Navigation – Plan du site
Dossier : L’aventure européenne du CNRS

La collaboration européenne en sciences de l’Univers dans les années 1990

European Collaboration in Sciences of the Universe in the 1990s
Jean-François Minster
p. 36-43

Résumés

Diplômé de l’École polytechnique, Jean-François Minster a soutenu son doctorat d’État à l’Institut de Physique du Globe de Paris, où il a créé le laboratoire de physique et de chimie de l’hydrosphère. Par ailleurs, il a dirigé le laboratoire d’océanographie et de géophysique puis l’Institut des Sciences de la Terre de Toulouse, de 1990 à 1996, avant de prendre la direction de l’Insu jusqu’en 2000. Il revient sur cette période riche de l’histoire de l’Insu, qu’il a quitté pour prendre la présidence de l’Ifremer.

Haut de page

Texte intégral

1La question qui m’est posée, c’est de parler de l’aventure européenne du CNRS pendant la période où j’ai été directeur de l’Insu. Évidemment, c’est un peu compliqué pour plusieurs raisons. D’une part, je n’ai dirigé l’Insu que pendant trois ans et demi : on commence juste à apprendre son travail, à comprendre le fonctionnement du CNRS, à s’initier aux autres disciplines avec l’aide des directeurs scientifiques adjoints, et en particulier dans mon cas, il fallait que j’apprenne l’astronomie. Le directeur de l’Insu étant nommé par le directeur général du CNRS et par le ministre de la Recherche, il y a donc aussi des interfaces avec le monde politique qu’il faut apprendre. D’autre part, je me suis plongé dans les archives mais je sais que je les ai relues avec ma mémoire défaillante et avec le biais de mon expérience postérieure, parce que mon engagement européen a été très actif à l’Ifremer. Ma vision des dimensions européennes des années 1990 est donc biaisée. Je suis conscient de ces limites et je ne prétends pas faire un travail d’historien. J’ajoute également que je n’ai pas travaillé seul, mais avec toutes les équipes qui font marcher un département au sein du CNRS. Une bonne partie de toutes les analyses que je fais aujourd’hui est le résultat de ce travail d’équipe.

Le travail d’un directeur de l’Insu

2Je considère que le travail de directeur scientifique est d’être au service de sa discipline, ce qui ne signifie pas simplement d’affecter les moyens du CNRS. J’avais des a priori quand je suis arrivé à l’Insu, notamment celui qu’un programme n’est pas une niche écologique pour une population. En fait je n’ai eu de cesse de casser les niches écologiques des chercheurs dans leur périmètre de programme et les pousser à travailler en partenariat avec l’extérieur. Je trouvais que le boulot de directeur scientifique de l’Insu, le plus gros établissement scientifique en France pour les sciences de l’Univers, était forcément en interface avec les autres organismes. Le directeur scientifique a aussi cette responsabilité de prendre des risques. J’avais aussi la perception qu’il fallait faire attention de préserver l’investissement et l’équipement. Quand on regarde la courbe historique des équipements mi-lourds du département des sciences de l’Univers et de l’Insu, on voit que 1996 a été le point bas. On a, pendant mon mandat et ensuite, continué sans cesse à faire attention d’augmenter les financements des équipements parce que c’est là que le CNRS a une responsabilité particulière.

3J’avais aussi la perception que l’on ne pouvait pas faire des sciences de l’Univers sans infrastructure lourde, ce qui n’était pas neutre car le ministre de l’époque, Claude Allègre, tenait pour bêtes noires les grandes infrastructures de recherche. Il n’avait de cesse d’augmenter les postes et, pour trouver des moyens financiers, de réduire les financements des infrastructures. Il a donc fallu le contourner. Je pensais aussi qu’on avait l’obligation de rentabiliser ces infrastructures, ce qui amenait à encourager les plus susceptibles d’apporter des découvertes nouvelles, quitte à réduire le financement, voire à fermer des infrastructures plus anciennes. C’est la responsabilité d’un directeur scientifique, personne d’autre ne peut le faire dans les organisations.

