Navigation – Plan du site
Dossier : L’aventure européenne du CNRS

Bruxelles vue de l’intérieur

Brussels Seen from within
Monika Dietl
p. 44-53

Résumés

Monika Dietl, directrice du Bureau du CNRS à Bruxelles, partage les réflexions qui font aujourd’hui débat au sein de la Commission européenne. Tour à tour experte pour le CNRS auprès des institutions européennes, présidente du CLORA en 2009 et actuelle directrice du bureau COST (programme de coopération scientifique intergouvernemental), elle dresse un portrait vivant de l’espace européen de la recherche, vécu de l’intérieur. Dans une Europe complexe et en constante évolution, où le CNRS tente de conserver son leadership scientifique, Monika Dietl rappelle que ce sont avant tout les chercheurs qui construisent par leur travail l’Europe de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Je suis partie à la Commission européenne il y a un peu plus de 5 ans comme experte nationale détachée. Je ne présenterai cependant pas aujourd’hui le programme-cadre, ni les activités du Bureau de Bruxelles. Je partagerai plutôt les réflexions, les pensées, les idées qui font débat actuellement. On oublie parfois, à force de travailler sur des dossiers, que l’aventure européenne est en fait et avant tout celle de nos chercheurs, ceux qui ont le courage de coordonner des projets transnationaux. Lorsqu’il s’agit de projets financés et coordonnés à l’échelle de l’Union, cela exige notamment un investissement tout particulier de leur part et de leur entourage professionnel, sans compter les répercussions sur la vie familiale. Souvent, dans les discussions que l’on mène avec le ministère, la Commission européenne ou le Parlement, on a l’impression que ceux qui dessinent les grandes stratégies de l’Union européenne en matière de recherche oublient un peu qu’au final c’est le chercheur qui devra mener de front cette politique !

Pour une excellence administrative

2L’Europe de la recherche, qui était déjà fort compliquée, continue dans cette voie : les programmes se sont multipliés, de nouvelles entités légales qui font de la recherche ou qui la financent sont créées, les règles se complexifient au point que l’on s’y perd. Complexification aussi, avec la réforme en France et la création des alliances qui se mettent en place, l’articulation et le positionnement de nos organismes et de nos universités, des alliances parallèles créées à l’échelle européenne et, enfin, l’espace européen de la recherche qui s’ouvre maintenant de manière très volontariste sur le monde. Tout cela nous rend parfois la vie très difficile.

3Aujourd’hui, on entend sans cesse qu’il faut se coordonner, que l’on n’est pas assez efficace, qu’il faut se concerter en amont, qu’il faut travailler ensemble en aval... et, tout cela, à tout prix ! Parfois je me demande : à quel prix ? Je défends beaucoup la diversité, la spécificité de nos organismes. Je pense, et cela devient une conviction profonde, que ces différences sont justement notre richesse et qu’il ne faudrait pas que l’aventure de l’espace européen nous amène à perdre ces spécificités. Les États-Unis ont bien compris les vertus de cette richesse : ils font venir de nombreux chercheurs européens, ces chercheurs qui, si l’on en croit les documents officiels émanant notamment de la Commission européenne, seraient très mal formés chez nous. Or, si les États-Unis importent ces cerveaux, c’est pour obtenir une richesse qui leur manque désormais.

4Quelles sont les exigences, aujourd’hui, notamment pour les chercheurs, pour participer à cette aventure européenne ? Et quand je parle d’aventure européenne, je parle évidemment du processus de l’Union européenne, mais je considère que tout ce que nous faisons en tant qu’organisme, c’est-à-dire toutes les relations bilatérales que nous avons pu initier, font partie de cette aventure européenne. Cela nécessite toujours l’investissement des chercheurs, beaucoup de rigueur et d’endurance, notamment dans le cadre communautaire, devenu très lourd. Des règles et des conditions d’éligibilité s’imposent et, de plus en plus, on souhaite que les chercheurs qui s’engagent dans ce type de collaboration garantissent une excellence scientifique absolue.

