Navigation – Plan du site
Dossier : L’aventure européenne du CNRS

La politique européenne du CNRS dans les années 1980

CNRS’S European Policy in the 1980s
Pierre Papon
p. 8-15

Résumés

Pierre Papon, directeur général du CNRS entre 1982 et 1986, revient sur son expérience à la tête du Centre pour évoquer l’Europe de la recherche dans les années 1980. Au début de la décennie, le Président de la République française nouvellement élu, François Mitterrand, a pour ambition de rendre indépendante et compétitive la recherche européenne. Cette volonté n’est pas nouvelle, mais elle prend de l’ampleur à ce moment précis, alors que se dessine le futur espace européen de la recherche, qui trouve son équilibre entre coopération intergouvernementale et fédérale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaire
  • 2 IBM : International Business Machines Corporation
  • 3 ESA : Agence spatiale européenne
  • 4 ESO : European Southern Observatory
  • 5 EMBO : European Molecular Biology Organization
  • 6 ESF : European Science Foundation
  • 7 ILL : Institut Laue-Langevin
  • 8 IRAM : Institut de radioastronomie millimétrique
  • 9 EISCAT : European Incoherent Scatter Scientific Association

1 En introduction, je reprendrai le diagnostic porté par Robert Chabbal sur la façon dont les laboratoires du CNRS et de l’Université vivaient l’Europe dans les années 1950 et 1960 : hormis au CERN1, dont l’aventure a commencé dans les années 1950, l’Europe n’était pas pour eux une grande préoccupation. Le regard des scientifiques, surtout au CNRS, était alors tourné vers les États-Unis, et faire un post-doc outre-Atlantique équivalait à effectuer un pèlerinage à La Mecque. Je suis d’ailleurs moi-même allé aux États-Unis après ma thèse. Un changement a néanmoins commencé à s’engager dans les années 1970. Je dirigeais alors une équipe de recherche associée au CNRS, et je me souviens que nous avons établi des coopérations avec une équipe italienne, une autre britannique, ainsi qu’une équipe suisse d’IBM2 dont le patron, Alex Müller, allait obtenir quinze ans plus tard le prix Nobel de physique. Dès lors, si on ne parlait pas encore d’un « espace européen de la recherche » au début des années 1980, des graines avaient déjà été semées : l’ESA3, l’ESO4, l’EMBO5 et l’ESF6 avaient vu le jour, de même que, plus spécifiquement pour le CNRS, l’ILL7, l’IRAM8 et l’EISCAT9. En outre, la Commission avait lancé ses premières actions européennes en 1974.

Le contexte : pour une amplification de la coopération européenne

2 Concernant les années 1980, que j’ai connues comme directeur général du CNRS, je parlerai d’abord de la politique du CNRS sous l’angle des outils et moyens qui existaient ou qui ont été créés à l’époque pour développer des coopérations avec nos partenaires européens, en débutant toutefois par une évocation très brève du contexte politique. Une loi d’orientation et de programmation (LOP) avait été votée en juillet 1982, à la suite du colloque national de la recherche et de la technologie, qui mentionnait explicitement la coopération européenne comme un objectif important de la politique scientifique française, et à laquelle il fallait accorder des moyens importants. Il n’y avait toutefois pas de programme spécifique de coopération européenne, alors que l’annexe de la loi contenait un programme mobilisateur pour la coopération avec les pays en développement. À côté de la LOP, le deuxième élément contextuel relève d’une réelle ambition politique, affichée par François Mitterrand, de développer l’indépendance scientifique et technologique européenne. Certes, cette ambition n’était pas nouvelle, mais elle s’inscrivait désormais dans le cadre d’une situation dégradée sur le plan économique, avec une montée du chômage en Europe et en France en particulier.

  • 10 Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Pari (...)
  • 11 CEA : Commissariat à l’énergie atomique
  • 12 Direction générale de la recherche scientifique et technique

3 Lorsque j’ai pris mes fonctions au CNRS, il existait une Direction des relations et de la coopération internationales (DRCI) à laquelle je n’ai pas apporté de bouleversements institutionnels marquants. Je cite mon propre témoignage dans l’Histoire du CNRS : « La coopération internationale était de tout temps un substrat de l’action du CNRS et je n’y ai pas mis d’innovations majeures. Jean-François Miquel, le directeur des relations internationales, a conforté la politique qui existait auparavant, en introduisant toutefois les premiers programmes interdisciplinaires de coopération scientifique »10. Avec Jean-François Miquel et son adjointe Jacqueline Mirabel, Claude Fréjacques, le Président du CNRS, était également très tourné vers la coopération internationale, comme son action au CEA11 et à la DGRST12 le confirme d’ailleurs. En outre, Hubert Curien, au ministère de la Recherche et de la Technologie, a joué un rôle important pour entraîner l’ensemble de la communauté scientifique dans une coopération européenne très active.