4J’avais aussi l’impression que le lancement de nouvelles idées était meilleur dans des gros laboratoires que dans des petits, un gros laboratoire ayant plus de flexibilité pour donner les marges de manœuvre à de jeunes chercheurs. Plutôt que d’avoir un morcellement de laboratoires, il valait donc mieux avoir de plus gros laboratoires. Je pensais qu’il ne fallait pas seulement affecter les moyens que l’on contrôlait au laboratoire, il fallait tout faire pour aider les laboratoires à aller chercher les ressources là où elles étaient. Il fallait également accepter un état de fait : le financement des laboratoires venait des régions, des contrats de plan État-Région, des programmes nationaux que mettait en place le ministère, des agences spatiales ou bien de l’Europe. Il fallait donc aider les laboratoires à aller chercher ces ressources, en les appuyant autant que possible.

Une approche différente selon les disciplines

5Je vais parler des dimensions européennes en séparant les grandes disciplines. Cela n’a en effet pas été la même chose pour l’astronomie, les géosciences – les sciences de la planète solide, comme on disait – ou pour les surfaces continentales et l’océan-atmosphère. Il suffit de relire les rapports de prospective – celui d’Arcachon en Astronomie en 1996, celui de Poitiers en sciences de la terre en 1998 ou celui d’océan-atmosphère à Brest en 2000 – pour voir à quel point l’Europe n’avait pas la même place dans ces trois secteurs. En astronomie, il y avait l’impact de la politique de l’European Space Agency (ESA), la prise en compte de la politique de l’European Organisation for the Astronomical Research in the Southern Hemisphere (ESO), les réflexions sur l’utilisation de l’European Science Foundation (ESF) au bénéfice de la discipline. C’était la même chose à Brest en 2000, dans les sciences de l’océan et de l’atmosphère qui parlaient de l’ESF, qui parlaient du programme-cadre, de la manière de monter les projets en Arctique, en Afrique, etc. en s’appuyant sur des partenariats européens.

6En revanche, si on lit le document de Poitiers sur les sciences de la Terre, le mot Europe n’y apparaît pas. Cela rejoint complètement la perception que j’avais a posteriori : le positionnement des sciences de la Terre vis-à-vis de la construction de l’Europe n’était pas le même, ou en tout cas ne cherchait pas à utiliser cette dynamique très active dans les années 1990. Il faut réaliser que la dimension internationale dans les différentes disciplines n’est pas du tout la même. On ne peut pas faire des géosciences sans aller au Tibet, au Zafar ou ailleurs. On ne peut pas faire des sciences de l’astronomie ou de l’océan et de l’atmosphère sans infrastructure et ces infrastructures sont nécessairement dans une panoplie partagée. On ne peut pas penser l’étude de la planète ou du climat sans un programme mondial. Les dimensions internationales dans ces disciplines sont donc extrêmement présentes. Il y a donc des problématiques d’accès, d’échanges, etc., qui sont fondamentales. La dimension internationale a donc été vraiment très forte et elle ne dépendait pas, au premier chef, de la politique de la direction des relations internationales du CNRS, avec Daniel Cadet, mais de nous.

L’astronomie et le poids des instruments

7Quand je suis arrivé à l’Insu, j’avais la perception que l’effort de recherche astronomique dans les laboratoires était autant dominé par l’ESO, les agences spatiales européennes et le Cnes, que par la politique de l’Insu. J’avais aussi l’impression que, en termes d’affectation de moyens de l’Insu, on ne pouvait pas ignorer les politiques spatiales parce qu’il y avait un poids très fort de la construction des instruments d’astronomie au sein des laboratoires spatiaux dans la politique d’investissement. Immédiatement nous avons cherché – et c’est pour cela que j’avais demandé à Geneviève Debouzy de nous rejoindre – à construire une vision de l’astronomie intégrant le tout. J’avais aussi la perception que l’on avait l’obligation de prendre la main au CNRS, vis-à-vis des agences spatiales, parce qu’elles ne peuvent pas construire leur politique de l’astronomie spatiale sans tenir compte des capacités des laboratoires et en particulier des moyens de personnel qui étaient affectés par le CNRS. Heureusement que nous avons fait cette analyse parce que peu de temps après, nous sommes entrés dans la phase de départ à la retraite des ingénieurs de laboratoires spatiaux et il a fallu gérer le flux de ces ingénieurs qui travaillaient à la fois pour le Cnes et pour les instruments de l’Agence spatiale.

