Navigation – Plan du site
Dossier : Chimie, comment se font les découvertes

Histoire de la redécouverte des procédés de l’invention de la photographie par Nicéphore Niépce

Jean-Louis Marignier
p. 145-156

Notes de la rédaction

Cette recherche sur les procédés oubliés par lesquels Nicéphore Niépce (1765-1833) inventa la photographie est le fruit de la passion pour la photographie d’un physico-chimiste alliant de véritables qualités d’historien à celles d’un détective méticuleux procédant à la reconstitution des expériences à partir des manuscrits de l’inventeur.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Mme M. Lourseau du Laboratoire de Chimie Physique pour son aide technique tout au long des travaux de reconstitution des héliographies et des physautotypes.

  • 1 Magie de l’image, film video de 26 minutes (CNRS - Université Paris-Sud). Auteurs scientifiques : J (...)
  • 2 Voir article de Jacqueline Belloni dans cette même revue.

1L’origine de cette redécouverte remonte à 1989, lors de la réalisation d'un film scientifique1 qui traitait d'expériences fondées sur les propriétés thermodynamiques singulières de petits agrégats d'argent permettant de proposer la première interprétation cohérente du mécanisme chimique du développement des photographies argentiques2. Il avait été décidé d’introduire le film par un historique de l'invention de la photographie. Ce fut l’occasion de ressortir d’anciens numéros de Photo-Ciné Revue pour remonter à la naissance de la photographie. Deux noms sortaient du lot : Daguerre et Niépce. Tantôt l'un, tantôt l'autre était donné comme l'inventeur. Pour l’introduction du développement photographique, le parisien Daguerre était sans conteste le pionnier, mais avant lui le chalonnais Niépce était annoncé comme étant le premier à avoir réussi à capter une image projetée au fond d'une chambre photographique. En avril 1989, au cours d’une visite du musée Niépce de Chalon-sur-Saône, son conservateur accepta que soient filmées des reliques de l'inventeur mais aussi des essais de reproduction du procédé de l’invention tentés par les photographes du Musée et qui s'étaient soldés par des échecs. Par ailleurs, des séquences furent tournées dans la maison même de l’inventeur, à 7 kms de Chalon-sur-Saône, notamment par l’une des fenêtres du grenier d’où Niépce, disait-on, avait fait des prises de vues vers l’extérieur de sa maison.

Doutes sur l’invention de Niépce

2Au vu de ce qui était présenté sur Niépce, la visite du Musée de Chalon-sur-Saône suscita un grand nombre d’interrogations. Elles furent à l’origine de cette démarche personnelle qui aboutit à la reconstitution des procédés de Niépce, seule méthode qui semblait pouvoir apporter des réponses aux nombreuses énigmes qui jalonnaient l’histoire de cette invention.

3Au Musée, l’absence de présentation de photographies réalisées par Niépce était pour le moins étrange. Il n’était exposé que des plaques d'étain sur lesquelles Niépce avait gravé des dessins par son procédé. Selon le musée, il n'existait qu'une seule photographie connue au monde faite par Niépce et elle se trouvait conservée à l'université du Texas à Austin. Nous avions donc un inventeur dont on ne pouvait voir aucun exemple de photographie réalisée par son procédé qui de surcroît était déclaré impossible à reproduire. S’ajoutait à cela le fait surprenant que Niépce ne se soit pas photographié lui-même grâce à son invention et qu'on ne puisse nous montrer que son portrait posthume en peinture.

  • 3 J.L. Marignier, « Pratique des procédés héliographiques », Communication au Symposium du 150e anniv (...)
  • 4 P. Jay, Genèse d’une invention. p. 295. Les mots entre guillemets sont des citations de Niépce.

4Enfin, une discussion avec Paul Jay, le conservateur du Musée avait achevé de semer le doute sur l'invention de Niépce3. Expliquons nous : le produit sensible à la lumière utilisé par Niépce est un goudron, une variété d’asphalte appelée aussi bitume de Judée dont la couleur naturelle est brun foncé. Il était presque unanimement affirmé dans les articles d'histoire de la photographie s'appuyant sur des traités de l'époque, que ce goudron devient blanc sous l'action de la lumière. Paul Jay cita un bref passage de son livre consacré à Niépce : « Mais (et l'on voit que Niépce invente l'image latente) même si l'exposition a lieu pendant suffisamment de temps (« assez de temps pour que l'effet ait eu lieu ») rien ne pourra être perçu (« rien n'indique qu'il [l'effet] existe réellement »)»4. Cette phrase par laquelle P. Jay était heureux de montrer que selon lui Niépce avait inventé l’image latente, appelait plusieurs questions. Si rien n’était visible sur l’image après exposition à la lumière, était-ce que toute l’image était blanche ? Ou encore : était-elle blanche avant exposition ? Mais dans ce cas, n’aurait-ce pas été la lumière qui aurait fait blanchir l’asphalte ? Pourtant, la solution d’asphalte vue au musée était bien brun foncé. Toutes ces contradictions avaient de quoi rendre perplexe sur cette invention qui par certains côtés pouvait tout à fait prendre des airs de légende. Rappelons que dans le milieu des historiens de la photographie, il existait des contestations qui faisaient parfois préférer Daguerre à Niépce comme inventeur de la photographie.