Les outils de la coopération au CNRS

4 Le Conseil d’administration du CNRS a débattu à plusieurs reprises des questions de coopération européenne. J’ai pu consulter des extraits de procès-verbaux de réunions du conseil d’administration, où ces questions de coopération internationale et européenne ont été abordées. Pour la Direction Générale du CNRS, la coopération européenne faisait partie intégrante de la stratégie scientifique de l’organisme. Pour ce faire, nous avions à notre disposition plusieurs outils. Les premiers d’entre eux étaient les PICS, Programmes internationaux de coopération scientifique, créés à l’initiative de Jean-François Micquel en 1984, qui n’étaient pas spécifiquement européens mais qui ont beaucoup été utilisés comme des outils de coopération européenne. L’idée était de conforter une relation bilatérale entre un laboratoire du CNRS et un ou plusieurs laboratoires, européens ou non, à travers un programme.

5 Nous avions également à notre disposition les mois-chercheurs, ou « postes rouges », c'est-à-dire des postes de chercheurs CNRS vacants qui étaient contractualisés pour accueillir un chercheur étranger pour une durée de quelques mois. Cette technique, qui existait depuis les années 1970, permettait des échanges avec des partenaires extérieurs dans le cadre de coopérations bilatérales entre le CNRS, la Max-Planck, les Conseils de recherche britanniques, etc. En 1985, les chiffres étaient de 1 200 mois-chercheurs de Français allant à l’étranger et de 1 400 mois-chercheurs d’étrangers – Européens pour un peu moins de la moitié – accueillis au CNRS. On assistait alors à une progression régulière mais lente du nombre de mois-chercheurs accordés à des Européens, mais la place des Américains restait prédominante. Cela traduisait bien sûr le poids de la recherche américaine.

  • 13 Futur ministre du Gouvernement espagnol et secrétaire général de l’OTAN
  • 14 DFG : Deutsche Forschungsgemeinschaft
  • 15 ATP : actions thématiques programmées

6 Les accords de coopération et de partenariat avec des organismes de recherche européens, qui servirent de socle dans les coopérations avec les partenaires du programme-cadre, constituaient un autre outil. De nouveaux accords ont été signés, en particulier avec des pays d’Europe du Sud comme l’Espagne et le Portugal, après leur sortie du franquisme et du salazarisme. Ces deux États souhaitaient se moderniser, s’ouvrir et reconstituer leur potentiel scientifique, en établissant une coopération étroite avec la France. Je me souviens notamment avoir reçu au CNRS Javier Solana13, avant ses débuts en politique. L’Allemagne et le Royaume-Uni, avec lesquels le CNRS avait signé des accords de coopération à travers la DFG14 et les Conseils de Recherche, sont restés des partenaires privilégiés du CNRS, et la coopération avec l’Allemagne a été étendue aux grands instituts de recherche des deux pays. La coopération a aussi été élargie à des pays de l’Europe de l’Est dont la Pologne – partenaire privilégié de longue date – et la RDA, au travers d’un accord signé en 1984 avec son Académie des sciences. Un Comité consultatif Europe auprès de la DRCI a été créé pour piloter et stimuler les actions de coopération européenne en 1984. Il finançait des projets de recherche d’ATP15 déjà labellisés pour leur donner un prolongement européen.

La politique des départements scientifiques

7 Selon moi, il n’y a pas eu de dynamique d’entraînement spécifique aux départements, hormis pour l’un d’entre eux, l’IN2P3, car la stratégie scientifique des départements était l’organisation de leur secteur, le développement de leurs laboratoires, avec un élément nouveau au début des années 1980 : la politique régionale. Avec la loi Deferre votée en 1982, les régions ont en effet acquis le souci d’investir dans le domaine de la recherche, notamment en relation avec le CNRS dans le cadre des contrats de plan État-région. C’était une préoccupation forte des directeurs des départements scientifiques de l’époque, qui les accaparait beaucoup. L’IN2P3 était néanmoins investi dans la coopération européenne, avec le CERN, véritable point focal pour la physique des particules en Europe, dont Jean Yoccoz et Pierre Lehmann m’ont bien sûr souvent parlé.