8On s’est en fait retrouvé face à quelque chose de complètement différent : la France et l’Europe étaient engagés dans des satellites soutenus par les scientifiques au sein des colloques de prospective, ce qui impliquaient qu’on assume au sein des laboratoires en termes de moyens et de personnel. Nous avons d’ailleurs fait le bon choix au regard de la suite : peu de temps après, nous avons dû faire face à la politique de Claude Allègre qui n’aimait ni l’astronomie, ni les très grands équipements. Il est arrivé un jour en disant : « Voilà, Jean-François Minster, vous devez négocier avec l’ESO une baisse de 30 millions de francs de la contribution financière de la France, sur un total payé par le ministère des Affaires étrangères de 130 millions de francs ». De leur côté, les Affaires étrangères disaient : « C’est bien beau mais c’est un traité, et un traité ça se respecte ! » En qualité d’expert, j’ai donc accompagné les représentants de la France à l’ESO afin d’expliquer la demande de mon ministre devant le conseil d’administration. Je savais pertinemment que c’était infaisable. Il a donc fallu trouver les chemins pour aboutir à quelque chose d’acceptable à la fois par le ministre, par les partenaires et surtout pour la science car il était absurde de couper le budget de l’astronomie à ce niveau, alors qu’on était en train de construire le Very Large Telescope (VLT), le meilleur télescope du monde, qui allait être un potentiel de découvertes majeures pour l’astronomie.

9Nos partenaires ont accepté une baisse collective de 3 % du budget, car c’était dans le cadre de fonctionnement de l’ESO. Il y avait déjà eu une baisse antérieure de 5 %, trois ans auparavant, à la demande de la France et de l’Allemagne. D’autre part nous étions dans des accords tripartites entre le Max Planck, le CNRS et l’ESO. Et nous allions construire les instruments du VLTI (Very Large Telescope Interferometer) dans un accord supplémentaire à l’ESO, dans une attribution spécifique. On a décidé de mettre officiellement un coup d’arrêt à ce programme de développement. Mais je vous rassure tout de suite, l’instrument s’est fait quand même. Cela veut dire que, entre ce qu’annonce un directeur scientifique et ce qu’il fait en réalité, il y a un peu de marge de manœuvre. Et cela n’a pas ralenti la construction du télescope puisque le premier miroir du télescope VLT a été inauguré en 1997, qu’il fonctionne convenablement et que les instruments existent. Cette histoire montre quand même que faire de la politique sans l’ancrer dans une politique scientifique, ce n’est pas raisonnable, et que l’échelon des directeurs scientifiques permet de trouver les chemins entre des obligations et la réalité.

10Je pense que c’est quelque chose d’important et nous avons eu la chance de pouvoir faire. En même temps que cette question, s’est également posée celle du rôle de l’ESO pour l’astronomie. L’ESO avait l’ambition – en tout cas Riccardo Giacconi, son directeur général – de positionner l’ESO comme le Cern de l’astronomie, c’est-à-dire en leader de l’astronomie européenne. Cela a été l’objet de débats au sein du colloque de prospective d’Arcachon où la position des astronomes a été de dire qu’il fallait confier à l’ESO un rôle de leader en tant qu’agence de moyens pour l’astronomie. En même temps, il était accepté que l’ESO avait un rôle clé dans les détecteurs, dans l’ingénierie des systèmes, dans le traitement des données, dans l’opération (en particulier l’étalonnage), dans les flux de données, dans la collaboration avec l’ESA, etc. Cela donne tout de même un rôle extrêmement étendu à l’ESO dans la politique astronomique européenne.

  • 1 Atacama Large Millimeter Array.