5Pour illustrer le procédé de Niépce dans le film, il était prévu de simuler l’apparition d’une image en blanc sur un fond noir. Afin de ne pas commettre d’erreur, une première enquête s’imposait. La « Notice sur l’héliographie » dans laquelle Niépce explique comment réaliser des images par son procédé, montrait que de l’asphalte ou bitume de Judée, de l’essence de lavande, de l’huile de pétrole blanche, une plaque de métal ou de verre devaient suffire pour obtenir des images. Petit événement décisif : le catalogue Prolabo (le fournisseur de produits chimiques) proposait à la vente le bitume en poudre et l’essence de lavande. La commande arriva dix jours plus tard, dix jours qui furent mis à profit pour lire tout ce qui était accessible concernant le procédé. En vérité assez peu de choses mais suffisamment pour dégager le principe de l’invention : la solution de bitume dissous dans de l’huile essentielle de lavande, étendue sur une surface lisse, laissait, après évaporation de l’essence, un vernis mince, vermeil et brillant. Une fois exposé à la lumière, il suffisait de rincer ce vernis avec l’un de ses solvants pour constater que les parties exposées à la lumière demeuraient sur le support alors que celles préservées de tout éclairement se dissolvaient rapidement. C’est l’un des principes de ce qui est devenu la microlithographie.

Premières reconstitutions, premiers résultats

  • 5 Dessin réalisé par l’auteur pour la couverture du fascicule des résumés des communications données (...)

6Les premiers essais sont à dater du 1er mai 1989. En suivant scrupuleusement les indications de Niépce, la poudre de bitume se dissolvait très lentement dans l’essence de lavande si bien qu’il fallut attendre au moins une journée avant que la solution puisse être étalée sur un support métallique. C’est le fond d’une petite boîte métallique qui servit pour les premiers essais et le séchage fut effectué sur la glaceuse du labo photo de l’auteur. La toute première tentative consista à projeter une diapositive à courte distance (environ 20 cm) pour garder le maximum d’intensité lumineuse sur le vernis au bitume. Le sujet en était un sapin sur fond de neige, une image bien contrastée. Après deux heures quarante minutes d’exposition, les parties du film de bitume insuffisamment exposées furent dissoutes au moyen d’un peu d’essence de térébenthine versée directement sur le fond de la boîte. Après quelques secondes l’image du sapin apparut, en négatif, très fugitive car elle s’évanouissait aussi vite qu’elle était formée pour finir dans une dissolution complète du bitume. Le vernis brun clair n’avait changé de couleur à aucun moment avant de disparaître redissous. Lors des essais suivants, le film de bitume fut exposé en plein soleil, en contact sous un de ces transparents utilisés à l’époque pour les présentations scientifiques, sur lequel était photocopié un dessin au trait représentant l’un des chevaux de Marly (Photo 1)5. La transparence du celluloïd devait permettre au soleil d’agir sur le vernis avec le maximum de puissance tandis que l’opacité totale des traits noirs ferait écran à toute transformation par la lumière. De cette façon, il n’y avait même aucune crainte à exposer plus que nécessaire, autrement dit à surexposer.

  • 6 Nicéphore Niépce, Photopoche N°8, Centre National de la Photographie, et réf. 2.

7Il fallut cinq essais pour obtenir le tout premier succès : le dessin apparut assez nettement et assez bien fixé. Compte tenu de ce qui était communément admis sur le procédé, le résultat était alors très surprenant : le dessin était en négatif. À l’endroit des traits noirs, on voyait le métal brillant découvert et sous les parties transparentes le vernis avait gardé sa couleur brun clair totalement intacte. Pas de blanchiment et une image négative. On devait alors se poser la question : Niépce a-t-il vraiment affirmé que le vernis blanchissait à la lumière ? Il fallut alors lire tous les écrits de Niépce disponibles à cette époque (c’était essentiellement ceux publiés par P. Jay6), car on pouvait pressentir que se cachait là une des clés vers la compréhension du procédé. Finalement, la notice sur l'héliographie apportait la réponse. Non seulement Niépce n'avait pas écrit que le bitume blanchissait à la lumière mais mieux encore, il avait affirmé qu'il ne changeait pas de couleur. Tout tient en deux phrases : celles que P. Jay nous avait citées. Mais lisons les avec les mots de Niépce : « Une petite quantité de ce vernis appliquée à froid, avec un tampon de peau très douce, sur une planche d’argent plaqué, bien poli, lui donne une belle couleur de vermeil […] La planche ainsi préparée, peut être immédiatement soumise aux impressions du fluide lumineux ; mais même après y avoir été exposée assez de temps pour que l’effet ait eu lieu, rien n’indique qu’il existe réellement car l’empreinte reste inaperçue. Il s’agit donc de la dégager, et on y parvient à l’aide d’un dissolvant ». L’image étant invisible (latente), il ne pouvait y avoir un quelconque changement de couleur du vernis qui par conséquent ne blanchissait pas à la lumière.

8Autre résultat important : le temps de pose qui était nécessaire par contact sous les transparents impliquait que celui en chambre obscure, dans les conditions de Niépce, devait être de plusieurs jours, contrairement aux huit heures qui étaient alors communément admises. Là encore, les lettres de Niépce lui-même vinrent à l’appui pour confirmer un si long temps de pose.

