Navigation – Plan du site
Dossier : Chimie, comment se font les découvertes

Polyhydrures et nanoparticules : 35 ans avec la chimie organométallique

Polyhydrides and Nanoparticles: A 35 year Trip in Organometallic Chemistry
Bruno Chaudret
p. 118-125

Résumés

Formé en chimie organométallique à l’Imperial College, Bruno Chaudret s’est intéressé durant les années 1980-1990 à la chimie des interactions de l’hydrogène avec les métaux de transition, notamment les polyhydrures et les complexes de l’hydrogène moléculaire. En parallèle, il a développé depuis la fin des années 1980, une nouvelle approche de synthèse de nanoparticules métalliques à partir de précurseurs organométalliques. Cette approche s’est fortement diversifiée et permet d’accéder à des nanoparticules de taille, forme surface et propriétés physiques et chimiques contrôlées.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de cet entretien avec la rédaction, Bruno Chaudret évoque sa trajectoire, celle d’un scientifique hors pair, depuis sa scolarité au cours de laquelle est apparue sa vocation de chimiste, jusqu’aux circonstances qui l’ont amené à maîtriser la synthèse de nanoparticules par voie organométallique, une méthode lui permettant d’en contrôler la taille et les principales propriétés.¨

La Rédaction (R) : Monsieur le Professeur, la rédaction de la revue Histoire de la Recherche contemporaine vous remercie d’avoir accepté de lui accorder cette interview destinée à être publiée dans un dossier consacré à de grandes avancées récentes de la chimie.
Les premières questions que nous vous poserons concernent votre parcours scientifique, et tout d’abord, pourriez-vous nous expliquer comment vous avez choisi la chimie en tant que discipline à laquelle vous alliez consacrer vos travaux ?

Bruno Chaudret (BC) : Il peut paraître curieux à quelqu’un qui se considère encore presque comme un « jeune chercheur » de décrire son parcours scientifique pour une revue d’histoire des sciences. L’exercice est périlleux mais présente un intérêt : celui d’essayer de comprendre ce qui a motivé les choix effectués. Un des aspects que je souhaite développer est l’importance des rencontres dans ces choix.

  • 1 L’iodure d’azote est un explosif spectaculaire, mais sans réel danger

Pour répondre à votre question, c’est en classe de première et grâce à mon professeur de physique-chimie qui aimait vraiment la chimie et n’a pas minimisé le côté pratique de cette science que j’ai décidé de devenir chimiste. J’ai rencontré cette discipline par une séance de travaux pratiques consacrée à la chloration des alcanes. La réaction est initiée photochimiquement par la combustion d’un ruban de magnésium et n’est sans doute plus autorisée. Elle a cependant eu le mérite de me faire apprécier la chimie macroscopique : déroulement d’une réaction, changement de couleur, et la chimie conceptuelle : écriture d’une équation réactionnelle. Je dois avouer que c’est le côté pratique et spectaculaire qui m’a le plus intéressé. D’autres expériences comme les réactions du sodium avec l’eau ou la synthèse de l’iodure d’azote1 NI3 m’ont également beaucoup intéressé.

  • 2 École nationale supérieure de chimie de Paris
  • 3 Institut français du pétrole
  • 4 Il s’agissait du cycle d’hydroformylation des alcènes catalysée par une version carbonyle du cataly (...)

En classe préparatoire, puis à l’ENSCP2 j’ai pris contact et apprécié la chimie organique notamment la chimie des groupements carbonylés et des hétérocycles grâce à des professeurs comme Marc Julia. Cependant, l’évènement déclencheur, comme on dit dans les romans policiers, a été la présentation par un ingénieur de l’IFP3, en deuxième année d’étude, d’une réaction d’addition sur les alcènes catalysée par un composé de coordination du rhodium4. La danse des molécules dans la sphère de coordination du cobalt ou du rhodium m’a convaincu de me consacrer à la chimie (Fig. 1).

