Navigation – Plan du site
Varia

Le CNRS face à la crise de la recherche à la fin des années 1960

Late 1960s: CNRS Faces the Crisis in Research
Bruno Marnot
p. 64-73

Résumés

À partir du milieu des années 1960 a émergé dans les sociétés développées une contestation multiforme des objectifs assignés à la recherche fondamentale. Accusée de n’être pas en phase avec les nouveaux besoins de la société, elle fut également remise en cause dans sa capacité à être à l’origine des innovations d’une économie compétitive. La France ne fit pas l’économie de cette réflexion sur l’avenir de la recherche. Elle fut le signal pour le CNRS, placé au centre du dispositif de recherche national, d’une mutation majeure dans son histoire.

Haut de page

Texte intégral

1Devenus aujourd’hui des thèmes centraux des sociétés développées, la contestation d’une poursuite de la croissance sans fin et les préoccupations environnementales naissantes à la fin des années 1960 ont enjoint à la communauté scientifique de poursuivre des objectifs radicalement différents de ceux qui étaient définis depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Introduction

2 La crise de la recherche qui affecte le CNRS à partir de la fin des années soixante s’inscrit dans le cadre d’une crise de la politique de la science en général et de la recherche fondamentale en particulier. Cette crise ne se limite donc pas à ce seul organisme, pas plus qu’il n’est l’apanage de la France. Il faut entendre la notion de « crise » dans son acception la plus large pour jauger la portée de ce qui se produit à l’orée des années 1970, c’est-à-dire à la fois un examen critique d’un modèle de politique scientifique et sa mutation nécessaire pour qu’elle continue d’assurer la légitimité sociale des individus qui sont chargés de l’animer.

3À la fin des années soixante, le CNRS est devenu une puissante institution que la remise en cause des certitudes et des habitudes acquises atteint d’une façon originale. La question alors crûment posée concerne à la fois les priorités scientifiques privilégiées par l’organisme et la validité même de la recherche pure, qui est devenue sa vocation majeure. Aussi est-il aisé de percevoir que derrière cette question point, en guise de corollaire, une crise d’identité au sein de la communauté scientifique de l’organisme, qui ne cesse de s’approfondir tout au long des années 1970. La crise de Mai 68, le procès fait à la croissance économique, l’industrialisme des années pompidoliennes suscitent et alimentent cette crise, à laquelle se surimpose à partir de 1974 la crise de l’énergie déclenchée par le premier krach pétrolier.

La politique de la science : interrogations et nouveaux horizons

4 La fin des années soixante est marquée par un ralentissement de la croissance dans la plupart des pays industrialisés, alors considéré comme temporaire tant le potentiel reste élevé selon certains experts de l’époque. Plus important, peut-être, est le fait que la finalité même de cette croissance se trouve mise en cause, au point de rejaillir sur les politiques scientifiques alors menées dans les pays occidentaux. Deux types de critiques leur sont généralement adressés. Elles n’ont, en premier lieu, pas été capables de prendre en compte les externalités négatives que la croissance intensive des Trente Glorieuses avait immanquablement produites sur la société. En outre, ces politiques de recherche n’ont pas assez veillé à la rentabilité de la production scientifique, à son caractère spécifiquement novateur, et ce procès s’adresse plus directement à la recherche fondamentale. Ces deux jugements s’adossent à des préoccupations a priori différentes, l’une d’essence environnementale, au sens large, l’autre de nature strictement économique. Celles-ci sont pourtant les deux faces d’un même procès, à savoir le déphasage apparent de la recherche avec les besoins concrets de la société.

  • 1 M. Le Roux, G. Ramunni, « L’OCDE et les politiques scientifiques. Entretien avec J.-J. Salomon », R (...)
  • 2 Organisation de coopération et de développement économique

5 Il apparaît alors à de nombreux experts de la chose scientifique, suivant en cela l’évolution de l’opinion publique, qu’il est nécessaire de repenser les principes des politiques de recherche développées sous la pression de la Guerre froide, qui a « fait de la science le fer de lance de l’interventionnisme étatique »1. Ce n’est pas le concept de « politique de la science » en tant que tel qui est critiqué mais le paradigme sur lequelle il s’est construit au cours de la décennie 1960 au sein notamment d’un organisme multinational comme l’OCDE2. Son rôle n’est pas moins décisif dans la transformation de la notion elle-même, puisqu’elle a progressivement opéré un glissement de la politique de la science vers la politique de la recherche et développement, une notion qui tend à s’imposer dans les années 1970, précisément en raison des nouveaux problèmes et des nouveaux objets de l’activité scientifique. L’accent est davantage mis sur une articulation plus étroite entre la science, la technologie, les besoins de l’économie et de la société.