9Il apparut alors que ces premiers essais, apportaient déjà des faits nouveaux, importants et incontestables sur le procédé. Tout cela fit rapidement prendre conscience qu’aucun chimiste n’avait jamais abordé les travaux de Niépce et qu’il y avait là un terrain en friche. Et quel terrain : celui de la découverte de la photographie !

10De nouvelles expériences furent entreprises en utilisant d’anciens négatifs de format 6x9 placés directement en contact sur le fond des boîtes recouvert de vernis au bitume. Il en résultait des images positives où l’on pouvait percevoir des dégradés de teintes. Afin d’obtenir des résultats reproductibles, une nouvelle série d’essais permit de fixer les paramètres de la préparation qui n’étaient donnés que de façon très approximative par l’inventeur : concentration en bitume, temps de dissolution, épaisseur de la couche de vernis, température et durée du séchage.

11La suite des expériences s’effectua sur des plaques de verre, de cuivre, d’étain et de cuivre argenté, quatre supports employés par Niépce. Par ailleurs, des plans-films noir et blanc argentiques de format 6x9 cm et 9x12 cm sur lesquels étaient tirés des négatifs en noir et blanc 24x36 agrandis pour obtenir des diapositives en noir et blanc de grand format furent utilisés. Ils étaient placés en contact avec la plaque vernie pour que le soleil vienne impressionner le bitume au travers. Il y avait de cette façon une projection d’image positive sur le vernis comme dans la chambre obscure. Les images obtenues avec le bitume furent alors négatives. Restait à savoir comment procéder ensuite pour parvenir au positif ?

La correspondance de Niépce

12Quelques semaines plus tard les premiers résultats de ces recherches furent présentés à Mme Christiane Roger, responsable de la Société française de photographie (SFP) à Paris. Très enthousiaste devant les images qui lui étaient montrées, elle accepta de confier l’exemplaire de la SFP de l’édition des lettres de Niépce conservées en Russie et publiées en 1949 par l’Académie des sciences d’URSS. C’était un cadeau formidable, d’une part parce que Mme Roger gardait jalousement cet exemplaire qu’elle refusait généralement de prêter et d’autre part parce que cet ouvrage est d’une très grande rareté. Avec les deux volumes de l’édition des lettres conservées au Musée Niépce et à l’Académie des sciences de Paris cela constituait la totalité des lettres de l’inventeur disponibles à l’époque.

13Les lettres sont extrêmement intéressantes et leur lecture tout à fait passionnante. Elles font revivre les lieux de Niépce tels que la maison, la propriété, mais aussi les fermes et les métairies alentour, le village, Chalon-sur-Saône avec les acteurs de l’époque (la famille, les gens de maison, les employés, les voisins, les notaires etc...). À cela s’ajoute d’une part l’écriture de Niépce, très belle, aux tournures recherchées, très riche en vocabulaire, et d’autre part la découverte de la personne même de l’inventeur. Cette correspondance est d’ordre très privé. Adressée à des proches, elle fait entrer dans l’intimité de la famille Niépce qui n’aurait certainement jamais accepté que ces lettres soient divulguées. Nicéphore Niépce apparaît extrêmement humain, respectueux des autres, attentif à sa famille et à ses proches. Les cousins, les voisins, les métayers, les avoués sont presque toujours décrits par un trait d’humour, bien souvent seulement compréhensible par son frère, mais révélateur de l’attention bienveillante qu’il avait pour chacun.

14C’est au milieu des affaires familiales et des nouvelles de toutes sortes, que Niépce entretient son frère de ses travaux d’invention. Alors que les recherches pour capter les images de la chambre obscure étaient exclusivement menées par lui, d’autres sur l’invention du premier moteur à combustion interne, sur un nouveau modèle de pompe pour la machine de Marly ou sur la culture du pastel par exemple furent accomplies en commun avec son frère. Nicéphore entreprit aussi des recherches de pierres lithographiques, des travaux sur l’extraction de sucre à partir de la betterave ou encore d’une fibre textile à partir des tiges d’une plante : l’Asclépias de Syrie, enfin sur la construction d’un vélocipède... Car Niépce était véritablement un inventeur, capable de s’atteler à la résolution de problèmes variés. Dès 1992, l’analyse de la correspondance gagna en efficacité. En effet, après que toutes les lettres aient été transcrites et saisies sur ordinateur, le chimiste se transforma en informaticien pour programmer un moteur de recherche spécialement adapté incluant tous les documents et permettant d’entreprendre des investigations croisées ou non par mots du texte, auteur, destinataire, date et mots clés.

15L’obtention des premières images négatives avait apporté une information importante : en suivant les textes de Niépce à la lettre, scrupuleusement, en ne négligeant aucun détail, on obtient effectivement le résultat qu’il annonce. Sa correspondance est animée d’une grande sincérité car elle n’est pas destinée à être divulguée. Cela amena à constater et énoncer que tout ce que Niépce affirmait comme résultats d’expériences était totalement vrai. En conséquence, si certains textes paraissaient obscurs, c’était simplement dû à une difficulté de compréhension qu’il fallait résoudre. Cela tenait principalement à l’absence de langage technique institué. À l’époque, chacun s’exprimait avec ses propres mots pour décrire tant bien que mal des phénomènes, des résultats ou des faits observés jusque-là inconnus. Il fallait alors comprendre la signification des expressions et des mots utilisés dans un sens différent de leur sens courant.