5Notre administration, notamment celle du CNRS qui bénéficiait d’une très bonne réputation, doit suivre. Les administratifs doivent garantir aux chercheurs un environnement permettant de répondre aux besoins de la recherche actuelle. Il faut en somme avoir l’ambition d’une excellence administrative. Il est peut-être nécessaire que l’on se pose la question d’une mise en réseau de nos administrations, pour que, lorsque l’on monte un projet et que l’on rencontre une difficulté, on puisse appeler nos collègues européens pour leur demander s’ils ont les mêmes problèmes et chercher à les résoudre ensemble. Je pense que cette pratique doit aussi, petit à petit, se diffuser dans nos organismes. Voilà donc quelques petites pensées en guise d’introduction, avant de présenter quelques chiffres permettant de comprendre dans quel milieu nous évoluons : qu’est-ce que l’espace européen de la recherche ?

L’espace européen de la recherche : état des lieux

6L’Union européenne, on le sait, compte 27 États membres. Les journaux indiquent quotidiennement que cette Europe est devenue complexe. Ce que j’observe depuis quelques années, et mon expérience à la Commission me l’a confirmé, c’est que les « anciens », c’est-à-dire les six pays fondateurs, sont en réalité les plus difficiles. L’espace européen de la recherche représente aujourd’hui 500 millions d’habitants, donc bien davantage que les États-Unis. Il y a plus d’un million de chercheurs dans cette région, mais la part du PIB consacrée à la recherche est relativement faible. Vous connaissez le fameux objectif de la stratégie de Lisbonne : atteindre 3%, mais en règle générale, on est bien en deçà. 42 000 brevets sont également déposés chaque année au sein de l’Union européenne.

7Il est important de signaler que 11 pays sont associés à l’Union européenne et qu’aujourd’hui ils sont tous associés aux programmes de recherche financés et organisés par l’Union. Cela signifie que ces pays investissent le pourcentage qui leur revient dans le pot commun du programme-cadre ou d’autres programmes auxquels ils décident d’adhérer et, en échange, ils peuvent participer, voire, s’ils obtiennent de bons résultats, retirer davantage de ressources financières que celles investies au départ. En somme, les pays associés aujourd’hui le sont à un point tel que l’on oublie parfois qu’ils ne sont pas États membres. Or, dans ce cas, les conditions sont différentes et surtout certaines contraintes non imposées aux pays associés le sont toutefois aux États membres.

8Passons au CNRS, le Centre national de la recherche scientifique. J’aime bien rappeler le terme de « recherche scientifique » qui définit notre organisme, impliqué justement dans de multiples formes de partenariats. Il s’agit de partenariats avec l’Europe, bien sûr, mais l’Europe sous toutes ses formes, et avec l’international. Partenariats également, de plus en plus nombreux, avec des entreprises petites et grandes. Avec ce grand débat autour de l’Open access, beaucoup encouragent le libre accès aux résultats alors que, par ailleurs, on nous dit que nous ne les protégeons ni ne les valorisons assez.

Le CNRS : un leadership en recul…

  • 1 PCRD : Programme-cadre de recherche et développement.Le sixième programme s'est déroulé entre 2002 (...)

9Le CNRS, en tant que plus gros organisme en Europe, a forcément un poids et une influence sur le devenir de l’espace européen de la recherche, impliquant pour nous une responsabilité vis-à-vis de nos autres collègues en France mais aussi en Europe. En dehors des activités communautaires, un tiers des co-publications réalisées par nos laboratoires le sont au sein de l’espace européen de la recherche. Avec le sixième PCRDjdufour2013-02-01T15:01:001, le CNRS a été l’organisme en Europe auteur du plus grand nombre de projets : presque 900. Nous étions largement en tête, ce qui reflétait réellement l’investissement très fort de nos laboratoires. Nous avons également coordonné 16% de ces projets. Dans ce programme-cadre, notre communauté scientifique s’est vraiment investie corps et âme dans la construction de l’espace européen de la recherche qui, à l’époque, était portée par un commissaire que tout le monde a beaucoup apprécié : Philippe Busquin. Il a d’ailleurs réellement donné un sens à l’expression « espace européen de la recherche » et a très fortement mobilisé la communauté en Europe et même l’opinion politique.

  • 2 Le septième programme-cadre, en cours, concerne la période 2007-2013.

10Au sein du septième PCRD2, le CNRS est toujours très actif, mais nous avons malheureusement un peu perdu notre leadership. Lorsqu’un chercheur d’un autre État membre monte et coordonne un projet et souhaite la participation du CNRS, nos laboratoires se mobilisent et participent. En revanche, motiver nos chercheurs aujourd’hui pour assumer la coordination de projets comme ils l’ont fait auparavant s’avère beaucoup plus difficile. Cela nécessite effectivement un tel investissement de la part de ces chercheurs que, parfois, ils se sentent fatigués en fin de parcours, après trois, quatre, voire cinq ans de coordination de projets transeuropéens. Surtout, ils se sentent quelquefois un peu abandonnés, soit par leur administration, soit en ce qui concerne leur thématique qui peut être amenée à disparaître du PCRD, voire des programmes nationaux.