8Je tiens quand même, à donner un coup de projecteur sur les sciences humaines et sociales. Maurice Godelier et Armand Frémont étaient très soucieux de les ouvrir à la coopération européenne, en particulier au travers des programmes de l’ESF consacrés par exemple à Byzance, à la Chine ou à la genèse de l’État moderne en Europe. Des conseillers pour les sciences humaines et sociales ont par ailleurs été installés dans les ambassades de France à Bonn, à Londres et à Vienne. Enfin, le CNRS a eu une action spécifique sur certains pays, par exemple en Italie via l’École française de Rome, avec en particulier son directeur Charles Pietri, dans le domaine de l’archéologie ou dans celui de la connaissance de la société italienne, véritable laboratoire social dans les années 1980.

La politique européenne à travers les grands instruments de recherche

  • 16 EMBL : European Molecular Biology Laboratory
  • 17 LEP : Large Electron-Positron Collider
  • 18 LHC : Large Hadron Collider

9 Je n’ai malheureusement pas pu assister aux interventions de Bernard Jacrot et de Michel Morange, mais je dois dire que, si j’ai beaucoup entendu parler de l’ILL dans les années 1980, le département des sciences de la vie ne m’a jamais entretenu de l’EMBO et de l’EMBL16, dont je connaissais toutefois l’existence. Cette période représentait aussi une nouvelle étape pour le CERN, avec la décision prise en 1981 de construire le LEP17. Pour la France, il s’agissait d’accepter sous son territoire une partie des 27 km de tunnel dans lequel a été construit, récemment, le LHC18. En guise d’anecdote, la décision de construire ce tunnel a fait naître une forte opposition des mouvements écologistes régionaux, animés en sous-main par un journaliste du Monde qui possédait une propriété dans la région. Ces opposants craignaient moins la radioactivité elle-même que toutes les perturbations provoquées par les travaux. Pierre Mauroy a finalement rendu un arbitrage assez peu favorable à la recherche, qui a beaucoup agacé Jean-Pierre Chevènement, en décidant de prélever une quarantaine de millions de francs pour financer des projets de compensation visant à construire de nouvelles routes. Si vous allez dans la région, vous découvrirez ainsi de très belles départementales dans le pays de Gex.

  • 19 ESRF : European Synchrotron Radiation Facility
  • 20 ACO : Anneau de collisions d'Orsay

10 En ce qui concerne l’ESRF19, les physiciens, chimistes et biologistes avaient besoin d’outils pour étudier la structure de la matière. Ils utilisaient abondamment les neutrons de l’ILL, mais ils avaient aussi besoin d’ultraviolets et de rayons X. Le CNRS avait une bonne expérience en la matière grâce au LURE, monté par Yves Farge, et à ses machines ACO20 et Super-ACO. L’ESF a joué un rôle d’incubateur pour la construction d’une machine européenne. La question de savoir qui construirait cette machine et à quel endroit s’est posée au début des années 1980. La France et l’Allemagne avaient une longue tradition de coopération dans le domaine des grands équipements pour la recherche et ont décidé, à la suite d’un échange de lettres entre Helmut Kohl et François Mitterrand, de proposer à leurs partenaires de construire deux machines : l’ESRF et une soufflerie cryogénique pour l’aéronautique. En échange de la construction de cette dernière à Cologne, l’Allemagne a laissé la France libre de choisir l’emplacement du futur ESRF.

11Deux sites ont été proposés : Strasbourg et Grenoble. Le ministère de la Recherche, avec l’appui du CNRS, a tout d’abord privilégié Strasbourg pour conforter sa situation scientifique internationale. Après, entre autres, des manœuvres en sous-main du CEA en faveur de Grenoble et une certaine démobilisation de la communauté scientifique strasbourgeoise, ainsi qu’un contexte d’élections cantonales défavorables aux socialistes dans l’Isère, la décision a finalement été prise d’implanter l’ESRF à Grenoble. Évidemment, le potentiel scientifique grenoblois justifiait tout à fait cette décision. Mais les Alsaciens ont été profondément choqués par ce revirement. François Mitterrand, lors d’une visite à Strasbourg, s’est retrouvé face à une ville morte. Le CNRS a donc été missionné pour offrir en compensation la construction d’un petit accélérateur, le Vivitron, pour l’Institut de Cronenbourg.