16En ce qui concerne les processus chimiques et photochimiques, le problème était le même, si bien qu’à la première lecture, nombre de passages étaient incompréhensibles. Pourtant, au fil des mois, la quasi-totalité des écrits de Niépce furent déchiffrés, en matière de recherches sur la fixation des images.

Des manuscrits à l’expérience

  • 7 Lettre adressée à son frère le 16 septembre 1824.

17On se souvient qu’à l’origine, la réplication des expériences de Niépce a été provoquée par les difficultés de compréhension des descriptions qui en étaient faites. C’est en fait la même attitude qui sous-tendra toutes les reconstitutions qui seront entreprises par la suite : éclairer, comprendre, vérifier, confirmer les écrits de Niépce par les expériences. La méthode se révélera fructueuse au delà de toutes espérances. Citons un exemple. Le vernis au bitume donne des images qui sont négatives et Niépce mit au point différentes procédures pour exploiter ces images afin de les obtenir positives soit directement sur le même support, soit par impression sur papier (invention de la photogravure). Découvrant tout cela, une phrase de la notice de Niépce de 1829 à propos de l’image au bitume demeurait intriguante : « Une chose certaine c'est qu'après le lavage, pourvu que l'empreinte soit bien sèche, le résultat obtenu est déjà satisfaisant ». À ce stade, l’image est négative. Or nous savons que pour Niépce, une image négative n’est pas satisfaisante. Sa correspondance le montre à de multiples reprises. Que voulait donc dire l’inventeur ? Cette interrogation demeura sans réponse pendant plusieurs semaines qui furent consacrées à la reconstitution des traitements de l’image négative au bitume décrits par Niépce. C’est alors que se produisit un événement surprenant. C’était avec une image insuffisamment exposée au soleil. La dissolution des parties incomplètement transformées par la lumière s’effectua si efficacement que l’on vit apparaître le métal parfaitement brillant. Craignant une élimination totale du vernis, l’action du dissolvant fut immédiatement arrêtée et la plaque d’argent rincée rapidement. La couche de bitume restante était très ténue, et une fois séchée l’image était à peine visible. Pourtant, par instant, on semblait voir l’image en positif. En examinant la plaque très attentivement, il s’avéra que sous certains angles de lumière, l’image négative apparaissait effectivement en positif. Était-ce là un phénomène observé aussi par Niépce ? Et n’était-ce pas ce qui lui permettait de dire que le résultat était satisfaisant ? Il fut alors intéressant de confronter ce résultat avec une série de phrases jusqu’alors incompréhensibles de Niépce lorsqu’il décrit ses premières images vraiment réussies au moyen d’une chambre obscure, autrement dit des photographies7. Elles avaient été réalisées sur des pierres lithographiques. L’inventeur, enfin satisfait de son travail, précisait : « Comme cette contre-épreuve n'est presque pas colorée, on ne peut bien juger de l'effet qu'en regardant la pierre obliquement ; c'est alors qu'il devient sensible à l'œil, à l'aide des ombres et des reflets de lumière, et cet effet, je puis le dire, mon cher ami, a vraiment quelque chose de magique. ». Cette phrase jusque-là impossible à interpréter devenait tout à coup très intéressante car elle décrivait exactement le phénomène qui venait d’être découvert : cet effet qui, suivant les angles d’éclairage, rendait l’image tantôt bien visible et tantôt négative.

  • 8 « Jean-Louis Marignier. Héliographies. 1989, première reconstitution du procédé de Nicéphore Niépce (...)

18Le 14 décembre 1989, dans le catalogue de l’exposition que le Musée Niépce de Chalon-sur-Saône organisa pour montrer les premières héliographies reconstituées8, il fut donc proposé comme interprétation de l’aspect qualifié par Niépce de « satisfaisant » pour l’image négative au bitume, cette propriété singulière du vernis, de produire dans certains cas une vision soit positive soit négative (Photo 2). Mais ce n’était encore qu’une proposition d’interprétation. Quelques mois plus tard, lors d’un voyage à Austin, il fut possible d’observer la seule image photographique de Niépce qui soit parvenue jusqu’à nous. Une vue prise par une des fenêtres de sa maison à Saint-Loup-de-Varennes (Photo 3). Mis en présence de cette plaque métallique, la première sensation fut très décevante : rien de visible, si ce n’était un métal blanc et brillant presque comme un miroir. On plongea alors la pièce dans la pénombre en ne gardant que l’éclairage d’une seule lampe de bureau sous laquelle on fit miroiter la plaque jusqu’au moment où l’image apparut soudain, avec des reflets bleutés et mordorés. Ce fut immédiatement un choc. C’était le même phénomène que celui observé à Orsay. Il y avait là la preuve que l’interprétation des mots de l’inventeur sur l’image au bitume était la bonne. C’était la pierre d’angle qui transformait l’hypothèse en une découverte supplémentaire sur les procédés de Niépce. Et les résultats s’enchaînaient. « Si vous pouviez nous expliquer comment cette image a été faite, demandait le conservateur à Austin, cela nous aiderait beaucoup ». Il fut alors possible de le lui indiquer : cette plaque est en étain probablement assez pur car il ne s’est pas oxydé depuis 1827. Le bitume de Judée de Niépce est toujours présent à sa surface. Cette image a été sous-exposée si bien que dans le dissolvant, là où la lumière a été faible, le vernis a complètement disparu pour laisser apparaître le métal brillant. Là où elle était plus intense, son action ayant été insuffisante, il s’est produit une dissolution partielle du vernis qui a perdu son aspect brillant pour devenir mat. Quand on regarde l’image, le vernis mat renvoie à peu près la même quantité de lumière quelle que soit l’orientation de la plaque. En revanche, les parties où le métal est à nu sont très réfléchissantes et selon qu’elles reflètent de la lumière ou de l’ombre, le fond apparaît plus ou moins lumineux que les parties comportant du bitume, ce qui rend l’image soit négative soit positive. L’observation de cet effet eut pour conséquence de pouvoir dater cette image de 1827 et non de 1826 comme cela avait été avancé jusque-là (Photo 4).