  • 3 OCDE, Science, croissance et société. Une perspective nouvelle, 1971, p. 21.

6 L’un des textes fondateurs de cette nouvelle orientation est le rapport dirigé par Harvey Brooks pour le compte de l’institution, intitulé Science, Croissance et Société. Publié en 1971, le rapport Brooks se propose de définir les contours des nouveaux concepts des politiques de la science. Le propos se fonde en quelque sorte sur une situation aporétique vécue par le monde occidental : la prospérité générale des vingt dernières années a eu pour résultat une dégradation de la qualité de la vie ressentie de manière unanime, en particulier dans les villes. Le système de la science et de la technologie qui fut édifié pour satisfaire les demandes de la collectivité ne conviendra probablement pas aux besoins de la décennie à venir. La crise de la recherche est, de ce point de vue, une crise des rapports entre une politique de la science caduque et de nouvelles aspirations sociales en matière de qualité de vie (respect de la nature, logements, transports), de soins, d’éducation ou encore d’aménagement du territoire. Il n’est pas inintéressant de relever, au passage, que le rapport anticipe dans le champ technico-scientifique la fin des Trente Glorieuses avant même le coup de grâce économique et monétaire qui interviendra dans le mitan des années soixante-dix. Le consensus autour des objectifs antérieurement assignés à la science par la société et le pouvoir politique vole en éclat : « les considérations de politique nationale, le recours à la technologie comme instrument de prestige politique et la course aux armements stratégiques perdent de l’importance […] »3. La politique de la science des années soixante débouche sur un « désenchantement » général : elle s’apparente pour les industriels à un gaspillage qui ne profite pas directement aux développement de la compétitivité des firmes ; pour le courant écologiste, elle sert au contraire les intérêts des multinationales de l’industrie responsables de la dégradation de l’environnement ; pour l’opinion de gauche en général, elle est un instrument au service des intérêts obscurs et immoraux de l’armée ; des humanistes, tel Pierre-Henri Simon, l’accusent de soumettre la société à une dictature de l’esprit au nom d’objectifs mal déterminés. Ce florilège de griefs montre pourtant que si l’ancien consensus n’est plus de mise, aucun autre paradigme, rebâti autour d’autres objectifs, ne l’a encore remplacé. Cette situation conflictuelle constitue aussi l’une des raisons de l’affaiblissement temporaire de la science à l’aube des années 1970.

  • 4 L. Rouban, L’État et la science. La politique publique de la science et de la technologie, Paris, É (...)

7 Ces nouveaux objectifs sont, du reste, plus difficilement identifiables parce qu’ils procèdent moins désormais d’une volonté politique que des requêtes diverses et confuses de la collectivité. Cette nouvelle configuration de la demande sociale en matière de science et de technologie conduit certains auteurs à la désigner comme une « stratégie de la réaction »4. Selon le rapport Brooks, deux grands types de champs s’ouvrent à la science. Le premier concerne les problèmes de l’environnement qui « au cours des vingt prochaines années […] revêtiront des dimensions planétaires et [qui] devront donc faire l’objet d’une offensive concertée sur un plan global ». Le deuxième champ concerne la croissance et les auteurs défendent l’idée d’une vision plus intégrée de l’économie, susceptible d’approfondir les interactions entre les facteurs de production traditionnels et les changements de structure liés aux progrès extrêmement rapides de la science et de la technologie. En amont du processus, la recherche fondamentale représente un élément essentiel de l’ensemble science-technologie, non seulement parce qu’elle comporte de considérables « économies externes », telles que le stock mondial de connaissances, mais aussi parce qu’elle détermine les normes auxquelles se réfèrent recherche appliquée et technologie. En arrière-plan de ce postulat figurent les enseignements de l’économie de l’innovation dont les travaux de quelques-uns des plus éminents théoriciens, comme Jacob Schmookler, Edward Denison ou Nathan Rosenberg, furent convoqués par l’organisation et lui firent prendre conscience de l’importance des facteurs non seulement technologiques, mais aussi socio-économiques et organisationnels.

8 Au final, le rapport plaide pour l’émergence d’un « nouveau type de recherche-développement, qui ne vise plus exclusivement à améliorer les technologies existantes ou à en produire de nouvelles, mais qui s’attacherait également à élaborer les instruments conceptuels permettant de mieux comprendre l’homme et la société, ainsi qu’à définir les exigences d’un développement économique et social harmonieux ». Cet aspect globalisant de la nouvelle politique scientifique est de la plus grande importance car il aboutit à une réévaluation des sciences humaines et sociales, qu’il met sur le même plan, dans le futur système de la science et de la technologie, que les sciences de la nature. Cette réhabilitation est à l’origine d’un nouveau champ de réflexion de l’OCDE dont quelques-unes des manifestations marquantes sont l’organisation du colloque « Science et société » à Saint-Paul-de-Vence et la création d’un groupe d’experts sur les sciences sociales et la politique des gouvernements.