12 Dans les années 1980, la philosophie des grands instruments de recherche était en somme fixée par des accords intergouvernementaux dans le cadre d’une politique multilatérale à géométrie variable, selon les pays intéressés, à travers leurs organismes de recherche. La doctrine a ainsi été fixée, avec des statuts différents : un statut international pour le CERN et l’ESA, un statut privé de société civile pour l’ILL et l’ESRF, etc.

Le CNRS et l’Europe communautaire

13 La recherche n’avait pas droit de cité dans les traités européens à deux exceptions près : le Traité de Paris, signé en 1951, qui créa la CECA et qui a piloté un programme de recherche, essentiellement industriel, sur le charbon et l’acier, considéré comme un très grand succès ; le second Traité de Rome, qui fonda l’EURATOM, organisme à vocation scientifique. Mais la recherche n’a réellement eu droit de cité dans l’Europe de Bruxelles qu’avec l’Acte unique signé en 1986 et le Traité d’Amsterdam de 1997.

14 Dans les années 1970, l’Europe a commencé à s’inquiéter de son écart technologique et scientifique avec les États-Unis. Les prémices d’un programme-cadre sur l’environnement, la santé et l’énergie non nucléaire ont été lancées en 1974, en utilisant une clause du Traité de Rome pour le marché commun qui permettait à la Commission de lancer des programmes pour renforcer la compétitivité industrielle et technologique de l’Europe. Le premier programme-cadre date de 1983, pour la période 1984-1987 et pour un montant de 900 millions d’écus. C’était le premier programme avec une certaine cohérence, pour la stimulation des échanges de chercheurs, la réalisation de projets thématiques sur l’énergie, les matériaux, etc., et surtout celle d’un grand programme, Esprit, sur les technologies de l’information et l’électronique. Doté de 1 500 millions d’écus sur cinq ans, il a largement impliqué le CNRS, en particulier au travers des sciences pour l’ingénieur.

15 J’ai retrouvé les notes que j’avais prises lors d’une rencontre en juin 1984 avec le directeur de la Recherche à la Commission, Paolo Fasella, qui correspondent exactement aux discours qu’on entend aujourd’hui encore sur les faiblesses de l’Europe en matière de technologie et de compétitivité. Laurent Fabius, Premier ministre, et Hubert Curien, ministre de la Recherche et de la Technologie, ont organisé à Paris en 1984 une réunion des ministres de la Recherche des pays membres du Conseil de l’Europe pour mieux organiser la coopération européenne au-delà des limites de la CEE. Vingt-et-un pays ont participé à cette réunion lors de laquelle la décision a été prise de créer des réseaux de recherche européens associant des pays de la CEE et des pays non membres telles que la Suisse et la Norvège.

Eurêka

16 Je vais terminer par le programme Eurêka, qui était l’un des avatars de l’Europe de la recherche et de la technologie de l’époque. Au début des années 1980, la France avait tenté de convaincre ses partenaires de la CEE de dynamiser l’Europe de la recherche et de la technologie, pour des raisons essentiellement industrielles. François Mitterrand avait envoyé un mémorandum sur la relance européenne en octobre 1981, puis un nouveau en septembre 1983, intitulé Une nouvelle étape pour l’Europe, un espace de l’industrie et de la recherche. La volonté du gouvernement français de l’époque était de bâtir une Europe de la recherche et de la technologie, en particulier sur les grands domaines industriels. Mais cet appel est resté lettre morte, de même que la suggestion de créer une agence pour la recherche. Puis survint l’idée de Ronald Reagan de lancer l’initiative de défense stratégique, qui allait accélérer la course aux armements et précipiter la chute de l’URSS. Les industriels américains et européens se disaient intéressés, mais la France a alors freiné les ardeurs : si nos industries de pointe participent à ce programme sous leadership américain, l’écart technologique continuerait à se creuser.