11Cette dernière préoccupation est aujourd’hui tout à fait sérieuse car lorsque l’on réussit à faire avancer une science qui était peut être un peu en retard – c’est en tout cas ce que l’on disait il y a quelques années, notamment par rapport à certains concurrents à l’international – et que l’Europe change soudain son fusil d’épaule en décidant de ne plus soutenir telle ou telle thématique, une réelle difficulté se pose. L’Europe doit vraiment se questionner, d’une part sur ce genre de choix mais également sur les influences qui ont, à un moment donné, motivé ces choix et mis en péril certaines disciplines scientifiques.

… mais une place qui reste primordiale

12Quoi qu’il en soit, le CNRS reste présent dans pratiquement toutes les initiatives européennes, comme l’ERC (European Research Council), l’EIT (European Institute of Innovation and Technology) et les JTIs (Joint Technology Initiatives)jdufour2013-02-01T15:01:00. Le Centre a été et reste donc un acteur institutionnel fort : son implication dans la création de l’ERC a par exemple été tout à fait déterminante. Dans sa mise en œuvre, ensuite, nous avons été extrêmement impliqués. J’ai en effet passé quatre ans à la Commission européenne au moment où il fallait inventer l’ERC et en écrire les textes. On essaie de maintenir aujourd’hui cette contribution à la préparation du PCRD, en faisant le nécessaire pour influencer les grandes décisions politiques.

13 Le CNRS apporte également une expertise auprès du législateur – avant tout le Parlement européen –, sur des sujets de toute nature. J’évoquerai ici deux exemples pour lesquels nous nous sommes beaucoup investis ces deux dernières années. Tout d’abord, celui de l’expérimentation animale. L’Union européenne prévoyait une directive interdisant les expériences sur les animaux et vous en imaginez bien les conséquences pour nos laboratoires. Quand le Bureau de Bruxelles a pris connaissance de ce projet, il y a un peu plus de deux ans, il s’est tout de suite mobilisé, et la mobilisation s’est étendue à la France, puis à l’Europe. Ce mouvement massif a fait que cette directive tend, aujourd’hui – du moins, nous l’espérons car une seconde lecture en sera faite au Parlementjdufour2013-02-01T15:01:00 – à être adaptée à nos besoins.

14De même, une question devenue depuis ces dernières années, et à mon insu, mon sujet de prédilection : le cadre réglementaire. Nous nous investissons en ce moment très fortement, en collaboration avec nos partenaires français et européens, pour faire comprendre à l’Union européenne que si nous souhaitons une Europe de la connaissance « la plus compétitive du monde », comme cela est inscrit dans les objectifs de Lisbonne, il est nécessaire de créer un cadre réglementaire adapté à la recherche et non l’inverse. Pour rappel, le CNRS est l’un des premiers organismes qui a ouvert un bureau à Bruxelles et qui a vite compris qu’il fallait avoir au moins une personne à Bruxelles pour dialoguer avec les institutions. En 1990, les choses étaient bien plus simples qu’aujourd’hui et il suffisait d’une personne. À présent, ce n’est plus le cas.

  • 3 Clora : Club des organismes de recherche associés.
  • 4 EuroHORCs : European Heads of Research Councils.

15Le CNRS est membre fondateur du Clorajdufour2013-02-01T15:01:003, association d’organismes de recherches français, qui, pour certains, ont des permanences sur Bruxelles. Le but du Clora est pour partie de mener des activités mutualisées et nous sommes notamment une plateforme de récolte et de rediffusion de l’information contenue dans tous ces programmes, décisions et textes européens. Précisons qu’en ce moment, cette association se mobilise pour les EuroHORCsjdufour2013-02-01T15:01:004 dont le CNRS a incité la création et qui associent tous les présidents et directeurs généraux d’organismes et d’agences de financement européens, lors de réunions régulières. Actuellement se trouve à sa tête un président extrêmement actif et réactif, Dieter Imboden. Il travaillait avec deux vice-présidents dont Arnold Migus, ancien directeur général du CNRS et qui possède une réelle conviction européenne. En effet, il a su comprendre que si les présidents de ces grands organismes en Europe réagissaient, sachant qu’ils représentent 40% du poids budgétaire de la recherche européenne, ils seraient forcément entendus.