  • 5 OCDE, op. cit., p. 72.

9 L’autre conséquence des propositions précédentes réside dans la sélection des priorités en matière de recherche, sur le choix des technologies à favoriser dont l’évaluation doit être désormais mesurée à l’aune du rapport entre avantages et coûts sociaux. Aussi, face à la multiplication des demandes et des besoins, la politique de la science à venir doit-elle comporter une « variété croissante de programmes bien circonscrits et même d’une très grande spécificité ». Cela suppose de la part des organismes de recherche et de tutelle une gestion et une organisation souples, capables de « réagir rapidement aux événements »5. À titre d’exemple, toute la problématique des actions incitatives et concertées, thématiques et programmées, développée notamment au sein du CNRS, est contenue dans cette dernière proposition.

10 Le rapport Brooks eut un énorme retentissement dans le monde occidental. En France, la commission de la recherche pour la préparation du VIe Plan retient, parmi les nouvelles priorités, le développement des recherches susceptibles d’améliorer la « qualité de la vie ». À côté de la recherche de base, orientée vers le développement général des connaissances, et des recherches à finalité industrielle, doivent donc désormais figurer les recherches à finalité socio-économique, destinées à l’amélioration des conditions et du cadre de vie. Puisant également une grande partie de son inspiration dans le rapport Brooks de 1971, le rapport national de conjoncture du CNRS présenté en 1974 propose une nouvelle lecture des rapports qui doivent régir la science et la société, afin que l’une et l’autre convergent vers des objectifs communs. Le véritable rôle de la science, selon le rapport, se manifeste au niveau des moyens et non des fins, en proposant des options et non plus des solutions. Il s’agit en un mot de passer de la dictature de la science et de la technique à un dialogue sincère et démocratique avec ses utilisateurs que sont les citoyens d’une nation, appelés à devenir des parties prenantes de la future politique de la science.

  • 6 Programme interdisciplinaire de recherche pour le développement de lénergie solaire
  • 7 Présentation du Pirdes par R. Chabbal, Gif G 990008 DOC ART 7 (ancienne nomenclature).

11 La communauté scientifique du CNRS n’est pas restée insensible au courant de protestation contre la société capitaliste et matérialiste qui a enflé tout au long des années soixante au sein de la jeunesse occidentale. La littérature syndicale de l’organisme et même Le Courrier du CNRS, organe en quelque sorte officiel de l’institution à partir de 1971, se font l’écho de ces interrogations nouvelles, qu’il s’agisse des rapports entre progrès technico-scientifiques et bien-être de la société ou encore des préoccupations écologiques et environnementales croissantes. Priorité de la recherche fondamentale, mise en exergue des sciences de l’homme et de la société, promotion d’un nouveau secteur de recherche consacré à l’énergie solaire, tels sont les leitmotiv qui traversent une littérature que l’on peut considérer comme scientifiquement militante à l’aube des années 1970. Aussi le thème de l’énergie devient-il l’un des chevaux de bataille d’une partie de la communauté scientifique du CNRS, à qui la crise de 1973 donne une audience sans doute alors inespérée. Avec ce champ de recherches, l’institution se replace au cœur des préoccupations de la collectivité, comme le démontre amplement Robert Chabbal, le père du Pirdes6, qui souligne que « les applications de l’énergie solaire » permettent « au CNRS de prouver son aptitude à faire fructifier ses propres recherches fondamentales au profit de la société dans son ensemble »7. Dans cette dynamique, le CNRS organise une « journée recherche fondamentale énergie » qui fait l’objet d’un numéro spécial du Courrier du CNRS en juin 1975.

12 Le thème de l’énergie est également important parce qu’il est aussi sans doute le premier à mobiliser, sur un même pied d’égalité, des chercheurs des sciences exactes et des sciences humaines. Ne faut-il pas voir, du reste, dans ces nouvelles préoccupations relatives à la recherche fondamentale, la place et l’influence croissantes des sciences humaines et sociales au sein du CNRS ? Le département sociologie, fortement à gauche, fut à la pointe de la contestation au sein de l’institution en Mai 1968. L’économie devient, avec la crise de l’énergie, la science sociale de référence. Le CNRS ne l’a d’ailleurs jamais négligée. Sous l’impulsion de Maurice Allais et de François Divisia, notamment, l’institution s’est dotée depuis 1946 d’un Centre de travail et laboratoire d’économétrie, à la fois séminaire de formation et forum de discussion entre théoriciens de l’économie et représentant du monde économique. En 1968, la collaboration entre le CNRS et une de ses équipes de recherche associée, l’Institut économique et juridique de l’énergie (IEJE), dépendant de l’Université des sciences sociales de Grenoble, a abouti à la mise en place du premier réseau sectoriel national en documentation économique.