  • 21 LAAS : Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes

17L’erreur des Américains a été d’envoyer un ultimatum à leurs alliés au début de 1985, qui leur laissait deux mois pour donner leur accord de participation à ce programme dans le cadre de l’OTAN. Là, même Margaret Thatcher, après les Allemands, a refusé, et très vite la décision a été prise lors d’un Conseil européen à Milan au début de 1985 de créer, non pas une agence, mais un programme, Eurêka, qui était d’une philosophie différente de celle des programmes-cadres. Le principe de ce programme était que les industriels, avec des laboratoires de recherche publique, proposent un projet à finalité technologique et industriel. Le programme a été lancé en novembre 1985 lors d’un Conseil des ministres de la Recherche à Hanovre. Cela s’est donc fait en dehors du système de référence de la Commission européenne, ce qui a rendu Jacques Delors furieux. Le CNRS s’est montré intéressé dès le départ et nous en avons débattu en Conseil d’administration en février 1986. Nous avons décidé de participer à ce programme à travers quatre projets pour commencer (ateliers flexibles, membranes pour l’ultrafiltration, matériaux pour l’automobile, robotisation des transports publics avec notamment le LAAS21 de Toulouse). Le CNRS a donc été dès le départ un petit acteur de ce programme.

Un équilibre entre la coopération intergouvernementale et fédérale

18 Pour conclure, à la fin des années 1980, même si le terme « d’espace européen de la recherche » n’existait pas, cet espace avait fini sa période de gestation et avait trouvé un équilibre plus ou moins stable entre les coopérations intergouvernementales indépendamment des traités européens, et la coopération communautaire ou fédérale. Deux piliers déterminaient cet espace : le pilier communautaire, avec le programme-cadre, financé par le budget européen sur décision des ministères de la recherche ; et le pilier intergouvernemental avec les infrastructures de types très divers (CERN, EMBO, ESA, etc.). Le programme Eurêka s’ajoutait à ce pilier de l’intergouvernemental. Le CNRS a joué sur les deux tableaux de la coopération européenne. Il a été convaincu de la nécessité d’une Europe de la recherche en partageant le plus possible les infrastructures telles que l’ILL et l’ESRF.

19J’ai toutefois relevé trois échecs que j’ai ensuite constatés à l’IFREMER : l’océanographie, domaine où presque rien n’a été fait en terme d’infrastructure ; les sciences de l’ingénieur, où des équipements nationaux ont été construits mais totalement sous-utilisées ; la météorologie et les sciences de l’atmosphère, avec des équipements qui sont demeurés nationaux. En outre, l’ESF est pour moi une déception, sciences humaines et sociales mises à part. L’idée des fondateurs de l’ESF, créée en 1974 et présidée jusqu’en 1984 par Hubert Curien, était de faire une structure proche d’une agence de recherche européenne. Mais l’ESF n’a pas joué de rôle considérable, à l’exception des sciences humaines et sociales, ou en agissant comme incubateur de l’ESRF ainsi que de quelques programmes en sciences de la terre ou sur le climat. Une occasion a selon moi été manquée, mais l’ESF s’est rattrapée au début des années 2000 en étant l’un des promoteurs majeurs de la création du Conseil européen de la recherche auquel s’opposait d’ailleurs le ministre français de la Recherche de l’époque. Mais dans une certaine mesure, à la fin des années 1980, l’Europe de la recherche qui émerge à travers ses deux piliers, communautaire et intergouvernemental, préfigure l’équilibre institutionnel assez précaire de l’Europe politique dessinée par le Traité de Lisbonne.

QUESTIONS

20Robert Chabbal :
Tu as assez peu évoqué le rôle de l’INSU22, en particulier pour le climat ou l’océanographie : à quel moment la coopération dans ces domaines a-t-elle réellement démarré ?

  • 23 PIR Océan

21Pierre Papon :
Roger Chesselet, le directeur du programme interdisciplinaire de recherches océanographiques, a beaucoup contribué à la prise en compte des enjeux du climat et de l’océanographie, notamment lorsque le PIRO23 s’est fondu dans l’INSU. Avec Hubert Curien, nous avons d’ailleurs rencontré quelques problèmes au moment de cette fusion, car Claude Allègre nous avait savonné la planche. Mais tu fais bien de me poser la question, car il aurait été injuste de ne pas mentionner la vision très prémonitoire de Roger Chesselet sur le rôle de l’océan dans le climat.

