Navigation – Plan du site
Dossier : L’aventure européenne du CNRS

L’aventure européenne du CNRS

Un bilan, des perspectives…
CNRS’s European Adventure: Assessment and Prospects
Pierre Papon et Arnold Migus
p. 54-63

Résumés

Lors de la dernière rencontre du séminaire « L’aventure européenne du CNRS », Pierre Papon et Arnold Migus, tous deux anciens directeurs généraux de l’établissement, brossent le tableau de l’Europe de la recherche, depuis l’après-Deuxième Guerre mondiale jusqu’à l’aube des années 2010. Évoquant ses succès et ses échecs, ils en tirent les enseignements, dressent un bilan et esquissent des perspectives pour les années à venir : quel sera le visage de la recherche européenne de demain ?

Haut de page

Texte intégral

Les « grandes avenues » de la recherche après 1945

1Pierre Papon : Dans les années d’après-guerre, il y avait déjà une vision de ce qu’allait être la science dans les années 1950 et 1960. J’en veux pour preuve un passage d’un petit livre que je cite souvent d’un physicien autrichien bien connu, Schrödinger, qui avait passé la guerre à Dublin après avoir fui l’Anschluss. Schrödinger est célèbre grâce à son équation et à sa contribution à la physique quantique, mais dans un livre publié en 1944 intitulé Qu’est-ce que la vie ?, il écrivait : « la fibre chromosomique contient chiffrée dans une sorte de code miniature tout le devenir d’un organisme, de son développement, de son fonctionnement… ». Dans la foulée, un certain nombre de biologistes et de physiciens ont dit : « Ah ! Il y a, derrière ça, l’amorce d’une nouvelle vision de la biologie », et certains physiciens, dont Max Perutz, se sont convertis à la biologie, lançant le mouvement de la biologie moléculaire.

2Je pourrais brosser aussi un tableau de la science à l’époque : la physique nucléaire avait fait sa percée et Hiroshima l’avait montré ; l’informatique, quelques années après cet appel de Schrödinger, allait faire ses débuts. On savait donc à peu près ce qu’allaient être les grandes avenues de la science mondiale, y compris vers l’espace : les premières fusées avaient fait leurs preuves, malheureusement, avec les V1 et les V2 fabriquées à Peenemünde en particulier par Wernher von Braun, que les Américains allaient exfiltrer d’Allemagne. En 1944-1945, l’Europe continentale était par terre, le Royaume-Uni avait réussi à survivre à la guerre avec son potentiel scientifique, mais la France, l’Allemagne, les grandes puissances scientifiques d’avant-guerre avaient leur potentiel démoli physiquement. C’est alors qu’à la fin des années 1940, un certain nombre d’hommes politiques ont voulu construire l’Europe et en particulier faire de la science l’un des outils d’une coopération européenne.

3Il y a eu tout un débat à la fin des années 1940 et au début des années 1950, les Européens se rendant compte que la compétition internationale, avec les grands enjeux que j’ai indiqués, les plaçait dans une situation où, avec leur potentiel affaibli, il fallait faire quelque chose. La percée de la physique nucléaire au Royaume-Uni, aux États-Unis – en Union soviétique on le subodorait –, nécessitait des investissements importants qui n’existaient plus en Europe. La première initiative prise par les Européens, grâce entre autres à l’Unesco, est la fondation du CERN en 1952, aventure à laquelle le CNRS sera fortement associé par la suite. Le CERN est une construction intergouvernementale indépendante des traités européens signés à la même époque, tel que celui créant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA).

4La démarche du CERN a été suivie quelques années après sa création par des spéculations autour de la biologie moléculaire. La question était la même : les biologistes européens s’interrogeaient sur les capacités de l’Europe à être présente sur le front de la science en biologie moléculaire. Et l’exemple du CERN avec ses débuts et ses premiers succès à la fin des années 1950 a incité les biologistes britanniques, notamment John Kendrew, à convaincre les gouvernements européens de créer une organisation européenne pour la biologie moléculaire, l’Embo (European Molecular Biology Organization). Le programme se poursuit, en 1957, autour du nucléaire du point de vue de l’énergie après la crise de Suez et de celui de l’armement avec la volonté de différents pays, dont la France, de construire l’arme atomique. Le traité de Rome est donc signé en 1957, créant à la fois le marché commun et l’Euratom, une entreprise scientifique, technique et industrielle pour la recherche dans le domaine des applications de l’énergie atomique. Je vais arrêter là cette perspective, ce décor, qui a finalement positionné les grandes initiatives de l’Europe de la recherche.