  • 8 CNRS, Rapport national de conjoncture, 1974, p. 21. Les mots en italique sont soulignés par les aut (...)

13 La connivence nouvelle de la recherche fondamentale avec les sciences humaines et sociales montre également que la communauté scientifique du CNRS n’est pas davantage restée à l’écart d’une interrogation plus radicale et plus générale sur les hypothétiques bienfaits d’une accumulation auto-entretenue dont on n’entrevoit plus la finalité profonde. Le rapport national de conjoncture de 1974 dresse aussi le procès de la croissance accélérée des sociétés industrielles. Tout comme celle du rapport Brooks, la lecture de ce document laisse la curieuse impression rétrospective que les sociétés du monde occidental sont alors parvenues à un horizon indépassable de leur développement. Les auteurs du rapport de conjoncture proposent d’en finir avec une « identification implicite et trop naïve entre croissance et développement », car « l’on entre dans un nouvel âge industriel où l’objectif majeur des sociétés des pays développés n’est plus la poursuite de la croissance per se, mais beaucoup plus la maîtrise de l’aménagement de la croissance »8. L’erreur fut de croire que la logique propre du développement technologique pouvait coïncider avec les besoins profonds de la société. La prise de conscience brutale de cette illusion comporte, toujours selon les auteurs du rapport, un risque majeur : celui d’une remise en cause de la recherche scientifique publique par une société qui se sentirait abusée, du fait d’une analyse incorrecte des inconvénients de la croissance. Là réside la véritable racine de la crise de la recherche. Loin de remettre en cause le bien-fondé de la recherche fondamentale, l’enjeu profond du rapport consiste bien à lui conférer une légitimité nouvelle et de démontrer sa capacité à apporter de nouvelles réponses à la crise générale des sociétés industrielles.

Du bien-fondé de la recherche fondamentale

  • 9 Pour toutes ces questions cf. G. Ramunni, Les sciences pour l’ingénieur. Histoire du rendez-vous de (...)

14La crise de la recherche fondamentale est un des éléments de la controverse relative aux politiques de la science conduites dans les pays développés. Elle recouvre à la fois une dimension épistémologique, qui est celle de sa relation à la recherche dite « appliquée », et une dimension axiologique, qui est celle de son utilité concrète dans le processus de développement économique. L’OCDE s’est trouvée placée d’emblée au cœur du débat. La conférence que l’organisation réunit au château de la Muette en 1965 et qui rassemble, pour la première fois, les ministres responsables des questions scientifiques, suivie du séminaire de Jouy-en-Josas de février 1967 sont le moment de deux prises de conscience. La première révèle que le modèle linéaire du rapport direct entre recherche fondamentale et recherche appliquée est profondément entré en crise. Au terme de cette problématique émerge au début des années 1970 le concept de sciences pour l’ingénieur9. La deuxième prise de conscience est celle d’une impossible expansion indéfinie des moyens financiers et humains en faveur de la recherche fondamentale. Une telle proposition rejoint la théorie du « plafond de Price »: selon son auteur, qui est professeur à l’Université de Yale, la croissance suivrait une courbe d’abord exponentielle avant de se stabiliser à un point dont l’inflexion représenterait également le nombre maximum de chercheurs qu’il situe à hauteur de 6-8 % de la population totale. N’est-il pas illusoire, en outre, d’accroître le volume des dépenses consacrées à la recherche et développement si l’on parvient à démontrer que le rythme d’introduction du progrès technique dans l’économie n’est pas strictement proportionnel à l’effort de recherche ? Il n’est pas anodin que ces questionnements et réflexions coïncident avec une période de contraction ou de ralentissement de la croissance des ressources budgétaires en direction de la recherche publique.

  • 10 Cf. pour la version française C. S. Sherwin et R. S. Isenson, « Le programme Hindsight. Une étude d (...)