19Ceci est un des nombreux exemples de la façon dont les expériences et les manuscrits se répondirent au fur et à mesure des reconstitutions.

Réplication intégrale des expériences de Niépce

20Résumons brièvement les informations nouvelles qui découlent de la réplication des procédés de Niépce.

21Les premiers résultats en 1989 avaient montré que l’image au bitume est négative, que le bitume ne blanchit pas et que le temps de pose en chambre obscure dans les mêmes conditions que Niépce est de plusieurs jours en plein soleil, ce qui n’avait jamais été soupçonné auparavant.

  • 9 J.L. Marignier, « Niépce revisité », Le Photographe, n° 1470, déc. 1989-janv. 1990, p. 13-18.

22Ensuite, toujours en suivant les indications de Niépce, se succédèrent les réalisations de reproductions de dessins sous forme gravée dans des plaques de cuivre ou d’étain, des images sur verre, sur pierre lithographique et enfin des images à la chambre obscure sur plaques de cuivre argenté9. Les premières s’obtiennent par un traitement à l’acide comme dans la gravure à l’eau-forte et les dernières résultent d’une inversion de l’image au bitume sur argent par un traitement au moyen de vapeurs d’iode.

  • 10 Nature

23Elles permirent de prouver que le procédé conduit bien à des images très précises et avec tous les dégradés du noir au blanc ainsi que Niépce l’avait annoncé (Photo 5). C’était la première fois que de telles images étaient montrées depuis la mort de Niépce : « Les premières héliographies depuis 1833 », écrira Paul Jay en 1989. Ces réalisations furent alors publiées dans la prestigieuse revue Nature10.

24L’étude des films de bitume permit ensuite de déterminer certaines propriétés comme la sensibilité aux différentes longueurs d’onde du spectre lumineux ou encore le pouvoir séparateur, soit au moins 100 paires de lignes par millimètre. L’analyse de la sensibilité à la lumière des différents composants du bitume séparés grâce à leur solubilité variable dans les alcanes, permit d’expliquer l’augmentation d’efficacité du vernis au fur et à mesure de sa solubilisation sur plusieurs jours. Des études furent aussi consacrées au vieillissement de la solution, probablement à l’origine de succès ou d’échecs qui furent déroutants pour Niépce.

  • 11 J.L. Marignier, « Mystères éclaircis sur la plus ancienne photographie au monde », Le Photographe, (...)

25En 1990, ce fut donc la découverte des images visibles en négatif ou en positif qui permit de révéler comment avait été réalisée la plaque de Niépce conservée à Austin11.

  • 12 J.L.Marignier, « Première reconstitution du deuxième procédé photographique au monde », Le Photogra (...)
  • 13 La redécouverte du physautotype explique en partie la polémique crée par la famille Niépce lorsque (...)

26En 1992, une étude très poussée de la correspondance de Daguerre adressée à Niépce pendant leur association entre décembre 1829 et juillet 1833, aboutit à démontrer que les deux hommes avaient inventé, en 1832, un second procédé photographique à base d’essence de lavande. Après quelques semaines d’expérimentation, ce procédé inconnu jusque là fut reproduit pour la première fois12. Il devint alors possible d’expliquer que c’est ce procédé auquel les deux associés avaient donné le nom de « physautotype » qu’on croyait jusque-là être un changement d’appellation de l’héliographie, imposé par Daguerre. Il ne fallait plus que 8 heures de temps de pose. Les images, d’un rendu excellent et très original, étaient d’un aspect visuel très proche de celles que produirait Daguerre bien après la mort de Niépce par son procédé du daguerréotype13.

  • 14 J.L. Marignier, « Découverte de l’invention par Niépce et Daguerre d'un procédé photographique à ba (...)

27Ensuite, nouvelles images à l’appui, démonstration fut faite que le procédé avait été étendu par les deux hommes à toutes sortes de résines comme la colophane par exemple, à la place du résidu de la distillation de l’essence de lavande14.

28En 1993, une enquête dans le département de l’Ain permit de localiser les mines d’asphalte aujourd’hui disparues d’où provenait le bitume utilisé par Niépce. Isolé au laboratoire à partir du calcaire bitumineux prélevé sur place, le bitume récupéré permit ensuite d’obtenir des images par le procédé de Niépce, et de se rapprocher encore davantage des conditions de travail de l’inventeur.

