président du Centre national d’études spatiales (Cnes) de juillet 1976 à juillet 1984, Hubert Curien a soutenu le programme du lanceur Ariane, avec le succès inaugural de décembre 1979, puis la création de la société Arianespace. Il est aussi à l’origine du programme d’observation spatiale Spot (Système probatoire d’observation de la Terre puis Satellite pour l’observation de la Terre). Au Cnes comme à l’Agence spatiale européenne (ESA) qu’il a présidée avec une grande diplomatie, puis au ministère de la Recherche, il a eu à cœur de mettre la science au centre de programmes spatiaux internationaux ambitieux (avec les USA et l’URSS en particulier), sans jamais oublier la dimension éducative de l’espace.

Inicio de página

Extracto

El texto completo de este documento se publicará en línea en diciembre 2018.

Plano

La fusée, le président et les boules de neige
Sortir le Cnes de la crise
L’étoffe européenne
La science et la société
Compte-à-rebours pour un ministère
Le ministre, la comète et la navette
Rencontres du troisième type
Remerciements

Vista previa

La fusée, le président et les boules de neige

Lorsqu’en 1973 il est question de baptiser le nouveau lanceur européen en cours de conception, une liste de trois noms est soumise à Jean Charbonnel. À Michel Bignier qui dirige alors le Centre national d’études spatiales (Cnes), le ministre du développement industriel et scientifique répond : « Merci de m’avoir consulté. J’ai décidé que la fusée s’appellera Ariane ». Le nom ne figure pas sur la liste. Une manière sans doute de rappeler qu’à cette époque l’espace est d’abord, pour ne pas dire seulement, « le fait du prince ». Est-il d’ailleurs possible de nommer autrement la décision du général de Gaulle de créer le Cnes ? « Allez-y ! », se contente de dire le président de la République à Pierre Auger à l’issue d’un conseil des ministres au cours duquel il a été question de l’opportunité de créer une organisation spatiale nationale. Et, le 19 décembre 1961, le Cnes est officiellement fondé. Dix ans plus tard, Jean Charbonnel réaffirme à s...

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Jacques Arnould, « Hubert Curien à la présidence du Cnes », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 128-136.

Referencia electrónica

Jacques Arnould, « Hubert Curien à la présidence du Cnes », Histoire de la recherche contemporaine [En línea], Tome V-N°2 | 2016, Publicado el 15 diciembre 2018, consultado el 19 octubre 2017. URL : http://hrc.revues.org/1325

Inicio de página

Autor

Jacques Arnould

Historien des sciences, Jacques Arnould est chargé des questions éthiques au Centre national d’études spatiales. Sur ce sujet, il a publié Icarus’ Second Chance. The Basis and Perspectives of Space Ethics (2011), Le rire d’Icare. Essai sur le risque et l’aventure spatiale (2013), Une perle bleue (2015), Demain l’Espace (2016).

Inicio de página

Derechos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Inicio de página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org