Les années 2000 : un besoin de structuration de l’espace européen de la recherche

5Le traité de Rome en 1957, qui crée le marché commun, ne prévoyait rien de spécifique pour la recherche. Il y avait un vague article qui stipulait qu’en cas de problème pour la compétitivité industrielle et économique de l’Europe, elle pourrait prendre des initiatives pour soutenir des programmes de développement scientifique et technique. C’est donc en arguant de cet article du traité de Rome qu’ont été lancées, à la fin des années 1960 et au début des années 1970 – on parlait à l’époque du livre de Jean-Jacques Servan-Schreiber, Le Défi américain – les prémices du programme-cadre pour la recherche européenne. Cahin-caha, l’Europe de la recherche a alors marché sur trois voies, et le CNRS a participé à cette politique : 1/ La voie de la coopération bilatérale, France/Allemagne et le CNRS a participé en particulier à la création de l’Institut Laue-Langevin (ILL) et de l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF). 2/ La voie intergouvernementale, à l’exemple du CERN : un certain nombre d’États décident de créer une machine commune. 3/ La voie communautaire, sous l’égide des traités de Rome et de leurs suites : Maastricht, Amsterdam, Nice, Lisbonne.

6Au début des années 2000, il existait donc de fait un espace européen, composé du CERN, du programme-cadre, sans parler de l’ESF, avec un certain nombre d’agences, d’organismes et de programmes. Au début des années 2000, lorsque Philippe Busquin prend ses fonctions de commissaire, il publie un manifeste sur l’Europe de la recherche dans lequel il constate qu’il n’y a pas de politique européenne de la recherche : il existe une politique de la Commission européenne, avec le programme-cadre, et puis il y a une somme de politiques nationales. Il faut donc essayer de structurer cet ensemble , lui donner plus de cohérence. Assez vite, Busquin va convaincre le Conseil des ministres de s’engager dans une déclaration dite de Lisbonne, ensuite qualifiée de stratégie de Lisbonne, qui date de mars 2000 avec l’ambition proclamée, je cite d’« une économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique, capable d’une croissance économique durable, accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ». C’était un programme énorme ! Je dirai quelques mots de ce que je pense du résultat : pas grand-chose… Je ne dis pas que je n’en pense pas grand-chose, je pense que le résultat n’est pas grand-chose ! Busquin convainc les ministres ou chefs d’État ou de gouvernement de l’Europe de prendre une décision à Barcelone, en 2002, de fixer à l’Europe l’objectif de consacrer en 2010 3 % de son PIB à la recherche. Ce sont les fameux 3 % après lesquels on court depuis des années, et on courra encore longtemps…

7Je pense que Philippe Busquin était animé d’une vision à la belge. Quand je dis cela, ce n’est pas négatif : c’est un homme politique belge qui a fait sa carrière en Wallonie, où les choses sont partagées entre le fédéral et le régional. Il faut qu’il y ait un certain nombre d’actions fédérales pour l’Europe, dans un espace européen avec une politique de la recherche cohérente, et puis des politiques régionales qui vivent leur vie en relation avec l’Europe de Bruxelles, pour simplifier.