Figure 1. Mécanisme de l'hydroformylation de l'éthylène catalysée par un complexe de cobalt

Figure 1. Mécanisme de l'hydroformylation de l'éthylène catalysée par un complexe de cobalt

R : Quels souvenirs gardez-vous de vos premiers travaux de recherche ?

BC : Après une microthèse consacrée à la chimie du ruthénium, j’ai été accepté en 1975 à l’Imperial College de Londres pour préparer une thèse sous la direction de Geoffrey Wilkinson (prix Nobel de chimie 1973). Le sujet concernait la synthèse de composés organométalliques originaux du ruthénium et leur utilisation pour deux réactions nouvelles : l’addition d’eau à des doubles liaisons carbone-carbone et « l’activation C-H » c’est-à-dire la rupture sur le ruthénium et dans des conditions douces d’une liaison C-H. Le sujet était passionnant mais difficile et les étudiants en thèse étaient largement livrés à eux-mêmes, les rencontres avec Wilkinson étant riches mais rares. De plus, le nouvel arrivant devait faire ses preuves avant d’être admis dans le groupe des proches de Geoffrey. Heureusement le groupe de recherche était solidaire et grâce au soutien des collègues (qui sont devenus des membres éminents de la communauté scientifique internationale : David Cole-Hamilton professeur à Saint-Andrews, Richard Andersen professeur à Berkeley, Ernesto Carmona professeur à Sevilla, Roberto Sanchez-Delgado professeur à Caracas puis à New-York, …), j’ai pu passer l’épreuve.

R : Ensuite, vous avez décroché un poste permanent en France. Pouvez-vous nous dire comment ont alors évolué vos recherches ?

BC : Muni de ce PhD, j’ai été recruté comme attaché de recherche au CNRS au laboratoire de chimie de coordination à Toulouse (LCC). Là, j’ai complété mon PhD et soutenu une thèse d’État en 1979 sous la direction du Professeur René Poilblanc. De retour du service militaire, fin 1980, je me suis posé la question fondamentale de savoir vers où je souhaitais développer mes recherches. J’avais 27 ans, un poste permanent, peu de moyens, un cadre qui était celui du groupe de recherche de René Poilblanc et plus largement de la chimie organométallique, et la liberté quasi-totale d’orienter mes recherches. De plus, la pression sur les publications et les indices d’impact existait mais n’avait rien à voir avec la situation actuelle. Ce n’est pas l’objet de cette interview, mais, si ce n’était pas l’âge d’or, toutes les conditions étaient réunies pour avoir le temps de réfléchir et d’ouvrir des voies originales.

Cette période, fin des années 1970 et début des années 1980, était marquée par l’influence du « premier choc pétrolier » sur la recherche. Les thèmes d’actualité et que le CNRS soutenait, étaient liés à l’énergie, soit dans mon domaine :
La photodissociation de l’eau pour donner de l’hydrogène,
La chimie des molécules en « C1 » : CO, CO2 et CH4.

À un niveau plus fondamental, ceci se traduisait essentiellement par la recherche de molécules organométalliques très réactives et capables d’activer ces petites molécules et également par la recherche d’entités polymétalliques (clusters) capables, pensait-on, de mimer la réactivité des catalyseurs hétérogènes mais pour lesquels pouvaient être utilisés tous les outils de la chimie moléculaire (spectroscopies infrarouge et de résonance magnétique nucléaire, diffraction des rayons X sur monocristaux) permettant de « voir » réellement ce qui se passait.

Les principes qui ont guidé mes choix étaient les suivants :

  • ne pas aller où étaient tous les autres, car je travaillais seul avec des moyens limités, et je n’avais donc aucune chance d’être visible vis-à-vis des grands labos anglais, américains, allemands, …

  • essayer malgré tout d’être pertinent sur les grands problèmes de l’époque (et qui sont encore actuels), en particulier sur l’énergie,

  • développer une chimie originale en utilisant les connaissances acquises à Londres.