22Jacques Bordé : J’ai vécu les choses de l’intérieur, au sein de l’organisme, et l’on observait bien dans les années 1980 l’importance de la notion de juste retour, surtout pour les Britanniques, mais pour les Allemands et les Français aussi. Chacun voulait en avoir pour son argent en participant à un projet, et le CNRS ne faisait pas exception. Cela se compliquait encore pour les coopérations sur de petits projets, où il n’y avait pas autant besoin d’une mobilisation internationale de moyens. Je me rappelle de projets franco-britanniques financés grâce à un pot commun, et les deux pays décidaient ensemble des projets qui seraient financés. Ils n’ont jamais vu le jour car les organismes ne tenaient pas à renoncer à leur souveraineté sur le choix des dépenses. Par ailleurs, pour les PICS, avec des modes de financement de la recherche différents dans chaque pays, nous avons dû convaincre nos partenaires de l’intérêt du principe de cofinancement et résoudre des difficultés invraisemblables. Sans compter les questions de mentalités, qui sont apparues par exemple dans le cadre d’Eurêka, avec le refus britannique de s’associer à un programme de grands projets industriels plus conformes aux habitudes en France.

23Pierre Papon : Je suis d’accord. Je pense que l’une des causes de l’échec de l’ESF réside dans les réticences des organismes qui en étaient membres, comme la Max Planck, le CNRS, l’INSERM ou le CEA, à mutualiser les moyens autour de plus petits projets qui auraient soudé la coopération, sauf en sciences humaines et sociales.

24Edmond Lisle : Un programme franco-britannique en sciences sociales a été lancé en 1982 à la suite d’une rencontre entre François Mitterrand et Margaret Thatcher. Ils ne s’entendaient pas sur beaucoup de sujets, sauf sur celui de la coopération scientifique. Ce programme a duré dix ans, de 1982 à 1991, et a été financé à l’origine, avec une contribution égale de chaque pays, à hauteur d’un million de francs par an. Des échanges de doctorants ont ainsi pu être réalisés, ainsi que des programmes communs de recherche comparative entre équipes françaises et britanniques. À titre d’exemple, quatre équipes de juristes (deux britanniques et deux françaises) ont publié un travail sur le contrat commercial qui s’est avéré très constructif et particulièrement utile pour les industriels. Dans la foulée, après son arrivée au ministère de la Recherche, Hubert Curien m’a chargé d’un rapport sur la coopération internationale en sciences sociales, afin de trouver les moyens de favoriser les échanges dans ce domaine. Nous avions en effet constaté que les enseignants et les chercheurs en sciences sociales passaient moins de 5% de leur temps en mission à l’étranger. Il fallait corriger cela. Une question capitale apparaît en corollaire : celle de la langue de communication scientifique. L’anglais est bien évidemment la langue dominante, mais les chercheurs doivent absolument utiliser la langue du pays qu’ils étudient. Il y avait donc un effort à développer pour favoriser l’apprentissage des langues. Des stages linguistiques de trois ou quatre semaines ont été mis en place, en Allemagne tout d’abord, dans des établissements dirigés par la DFG pour permettre aux chercheurs français de s’initier à l’allemand du droit ou à l’allemand de l’économie.

25Corine Defrance : Quelle place Hubert Curien attribuait-il au CNRS dans la politique française de coopération européenne ? Celle de fer de lance ou d’acteur parmi d’autres ?

26Pierre Papon : Je pense que Hubert Curien avait une vision assez œcuménique du rôle des différents partenaires français : le CNRS, bien sûr, pour la recherche fondamentale ; l’INSERM pour la recherche médicale ; le CNES pour le spatial, mais qui jouait sa politique à lui seul. Je ne pense pas que Hubert Curien pensait que le CNRS était l’acteur privilégié du côté français de la coopération européenne.

27Robert Chabbal : Hubert Curien plaçait, en tant que ministre, tous les organismes sur le même plan. Or, dans les premières années, les priorités étaient industrielles, technologiques, avec le maître mot de la productivité, beaucoup plus que scientifiques. Le CNRS ne pouvait donc pas, à l’époque, être un fer de lance. Cela a changé depuis quelques années.

28Pierre Papon : En revanche, il était tout aussi convaincu du rôle capital des grandes infrastructures européennes, qui font plus que soutirer des neutrons à une machine mais contribuent surtout à la rencontre des scientifiques de tous les pays. Il avait d’ailleurs une prédilection toujours plus prononcée chez lui pour le spatial. Je me souviens qu’il avait annoncé aux directeurs de la recherche, en devenant ministre, que son cœur était « resté dans l’espace ». Cela m’avait frappé.