Un bilan en demi-teinte

8Quels ont été les faits qui ont marqué les dix années écoulées ? Tout d’abord, la volonté de la Commission européenne d’essayer de pousser vers le haut la dépense de R&D – l’objectif des 3% qui ne sera pas atteint et pour lequel on plafonne toujours à 1,8-1,9% avec des hauts et des bas. Ensuite, l’ambition de structurer davantage la recherche européenne et d’aboutir à l’idée, controversée au début, de faire en sorte qu’il y ait une espèce de noyau dur fédéral dans l’Europe de la recherche, qui est devenu l’ERC, l’European Research Council. J’ai un peu participé aux débats sur ces sujets via la Fondation européenne de la science (ESF), qui a publié un rapport positif en 2002 ou 2003 sur la création de l’ERC. Mais l’ESF n’a pas su prendre le tournant pour faire une transmutation en cet ERC qu’elle aurait pu devenir. Du côté français, la position du CNRS était au début très ambiguë : Gérard Mégie a beaucoup poussé mais il est tombé malheureusement malade au début des années 2000 et il était l’un de ceux qui, en Europe, soutenaient le plus l’idée. La direction du CNRS de l’époque était extrêmement hésitante et le ministère de la Recherche français n’a pas encouragé l’idée et n’a pas vu que les Britanniques montaient non seulement dans le train en marche mais aussi dans la locomotive.

9Sur ces années 2010 encore, un point sur la stratégie de Lisbonne, dix ans après : elle a été relancée par une déclaration des chefs d’État et de Gouvernement il y a peu de temps : « On n’y est pas arrivé en 2010, mais il faut continuer. » Mais rien ne s’est passé, et je pense aussi après coup que le concept d’économie de la connaissance est quand même très flou, un peu comme le développement durable. L’économie est en effet déjà basée sur la connaissance : les stratégies industrielles en particulier, sont basées sur de la recherche et du développement technologique. Concevoir que ce concept d’économie de la connaissance allait être une force d’entraînement pour l’Europe était probablement un peu léger. Bref, la stratégie de Lisbonne a échoué, on ne s’est pas donné les moyens pour la mettre en pratique, sauf à travers une fausse bonne idée dont Busquin n’est absolument pas responsable : la création de l’Institut européen de technologie qui devait être le MIT européen, une structure en lévitation qui s’est transformée en espèce de réseau de recherche technologique. Mais les entreprises elles-mêmes ne se bousculent pas pour y aller.

10Le dernier point -et j’en ai souvent parlé avec Philippe Busquin- même si cela a été un rebondissement : le traité constitutionnel d’abord, et ensuite le traité de Lisbonne, a inscrit dans l’un de ses articles que la recherche était une fonction partagée entre les États et l’Union européenne. Busquin a énormément poussé auprès de la commission de travail pour la Constitution, qui a été refusée comme vous le savez, par référendum en France et aux Pays-Bas, mais dans le traité de Lisbonne la recherche est inscrite en bonne place.

L’avenir de l’Europe de la recherche

11Aujourd’hui, on peut s’interroger sur l’avenir de l’Europe de la recherche. Elle existe avec des structures très diversifiées, que ce soit le CERN ou des organisations de recherche autour de grands instruments comme l’ILL ou l’ESRF, auxquels participe le CNRS, mais également sous la forme de l’Esa (European Space Agency), du programme-cadre, de la Fondation européenne de la science, etc. Mais on peut tout d’abord regretter qu’il n’y ait pas véritablement de réflexion un peu prospective sur l’avenir de la science et de la technologie en Europe et par l’Europe : quelles grandes aventures lancer désormais ? Je suis frappé par un rapport de prospective de l’Académie des sciences de Chine que j’ai lu il y a quelques jours, publié en chinois l’an dernier et en anglais il y a quelques semaines. Il s’intitule La Science et la technologie en Chine en 2050, une feuille de route de 150 pages – et ce n’est que le résumé, m’ont dit les Chinois –, où apparaît une vision des choses qu’on ne trouve pas en Europe. En quoi la science, la technologie et la recherche pourraient aider la construction européenne qui est quand même dans l’incertitude depuis plusieurs années ? Je pense que c’est une carence assez fondamentale aujourd’hui : on ne sait pas réellement où va l’espace de recherche européen.

