Navigation – Plan du site
Dossier : L’aventure européenne du CNRS

Introduction

Denis Guthleben
p. 6-7

Notes de la rédaction

Denis Guthleben a été le responsable de l’organisation du séminaire sur l’Aventure européenne du CNRS, à l’origine de ce dossier.

Texte intégral

  • 1 CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaire.
  • 2 EMBL : European Molecular Biology Laboratory.
  • 3 EMBO : European Molecular Biology Organization.

1Dans sa livraison de printemps 2010, La revue pour l’histoire du CNRS a publié la première partie d’un dossier consacré à l’aventure européenne de l’établissement, fruit d’un séminaire organisé par le Comité pour l’histoire du CNRS au cours de l’année universitaire 2009-2010. Plusieurs témoignages et éclairages historiques, de Robert Chabbal, de Bernard Jacrot et de Michel Morange, avaient permis d’évoquer les « premiers pas » de cette aventure, accomplis au fil des années 1950, 1960 et 1970. Premiers pas ou… petits pas ? L’heure était encore à ces « réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait », chères à Robert Schuman et à l’inspirateur de sa déclaration du 9 mai 1950, Jean Monnet. Ainsi que Robert Chabbal et Bernard Jacrot l’ont relevé, le Cern1 et, dans un contexte plus franco-allemand, l’Institut Laue-Langevin de Grenoble comptaient parmi ces initiatives de la première heure dans le champ de la recherche scientifique – des réalisations qui, soit dit en passant, étaient tout sauf des « petits » pas, tant du point de vue de l’importance des infrastructures que sous l’angle des avancées scientifiques qu’elles ont permises. Idem pour l’EMBL2 et l’EMBO3 dans un domaine différent, celui de la toute jeune biologie moléculaire, et bien loin du giron du CNRS, comme Michel Morange l’a souligné.

2 Le nouveau format de notre revue, désormais baptisée Histoire de la recherche contemporaine, permet de regrouper au sein d’un second dossier l’ensemble des contributions suivantes au séminaire, qui couvrent la période allant des années 1980 à nos jours. À n’en pas douter, la muse Clio veille sur ce projet : c’est une coïncidence formidable que le calendrier éditorial de la revue permette ainsi de rassembler des textes qui, au-delà de leur apparente diversité, forment un ensemble très cohérent. Le début des années 1980 a en effet vu la recherche scientifique pénétrer au cœur des préoccupations de l’Europe communautaire, une tendance qui n’a fait que s’amplifier à mesure des années pour atteindre les proportions qu’on lui connaît aujourd’hui – avec néanmoins toujours les forces et les faiblesses de notre espace européen de la recherche, auxquelles nos intervenants n’ont jamais manqué de faire référence. Dès l’origine, ce mouvement s’est notamment traduit par le lancement de ces grands programmes dont les Européens ne sont pas les seuls à avoir le secret – ESPRIT, BRITE, RACE, BRIDGE ou EUREKA lancé en 1985 pour tenter de contrer l’Initiative de défense stratégique, cette « guerre des étoiles » inaugurée deux ans plus tôt par Ronald Reagan. Il a aussi vu naître et grandir les programmes-cadres successifs, avec la volonté originelle de stimuler la compétitivité économique de l’Europe, une ambition officialisée par l’Acte unique de 1986 – « la Communauté se donne pour objectif de renforcer les bases scientifiques et technologiques de l'industrie européenne et de favoriser le développement de sa compétitivité internationale », y est-il stipulé.

3 Ce tournant des années 1980, perceptible au niveau des structures et des grandes orientations communautaires, l’est également au cœur même du CNRS, au travers par exemple de cette « direction des relations et de la coopération internationale » qui se met en place à la fin de l’année 1982, ou du lancement des programmes internationaux de coopération scientifique, les « PICS », dont le tout premier a réuni autour de travaux sur les polymères le Centre de recherches sur les macromolécules de Strasbourg et le Max Planck Institute für Polymerforschung de Mayence. Mais ce ne sont là que deux exemples, parmi tous ceux que nos intervenants ont cité au gré de leurs présentations. Car, une fois encore, nous avons tenu à croiser les points de vue et les projets pour enrichir la réflexion. Pierre Papon et Arnold Migus ont ainsi apporté les regards de deux directeurs généraux impliqués, à vingt ans de distance, dans l’aventure européenne du CNRS, tandis que Jean-François Stuyck-Taillandier a livré la perception du diplomate appelé à diriger les relations extérieures de l’établissement, et Monica Dietl celle de la scientifique investie dans la gestion de la recherche et dans la représentation du Centre auprès des institutions européennes à Bruxelles. De la même manière, Yves Farge, le premier directeur du laboratoire LURE à Orsay, est revenu sur la longue genèse et la création du synchrotron européen ESRF4 dans les années 1980, et Jean-François Minster, directeur de l’INSU5 de 1996 à 2000, a exposé les points forts et les contraintes de cette aventure dans un domaine où la coopération internationale est souvent érigée en credo, celui des sciences de l’Univers.

4 Nos lecteurs constateront vite qu’aucun des intervenants n’a cédé aux travers qui accompagnent bien souvent les discours sur l’Europe : dans ce dossier, aucune parole convenue et lisse, et guère plus de lamentations sur une recherche immaculée que le « machin » de Bruxelles serait venu scléroser ou pervertir – même si des lourdeurs ont été pointées sans langue de bois. Au-delà des présentations elles-mêmes, les échanges qui les ont prolongées ont contribué à nourrir une réflexion intense sur le CNRS et l’Europe. Les participants au séminaire lui ont en effet apporté une forte valeur ajoutée, et nous tenons une fois encore à les remercier chaleureusement pour leur assiduité.

Haut de page

Notes

1 CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaire.

2 EMBL : European Molecular Biology Laboratory.

3 EMBO : European Molecular Biology Organization.

4 ESRF : European Synchrotron Radiation Facility.

5 INSU : Institut national des sciences de lUnivers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 6-7.

Référence électronique

Denis Guthleben, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/182 ; DOI : 10.4000/hrc.182

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Historien, attaché scientifique au Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org