15Plus profondément, la recherche fondamentale devient l’objet de considérations économiques sur le rapport entre son coût et les résultats tangibles de son action. C’est en quelque sorte son rendement propre qui est mis sur la sellette. Il apparaît que les États-Unis, qui consacrent alors la plus forte proportion de leur PNB à la recherche – les fameux 3 % – ont été les premiers à remettre en cause les résultats de la recherche fondamentale. Son utilité est d’abord considérée à l’aune des dépenses que le secteur militaire lui consacre. Le but consiste à apprécier la nature du lien entre une opération de recherche et l’introduction d’une nouvelle technologie. C’est, en particulier, la méthodologie déployée par le Département de la Défense, qui est un des principaux organes de financement de la recherche fondamentale. Il s’agit du programme Hindsight, que l’on peut traduire par « rétrospective », lancé en 1965 dans le but d’étudier le rôle joué par la recherche fondamentale dans le développement des systèmes d’armement entre 1945 et 1962. L’objet du programme consiste à mesurer le taux de récupération par la Défense de ses propres investissements dans la science et la technologie. Afin de tester l’efficacité des programmes d’investissement menés par le département en matière de recherche et développement, les experts ont cherché à établir dans quelle mesure les nouveaux armements pouvaient dépendre des résultats de recherches récentes en science ou en technologie. De façon induite, les résultats de cette enquête doivent être capables de diagnostiquer des schémas d’organisation susceptibles de conduire de manière plus sûre que d’autres à des résultats utilisables et qui puissent suggérer des méthodes propres à améliorer l’organisation de la recherche. Les premières conclusions de l’étude furent publiées dans la revue Science en juin 1967, avant même la remise du rapport définitif en 196910. Les résultats se sont révélés désastreux en ce qui concerne la recherche fondamentale. Vingt systèmes d’armement ont été étudiés, afin d’isoler les « événements » scientifiques et technologiques qui ont permis leur développement : sur 710 événements inventoriés, 91 % sont imputables à la technologie, 8,7 % à la recherche appliquée et seulement 0,3 % à la recherche fondamentale. La science et la technologie récentes, orientées par une mission, représentent un avertissement avantageux dans le court terme, c’est-à-dire une période de dix à vingt ans, tandis que sur une échelle de cinquante ans ou plus, « la contribution de la science non orientée, concluent les experts avec un sens diplomatique de l’euphémisme, a été d’une immense valeur, mais l’étude Hindsight a été incapable de le démontrer ». En fait, le critère essentiel réside non pas dans la valeur intrinsèque de ce type de recherche, mais dans ses délais d’utilisation. En l’occurrence, les crédits affectés à la recherche fondamentale ont été d’un effet pratiquement nul sur le développement des systèmes d’armement.

16 Les remous provoqués par les conclusions de cette étude ont été immédiats et considérables puisqu’ils aboutissent à remettre en cause, aux États-Unis mêmes, le rôle des différentes agences gouvernementales dans le financement de la recherche non orientée. Celles-ci ne pouvaient rester sans réagir. Une telle menace explique que le National Science Foundation (NSF), la seule agence à financer des recherches sans objectif particulier et donc la plus contestée, contre-attaque dès septembre 1967 en chargeant l’Illinois Institute of Technology Research (IITRI) de trois missions : identifier des innovations permettant une étude historique et une analyse approfondies ; dégager et isoler des événements-clés de recherche-développement qui ont été la cause d’innovations couronnées de succès ; analyser, en dernier lieu, les facteurs uniques ou communs à plusieurs découvertes qui ont influencé la transition entre recherche fondamentale et innovation. La méthodologie adéquate pour cette entreprise consiste donc à retracer l’histoire des découvertes mineures et majeures qui ont été à l’origine d’innovations technologiques considérées comme particulièrement significatives, d’où le nom de Traces donné au programme. Cinq innovations non militaires ont été analysées par l’IITRI : les ferrites magnétiques, le magnétoscope, la pilule anticonceptionnelle, le microscope et l’analyse chimique par isolement de matrice. L’origine d’une lignée a été déterminée en considérant un apport scientifique fondamental, reconnu comme point de départ de nombreuses voies conduisant à des applications différentes. La reconstitution des lignées historiques menant à chacune des innovations spécialisées a permis d’identifier 341 événements-clés, jugés déterminants dans le processus d’innovation. Ne s’interdisant aucune date limite en amont de son enquête, le programme Traces est parvenu à des conclusions diamétralement opposées de celles qui avaient été avancées par Hindsight. Le rapport de décembre 1968 conclut que sur les 341 événements dénombrés, 70 % résultent de recherches fondamentales, 20 % de recherches appliquées et 10 % de développements et applications. Le nombre d’événements résultant de la recherche fondamentale atteint son maximum entre la vingtième et la trentième année précédant l’innovation. Ce constat rend plus délicate à établir la planification de la recherche fondamentale qui est effectuée en majeure partie sans une connaissance a priori de l’innovation à laquelle peuvent conduire ses investigations. Ce n’est pas la moindre conséquence de ce travail. Il n’en reste pas moins vrai que le NSF a atteint son but en parvenant à réhabiliter la recherche fondamentale au sein du processus d’innovation technologique.

  • 11 Cité part G. Druesne, Le Centre national de la recherche scientifique, ouvrage dactylographié, 1973 (...)
  • 12 P. Papon, Le pouvoir et la science en France, Paris, Éditions du Centurion, 1978, p. 157.