12Le programme-cadre apparaît comme une machine devenue extrêmement compliquée, déclinée en sous-programmes et réseaux divers et variés. J’ai expertisé à la demande de Potočnik, avec deux ou trois autres collègues, le système des réseaux européens d’excellence, là encore très compliqué et avec un succès qui n’est pas au rendez-vous. Il y a aussi une interrogation, mais plutôt positive, sur le rôle de l’ERC qui, à mon sens, doit être un noyau dur de la recherche européenne. On peut aussi s’interroger sur la façon dont les Européens et le CNRS en particulier peuvent participer à la construction et à la réalisation de grandes infrastructures de recherche : l’Europe, sous l’égide de la Commission européenne, à l’initiative de Busquin après la Présidence française de l’Europe en 2000 et à la suite d’un colloque organisé à Strasbourg par l’ESF, la Commission européenne et la France, a créé le Forum stratégique sur les infrastructures. Il y a une « shopping list » pour l’instant des infrastructures mais au moins, là, il y a l’idée que l’Europe pourrait faire quelque chose dans des domaines… à condition de passer ensuite aux réalisations !

13En somme, après pas mal d’avancées, depuis quelques décennies, et des réalisations certaines et extrêmement diverses, on est quand même dans une période d’interrogations depuis le début du siècle sur l’avenir de l’espace européen de la recherche.

Les outils de la recherche européenne au milieu des annnées 2000

14Arnold Migus : Il y a 10 ans, j’ai planché devant Pierre Papon… J’étais à l’époque directeur d’un grand équipement doté d’un contrat européen. Pierre Papon a été fortement impliqué dans la construction de l’Europe, d’une façon pratique et pas seulement théorique. Selon moi, il existe une différence assez forte entre les outils qui ont été mentionnés ici, car j’ai vécu cette construction en tant que chercheur « de base ». À l’époque des premier et second PCRD, le laboratoire dont je faisais partie n’est pas passé par le CNRS pour notre premier contrat européen. Il existait une règle qu’on considérait alors comme absurde : il fallait qu’on s’associe avec des pays du sud. Nous étions assez mécontents de cette procédure car ces pays ne nous connaissaient pas, pas plus que nos recherches. Après quelques années, j’ai vu l’effet bénéfique de ces procédures, car elles assuraient la mise à niveau des pays à un standard européen moyen. Je crois que le fait de travailler en réseau dans les PCRD a réellement permis cette remise à niveau et a constitué un facteur d’égalité entre les pays. Ensuite, en tant que directeur général du CNRS, je n’avais pas la même perception du PCRD que les personnels des laboratoires ou des délégations. Les finances de l’établissement sont attentives au coût total, mais c’est tout me semble-t-il. Il n’y avait pas – de mon point de vue – de forte implication du CNRS dans la conception des PCRD. La mobilité des gens, grâce aux bourses Marie Curie, est un autre outil extrêmement important, même s’il est peut-être un peu à bout de souffle aujourd’hui. La dernière invention, l’ERC, a un caractère tout à fait différent. Au contraire de l’aspect égalitaire, il met en avant le côté discriminant de l’excellence.

15L’ERC est une agence assez formidable car elle correspond tout à fait à ce que l’ESF aurait dû faire – sans en avoir les moyens, car aucun organisme n’a voulu créer de pot commun de ce niveau-là. L’ERC ne vise que l’excellence et il a le mérite de faire prendre conscience aux politiques que leur pays est en retard. Le CNRS est y impliqué depuis le début, en 2006. Nous avons préparé les candidats à réussir à l’ERC qui, à mon sens, a l’immense mérite – surtout l’ERC Junior – de donner de l’autonomie aux jeunes chercheurs. Cette autonomie fait cruellement défaut dans le système français et plus généralement européen, excepté peut-être dans le système anglais qui est un peu différent. À l’ERC, un junior récupère en moyenne 5,3 millions d’euros et il est en quelque sorte propriétaire de cet argent, d’ailleurs transportable. En d’autres termes, si le laboratoire ne convainc pas, si son environnement de travail n’est pas correct, il peut prendre ses affaires et aller dans un autre pays. Je n’ai pas dit que du bien de l’ESF mais il existe un ancêtre de l’ERC, les EURYI – European Young Investigator –, émanations de certains organismes ayant accepté de créer un pot commun. C’était exactement le principe de l’ERC : le CNRS y mettait trois ou quatre bourses par an et que le meilleur gagne ! Il n’y avait pas de problèmes de retour, et comme cela marchait très bien, cela a servi de modèle.