R : Comment cela s’est-il traduit, concrètement ?

BC : Ceci s’est traduit par un programme consistant à essayer de synthétiser des composés contenant un ou plusieurs atomes métalliques (polynucléaires) et riches en hydrogène (polyhydrures). Mon expérience limitée m’avait montré que le monoxyde de carbone, CO, désactivait les composés organométalliques auxquels il était lié alors que, par ailleurs, tous les clusters mentionnés ci-dessus étaient très riches en CO. Les composés que je souhaitais préparer étant fragiles et, pour les plus intéressants d’entre eux, inaccessibles par les méthodes classiques, il fallait donc imaginer de nouvelles voies de synthèse. L’idée, largement inspirée par mon PhD, a été d’utiliser ou de préparer des espèces organométalliques, pré-réduites, donc de haute énergie, et de les décomposer dans des conditions douces en utilisant l’hydrogène pour enlever délicatement les molécules organiques insaturées présentes dans la sphère de coordination du métal. À la place, en frustrant le métal de molécules aptes à le stabiliser (ligands), on pouvait espérer voir se fixer beaucoup d’hydrogène sur le métal pour donner des complexes polyhydrures et forcer le métal à se condenser pour donner des clusters également polyhydrures.

Cette idée m’a conduit à travailler de 1982 à 2005 dans la chimie moléculaire des composés riches en hydrogène et de 1989 à maintenant sur la chimie des nanoparticules organométalliques. Inutile de dire que cette idée, sans aucune « preuve de concept » et hors des courants à la mode, n’aurait eu aucune chance d’être financée par quelque agence que ce soit…

R : Mais cette piste s’est finalement révélée très riche, n’est-ce pas ?

BC : Je ne vais pas rentrer dans le détail des résultats obtenus sur une période de 30 ans (!) mais reprendre quelques grandes lignes.

Des polyhydrures aux complexes de liaisons et aux « couplages quantiques »

  • 5 Résonance magnétique nucléaire.
  • 6 Un composé silylé est un composé organique dans lequel le silicium remplace le carbone ; le terme « (...)

Le premier complexe obtenu et qui est resté emblématique a été formulé initialement comme RuH6(PCy3)2, où PCy3 désigne la tricyclohexylphosphine. J’avais choisi cette dernière car c’est un ligand très encombrant dont seulement peu d’exemplaires peuvent se coordonner simultanément sur un même ion métallique. La découverte par Kubas au début des années 1980 de la possibilité pour la molécule d’hydrogène de se coordonner à un métal sans se dissocier m’a conduit à reformuler ce complexe en RuH2(H2)2(PCy3)2 (voir Fig. 1). Sa structure, proposée sur une base RMN5 en 1987, a été confirmée par diffraction des rayons X à la fin des années 1990 et par diffraction des neutrons (sur un composé analogue contenant des ligands cyclopentadiényles) en 2005. C’est un complexe qui possède une réactivité extraordinaire : on peut facilement substituer une ou deux molécules de dihydrogène par n’importe quel ligand, y compris une liaison simple C-H, Si-H, B-H, … Non seulement la substitution est possible mais l’activation est possible également. Ces complexes catalysent à température ambiante des réactions complexes comme l’hydrosilylation6 des alcènes, la silylation déshydrogénante qui conduit à des alcènes silylés, le couplage direct d’un hydrocarbure aromatique fonctionnalisé avec un alcène par activation C-H, etc. Cette chimie, toujours d’actualité, est développée maintenant par ma collègue Sylviane Sabo-Etienne au LCC.

Figure 2. Structure moléculaire déterminée par diffraction des rayons X de RuH2(H2)2(PCy3)2 (droite) et d’un analogue dans lequel une molécule de H2 a été substituée par une molécule de silane (Ph3SiH ; gauche).

Figure 2. Structure moléculaire déterminée par diffraction des rayons X de RuH2(H2)2(PCy3)2 (droite) et d’un analogue dans lequel une molécule de H2 a été substituée par une molécule de silane (Ph3SiH ; gauche).