17 Les résultats contradictoires des deux programmes américains s’expliquent en grande partie par le présupposé méthodologique qui a présidé à leur conception. Comme l’écrit Jean-Jacques Salomon, « Hindsight retrace l’histoire d’une innovation dans la limite de son développement, tandis que Traces la retrace dans la durée de sa conception »11. Le délai d’utilisation d’une découverte établie par la recherche fondamentale rend évidemment très hypothétique la mesure de sa productivité. Selon Pierre Papon, le principal enseignement de ces enquêtes est que la science intervient de manière évidente dans le processus d’innovation, soit parce qu’elle fournit des méthodes d’investigation aux innovateurs, soit parce qu’elle intervient dans des innovations en gestation en leur faisant franchir un pas plus ou moins décisif. Il n’est pas certain toutefois que la montée en puissance de la recherche fondamentale depuis la fin de la guerre a permis de raccourcir le délai entre l’invention et l’innovation12.

18 De tels débats outre-atlantique n’ont pas été sans répercussion sur la France qui, comme les autres pays d’Europe occidentale, a construit son système de recherche sur le modèle de la big science américaine. La presse scientifique française fait largement écho à cette controverse qui conduit un expert public comme Michel Drancourt, dans un rapport sévère remis au Conseil économique et social en janvier 1971, à poser des questions embarrassantes au sujet de l’adaptation du CNRS aux besoins scientifiques du pays. Le commissaire à l’industrialisation de la Lorraine semble bien reprendre à son compte les conclusions d’Hindsight lorsqu’il s’interroge sur la pertinence d’une augmentation relative des dépenses consacrées dans le PIB, lorsque celles-ci sont engagées dans des actions sans issue. Les troubles qui gagnent les chercheurs du CNRS au début des années 1970 montrent avec évidence que le bien-fondé de son activité est objet de contestation. L’avenir de la recherche fondamentale en France est bien posé mais en d’autres termes qu’aux États-Unis.

Des doutes sur les choix scientifiques et technologiques français

19Un lien profond unit l’élaboration d’une nouvelle politique de la science et la remise en cause de la recherche fondamentale : il consiste à vouloir déplacer l’effort national de la recherche non orientée vers les technologies de développement, plus directement en phase avec les attentes de l’industrie et de la société au sens large. Une telle perspective va à l’encontre de la politique scientifique et du système de la science développés en France depuis la fin des années 1950. L’édification d’une big science mise au service de la puissance et de l’indépendance nationale s’est traduite par l’alliance au plus haut niveau de l’État entre le pouvoir politique et la communauté scientifique avec l’institutionnalisation de la recherche et la mise en place d’organismes décisionnels.

20L’engagement en faveur des quelques programmes stratégiques et la priorité subséquente accordée à quelques poids lourds de l’industrie française, les fameux « champions nationaux », ont très tôt fait l’objet d’un examen critique. Il a fallu peu de temps pour qu’un homme aussi inquiet de la puissance industrielle française que Georges Pompidou, alors premier ministre, institue, le 25 mars 1965, un groupe de travail, présidé par Jean Saint-Géours, chargé d’analyser « l’allocation des ressources consacrées à la recherche intéressant l’industrie ». Le rapport remis le 1er octobre de la même année établit un lien direct entre la puissance économique du pays et sa capacité à exporter des produits à haute valeur technologique. L’état des lieux est peu flatteur dans la mesure où le rapport relève une dégradation régulière de la balance des paiements technologiques. En guise de solution, la commission recommande d’orienter « une partie de la recherche fondamentale en fonction de ses utilisations éventuelles pour le progrès de l’industrie » et de lier plus étroitement l’effort technologique à une stratégie industrielle qui doit impliquer des choix, certaines branches du secteur secondaire étant condamnées à la régression.

  • 13 Au cours de la même année, une enquête de la Délégation générale à la recherche scientifique et tec (...)
  • 14 Cela n’a pas empêché, dans le même temps, d’ajouter ou de compléter certains programmes au cours du (...)
  • 15 Direction généale de la recherche scientifique et technique