16Le CNRS est également membre fondateur d’Iglo (Informal Group of RTD Liaisons Offices). Progressivement, d’autres pays ont créé des Clora portant des noms différents, mais qui étaient bien des associations regroupant des organismes et des universités qui cofinancent des locaux à Bruxelles ou un bureau partagé. Depuis 1993 environ, et de manière assez informelle, ce groupe associe des Clora et constitue d’une part une plateforme d’information extraordinaire pour obtenir des données un peu officieuses. Les gens diffusent en effet beaucoup plus généreusement qu’il y a quelques années l’information. D’autre part, Iglo a constitué plusieurs groupes de travail dans lesquels sont partagés les problèmes rencontrés par chacun. On y constate souvent que ces problèmes sont assez semblables et l’on parvient à des positions communes sur des sujets relativement sensibles.

17Le CNRS est également créateur de métiers, puisqu’il a été l’un des premiers organismes à nommer des chargés de mission « Europe » et donc à comprendre la nécessité d’avoir en son sein, des spécialistes de ces programmes européens afin d’aider les chercheurs et les soulager des charges administratives. Par la suite, les « chargés d’affaires communautaires » ont été nommés, notamment dans les Instituts et, plus récemment, les ingénieurs de projets européens, imités par tous les États membres de l’Europe.

Un paysage en évolution constante

18L’espace européen évolue sans cesse. Quand je donne une information à Paris le lundi, le vendredi suivant, ce n’est déjà plus tout à fait la même chose, et je vous jure que je n’exagère pas. Mais le travail continue ! Pourquoi participer aujourd’hui à l’espace européen de la recherche ? J’en reviens toujours aux chercheurs, parce que notre administration ne doit pas oublier qu’elle travaille pour eux. Qu’est-ce qui les intéresse, et ce depuis le Moyen Âge ? Aller voir les idées de celui qui travaille sur le même problème, partager, discuter, apprendre de l’autre ou lui enseigner. Par ailleurs, les chercheurs du CNRS – et nous avons de très bons chercheurs, toutes les statistiques le montrent – aiment guider, créer, innover. Ce brassage d’idées amène une certaine créativité et des solutions pour faire avancer les connaissances dans les divers domaines scientifiques étudiés.

19Les chercheurs se tournent aussi vers l’Europe pour obtenir des moyens. La France est un pays gâté en termes de financement pour la recherche mais il est vrai que l’Europe nous apporte des sommes beaucoup plus importantes, notamment pour travailler de manière transnationale. L’Union européenne a construit un cadre stratégique rediscuté périodiquement, adopté en co-décision entre le Conseil et le Parlement européen. Je ne vous parlerai pas du processus décisionnel fort complexe, mais des programmes de recherche. Tout le monde connaît le programme-cadre mais nous avons maintenant l’EIT (Institut Européen d’Innovation et de Technologie), le SIP (Programme-cadre pour la compétitivité et l’innovation) et d’autres programmes et projets émergeant au fur et à mesure. Les instruments se sont donc multipliés, complexifiés mais présentent un avantage : un fonds commun de financement. Ce cadre juridique commun nous permet de distribuer l’argent de manière équitable à tous les partenaires d’un projet transnational.

20Le CNRS participe donc à cet espace car il peut ainsi favoriser les partenariats avec l’Europe, l’international et l’industrie. On envisage à l’heure actuelle au CNRS de re-fusionner la direction des Affaires européennes et la direction des Affaires internationales et pratiquement tous les organismes en France ont séparé par le passé ces directions pour les réunir aujourd’hui. En effet, les partenariats sont devenus fort complexes à cause de l’interaction permanente entre ces trois grands volets : Europe, international, industrie. S’ajoute à cela l’idée récurrente d’une Europe compétitive, nécessitant la participation du monde industriel, problématique entière et non résolue. En effet, on ne parvient plus réellement à motiver l’investissement des industriels européens dans des activités de recherche ou dans les projets collaboratifs.

21Il s’agit également pour le CNRS d’affirmer son leadership dans les domaines dans lesquels il excelle. Sa légitimité, reconnue par la communauté scientifique européenne, lui permet de s’engager dans la coordination de projets. Il s’agit de promouvoir la visibilité scientifique et politique du CNRS sur la place européenne mais aussi internationale, en gardant évidemment à l’esprit la question des financements.