: Vous êtes aussi parvenu à expliquer des anomalies dans certains spectres de résonance magnétique nucléaire de composés riches en hydrogène. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

  • 7 Me désigne le radical méthyle (CH3)

BC : En 1986, une étudiante en thèse, Thérèse Arliguie, maintenant chercheuse au CNRS, me montre un spectre RMN bizarre dans un composé riche en hydrogène, [(C5Me5RuH3(PCy3)]7 , qui après de nombreuses cogitations, semble résulter de la présence de couplages H-H énormes (200 Hz) et variant avec la température. Or les constantes de couplage sont par définition des constantes et donc invariantes avec la température et les couplages H-H ne doivent pas dépasser quelques dizaines d’Hz. Cela a été le début d’une aventure d’une dizaine d’années avec des polémiques transatlantiques, des rencontres avec Hans-Heinrich Limbach, professeur à la Freie Universität de Berlin et spécialiste de RMN, Odile Eisenstein et Jean-Pierre Daudey, chercheurs CNRS et théoriciens qui sont tous devenus des amis. Le problème a été résolu comme résultant de la présence de deux états proches en énergie : un état « hydrure » où l’hydrogène est dissocié près du métal et un état « dihydrogène » dans lequel celui-ci se lie sans dissociation.

R : En 1988, vous êtes promu au grade de directeur de recherche de 2e classe. Comment se sont alors développées vos recherches ?

Les Nanoparticules organométalliques

  • 8 Les phosphines sont des molécules dans lesquelles un phosphore est lié à 3 radicaux organiques
  • 9 Agence nationale de la recherche

BC : À côté de cette activité liée aux hydrures, j’ai souhaité développer de nouvelles idées et, entre autres, revenir à mon idée initiale : les clusters  polyhydrures. J’ai rencontré alors John Bradley, chercheur chez Exxon, et qui s’intéressait à des clusters carbonyles et à leur décomposition thermique pour donner des nanoparticules (à l’époque le nom d’usage était : colloïdes métalliques). La décomposition du même précurseur qui avait conduit à RuH2(H2)2(PCy3)2 et dans les mêmes conditions mais en substituant aux ligands phosphines8 le polymère polyvinyl pyrrolidone (PVP) conduit à des particules de ruthénium cristallisées « monodisperses », c’est-à-dire possédant toutes la même structure (hexagonale compacte) et la même taille, qui s’avère être très petite (1,2 nanomètre). La première réaction a été effectuée, pour autant que je m’en souvienne, en 1989, mais il a fallu quelque temps pour convaincre les physiciens d’accepter de caractériser par microscopie électronique ces objets résultant d’une synthèse chimique en solution… Le principe de cette préparation de très petites particules fonctionne pratiquement quel que soit le précurseur organométallique s’il est d’énergie suffisamment haute et quel que soit le polymère. Nous avons donc rapidement préparé des nanoparticules de ruthénium, palladium, platine, cuivre et d’alliages palladium/cuivre. Il est intéressant de noter qu’en 1990, « on » m’a fortement déconseillé de poursuivre dans cette voie « car la chimie des colloïdes métalliques était une chimie du XIXe siècle sans avenir » (à méditer avant de rédiger une recommandation pour un projet ANR9ou européen) !

R : Il restait à exploiter les fruits de cette véritable percée en matière de synthèse de nanoparticules. Comment cela s’est-il passé ?

  • 10 Chargé de recherche de 1ere classe
  • 11 Institut national des sciences appliquées

BC : En 1994, j'anime un petit groupe de recherches comprenant deux permanents collaborant avec moi : Sylviane Sabo-Etienne, alors CR110 au CNRS qui travaille sur les polyhydrures et Catherine Amiens, maître de conférences à l’UPS. Nos premiers résultats sur les nanoparticules attirent coup sur coup l’attention d’André Fert, professeur de physique à l’INSA11 de Toulouse et d’André Peyre-Lavigne responsable Recherche et Développement de Motorola Toulouse.

