Navigation – Plan du site
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

La science en fête

Hubert Curien créa La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche. Trente ans plus tard la fête existe toujours et mobilise de plus en plus de participants. Dix autres pays ont créé, depuis, un tel événement.
A festival of science
Marie-Claude Ledur
p. 162-164

Résumés

Hubert Curien a créé La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche et susciter des vocations chez les plus jeunes. Les directeurs d’organismes furent sollicités et, rapidement, des animations furent organisées par les laboratoires à Paris et dans toutes les régions. Les centres de culture scientifique et les musées s’associèrent à l’initiative avec enthousiasme. Le bilan sur toute la France dépassa toutes les espérances : plus de 500 000 personnes participèrent à l’évènement. Le ministre évoqua la science en fête à Bruxelles, lors d’un conseil de la recherche. Trente ans plus tard la science en fête existe toujours et touche un public de plus en plus nombreux. En 2015, dix autres pays ont également fêté la science.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

L’émergence d’une évolution des mentalités dans la communauté scientifique
Une première manifestation nationale de La science en fête
Qu’en est-il, trente ans plus tard ?

Aperçu du texte

Il peut paraître surprenant de classer une initiative singulière prise au cours du second mandat du ministre Hubert Curien parmi les chapitres dédiés à la transversalité. Plusieurs justifications toutefois viennent à l’appui de ce classement. Observons, en effet, que La science en fête est citée, par ailleurs, dans deux chapitres transversaux, « Le partage de la science » et « L’ancrage de la recherche en région », comme si La science en fête venait faire un lien entre les deux. Par ailleurs, depuis son « invention » par Hubert Curien, La science en fête est devenue un événement dans le calendrier de la communauté scientifique, d’abord dans toutes les villes de France, puis dans plusieurs pays d’Europe. En quelque sorte, la transversalité procède davantage de l’héritage de l’événement fondateur que de sa genèse. Quoique, à y regarder de plus près, La science en fête pourrait être considérée comme une réponse à la mise en demeure du président de la République Georges Pompidou à Huber...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Ledur, « La science en fête », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 162-164.

Référence électronique

Marie-Claude Ledur, « La science en fête », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 26 février 2017. URL : http://hrc.revues.org/1356 ; DOI : 10.4000/hrc.1356

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Ledur

Inspecteur général de l’industrie et du commerce au ministère de l’Industrie puis contrôleur général économique et financier au ministère de l’Économie et des Finances. Chef de cabinet d’Hubert Curien de 1984 à 1986 et de 1988 à 1991 puis chargée de mission auprès du ministre jusqu’en 1993.

Articles du même auteur

  • L'ancrage de la recherche en région [Texte intégral disponible en décembre 2018]
    Vosgien, universitaire, Hubert Curien, dans toutes ses fonctions, a pris des décisions pour améliorer la répartition de la recherche dans les territoires. En 1991, ministre dans le gouvernement d'Édith Cresson, il lance un chantier de grande ampleur sur la régionalisation de la recherche, en étroite collaboration avec les organismes de recherche et les instances locales. L'opération eut un immense succès.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org