Navigation – Plan du site
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

L'ancrage de la recherche en région

Vosgien, universitaire, Hubert Curien, dans toutes ses fonctions, a pris des décisions pour améliorer la répartition de la recherche dans les territoires. En 1991, ministre dans le gouvernement d'Édith Cresson, il lance un chantier de grande ampleur sur la régionalisation de la recherche, en étroite collaboration avec les organismes de recherche et les instances locales. L'opération eut un immense succès.
Research and regional development
Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur
p. 165-170

Résumés

Hubert Curien, vosgien d’origine et professeur d’université a toujours été conscient de l’importance de la recherche dans le développement des territoires. Tout au long de sa carrière, dans ses différents postes au CNRS, au CNES à la DGRST, il mettra en place des structures de nature à favoriser le rapprochement des laboratoires des organismes et des universités et développera les centres de recherche régionaux. En 1992, ministre de la recherche, il lancera un grand programme de régionalisation en impliquant tous les acteurs concernés. Aujourd’hui, on a du mal à imaginer ce que serait la recherche publique en France sans cette initiative.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

Un contexte institutionnel et politique en pleine évolution
Hubert Curien, un ministre de « terrain »
Une politique de la recherche en région décryptée au fil de deux communications
Le coup d’accélérateur du gouvernement Cresson
Les mésaventures du Cemagref
Mieux qu’un commentaire

Aperçu du texte

Un contexte institutionnel et politique en pleine évolution

Depuis le milieu des années soixante-dix, la politique de recherche publique est interpellée par la question de la localisation des moyens (équipements scientifiques, équipes de chercheurs, etc.). La Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale), qui exerce son magistère dans ce domaine, ne peut jouer que sur les politiques publiques et prend en ligne de mire le slogan « Paris ou le désert français ». Or, les activités de la recherche publique, plus que toutes autres, sont concentrées sur Paris et la proche couronne. La DGRST, chargée de créer les meilleures conditions possibles d’une recherche de qualité, agit le plus souvent comme un frein aux exigences de la Datar. En réalité, les deux institutions, localisées l’une et l’autre à Paris, recherchent des compromis intelligents : l’installation du Ganil (Grand accélérateur national d’ions lourds) à Caen profitera d’ailleurs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur, « L'ancrage de la recherche en région », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 165-170.

Référence électronique

Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur, « L'ancrage de la recherche en région », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 26 février 2017. URL : http://hrc.revues.org/1366 ; DOI : 10.4000/hrc.1366

Haut de page

Auteurs

Laurent Beauvais

Laurent Beauvais intègre le ministère de la Recherche en 1981. Il est nommé secrétaire général du Conseil supérieur de la recherche et de la technologie en 1983 En 1987 et 1988 il est adjoint au secrétaire général du Cirad. En 1988 il rejoint le cabinet d’Hubert Curien en tant que conseiller technique, puis comme chef de cabinet en 1991. En 1993 il est directeur administratif de l’IN2P3, quatre ans plus tard il est nommé secrétaire général du Ganil. Il est élu par ses pairs à la présidence de la région Basse-Normandie en 2008 puis réélu en 2010, fonction qu’il assure jusqu’en 2015. Il est, depuis janvier 2016, conseiller maître en service extraordinaire, à la Cour des comptes.

Marie-Claude Ledur

Articles du même auteur

  • La science en fête [Texte intégral disponible en décembre 2018]
    Hubert Curien créa La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche. Trente ans plus tard la fête existe toujours et mobilise de plus en plus de participants. Dix autres pays ont créé, depuis, un tel événement.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org