11Au colloque de prospective d’Arcachon, l’astronomie a affiché qu’elle avait un projet prioritaire : Alma1. Construire Alma, c’était construire soixante antennes sur les plateaux du Chili, à très haute altitude. C’était clairement ouvrir un nouveau champ instrumental de l’astronomie, un projet extraordinairement ambitieux. Le télescope du VLT représentait à peu près 300 millions d’euros actualisés. Alma, c’est à peu près 1 milliard. C’est vraiment un très gros projet d’astronomie au sol qui ne pouvait se concevoir qu’à l’échelle mondiale et les Américains de la NSF étaient très allant quant au projet, les Japonais voulaient suivre, il fallait construire un partenariat très fort, et le confier à l’ESO avait un sens. Surtout que l’ESO avait la possibilité de remobiliser les équipes d’ingénieurs qui avaient fait l’ingénierie du VLT vers Alma et étaient en situation d’importance pour négocier avec les Américains. Cela s’est d’abord fait par un accord signé en 1999 entre la Commission européenne et l’ESO autour des sujets de l’astronomie. Par la suite, c’est réellement l’ESO qui a pris le leadership de la discussion avec les Américains sur Alma et cela a été rendu possible car de nouveaux partenaires de l’ESO ont rejoint les sept de la création, en 1962. Et le premier d’entre eux a été l’Agence de moyens anglaise sur l’astronomie et la physique des particules suivie par d’autres pays plus petits. Cela a donné une force de frappe à l’ESO, en termes de moyens et de représentativité, qui a fait qu’elle a pu gérer le projet Alma, actuellement en construction.

Océan-atmosphère

  • 2 Marine Science and Technology Programme.
  • 3 Programme-cadre de recherche et de développement.
  • 4 European Committee for Ocean and Polar Sciences.
  • 5 European Project for Ice Coring in Antarctica.
  • 6 Institut Français pour la Recherche et la Technologie Polaire.
  • 7 Institut polaire français Paul-Émile Victor.

12 Je vais parler maintenant de l’océan-atmosphère, la deuxième discipline pour laquelle le rôle européen est extrêmement important. Ici, les choses se jouaient de deux façons. D’une part parce que le programme-cadre de l’Union européenne, dès le deuxième en 1987, a inscrit un programme sur les sciences de la mer appelé Mast2 et qui a continué d’exister jusqu’au cinquième programme-cadre. Le budget était significatif et représentait presque 3 % du troisième PCRD3. D’autre part, il y avait une deuxième logique qui était sous-jacente, apparue en 1989, et qui s’appelait Ecops4. Les scientifiques des sciences de la mer et des sciences polaires ont cherché à faire émerger de grands challenges et il y avait derrière cela de grands scientifiques européens comme Helgi Mempel en Allemagne, ou Xavier Le Pichon et Claude Lorius en France. Ils ont, par des concertations scientifiques, abouti à l’établissement d’un colloque en 1994 lors duquel ils ont cherché à faire émerger les grands enjeux scientifiques qui devaient être traités à l’échelle européenne. Du côté des pôles, c’était simple. Ce qu’ils voulaient, c’était des forages, au Groenland, en Antarctique. Ils avaient déjà les prémices du grand forage antarctique qui deviendra Epica5, animé par Claude Lorius qui était alors en même temps président de l’IFRTP6 – l’Ipev7 aujourd’hui –, et qui pouvait faire en sorte que l’Institut polaire apporte son expertise technique des actions de terrain en Antarctique. Il faut réaliser le challenge que représentait la construction d’un forage et d’une base à plus de 1 500 kilomètres des côtes, au milieu de l’Antarctique, alors que le matériel venait d’Europe !

  • 8 Deep Sea Drilling Project.
  • 9 Ocean Drilling Program.
  • 10 Integrated Ocean Drilling Program.
  • 11 European Marine and Polar Science.