22L’espace européen pour quoi faire ? Beaucoup d’initiatives voient aujourd’hui le jour et les États membres, pas toujours satisfaits du programme, envisagent de s’organiser pour faire de la programmation conjointe. La Commission aime bien quelques mots-clés comme « fragmentation » ou encore « libre circulation » appelée aujourd’hui « cinquième liberté ». Ce concept de libre circulation des cerveaux, des idées, des hommes et des femmes qui travaillent, reste vague. En effet, cette circulation a toujours existé. On a parfois oublié que la construction même des États, avec des espaces nationaux diversifiés ou personnalisés, a rendu les choses difficiles. Cela étant dit, chaque particularité est intéressante. L’organisation de la recherche en France, très différente de celle menée en Allemagne ou plus encore en Angleterre, a un intérêt tout à fait majeur.

Une diversité nécessaire

23J’ai évoqué le rôle de Philippe Busquin, qui est parvenu à consacrer le terme d’« espace européen de la recherche » et à l’inscrire dans l’agenda politique. Il l’a également imprégné d’un mot pour lequel j’ai en revanche de plus en plus de réserve, celui de « défragmentation ». Nous entendons aujourd’hui que l’Europe est fragmentée et qu’il est nécessaire de lutter contre cet état de fait. Si l’on regarde la définition du dictionnaire Petit Larousse, la fragmentation, c’est le fait de faire éclater une chose qui était entière, or je ne pense pas que l’on soit devant une Europe fragmentée ! Au contraire, l’Europe présente une diversité qui nous est précieuse. Tout dépend de ce que l’on souhaite. Veut-on vraiment tout mélanger, tout homogénéiser ? Ou prendre en compte une fois pour toute que l’espace européen n’est pas du tout victime d’une fragmentation, mais constitue une mosaïque à partir de laquelle il nous faut créer une belle image, pleine de couleurs ?

24Le CNRS et ses laboratoires font partie de cette mosaïque. Lorsque l’on regarde l’entrée « défragmenté », toujours dans le Petit Larousse, on aborde les terminologies de l’informatique. Les ordinateurs doivent être défragmentés afin de mieux en utiliser l’espace. Souhaite-t-on réunir, regrouper, tout synchroniser et donc, à terme, risquer de voir disparaître le CNRS, les universités ou d’autres organismes en Europe au bénéfice d’entités légales thématiques ou transnationales ? Faut-il appliquer la défragmentation à la recherche ? Est-ce une opération géographique ? Veut-on, comme les fichiers de nos ordinateurs, regrouper tous les meilleurs laboratoires ? Lorsque l’EIT a été créé, José Manuel Barroso a décrété que les meilleurs chercheurs des organismes et des universités européens devaient le rejoindre, mais quel intérêt pour le CNRS de se défaire des meilleurs ? La différence fondamentale entre réunir les acteurs différents sur un même site et réunir des acteurs semblables sur des sites différents est une question qui mérite d’être posée.

  • 5 ATIP : Action thématique et incitative sur programme

25Et les débats sont loin d’être terminés. Par exemple, quelle est la valeur ajoutée d’une synchronisation des alliances de recherche en France, aujourd’hui ? Citons l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé, au sein de laquelle l’Inserm et le CNRS tentaient de co-organiser des appels d’offres pour Inserm-Avenir et le programme ATIP5 du CNRS. Personnellement, ce qui me semblait intéressant dans le paysage européen, c’était la possibilité, en tant que chercheur, de postuler dans des organismes différents selon l’orientation que l’on souhaitait donner à ses travaux : recherche médicale et appliquée à l’Inserm, fondamentale ou à plus long terme au CNRS. Synchroniser la recherche coûte beaucoup d’efforts, beaucoup de ressources humaines et ce temps n’est pas passé, pour nos chercheurs, à la paillasse ou à faire des expérimentations et des études.

26Personnellement, je plaide pour préserver la diversité culturelle, l’éducation, l’enseignement, la recherche. Pourquoi ? Parce que c’est bien le fait que l’on ait appris autrement les mathématiques ou l’histoire à l’école qui permet les échanges, les débats et l’émulation parfois dans nos équipes, dans nos laboratoires, pour avancer sur des thématiques scientifiques difficiles et complexes. Je considère que c’est cela le berceau de la créativité et de l’innovation en Europe, que c’est précieux et qu’il faut maintenir cette diversité. Évidemment, sa gestion passe par nos organismes, par nos universités, et éventuellement par les industriels. Il me semble qu’il est inutile de créer de nouvelles structures sauf dans des cas très exceptionnels où l’on voit une réelle valeur ajoutée.