L’expérience européenne à la tête du CNRS

16J’ai commencé à m’intéresser à l’Europe au bout d’un an passé à la direction générale du CNRS. Quand on est directeur général on commencer par observer ce qui se passe ici… J’ai vu qu’il existait un club des Présidents-directeurs généraux d’organismes et d’agences européens, mais également un organisme européen – l’ESF – dans lequel les organismes français sont impliqués et tout particulièrement le CNRS qui, à lui seul, doit payer 50% de la contribution française. À cette époque, il s’est produit un changement de règles dans le club des dirigeants européens et à l’ESF, rendant obligatoire la présence des présidents ou directeurs généraux aux réunions. Cela a changé la donne car, comme pour les sommets entre chefs d’États, il est important de se connaître pour lancer des projets en commun. Après cela, la mayonnaise a commencé à prendre. Pour ma part, je représentais l’ensemble des organismes français, puis je suis devenu à la fois vice-président du club des dirigeants d’organismes européens et de l’ESF. Ce n’est pas neutre car si l’Europe se construit à Bruxelles, elle ne se construit pas seulement à Bruxelles. Je crois que c’est ce qui nous attend dans le futur : un peu plus de convergence entre la politique des États, mise en pratique à la fois par les agences et les organismes – les bras armés d’une stratégie des États – et la Commission européenne.

17Historiquement, le commissaire européen Janez Potočnik a élaboré ce que l’on appelle un livre vert, en 2007, sur cette stratégie européenne. À l’époque, nous, les responsables des organismes et des agences, avons trouvé que c’était un texte très incomplet car il gardait cette habitude de dire que l’Europe dirige la recherche et s’adresse directement aux chercheurs de base en « by-passant » les structures qui, dans les pays ou entre pays, permettent d’appliquer les stratégies. On s’est donc un peu fâchés et nous avons émis une réponse au livre vert en élaborant une feuille de route partagée, entre les agences et les organismes, et de la faire converger – de préférence – avec la politique européenne de la Commission.

18Une telle chose n’est pas très facile à mettre en place! En effet, la vision que nous pouvons avoir, particulièrement en France, avec nos organismes de recherche, en Espagne avec le CSI, en Italie avec le CNR, ou bien encore en Allemagne avec la Max-Planck, n’a strictement rien à voir avec celle des agences de financement des pays nordiques. Les agences -du moins à l’époque- n’avaient aucune priorité scientifique et se basaient uniquement sur le critère de l’excellence. De notre côté, nous affirmions que l’excellence et la qualité scientifique étaient les premiers critères mais qu’il en existait d’autres. Nous devons de plus en plus répondre et rendre compte aux citoyens et aux politiques, expliquer nos actes et leurs conséquences, concernant les maladies, l’environnement, l’énergie… Initialement, les agences ont systématiquement refusé cela. Il a donc été assez difficile de bâtir une politique commune en affirmant vouloir répondre à ces grands enjeux. Néanmoins, la situation a évolué puisque tous les gouvernements -du sud comme du nord- ont peu à peu appliqué ce devoir de réponse. Il est devenu insuffisant de rétorquer simplement : « Vous, je n’ai rien à vous dire, mes pairs m’ont jugé et ont dit que j’étais bon. » Cela s’appelle de l’arrogance et c’est ce que j’ai dit à mes collègues.

Une feuille de route commune pour les organismes de recherche européens

19Nous sommes parvenus, au niveau des organismes et des agences, à bâtir cette feuille de route que nous avons essayé de « vendre » à Potočnik, en affirmant que les organismes de recherche des États avaient un rôle à jouer. « Les dix domaines pour aider la construction de l’espace européen de la recherche » sont publiés dans le livre de Jean Audouze, La recherche en mouvement [Jean Audouze (dir.), La recherche en mouvement : l’avenir de l’Europe, Éditions Gutenberg, Paris, 2009]. En voici les points principaux :

  • 1/ Le renforcement des relations entre la science, la société et le secteur privé : les dialogues entre les organismes de recherche et les acteurs politiques en Europe. Je crois que c’est extrêmement important, car nous ne sommes pas très bons dans ce domaine et il faut absolument utiliser des outils que les scientifiques n’aiment pas, comme la quantification. Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, on ne peut se contenter de dire aux acteurs politiques : « Mes pairs ont dit qu’on était bon ». Il faut leur montrer des chiffres!