  • 12 En cristallographie, le terme « nucléation » ou « germination » désigne le phénomène suivant lequel (...)

André Fert me propose de développer la chimie de nanoparticules de cobalt. Il a fallu presque un an pour mettre au point la synthèse du précurseur que j’avais identifié : Co(C8H13)(C8H12). Dans le même ordre d’idée il nous a fallu 10 ans pour trouver un bon précurseur pour la chimie des nanoparticules de fer. En effet, les précurseurs doivent pouvoir se décomposer dans des conditions douces mais également pouvoir être chauffés pour donner lieu à une nucléation12 rapide. Par contre, le développement de la chimie et de la physique de ces particules a été très rapide car la synthèse, une fois mise au point, est facile et reproductible et les nanoparticules de cobalt et de fer obtenues sont monodisperses et reproduisent les propriétés magnétiques de nanoparticules fabriquées en phase gazeuse dans l’ultra-vide. Il est donc possible par des méthodes très simples d’obtenir des particules « de bonne qualité » et pertinentes pour des études physiques. C’est le début d’une collaboration de plus de 15 ans qui a conduit à mettre en place le LPCNO, laboratoire dans lequel je me trouve actuellement.

André Peyre-Lavigne, de son côté, voulait développer chez Motorola une activité sur les capteurs chimiques. Il envisageait deux étapes, d’abord l’élaboration de capteurs par des méthodes classiques de la micro-électronique puis un deuxième mode de fabrication qui ferait intervenir des nanoparticules en solution et qui devait conduire selon lui à une mise en œuvre moins coûteuse et à des capteurs plus performants. Les aléas des choix industriels, le transfert de l’activité à une petite entreprise en création, MiCS (Micro-Chemical Systems) et l’échec de la filière purement micro-électronique ont conduit à vouloir rapidement industrialiser le procédé à base de nanoparticules. Dans ce cas, on mesure rapidement la différence entre recherche et développement. Entre la prise de contact initiale et la mise sur le marché des capteurs, il s’est écoulé sept ans dont un seul pour imaginer le matériau, la méthode de synthèse, déposer les particules sur une puce et valider la preuve de concept et six pour transformer cette technologie expérimentale en produit industriel ! Ce travail nous a permis de collaborer avec des industriels de la micro-électronique et de démontrer que la chimie en solution d’espèces métalliques pouvait être compatible avec les salles blanches. Des collaborations dans ce domaine et des domaines voisins sont encore en cours avec ST-Microelectronics, AlphaMos etc…

: Il nous reste à aborder la période actuelle.

Les développements récents et actuels

BC : Ayant prouvé la possibilité de synthétiser des nanoparticules à température ambiante par voie organométallique et la pertinence de cette approche pour la physique et la micro-électronique (au moins dans les cas étudiés), nous avions devant nous quatre défis majeurs :

  • La croissance de nano-objets strictement monodisperses et sous contrôle thermodynamique pour obtenir des propriétés parfaitement contrôlées et reproductibles. Ceci a été obtenu notamment dans le cas de nanosphères de FeCo et de nanocubes de fer.

Figure 3. Supercristaux de nanoparticules de FeCo (superréseau cubique face centrée) et de nanocubes de fer (superréseau cubique).

Figure 3. Supercristaux de nanoparticules de FeCo (superréseau cubique face centrée) et de nanocubes de fer (superréseau cubique).

La croissance de nanoparticules de formes définies et de nano-objets complexes. Si l’on prend l’exemple de bâtonnets de cobalt et de leur fonctionnalisation par des nanoparticules d’or, cela a été obtenu par décomposition spécifique d’un précurseur sur les pointes des bâtonnets (Fig. 3).

Figure 4 : Nano-bâtonnets de cobalt (gauche) et fonctionnalisation de leur tête par des nanoparticules d’or (droite).