27L’aventure européenne continue et on y travaille ! Les débats sont complexes, multiples, et on se parle, avec nos collègues, des différents pays en se demandant que faire remonter à la capitale, car quand on écoute chaque personne à la Commission, au Parlement ou dans les ministères, tout est important. Je crois que ce n’est pas la meilleure façon de procéder... Mais je suis certainement un peu politiquement incorrecte. Ce que je voulais faire aujourd’hui, c’était tout simplement, plus que vous présenter la politique ou un programme, vous faire part de mes pensées et de mes préoccupations et vous remercier de m’avoir écoutée !

28Jacques Bordé :
Merci de ne pas utiliser la langue de bois parce que l’on n’est pas là pour ça! Moi j’ai vécu la phase où, au contraire, nous avions ce besoin de fusion, c’est-à-dire que l’on avait cette impression d’être, par rapport aux États-Unis, comme les Horaces et les Curiaces. Nous étions trop dispersés et nous allions au casse-pipe ! Je crois effectivement que la diversité est une richesse à préserver au maximum, à condition qu’il y ait tout de même une certaine compatibilité.

29Tu dis que la mobilité existe. Malgré tout, comment sera la retraite du chercheur qui a une carrière comptant dix ans d’exercice dans chaque pays ? On n’en sait rien, et j’ignore si ce problème est aujourd’hui réglé. C’est la question de la compatibilité des systèmes administratifs – tu l’as dit – qui devraient peut-être constituer un réseau. On a raté ce virage-là avec les laboratoires européens associés qui auraient dû servir d’expérience pour faire de la gestion commune – financement, évaluation, gestion du personnel en commun – avec les autres organismes. Il faut donc absolument rendre un peu compatible cette diversité pour une question de masse critique bien sûr.

30Dès le départ, l’Europe a parlé de coordination et nous avons essayé de la mettre en œuvre dès les années 1985-1986 en organisant des groupes de travail de coordination des politiques scientifiques qui ont tous abouti dans un mur. Cette question est revenue en force avec l’espace européen de la recherche que Philippe Busquin a réussi à faire passer au niveau politique. Mais tu n’as pas parlé des ERA-NET (European Research Area Networking : coordination et mise en réseau des programme de recherche nationaux et régionaux). Ils ont été l’outil de cette coordination avec des progrès incontestables, mais on est encore loin du schéma politique et scientifique de l’ensemble de l’Europe comme sigma de tous les schémas de tous les pays. C’est-à-dire que l’on est encore dans quelque chose qui fonctionne quand même avec des frottements et des pertes.

31Ce que je constate, c’est qu’en France, le Comité national permet à la fois d’harmoniser les différentes demandes et de ne pas dupliquer les laboratoires. Quand trois laboratoires travaillent sur le même thème, le Comité national accorde les moyens pour deux, pas pour trois, ce qui permet tout de même la diversité et la compétition, et c’est également comme cela que la recherche avance. Rien ne joue encore, à l’échelle européenne, le rôle du Comité national à l’échelle du CNRS et rien ne permet d’avoir une vision globale du nombre d’équipes pertinentes travaillant sur un sujet donné. En ce qui concerne la duplication, la compétition et la coopération, on est encore loin d’un équilibre optimal. On était beaucoup en coopération il y a vingt ans entre pays européens, on l’est devenu encore davantage en raison des programmes-cadres, mais on est encore pas mal en duplication...

32Monika Dietl :
Je pense que c’est un faux débat! D’abord les États-Unis ne s’inquiètent pas de payer dix fois le même projet. Sur dix ans, trente ans, tu vas voir apparaître les mêmes résultats. Le problème dans l’Union européenne, c’est que l’on a des candidats et que l’on veut savoir aujourd’hui, en regardant dans la boule de cristal, quel est celui qui, demain, aura le prix Nobel. Au contraire, aux États-Unis, on finance les dix et on verra bien lequel aura le prix Nobel. On aura peut-être perdu de l’argent sur neuf candidats mais en échange, celui qui gagnera remboursera tout le reste ! Et on ne parvient pas à faire cela en Europe. Tant pis si l’on finance deux fois le même projet, tant pis si l’on duplique un tout petit peu ! Au sein d’un même organisme, à la limite, je comprends bien que l’on pense aux économies d’échelle, voire que l’on se coordonne – et je ne suis pas contre cette coordination – mais il ne faut pas non plus passer plus de temps à réfléchir au risque d’une éventuelle duplication pour finalement perdre en compétitivité. La compétition, c’est ce qui nourrit la créativité et l’avancement des connaissances.