  • 2/ La promotion des carrières de recherche européennes : attirer les meilleurs en Europe et les faire bouger.

  • 3/ La prospective scientifique : essayer de monter des prospectives scientifiques communes permettant d’élaborer des bases de développement stratégique conjointes. Nous avons ici fait écho à une idée initiale extrêmement vague de la Commission, qui nous avait été présentée en 2008 par Robert-Jan Smits, alors adjoint du directeur et devenu depuis le 1er juillet 2010, directeur général de la Direction-Générale de la Recherche et de l’Innovation. Il avait appelé cette idée Join Programmings, programmes conjoints. Elle consistait à mettre sur pied -grâce à des organismes volontaires- des programmes permettant de répondre aux enjeux de société évoqués plus haut. Personnellement, j’ai beaucoup encouragé cette initiative, car je pensais que c’était une façon de débloquer la situation par le volontariat. Les Français ont donc été leaders avec les Anglais, avec un premier programme conjoint concernant la maladie d’Alzheimer, mis en place par André Syrota.

  • 4/ Le développement de l’espace européen de la recherche vers une Union européenne des bourses et des allocations : il s’agit là toujours la mobilité. Il faut être capable d’avoir des bourses, peut importe où tourne la personne.

  • 5/ L’évaluation européenne : une agence française a été créée concernant l’évaluation, mais on a de plus en plus besoin d’une évaluation européenne. Fréquemment, les pays entrants demandent à bénéficier d’une évaluation extérieure et l’ESF joue alors un rôle important. Le CNRS ou d’autres peuvent également assurer cette évaluation.

  • 6/ Mettre en place une évaluation ex-post globale des programmes et projets européens.

  • 7/ Nous avons également eu quelques idées -encore très embryonnaires- sur les pôles régionaux d’excellence, mais au niveau européen.

  • 8/ La question du financement et de l’exploitation des infrastructures. Pour les grosses infrastructures, c’est facile, car il n’existe qu’un seul Cern par exemple. C’est différent pour les infrastructures de moyenne dimension et qui sont fondamentales et dont tout le monde veut bénéficier. C’est donc une politique assez difficile à mener.

  • 9/ Un point extrêmement important -qui va devenir un leitmotiv de la Commission européenne- concerne la politique commune sur l’accès ouvert et permanent des données.

  • 10/ Enfin, le dixième point : comment connecter la recherche européenne au reste du monde mais avec une vision européenne et pas seulement nationale?

L’espace européen de la recherche : en cours de transformation?

20Un des derniers points que je souhaitais aborder concernant l’espace européen de la recherche : sa gélification par une bureaucratisation incroyable! On connaît cela au CNRS par le biais de la justification : le « red tape » des programmes européens... En novembre 2009, j’ai assisté à une discussion sur le rendu de l’ERC, pendant laquelle nous avons plaidé pour la simplification de cet outil. L’ERC se simplifie puisque les fonctions de directeur et secrétaire généraux fusionnent et qu’ils acquièrent une certaine indépendance, mais nous craignions qu’ils ne soient gérés par la Commission et les règles communautaires. La représentante de la NSF, Kathie Olsen, était présente et je lui ai posé la question des justifications pour ce qui concerne cet organisme. Sa réponse a été très simple : « Quand il s’agit de recherche fondamentale, on fonctionne au forfait. Quand c’est de la recherche appliquée, cela marche aux justificatifs et aux tâches. » Je crois que la nouvelle Commissaire européenne et toute son équipe réfléchissent sérieusement à cette façon de faire. Ils se rendent parfaitement compte que si la Commission continue sur la même voie, tous les chercheurs vont fuir les programmes européens. Il y a donc une prise de conscience de la Commission qui souhaite aller vers une plus grande simplification des procédures et donc une véritable révolution.