Figure 4 : Nano-bâtonnets de cobalt (gauche) et fonctionnalisation de leur tête par des nanoparticules d’or (droite).
  • Le suivi de la réactivité à la surface de nanoparticules et les études mécanistiques « comme » sur des espèces. Ceci est en cours grâce au développement des méthodes de RMN en solution, en phase gazeuse et à l’état solide. Une grande part de cette activité se fait avec Hans Limbach. Nous avons récemment montré que l’on peut coordonner des ligands tels que des phosphines et que ces nanoparticules ont à leur surface une grande quantité d’hydrogène ; le but d’obtenir des clusters polyhydrures stabilisés par des ligands classiques est donc atteint.

  • L’utilisation de ces particules pour une catalyse sélective en solution et notamment pour la catalyse asymétrique, activité qui se fait en collaboration avec Karine Philippot, maintenant responsable de l’équipe Nanostructures et Chimie Organométallique au LCC.

: Et comment tireriez-vous les conclusions de ce magnifique parcours scientifique de plus de trente ans ?

BC : En soulignant le fait qu’une idée principale (une seule !) peut être une ligne directrice conduisant à des objets d’une très grande variété et à des retombées et applications encore plus variées qui vont de la physique fondamentale (magnéto-transport) à la micro-électronique, à la chimie organométallique de surface et à la catalyse hétérogène et pseudo-homogène. Pour cela il suffit d’être ouvert aux influences extérieures. La rencontre de collègues de disciplines connexes est d’une grande aide et je n’ai pas parlé de mon incursion dans l’astrochimie organométallique grâce à la rencontre avec un très grand ami, l’astrophysicien Guy Serra. Cette collaboration proposait un rôle pour le fer dans la chimie des nuages moléculaires, en particulier au travers de sa coordination aux molécules polycycliques aromatiques (PAH) présentes dans ces nuages. En conclusion, tout n’est d’ailleurs pas dit dans ce domaine car la chimie des nanoparticules organométalliques n’en est qu’au début de son histoire et des développements très intéressants sont à attendre.

Et finalement, comme la recherche ne se fait pas seul, je voudrais remercier tous les collègues, étudiants et stagiaires avec qui j’ai travaillé. Je ne peux pas citer tout le monde mais je voudrais mentionner les chercheurs permanents qui ont été ou sont encore membres de l’équipe « Nanostructures et Chimie Organométallique », que ce soit au LCC ou au LPCNO : dans l’ordre d’arrivée au LCC : Sylviane Sabo-Etienne, Catherine Amiens, Karine Philippot, Vincent Collières, André Maisonnat, Myrtil Kahn, Pierre Fau, Diana Ciuculescu, Katia Fajerwerg, au LPCNO : Katerian Soulantica, Céline Nayral, Fabien Delpech, Sébastien Lachaize ainsi que Guillaume Viau et Lise-Marie Lacroix. Je remercie aussi pour des collaborations fructueuses Hans-Heinrich Limbach, John S Bradley, Jean-Pierre Daudey, Odile Eisenstein, Guy Serra, Marc Respaud ainsi que beaucoup d’autres.

Je remercie particulièrement le CNRS pour m’avoir offert l’opportunité d’obtenir un poste de chercheur permanent à 24 ans (ce qui était normal à l’époque), de définir un sujet de recherche sans pression extérieure, sans objectifs applicatifs, même si ce travail a permis de nombreux contacts industriels et a conduit à 16 brevets et pour m’avoir donné la liberté de réorienter plusieurs fois mes recherches vers les secteurs qui m’intéressaient.

Haut de page

Bibliographie

Pour en savoir plus :

S. Sabo-Etienne and B. Chaudret, « Chemistry of bis(dihydrogen) ruthenium complexes and of their derivatives », Coord. Chem. Rev. 1998, 178-180, 381-407,.

S. Sabo-Etienne and B. Chaudret, « Quantum Mechanical Exchange Coupling in polyhydride and dihydrogen complexes”, Chem. Rev.1998, 98, 2077-2091.