21Ce rapport est le premier d’une série de travaux qui se succèdent à un rythme effréné. En 1966, l’OCDE consacre à la France l’une de ses premières études relatives aux politiques nationales de la science. Le rapport s’inquiète notamment des priorités stratégiques qui risquent de compromettre, en raison même du poids des « champions nationaux », l’innovation dans les petites et moyennes entreprises. En 1967, le rapport du groupe « Recherche-Économie », plus connu sous le nom de rapport Ortoli, préconise de choisir de manière plus rationnelle les objectifs et les moyens de la politique scientifique de l’État. Avant de lancer un grand programme, il est nécessaire d’en prévoir toutes les implications, de lier stratégie de recherche et stratégie industrielle en classant les opérations de recherche en fonction de critères économiques13. Une circonspection croissante gagne les auteurs des rapports successifs quant à la finalité réellement industrialisante des choix scientifiques français et des modalités de leur réalisation14. La seule cohérence est finalement d’ordre politique en faisant référence à l’indépendance technologique. En 1969, un nouveau rapport de prospective de la DGRST15 constate que la part du développement en France est relativement moins importante que la part de l’ensemble recherche fondamentale – recherche appliquée dans d’autres pays industriels. Il recommande aux pouvoirs publics d’effectuer un rééquilibrage en sa faveur.

22De cette réflexion globale des années 1965-1969, dont certaines thématiques trouvent un prolongement dans les orientations prônées par la commission de la recherche du VIe Plan, se dégage progressivement un constat : la stratégie des grands programmes a empêché, d’une manière ou d’une autre, la mise en œuvre d’une politique de la technologie civile au coût financier sans doute moins élevé et aux retombées plus importantes et immédiates. Le dilemme est clairement posé entre la rentabilité des opérations de recherche et l’indépendance nationale. Lors de la préparation du VIe Plan, la politique des grands programmes ne représente plus une priorité.

  • 16 En 1974, après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing, le ministère de l’Industrie et de la Recherc (...)
  • 17 C’est la substance d’un article publié dans La Recherche, intitulé « Science et politique ». Cité p (...)

23La période qui s’ouvre en 1969 représente une césure en privilégiant la recherche-développement. Cette orientation répond à cette nouvelle « ardente obligation » chère à Pompidou qu’est l’industrialisation de la France. Le nouveau président de la République en fait le cœur de sa politique économique, dans un cadre qu’il souhaite libéralisé et ouvert aux marchés internationaux. Cet « impératif industriel », pour reprendre la fameuse formule de Lionel Stoléru, doit conduire à doubler la capacité productive du pays en dix ans. Mais celle-ci dépend avant tout de la modernisation des structures, des procédés et de l’invention de nouveaux produits. La création, sous le gouvernement Chaban-Delmas, d’un grand ministère du Développement industriel et scientifique (MDIS), placé sous l’autorité de Xavier Ortoli rend bien compte de l’ambition nouvelle qui vise à associer pleinement la recherche scientifique à la modernisation industrielle. Bien qu’un décret de 1970 rappelle qu’elle conserve une « vocation interministérielle », la Délégation générale à la recherche scientifique et technique, instituée au début de l’ère gaullienne, est dessaisie de son rôle de coordinatrice de la recherche civile française16. L’année 1975 marque une nouvelle étape en matière de politique scientifique et de restructuration des institutions consacrées à la recherche. Le conseil interministériel du 28 février fixe les grandes lignes des réformes à envisager. Certains évoquent à cet égard un « New Deal de la politique scientifique » française17. La loi du 10 juillet approuve le rapport d’orientation préliminaire du VIIe Plan qui assigne à la recherche trois priorités : parvenir à l’indépendance dans les domaines de l’énergie et des matières premières, favoriser la recherche de base et développer les recherches « à finalité socio-économique présentant un fort impact collectif ». Ces orientations répondent d’ailleurs aux vœux communs de la DGRST et du CNRS qui se sont dégagés lors du très important séminaire de Gif-sur-Yvette, organisé en juillet 1973.

  • 18 J.-F. Picard, La République des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990 (...)
  • 19 Cf. B. Marnot, « Introduction au rapport d’activité 1969 », La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 10 (...)

24 La science est bien mobilisée pour ces nouvelles missions, mais ses organismes sont dans l’obligation de repenser leurs politiques de recherche. Aussi l’année 1969 ressemble-t-elle à un tournant majeur dans l’histoire scientifique et institutionnelle du CNRS. Il est symbolisé par le changement de directeur général à sa tête. Pierre Jacquinot, l’homme des réformes de l’ère de Gaulle qui avaient accompagné la montée en puissance de l’organisme, cède sa place à Hubert Curien, jusqu'alors directeur scientifique pour la physique au sein de l’institution. La passation de pouvoir s’effectue entre le dernier représentant de la « vieille école de l’excellence » et l’un des premiers « managers de la science »18. L’introduction du rapport d’activité 1969 montre clairement l’inflexion que la nouvelle équipe entend donner à la politique scientifique du Centre19. Conformément aux nouvelles orientations de la politique économique, mais aussi dans un contexte de restriction budgétaire, la recherche, même fondamentale, ne peut plus faire l’économie d’une programmation et d’une planification qui doivent, à terme, répondre à l’obligation de résultats. L’objectif consiste dès lors à transformer un organisme de recherche public budgétivore en une « entreprise de science » soumise à des objectifs précis et chiffrés.