Identification d’images de Niépce

29L’année 1995 fut marquée par la découverte au Musée du Cinéma à Paris d’une gravure qui put être authentifiée par l’auteur de cet article, au grand plaisir des conservateurs qui en ignoraient la provenance. C’était un de ces papiers ayant appartenu à Niépce et qu’il utilisait pour ses travaux héliographiques après les avoir enduits d’un vernis à base de résine afin d’en rendre le papier translucide. Il appliquait les gravures ainsi traitées, directement sur ses plaques vernies de bitume que le soleil venait impressionner au travers du papier. Dans le cas présent, il fut très intéressant de découvrir qu’il s’agissait précisément de la gravure que Niépce avait reproduite par son procédé, gravée sur une de ses plaques d’étain actuellement conservée au Musée de Bradford en Angleterre. On lui donnait alors pour titre : « Ruines d’une abbaye ».

  • 15 J.L. Marignier, Niépce. L’invention de la photographie, Paris, Editions Belin, 1999, p. 493 http:// (...)
  • 16 A cette époque, on se posait la question de savoir s’il ne s’agissait pas d’une reproduction de l’i (...)
  • 17 J.L. Marignier, Niépce. L'invention de la photographie, p. 495. Sous l’impulsion de Grant Romer (Ge (...)

30L’identification complète de ce document fut obtenue en exhumant des archives consacrées à Daguerre à la George Eastman House (Rochester NY), un autre exemplaire identique mais non vernissé avec pour légende : "Dessiné par Daguerre - Gravé par G. Maile". Ce dernier avait donc reproduit en réduction ce qui était en fait un tableau de Daguerre, projet de décor pour une pièce de théâtre. L’intitulé n’est pas « Ruines d’une abbaye » mais « Un Clair de Lune ». Toutes ces informations étaient absentes de la gravure translucide de Paris que Niépce avait découpée au ras de l’image. En 1997, l’observation en Angleterre de la plaque correspondante et la comparaison avec une photographie du document de Paris montrèrent sans ambiguïté, grâce à la présence de défauts et de particularités gravés dans le métal15, qu’il s’agissait bien de la copie de la gravure conservée à Paris, réalisée par contact sur la plaque vernie au bitume16. L’examen permit de signaler que l’aspect singulier de cette image ainsi que celui du métal employé, incitaient à entreprendre des études complémentaires17. Paris, Rochester, Bath, il avait fallu consulter trois archives disséminées à travers le monde pour identifier cette héliographie réalisée par Niépce à Chalon-sur-Saône.

31C’est aussi de 1997 qu’il faut dater notre attribution à Niépce d’une image qui lui était contestée depuis sa disparition des archives de la Société française de photographie, vers 1909. Une reproduction photographique réalisée en 1891 est le seul document qui nous permet de connaître cette image qu’on appelle « La table servie » (Photo 6a). On y voit effectivement une table sur laquelle est mis le couvert pour une seule personne. Notre attribution à Niépce est le fruit de l’analyse du journal de voyage du géologue écossais James David Forbes (1809-1868) qui est conservé à l’université de Saint-Andrews. L’auteur raconte sa visite chez le fils de Niépce en 1839 et témoigne que celui-ci lui montra des natures mortes réalisées par son père.

32Grâce à l’évocation d’un détail très précis inconsciemment révélé par Forbes dans la description pourtant très sommaire qu’il donne de ces images, démonstration fut faite qu’il avait bien vu cette « table servie », qu’elle avait bien été réalisée par Niépce et qui plus est, par le deuxième procédé du physautotype inventé avec Daguerre.

  • 18 J.L. Marignier, Niépce. L'invention de la photographie, p. 478 ; J.L. Marignier, « La Table Servie (...)

33Fort de cette attribution, une reconstitution de cette table fut effectuée en 2004, à partir de la reproduction photographique de 1891, pour procéder ensuite à sa prise de vue dans les mêmes conditions que Niépce, par le procédé du physautotype à l’essence de lavande. Le résultat montre ainsi quel devait être l’aspect de cet incunable de la photographie aujourd’hui disparu18 (Photo 6b).

  • 19 M. Bonnet et J.L. Marignier, Niépce. Correspondance et papiers, St-Loup-de-Varennes, éditions Maiso (...)

34En 1999 fut publié aux Éditions Belin, l’ouvrage Niépce, L’invention de la photographie qui retrace l’aventure de la découverte de la photographie. L’année 2003 vit l’aboutissement d’un long travail entrepris avec Manuel Bonnet, descendant direct de Niépce, pour rassembler, annoter et publier la correspondance ainsi que de nombreux papiers liés à la vie de l’inventeur19.

Reconstitutions virtuelles

  • 20 La même technique a aussi été appliquée avec succès pour l’une des vues prises par Daguerre en 1840 (...)
  • 21 Nous devons la réalisation de ces fouilles à Pierre-Yves Mahé directeur de l’Ecole de Photographie (...)