  • 6 NSF : National Science Foundation

33Jacques Bordé :
On entretient aussi cette duplication avec le Comité national, mais au moins on le fait en connaissance de cause, en sachant ce que cela coûte. Aux États-Unis, la NSF6 est au courant de ces duplications. Si l’on met en concurrence des équipes un peu différentes c’est très bien si l’on peut se le permettre, car c’est une question de coûts. Malgré tout, j’ai tout de même très souvent vu des chercheurs qui travaillaient dans deux pays, sur les mêmes sujets, mais qui ne se connaissaient absolument pas. Il y a donc un équilibre à trouver entre cette duplication volontaire, consciente et source de créativité comme tu le soulignes, et cette duplication par ignorance, par indépendance totale des systèmes.

  • 7 ANR : Agence nationale de la recherche.
  • 8 ERC : European Research Council.

34Un autre exemple : il y avait, à une époque, ce que l’on appelait en Angleterre les « très bons projets », qui passaient devant des commissions comme l’ANR7 et qui étaient jugés comme excellents mais il n’y avait pas assez d’argent et seulement certains étaient financés. Les autres étaient jugés excellents et devenaient des Alphas non financés : Unfunded Alphas. En revanche, le fait de proposer ces projets à l’étranger permettait d’avoir une sorte de cohérence pour que ces meilleurs projets européens puissent être financés. C’est là que l’ERC8 a effectivement eu un rôle important en ayant connaissance de ces Unfunded Alphas. L’ANR fait un peu cela maintenant...

35Monika Dietl :
Sauf que c’est arrivé une fois à l’ERC parce que c’était le premier appel, parce qu’il y a eu 9 000 propositions et parce qu’il y avait certainement énormément de propositions absolument excellentes qui ne pouvaient pas être financées. Je ne suis pas persuadée que dans les appels suivants cette proportion était la même. Mais c’est un grand débat qui n’est pas prêt d’être fini. Mais c’est ça l’Europe, on n’est jamais d’accord !

36Michel Blay :
Ce qui m’impressionne énormément dans cette affaire-là, c’est d’abord le feuilletage technocratique. C’est quelque chose d’absolument épouvantable. D’années en années – et c’est également le cas en France où les Alliances ne sont rien qu’un feuilletage de plus –, on ajoute du feuilletage technocratique. C’est très bien mais on ne fait plus de recherche et c’est ce vous disiez : la plupart des chercheurs performants sont utilisés, disons, comme la crème du feuilletage. Ils font de l’évaluation et passent tout leur temps à en faire. Cela ne sert strictement à rien et c’est une machine qui tourne sur elle-même et qui ne produit plus de connaissances, une sorte de marche forcée imposée à une recherche qui ne se fait jamais à marche forcée ! Il y a un temps de la pensée, un temps de la recherche et ce n’est pas en obligeant les gens à travailler de telle ou telle manière que l’on arrivera à quelque chose.

  • 9 Entre 1994 et 1998.
  • 10 De 1998 à 2002.
  • 11 2011 marque le lancement de la préparation du 8e PCRD prévu de 2014 à 2020.

37François Bienenfeld :
Si je reviens à ton expérience, je pense que tu as participé à trois phases : une première phase de création de l’Europe correspondant à la fin du quatrième9 et au cinquième10 PCRD pendant laquelle, parallèlement, se créaient des outils comme le Clora ou le réseau des chargés de mission « Europe » ; puis il y a eu une période de masse critique, me semble-t-il, avec les sixième et septième PCRD : nous sommes alors arrivés à des flux très significatifs en retour vers les États et une imbrication des équipes. Mais ne sommes-nous pas entrés dans une phase où l’Union européenne cherche à se diversifier ? De la même façon, l’ERC qui, pour l’instant, fonctionne très bien, présente deux actions fondamentales : les Junior Grounds qui favorisent de jeunes chercheurs devenant autonomes par rapport au montage de leurs équipes pendant un projet d’excellence scientifique et les appels d’offres pour des Advanced, des chercheurs avancés qui ont une certaine maturité. Cet ERC, par rapport à ces deux produits phares, est-il capable de se renouveler ? Et d’autre part, vois-tu des possibilités d’évolution du programme-cadre au travers de ce que l’on doit préparer pour le huitième PCRD11 ?

