Navigation – Plan du site
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Le ministre Hubert Curien

À travers les décennies, les mandats ministériels d'Hubert Curien laissent le souvenir, en France, d'un « âge d'or » de la recherche. Dans le but de comprendre les conditions de cette réussite exceptionnelle, le présent texte propose quelques éclairages.
Hubert Curien as a minister
Philippe Waldteufel
p. 137-153

Résumés

Pendant ses mandats ministériels (1984-1986 puis 1988-1993), Hubert Curien a donné une forte visibilité à la recherche au sein de l’action gouvernementale. Il a agi dans tous les domaines : outils de pilotage (tableaux de bord, prospective, évaluation) ; renforcement de l’organisation de la recherche publique ; cohérence accrue du Budget civil de recherche ; montée en puissance de la recherche industrielle ; développement des rapports entre science, société et citoyen… sans oublier la prédilection pour l’Espace ni, surtout, la priorité qu’Hubert Curien a, toute sa vie durant, donnée à la formation par la recherche.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Un nouveau métier
L’arrivée au Gouvernement
Des éléments de feuille de route
Des atouts
La « fiche de poste »
Au Conseil des ministres
Au premier rang de l’action gouvernementale
Anticiper, connaître, évaluer
Une recherche publique performante
Mieux organiser
Chercheur heureux, chercheur fructueux
Susciter les synergies
Le ministre du BCRD
Recherche et vie économique
Outils et procédures
Programmes
Au-delà des frontières
Science, citoyen, société
Culture scientifique et technique
Ancrage sur les territoires
Enjeux sociétaux,
Un accomplissement
Les légitimités d’Hubert Curien
Au bout du compte

Aperçu du texte

Un nouveau métier

L’arrivée au Gouvernement

Laurent Fabius a été nommé Premier ministre le 17 juillet 1984. Il était depuis un an, ministre de l’Industrie et de la Recherche. À ce titre, il avait reçu à plusieurs reprises Hubert Curien, président du CNES, et ils avaient eu, en particulier, un long entretien au printemps 1984 après le succès du lancement d’Ariane 2. Laurent Fabius appréciait les qualités d’Hubert Curien et sa connaissance approfondie du monde de la recherche.

La gestion conjointe des ministères de l’Industrie et de la Recherche n’était pas facile compte tenu de la différence d’intervention dans les deux entités. Le Premier ministre proposa donc au président de la République de nommer Édith Cresson, ancien chef d’entreprise, à l’Industrie, et Hubert Curien, chercheur de formation et très au fait des technologies, ministre de la Recherche et de la Technologie.

On revient ainsi au périmètre couvert par Jean-Pierre Chevènement à l’orée du septennat. Dans l’ordre du tableau,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Waldteufel, « Le ministre Hubert Curien », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 137-153.

Référence électronique

Philippe Waldteufel, « Le ministre Hubert Curien », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 mars 2017. URL : http://hrc.revues.org/1334 ; DOI : 10.4000/hrc.1334

Haut de page

Auteur

Philippe Waldteufel

Philippe Waldteufel, né en 1941, ancien du CNRS, est physicien de l’atmosphère. Il reste actif dans l’équipe responsable de la mission spatiale SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity) de l’ESA. De 1988 à 1993, il a été membre du cabinet d’Hubert Curien, puis directeur au sein de la Direction générale de la recherche et de la technologie.

Articles du même auteur

  • Hubert Curien et l'international [Texte intégral disponible en décembre 2018]
    Les frontières existent ; pour Hubert Curien, cependant, la science n’en connaît pas. Sa vie durant, en visite sur tous les continents, il a œuvré avec ténacité, et de nombreux succès, pour que le rêve d'une coopération scientifique sans entraves, et porteuse de paix, devienne réalité.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org