Navigation – Plan du site
Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien et l'international

Les frontières existent ; pour Hubert Curien, cependant, la science n’en connaît pas. Sa vie durant, en visite sur tous les continents, il a œuvré avec ténacité, et de nombreux succès, pour que le rêve d'une coopération scientifique sans entraves, et porteuse de paix, devienne réalité.
Hubert Curien on the international stage
Philippe Waldteufel et Philippe Zeller
p. 171-181

Résumés

Dans toutes ses responsabilités, Hubert Curien a encouragé la coopération scientifique internationale, porteuse de progrès et souvent génératrice de projets de grande ampleur. En sens inverse, en tant que ministre aux côtés du président François Mitterrand, il s’est employé à mettre cette coopération au service de la diplomatie, particulièrement lors de la période délicate de l’effondrement du bloc soviétique. De même, il a œuvré avec pragmatisme et persévérance à la construction de l’Europe de la science. Hubert Curien, ancien maquisard, laisse le souvenir d’un partisan infatigable de l’amitié franco-allemande et de la paix.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2018.

Plan

La coopération internationale au service de la science
Science et diplomatie
Au croisement de la rue Descartes et du quai d’Orsay
Les années quatre-vingt : un effondrement, des émergences, des opportunités
La leçon d’Hubert Curien
La vision européenne
Le Cern, grand équipement scientifique européen emblématique
Les institutions européennes
EUREKA
Le domaine spatial
Le dernier retour au Cern
Un combattant de la paix
Un nom qui survit à travers le monde

Aperçu du texte

La coopération internationale au service de la science

La pratique scientifique d’Hubert Curien, ses responsabilités à la tête d’institutions majeures de recherche tant nationales qu’européennes, lui ont donné la conviction qu’une nation comme la France se devait de donner l’exemple en matière de coopération scientifique internationale.

Il savait aussi d’expérience toute la valeur et toute la saveur, des collaborations transnationales de chercheur à chercheur, au temps pourtant où les relations entre eux se faisaient encore par le courrier ordinaire ou le fax, la lecture académique des publications dans les revues spécialisées ou le privilège rare d’un déplacement et d’un séjour au sein du laboratoire d’un collègue. Cette dimension quasi individuelle de la coopération internationale justifiait alors le temps que, même ministre, il n’hésitait pas à consacrer à ses étudiants étrangers de sa chaire de cristallographie de l’université Pierre et Marie Curie. L’un d’entre eux, de nationali...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Waldteufel et Philippe Zeller, « Hubert Curien et l'international », Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 171-181.

Référence électronique

Philippe Waldteufel et Philippe Zeller, « Hubert Curien et l'international », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 29 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/1380 ; DOI : 10.4000/hrc.1380

Haut de page

Auteurs

Philippe Waldteufel

Articles du même auteur

  • Le ministre Hubert Curien [Texte intégral disponible en décembre 2018]
    À travers les décennies, les mandats ministériels d'Hubert Curien laissent le souvenir, en France, d'un « âge d'or » de la recherche. Dans le but de comprendre les conditions de cette réussite exceptionnelle, le présent texte propose quelques éclairages.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016

Philippe Zeller

Diplômé d’HEC, ancien élève de l’ENA, Philippe Zeller, diplomate, a été conseiller diplomatique d’Hubert Curien. Il a occupé des postes de gestion et servi aux Seychelles, au Maroc, et, en qualité d’ambassadeur, en Hongrie, en Indonésie, au Timor Est et au Canada. Il a également été préfet de l’Ariège. Il est aujourd’hui ambassadeur près le Saint-Siège.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org