K. Philippot, B. Chaudret, « Organometallic Approach to the Synthesis and Surface Reactivity of Noble Metal Nanoparticles”, Compte-Rendus Acad Sciences 2003, 6, 1019.

B. Chaudret, “Synthesis and Surface Reactivity of Organometallic Nanoparticles”, Surface and Interfacial Organometallic Chemistry and Catalysis in Series: Topics in Organometallic Chemistry, Vol. 16 Coperet, Christope; Chaudret, Bruno (Eds.) 2005, pages 233-260.

B. Chaudret, « Organometallic approach to nanoparticles synthesis and self-organization”, C.R. Physique 2005, 6, 117.

B. Chaudret, K. Philippot, “Organometallic nanoparticles of metals or metal oxides”, Oil and Gas Science and Technology (special issue dedicated to Yves Chauvin), 2007, 62, 799.

Haut de page

Notes

1 L’iodure d’azote est un explosif spectaculaire, mais sans réel danger

2 École nationale supérieure de chimie de Paris

3 Institut français du pétrole

4 Il s’agissait du cycle d’hydroformylation des alcènes catalysée par une version carbonyle du catalyseur de Wilkinson : RhCl(CO)(PPh3)3., où Ph désigne le radical phényle -C6H5

5 Résonance magnétique nucléaire.

6 Un composé silylé est un composé organique dans lequel le silicium remplace le carbone ; le terme « silylation » désigne l’opération de remplacement d'un atome d’hydrogène ou d’un groupement hydrogéné, tel CH3 par un dérivé du silicium comme le triméthylsilyle Si(CH3)3 et une réaction d’hydrosilylation consiste en l'addition d'une fonction hydrogénosilane (Si-H) sur un composé organique insaturé.

7 Me désigne le radical méthyle (CH3)

8 Les phosphines sont des molécules dans lesquelles un phosphore est lié à 3 radicaux organiques

9 Agence nationale de la recherche

10 Chargé de recherche de 1ere classe

11 Institut national des sciences appliquées

12 En cristallographie, le terme « nucléation » ou « germination » désigne le phénomène suivant lequel apparaissent les premiers germes cristallins d'une phase solide ou d'un composé en solution.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Mécanisme de l'hydroformylation de l'éthylène catalysée par un complexe de cobalt
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-1.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Figure 2. Structure moléculaire déterminée par diffraction des rayons X de RuH2(H2)2(PCy3)2 (droite) et d’un analogue dans lequel une molécule de H2 a été substituée par une molécule de silane (Ph3SiH ; gauche).
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3. Supercristaux de nanoparticules de FeCo (superréseau cubique face centrée) et de nanocubes de fer (superréseau cubique).
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-4.png
Fichier image/png, 11k
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4 : Nano-bâtonnets de cobalt (gauche) et fonctionnalisation de leur tête par des nanoparticules d’or (droite).
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://hrc.revues.org/docannexe/image/154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Chaudret, « Polyhydrures et nanoparticules : 35 ans avec la chimie organométallique », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 118-125.

Référence électronique

Bruno Chaudret, « Polyhydrures et nanoparticules : 35 ans avec la chimie organométallique », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 11 octobre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/154 ; DOI : 10.4000/hrc.154

Haut de page

Auteur

Bruno Chaudret

Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-Objets –UMR 5315 CNRS-INSA-UPS 135 avenue de Rangueil - 31077 Toulouse cedex 4 - chaudret@insa-toulouse.fr
Bruno Chaudret est diplômé de l’École nationale supérieure de chimie de Paris (1975). Il a obtenu un Ph.D. de l’Imperial College (Londres) en 1977 et un Doctorat d’État en 1979. Il est directeur de recherche au CNRS, directeur du Laboratoire de physique et chimie des nano-objets à Toulouse. Membre de l’Académie des sciences depuis 2005, il a été élu en 2010 président du Conseil scientifique du CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org