35D’autres informations nouvelles sur la méthode de Niépce ont été obtenues au moyen d’un autre type de reconstitution. Il s’agit de la reproduction virtuelle en 3D sur ordinateur de la propriété de Niépce telle qu’elle était au XIXe, c’est-à-dire avec les bâtiments extérieurs aujourd’hui disparus que l’on peut toutefois situer à l’aide du cadastre levé en 1830. Grâce à cela, il a été possible de retrouver les conditions de la prise de vue de l’héliographie conservée à Austin (détermination de la fenêtre, de la position de la chambre obscure par rapport à cette fenêtre et par rapport au plancher de la pièce, de la distance focale de l’objectif de Niépce, du cadrage de l’image et enfin l’identification de détails : murets de pierre, claire-voie, etc…)20. Dernier résultat inattendu : il est apparu que la fenêtre actuelle aurait été déplacée de 70 cm par rapport à celle de 1830. Des fouilles menées plus tard dans la maison, sous cette fenêtre, ont confirmé ce déplacement. Il est très exactement de 70 cm21.

36Au moyen d’une autre reconstitution de la propriété de Niépce permettant de simuler les ombres en fonction de la latitude du lieu, du jour et de l’heure, il a été alors possible de procéder à une accumulation virtuelle des ombres et des lumières de la vue depuis la fenêtre de Niépce, tout au long d’une journée et cela pour différents jours entre mai et octobre, mois durant lesquels Niépce séjournait chaque année dans cette maison. Le résultat conduit à une image similaire à celle de Niépce mais avec des orientations d’ombres différentes suivant les jours de l’année ce qui a permis d’estimer l’image de Niépce comme ayant été réalisée autour du 21 juin (Photo 7). Auparavant il avait été démontré, toujours dans le cadre de notre étude, que la technique employée pour obtenir cette image indique, suivant les documents de Niépce, que la prise de vue remonte à 1827.

37La technique de réplication des procédés est la méthode qui a sous-tendu l’ensemble des travaux présentés ici sur l’histoire de l’invention de la photographie par Niépce. Elle s’est révélée extrêmement fructueuse puisqu’elle a permis de retracer précisément toute l’évolution des recherches de Niépce et d’interpréter la quasi-totalité de ses écrits, démontrant par là-même l’authenticité de leur contenu.

Inventeurs en herbe

Le rapport à la photographie de Jean-Louis Marignier remonte à sa jeunesse. « À l’âge de onze ans, raconte-t-il, ce fut la découverte d'un monde où se mêlaient le jeu d'une technique (l'appareil photo) et celui d'une chimie magique qui aboutissait à la création d'images. Avec un copain, installés dans la cave du pavillon de ses parents, éclairés à la bougie, les bains de révélateurs dans des assiettes à soupe, tout était prétexte à la créativité. Pas de moyens pour acheter un agrandisseur : le projecteur de diapositives fut détourné de sa fonction pour projeter les négatifs sur les papiers sensibles. D'abord les vieux négatifs familiaux, puis ce fut le temps des premières prises de vues et des premiers développements. De grands moments d'émerveillements. » Pour les deux amis, ce terrain de jeu apparaissait immense, presque inépuisable, un grand champ ouvert à l'inventivité. Ils bricolaient les photographies : images superposées, images en pose longue, photographies des étoiles, de la lune, des taches du soleil (pendant quelques temps, Jean-Louis Marignier fit partie du Club des Jeunes techniciens au CNAM, en astronomie). Leur inventivité se portait aussi sur l'appareil photo ou la camera super 8, avec lesquels ils effectuaient toutes sortes de trucages, substituant l'objectif de l'appareil photo à celui de la camera pour en faire un puissant téléobjectif de cinéma ou transformant la demi-paire de jumelles en téléobjectif photographique. Avec le tirage sur papier, ils faisaient des rayogrammes sans connaître Man Ray*, et tous les trucages possibles avec des découpages, des masquages, de la solarisation, jusqu'à l'adjonction de produits chimiques dans les bains de révélateur afin d'en observer les effets sur l'image finale comme les couleurs inattendues que prenaient les diapositives sous l’action de l'eau de Javel.

« Il faut dire, ajoute Jean-Louis Marignier, que le père de mon copain exerçait un métier rare : il était inventeur. Bénéficiant de son atelier, de ses outils et des matériaux qu'il utilisait, nous voulions faire de même : avoir des idées originales et créer des nouveautés ». Les deux adolescents construisirent des fusées, des téléphones, des magnétophones, des lunettes astronomiques… à partir de matériels récupérés. Ils allèrent même jusqu’à adapter un moteur de Solex sur l'un de leurs vélos ! Leurs lectures étaient les revues Systèmes D et Photo-Ciné Revue.

Depuis, Jean-Louis Marignier a pratiqué la photographie sous diverses formes, de la photographie panoramique avec des appareils photos à objectifs rotatifs à la photographie stéréoscopique pour restituer le relief, des tirages en couleur jusqu’aux photographies sur des supports non conventionnels comme des plaques métalliques, sans parler de la photographie numérique.
  

*Man Ray (1890-1976) photographe américain dont la carrière se déroula essentiellement à Paris. Il réalisa un certain nombre d’images photographiques dans le laboratoire photo en posant des objets directement sur le papier sensible qu’il insolait ensuite. Jouant sur la forme, l’opacité des objets et l’éclairage, il créa ainsi des images abstraites qu’il appelait des rayogrammes ou rayographies.