21Si vous regardez la stratégie publiée par la Commission européenne en mars 2010, « Europe 2020 » [« Europe 2020 : une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive »], vous retrouvez les trois mêmes thèmes que dans la Stratégie de Lisbonne, en 2000. Les deux premiers reposent sur la technologie et la science : « Smart Growth » -la croissance intelligente- et Sustainable Growth -la croissance durable, en français, mais je préfère dire « soutenable »-. Le troisième terme, « partagé », relève de l’aspect social. Nous sommes donc revenus aux objectifs initiaux, mais il y a toutefois eu prise de conscience aux niveaux les plus élevés, au moment où de nouveaux problèmes sont apparus. Pour le climat, par exemple, il y a un Commissaire chargé du climat et un autre de l’environnement. Il faut bien que les Vingt-Sept aient de quoi s’occuper! Un autre problème particulier : les OGM. La Commission s’est trouvée un peu à court lorsqu’elle a dû trancher sur la question, car elle n’avait pas d’arguments scientifiques à disposition et se trouvait seulement confrontée à des enjeux politiques. Elle a donc adopté une position dure puisque le Commissaire européen et le président de la Commission n’avaient pas de billes à défendre concernant le niveau de dangerosité des OGM. Il s’agit d’un débat de société ayant aujourd’hui lieu au niveau européen, mais qui repose tout de même sur la science : comment faire cohabiter OGM et non-OGM ? Quelle distance faut-il mettre en ces deux types de culture ? Comment établir des normes communes? Etc... En termes d’action, nous laissons à chaque pays la liberté de faire ce qu’il entend. Ce n’est pas la position la plus brillante, mais il existe un immense écart entre la position de l’Espagne -pro-OGM-, de certains pays -dont la France- beaucoup plus prudents, et d’autres États, qui y sont franchement opposés.

22Tout cela pour vous dire qu’il existe une connexion de plus en plus forte entre les objectifs et la recherche. Auparavant, les programmes-cadres finançaient de la recherche sous le prétexte de l’économie, à présent, la recherche et l’espace sont des prérogatives de la Commission européenne. Donc là aussi il y a un changement.

23J’ai décrit très rapidement mon expérience sans vouloir entrer dans des problèmes existant entre le CNRS et l’Europe, car je souhaitais aborder cette présentation de façon globale.

Questions

24Jacques Bordé : François Kourilsky a créé EuroHORCs parce qu’il était irrité que la Commission ne s’adresse qu’aux gouvernements et qu’aux laboratoires et que l’échelon des directeurs d’organismes n’existe pas dans le dialogue. Les organismes avaient raté le coche de l’ESF où il existait depuis le départ une commission pour que leurs directeurs puissent mettre au point une stratégie commune. Les directeurs y ont délégué des « seconds couteaux » et il ne s’y est finalement rien passé. Les EuroHORCs ont donc ré-établi une instance qui aurait dû se trouver à l’ESF, avec laquelle ils ont ensuite collaboré puis fusionné.

25AM : En ce qui concerne l’ESF, il y a eu une dérive lorsqu’elle a commencé à avoir sa propre politique, en plus de celle des organismes. C’est la raison pour laquelle EuroHORCs a pris le leadership et que nous considérions l’ESF comme un exécutant. Maintenant, l’ERC a pris une place énorme et je crois qu’il n’est pas question que l’ESF fasse des appels différents ou entrant en concurrence avec l’ERC. Ce qui est intéressant dans l’ESF c’est ce qu’on appelle les « forward looks », la réflexion stratégique en commun. Les différents boards fonctionnent très bien, mais c’est un outil qui n’a pas plus besoin d’avoir une telle envergure et on se dirige vers une forte diminution.

26PP : C’est vrai que l’ESF a déçu finalement. Dans les années 1970, l’idée de ses créateurs -et je pense d’Hubert Curien et du Commissaire chargé de l’industrie et de l’innovation à l’époque, Dahrendorf- était peut-être, à terme, d’en faire ce qu’est devenu l’ERC après trente ou quarante ans d’hésitations. Mais elle s’est mise à faire ses propres programmes de recherche, un peu indépendamment des organismes. Néanmoins, l’ESF a eu un rôle positif concernant les sciences humaines et sociales, disciplines pour lesquelles il y avait une amnésie de la Commission européenne. Dans les années 1970 et 1980 et grâce à l’ESF, il y a eu des programmes communs européens sur des objectifs de sciences humaines et sociales et une réflexion importante sur l’Europe, la genèse de l’État en Europe, sur les problèmes de culture européenne, d’immigration, etc.