38Monika Dietl :
Il y a l’évaluation de mi-parcours du PCRD et on associe à ces réflexions l’EIT, le SIP et d’autres actions de programmes qui financent de loin ou de près la recherche pour tenter de voir, dans la perspective du huitième PCRD, comment arriver à normaliser les choses. Dans les discussions, il y a ceux qui disent qu’il faut deux fois plus d’argent. Selon moi, nous en avons déjà beaucoup. On a l’impression que les instruments et les entités se démultiplient parce qu’il y a beaucoup d’argent et qu’il faut le dépenser ! En fait, je constate depuis plusieurs années que la communauté scientifique aime bien quatre ou cinq programmes, comme par exemple « Marie Curie », qui n’a jamais été contesté, mais qui est pourtant devenu plus compliqué !

39Faut-il que l’ERC se diversifie ? C’est une bonne question. Que va devenir le programme « Marie Curie » ? Pour ceux qui ne le savent pas, dans la réorganisation de la Commission européenne, curieusement, une partie du programme « Marie Curie » est sortie de la direction générale « Recherche » au profit de la direction générale « Éducation ». On connaît un peu les raisons et il ne s’agit pas d’une décision collégiale, mais bien politique. Le portefeuille de Commissaire européen à la recherche comprend du même coup l’innovation. La Commission est tellement préoccupée par l’innovation que l’on se demande en ce moment si la recherche va survivre ! Évidemment qu’elle va survivre, mais il y a effectivement des débats sur comment ce huitième PCRD doit se réorganiser par rapport au septième et moi je constate que certains individus, directions, organismes ou entreprises défendent leur chapelle et perdent de vue la cohérence globale, les objectifs et la finalité.

40D’ailleurs nous sommes maintenant créateurs de métiers. Nous avons jdufour2013-02-01T15:01:00construit les réseaux « Europe » avec les chargés de mission « Europe » et, par la suite, les ingénieurs projets et nous avons à présent, pour ce qui est du CNRS, des services développés et consolidés dans chacune de nos délégations, mais il en va de même dans toutes les universités et organismes européens. Va-t-il bientôt falloir un administratif derrière chaque chercheur pour qu’il puisse participer au PCRD ? Ce n’est quand même pas notre objectif et nous avons donc de vraies questions devant nous, auxquelles, je l’espère, nous trouverons des réponses pour le huitième programme-cadre.

41Le débat n’est pas fini, mais en tout cas, nous avons trois années intéressantes devant nous, parce qu’effectivement il faut préparer le huitième PCRD et qu’il y a là vraiment un défi à relever, pour trouver le juste équilibre entre dupliquer ou ne pas dupliquer, entre coordonner et rester compétitif, démultiplier ou non les outils et les instruments, savoir si l’on veut garder des initiatives propres et jouer sur la subsidiarité...

42Jacques Bordé :
Mais le CNRS s’appelle encore Centre national de la recherche scientifique...

43Michel Blay :
Oui mais se pose la question des postes statutaires ! Si le CNRS devient européen, il y a des postes statutaires européens à créer. 25 000 fonctionnaires travaillent à Bruxelles, il pourrait très bien exister deux ou trois mille chercheurs européens !

Haut de page

Notes

1 PCRD : Programme-cadre de recherche et développement.Le sixième programme s'est déroulé entre 2002 et 2006.

2 Le septième programme-cadre, en cours, concerne la période 2007-2013.

3 Clora : Club des organismes de recherche associés.

4 EuroHORCs : European Heads of Research Councils.

5 ATIP : Action thématique et incitative sur programme

6 NSF : National Science Foundation

7 ANR : Agence nationale de la recherche.

8 ERC : European Research Council.

9 Entre 1994 et 1998.

10 De 1998 à 2002.

11 2011 marque le lancement de la préparation du 8e PCRD prévu de 2014 à 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Dietl, « Bruxelles vue de l’intérieur », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 44-53.

Référence électronique

Monika Dietl, « Bruxelles vue de l’intérieur », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/191 ; DOI : 10.4000/hrc.191

Haut de page

Auteur

Monika Dietl

Directrice du Bureau du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org