Haut de page

Notes

1 Magie de l’image, film video de 26 minutes (CNRS - Université Paris-Sud). Auteurs scientifiques : J. Belloni, J.L. Marignier, M. Mostafavi et J. Amblard. Réalisation : G. Roussi, S. Guyon et J.L. Marignier.

2 Voir article de Jacqueline Belloni dans cette même revue.

3 J.L. Marignier, « Pratique des procédés héliographiques », Communication au Symposium du 150e anniversaire de la photographie, 29 juin au 2 juillet 1989, Vevey, Suisse.

4 P. Jay, Genèse d’une invention. p. 295. Les mots entre guillemets sont des citations de Niépce.

5 Dessin réalisé par l’auteur pour la couverture du fascicule des résumés des communications données aux Journées d’Etudes de la Chimie sous Rayonnements organisées à Marly-le Roi en 1988.

6 Nicéphore Niépce, Photopoche N°8, Centre National de la Photographie, et réf. 2.

7 Lettre adressée à son frère le 16 septembre 1824.

8 « Jean-Louis Marignier. Héliographies. 1989, première reconstitution du procédé de Nicéphore Niépce » Catalogue de l’exposition du 15 décembre 1989 au 15 février 1990 au Musée Niépce. Chalon-sur-Saône, 1989.

9 J.L. Marignier, « Niépce revisité », Le Photographe, n° 1470, déc. 1989-janv. 1990, p. 13-18.

10 Nature

11 J.L. Marignier, « Mystères éclaircis sur la plus ancienne photographie au monde », Le Photographe, n°1480, 50, (1990)

12 J.L.Marignier, « Première reconstitution du deuxième procédé photographique au monde », Le Photographe, n° 1499, Nov. 1992, p. 26-33 ; J.L. Marignier, « L’invention de la photographie », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, t. 325, Série II b, p. 415-420, 1997 ; J.L. Marignier, « The Physautotype. The World’s second photographic process invented by Niépce and Daguerre in 1832 », The Daguerreian Annual 2002, The Daguerreian Society (Pittsburgh) USA 2004

13 La redécouverte du physautotype explique en partie la polémique crée par la famille Niépce lorsque Daguerre exposa pour la première fois ses daguerréotypes. La similitude de vision des images fit dire au fils de Niépce que c’était en fait le procédé de son père dans lequel Daguerre avait remplacé certains composés par d’autres. Le daguerréotype est un procédé très inspiré de celui de Niépce sur le plan de la technique mais différent dans les principes photochimiques.

14 J.L. Marignier, « Découverte de l’invention par Niépce et Daguerre d'un procédé photographique à base de colophane », Le Photographe, n° 1524, mai 1995, p. 36-42.

15 J.L. Marignier, Niépce. L’invention de la photographie, Paris, Editions Belin, 1999, p. 493 http://pagesperso.lcp.u-psud.fr/marignier/

16 A cette époque, on se posait la question de savoir s’il ne s’agissait pas d’une reproduction de l’image originale qui aurait été effectuée au moyen d’une chambre obscure, car au dos du cadre, il est mentionné : « from a print about 2 ½ (≈ 75 cm) feet long ». Cette image aurait alors été reconnue comme la plus ancienne photographie au monde, mais il n’en est rien.

17 J.L. Marignier, Niépce. L'invention de la photographie, p. 495. Sous l’impulsion de Grant Romer (George Eastman House) à qui j’avais signalé l’intérêt d’étudier cette plaque, des analyses techniques ont été réalisées par le laboratoire du Getty Institute of Conservation, en 2010. Nous attendons la publication officielle des résultats.

18 J.L. Marignier, Niépce. L'invention de la photographie, p. 478 ; J.L. Marignier, « La Table Servie de Niépce », Le Photographe, n°1622, Oct. 2004, p. 32-35.

19 M. Bonnet et J.L. Marignier, Niépce. Correspondance et papiers, St-Loup-de-Varennes, éditions Maison Nicéphore Niépce, 2003, livre consultable en ligne sur www.niepce-correspondance-et-papiers.com

20 La même technique a aussi été appliquée avec succès pour l’une des vues prises par Daguerre en 1840 par l’une des fenêtres de son appartement parisien. (résultat non publié)

21 Nous devons la réalisation de ces fouilles à Pierre-Yves Mahé directeur de l’Ecole de Photographie Spéos à Paris devenu alors locataire de la partie de la maison de Niépce d’où l’inventeur effectuait ses prises de vue. Restauration de la maison de Nicéphore Niépce. Film vidéo. Scavo © Spéos 2000 Université Paris Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Marignier, « Histoire de la redécouverte des procédés de l’invention de la photographie par Nicéphore Niépce », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 145-156.

Référence électronique

Jean-Louis Marignier, « Histoire de la redécouverte des procédés de l’invention de la photographie par Nicéphore Niépce », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 11 octobre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/171 ; DOI : 10.4000/hrc.171

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Marignier

Jean-Louis Marignier est chercheur au Laboratoire de Chimie Physique. Il est spécialisé en chimie sous rayonnements. Il est responsable scientifique de l’accélérateur d’électrons picoseconde ELYSE qui permet l’étude des réactions chimique ultra-rapides. Son domaine d’étude concerne les processus radiolytiques au temps court dans les liquides.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org