Conclusion

25Le questionnement sur les orientations futures de la politique de la science, sur la validité de la recherche fondamentale, affecte le monde atlantiste, aux États-Unis d’abord, en Europe occidentale ensuite. En France, il aboutit à s’interroger sur les choix scientifico-économiques des années soixante. C’est finalement tout un modèle de développement qui doit être repensé, à l’aune d’une conjoncture économique inédite. La crise de la recherche se révèle multiforme, parce que complexe dans ses origines et discordante dans les solutions qui lui sont apportées, au sein de chaque pays et entre les décideurs nationaux eux-mêmes. En effet, le problème est posé de manière différente, selon qu’il s’agit des experts de la politique scientifique et des dirigeants politiques ou du CNRS, d’un côté, ou bien de la communauté des chercheurs, de l’autre côté. De fait, les réponses divergent au point d’aboutir à un divorce croissant entre les décideurs et les exécutants. La crise de la recherche débouche, par conséquent, sur une profonde crise de l’institution à l’aube des années 1970.

Haut de page

Notes

1 M. Le Roux, G. Ramunni, « L’OCDE et les politiques scientifiques. Entretien avec J.-J. Salomon », Revue pour l’histoire du CNRS, n° 3, novembre 2000, p. 43.

2 Organisation de coopération et de développement économique

3 OCDE, Science, croissance et société. Une perspective nouvelle, 1971, p. 21.

4 L. Rouban, L’État et la science. La politique publique de la science et de la technologie, Paris, Éditions du CNRS, 1988, p. 118.

5 OCDE, op. cit., p. 72.

6 Programme interdisciplinaire de recherche pour le développement de lénergie solaire

7 Présentation du Pirdes par R. Chabbal, Gif G 990008 DOC ART 7 (ancienne nomenclature).

8 CNRS, Rapport national de conjoncture, 1974, p. 21. Les mots en italique sont soulignés par les auteurs du rapport.

9 Pour toutes ces questions cf. G. Ramunni, Les sciences pour l’ingénieur. Histoire du rendez-vous des sciences et de la société, Paris, Éditions du CNRS, 1995, p. 21.

10 Cf. pour la version française C. S. Sherwin et R. S. Isenson, « Le programme Hindsight. Une étude du ministère de la Défense sur l’utilité de la recherche », Le Progrès scientifique, n° 120, juin 1968, p. 44 ; « La recherche scientifique aux États-Unis. L’impact de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée sur le progrès technologique (les rapports Hindsight et Traces) », Le Progrès scientifique, n° 133, septembre 1969, p. 23.

11 Cité part G. Druesne, Le Centre national de la recherche scientifique, ouvrage dactylographié, 1973, p. 328.

12 P. Papon, Le pouvoir et la science en France, Paris, Éditions du Centurion, 1978, p. 157.

13 Au cours de la même année, une enquête de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) évalue l’importance des retombées technologiques des grands programmes à un montant compris entre 10 et 17 % du coût du coût du programme de développement. Cf. P. Papon, Le pouvoir et la science…, op. cit., pp. 148-149.

14 Cela n’a pas empêché, dans le même temps, d’ajouter ou de compléter certains programmes au cours du Ve Plan : accroissement du coût du programme Concorde, introduction des plans Calcul et Airbus.

15 Direction généale de la recherche scientifique et technique

16 En 1974, après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing, le ministère de l’Industrie et de la Recherche (MIR) succède au MDIS. Il se voit à son tour confier la tutelle de la DGRST. Un secrétariat d’État aux Universités est également créé qui reçoit la tutelle de la recherche universitaire et du CNRS.

17 C’est la substance d’un article publié dans La Recherche, intitulé « Science et politique ». Cité par G. Ramunni, Les sciences pour l’ingénieur…, op. cit., p. 61.

18 J.-F. Picard, La République des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990, p. 253.

19 Cf. B. Marnot, « Introduction au rapport d’activité 1969 », La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 10, mai 2004, pp. 68-79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Marnot, « Le CNRS face à la crise de la recherche à la fin des années 1960 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 64-73.

Référence électronique

Bruno Marnot, « Le CNRS face à la crise de la recherche à la fin des années 1960 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/174 ; DOI : 10.4000/hrc.174

Haut de page

Auteur

Bruno Marnot

Bruno Marnot (bmarnot@u-bordeaux3.fr) est maître de conférences habilité à l’université Michel-de-Montaigne Bordeaux 3. Il est membre du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporaine et travaille sur l’histoire des grands équipements publics aux XIXe et XXe siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org