27Catherine Vilkas : Vous avez parlé de la mobilité des jeunes chercheurs en Europe, très enrichissante en termes d’expériences, mais combien de temps pensez-vous qu’il soit utile qu’ils « tournent » en orbite avant d’atterrir quelque part ?

28PP : La mobilité est une bonne chose. Je ne suis pas sûr que cela touche une proportion importante et je ne sais pas s’il existe des chiffres de chercheurs européens. Lorsque j’étais jeune, on faisait son post-doctorat aux États-Unis. Aujourd’hui, cela se fait un peu plus en Europe, il y a donc eu un tournant. Il ne s’agit pas non plus de faire le tour de l’Europe pendant dix ou quinze ans, ce n’est pas bon. Par ailleurs, les questions de mobilités comptent dans les systèmes de retraite, et c’est d’actualité.

29AM : Il n’y a pas que les « post-doc » qui sont concernés. On peut s’installer à l’étranger pour faire sa recherche. Le problème, c’est en effet la sécurité sociale, la retraite, les règles qui changent. L’idée -et c’est un travail de longue haleine- c’est d’avoir une sorte de statut académique européen, permettant d’aller d’un pays à l’autre de l’Europe et globalement d’avoir à la sortie des retraites à peu près uniformisées.

30JB : Abordons la question des rapports entre science et diplomatie au sein de l’Europe, avec cette particularité, en France, qui fait que les budgets des grands instruments comme le grand télescope ou le Cern, sont au ministère des Affaires étrangères...

31AM : Je sais qu’au Cern, le représentant de la France est l’ambassadeur, mais je ne suis pas sûr que dans les autres organismes, ce soit systématiquement de même. Mais comme les budgets sont décidés en amont, je n’ai pas vu d’influence. Contrairement aux sciences dures, pour les sciences humaines et sociales, on est en plein dans le débat des UMIFREs [Unités Mixtes des Instituts Français de Recherche à l’Étranger] et autres, avec un dégagement progressif du ministère des Affaires étrangères qui nous laisse aujourd’hui en première ligne, alors que ce n’est pas forcément la recherche qui a la mission globale de toutes ces affaires.

32PP : Je pense que c’est un peu un accident historique -accident heureux d’ailleurs- dans la mesure où c’est le Quai d’Orsay qui, dans les années 1950, a été le porteur de préoccupations européennes. Comme Arnold Migus le disait, c’est un ambassadeur qui siège au Conseil du Cern pour représenter la France et ce gros budget est effectivement inscrit au ministère des Affaires étrangères, mais il n’y a que quelques cas tel que celui-là.

33Minh-Hà Pham-Delègue : Pierre Papon, concernant le rapport de l’Académie des sciences de Chine que vous avez mentionné, vous aviez l’air impressionné par sa vision prospective. Pouvez-vous nous citer quelques éléments ?

34PP : Depuis trente ou quarante ans, il y a en Chine un effort particulier de modernisation et de planification, basé sur la science et la technologie, afin d’augmenter les capacités du pays dans ces domaines-là. Notons que ce qu’ils ont dit qu’ils feraient, ils l’ont fait, au contraire de l’Europe ... Ce qui me frappe dans ce document, c’est que parmi les vint-deux initiatives décrites, certaines sont purement scientifiques. Dans un rapport à long terme qui doit structurer toute la science chinoise, je trouve que c’est assez intéressant que ne figure pas simplement un discours sur la modernisation, l’industrie, etc. Il présente un état un peu hybride entre la prospective scientifique et des problèmes très concrets de stratégies de modernisation et industrielle. J’aimerais bien que nous ayons, pas en 2050, mais un peu au-delà de 2020, ce genre de discussion sur l’avenir de l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Papon et Arnold Migus, « L’aventure européenne du CNRS », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 54-63.

Référence électronique

Pierre Papon et Arnold Migus, « L’aventure européenne du CNRS », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 27 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/193 ; DOI : 10.4000/hrc.193

Haut de page

Auteurs

Pierre Papon

Articles du même auteur

Arnold Migus

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org