29Françoise Tristani : Nous savons que vous aimez la prospective. À la lumière de ce que vous avez vécu de l’Europe, des échecs, des nouveaux équilibres qui se sont créés, comment voyez-vous le devenir de l’Europe de la Recherche ?

  • 24 FAST : Forecasting and Assessment in Science and Technology

30Pierre Papon : J’aimerais débuter par un retour en arrière : dans les années 1980, un effort de prospective assez remarquable a été produit par la Commission européenne, au travers du projet FAST24 animé par Riccardo Petrella. Jacques Delors, lorsqu’il est devenu Président de la Commission, a créé un groupe de prospective auprès de lui, animé par Jérôme Vignon. Ensuite, cela s’est délité avec ses successeurs, et seuls subsistent quelques petits travaux de prospective. Vous me dites : l’avenir ? Je dirais que, depuis vingt ou trente ans, des changements colossaux sont survenus. La Chine a gagné en puissance, y compris dans les domaines scientifiques et technologiques, même si ce n’est pas aussi extraordinaire qu’on veut bien le dire. Quant aux États-Unis, ils ont maintenu leur poids alors que dans les années 1980, du côté américain, on craignait un effacement face à un Japon qui reste aujourd’hui figé dans un vieillissement assez fort. Il y a une espèce de duopole qui s’est installé entre les États-Unis et la Chine. S’agissant de science et de technologie, l’Europe est entre « le marteau et l’enclume » et je ne sais pas qui est le marteau et qui est l’enclume ! Les Chinois souhaitent une coopération avec l’Europe, bien sûr, mais privilégient les États-Unis. L’Europe de la science et de la technologie continue de tenir la route en termes de compétitivité, mais les technologies de ses industries de pointe sont tout de même victimes d’un goulot d’étranglement. Ce qui me frappe d’ailleurs, c’est d’entendre aujourd’hui encore des discours sur les problèmes de compétitivité, qui reprennent les mêmes arguments qu’il y a vingt ou trente ans. Dans le même temps, l’Europe s’est dotée de moyens de recherche importants, tels que le CERN, et je crois aussi au rôle actif que pourrait et que devrait jouer l’ERC dans les années qui viennent. C’est un élément majeur dont on n’imagine peut-être pas encore beaucoup, du côté des organismes de recherche et peut être du ministère, l’incidence qu’il peut avoir sur le tissu de recherche européen, notamment celui des jeunes équipes.

31Robert Chabbal : La grande bataille à venir est celle de l’attractivité : l’Europe n’est pas parvenue à attirer les scientifiques de pays tels que l’Inde et la Chine, contrairement aux États-Unis.

32Pierre Papon : C’est une grande faiblesse en effet, par rapport notamment aux universités américaines, mais il y a des exceptions, telles que les universités britanniques et les écoles polytechniques suisses, qui se situent au-dessus de toutes les écoles françaises d’ingénieurs.

Haut de page

Notes

1 CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaire

2 IBM : International Business Machines Corporation

3 ESA : Agence spatiale européenne

4 ESO : European Southern Observatory

5 EMBO : European Molecular Biology Organization

6 ESF : European Science Foundation

7 ILL : Institut Laue-Langevin

8 IRAM : Institut de radioastronomie millimétrique

9 EISCAT : European Incoherent Scatter Scientific Association

10 Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Paris, Armand Colin, 2009, p. 363.

11 CEA : Commissariat à l’énergie atomique

12 Direction générale de la recherche scientifique et technique

13 Futur ministre du Gouvernement espagnol et secrétaire général de l’OTAN

14 DFG : Deutsche Forschungsgemeinschaft

15 ATP : actions thématiques programmées

16 EMBL : European Molecular Biology Laboratory

17 LEP : Large Electron-Positron Collider

18 LHC : Large Hadron Collider

19 ESRF : European Synchrotron Radiation Facility

20 ACO : Anneau de collisions d'Orsay

21 LAAS : Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes

22 INSU : Institut national des sciences de l'Univers

23 PIR Océan

24 FAST : Forecasting and Assessment in Science and Technology

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Papon, « La politique européenne du CNRS dans les années 1980 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 8-15.

Référence électronique

Pierre Papon, « La politique européenne du CNRS dans les années 1980 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 15 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/183 ; DOI : 10.4000/hrc.183

Haut de page

Auteur

Pierre Papon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org