13Du côté des sciences de la mer, c’était plus compliqué. Elles sont beaucoup plus vastes que les sciences polaires. Il y avait d’une part des gens comme Xavier Le Pichon, des géosciences marines, qui voulaient un navire foreur pour des forages océaniques. Ils s’ancraient dans toute l’histoire des DSDP8, les programmes de forage à l’échelle mondiale, comme le Glomar Challenger aux États-Unis, puis le JOIDES Resolution à partir de 1985, qui ont fait le programme ODP9 et qui continuent d’exister aujourd’hui sous le nom de programme IODP10. Ils voulaient compléter le JOIDES Resolution par un navire foreur européen de plus petite taille et avec d’autres ambitions. Cela ressemblait donc aux grands challenges vus par les gens des zones polaires. Mais face à cela, il y a bien d’autres disciplines dans les sciences de la mer, et en particulier des scientifiques comme Nadia Pinardi ou moi-même, qui disaient en 1994 que d’autres enjeux existaient, en particulier l’océanographie spatiale et l’océanographie opérationnelle. Il s’agissait de grands enjeux qu’il fallait alors relever et qu’il fallait faire émerger. Et nous n’avons pas trouvé d’accord. Nous avons fait comme on fait dans ces cas là. On a dit voilà, il y a deux enjeux, c’est très bien, mais on s’est neutralisé l’un l’autre. Au même moment a eu lieu la prise de conscience par les responsables d’organismes qu’il fallait une coordination à leur niveau car ce genre d’infrastructures ne se gère pas sans concertation. Cela a abouti à la création du Marine board, enfin à l’Emaps11 dans un premier temps au sein de la Fondation européenne de la science, qui, en 1997, s’est divisé en deux avec le Marine board d’un côté, et le Polar board de l’autre. Les enjeux et les logiques n’étaient pas du tout les mêmes. Ce club d’organismes était au sein de la Fondation européenne de la science un réseau de concertation de responsables d’organismes qui voulaient se coordonner, soutenir et rendre plus efficace leur discipline. Ce n’était pas des groupes d’experts au sens de représentants scientifiques mais c’était le label donné par l’ESF. Le Marine board réalise tous les trois ou quatre ans un rapport de prospective scientifique en sciences de la mer qui sert de référence, pour beaucoup d’États, et en particulier pour la Commission européenne, sur les enjeux des sciences de la mer. Cela a servi de référence notamment pour l’établissement de la politique maritime européenne. Le Marine board a travaillé avec le Commissaire européen chargé des politiques maritimes, Joe Borg, pour que les sciences de la mer soient explicitement inscrites comme l’un des grands enjeux de la politique maritime européenne, et, du côté des sciences de la mer, le succès est au rendez-vous ! Je disais tout à l’heure que le Mast occupait près de 3 % du budget du programme-cadre. Dans le sixième programme cadre, leur budget est de 4,9 % du budget total du PCRD. Elles ont été extrêmement efficaces pour alimenter la Commission en contenus de programmes qui servaient leur discipline et à faire le lobbying nécessaire pour que les gros projets soient acceptés. Il faut réaliser que dans le sixième programme-cadre, sur quatre ans, il y a à peu près 800 millions d’euros du budget qui sont allés dans les sciences de la mer européennes. C’est énorme ! C’est plus de quatre fois le budget annuel de l’Ifremer.

Sciences de la Terre

14Du côté des sciences de la Terre, c’était beaucoup moins actif, il y a quand même eu un sujet : IODP – ODP auparavant. Avec IODP, une dimension européenne était déjà présente en fait car les membres d’IODP, finançant le fonctionnement du JOIDES Resolution étaient des États : l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, et un consortium de plus petits pays au sein de l’ESF. À la fin d’IODP, son budget a été réintégré au budget de l’Insu pendant mon mandat, et la question de la suite s’est posée. D’une part, nous avons eu à faire au ministère de la Recherche qui voulait tout arrêter car il s’agissait d’infrastructures de recherche avec toujours les mêmes sujets et les mêmes équipes. J’avoue que j’avais le sentiment que c’était effectivement toujours les mêmes équipes qui travaillaient autour d’IODP. Et c’est Philippe Vidal, le directeur scientifique adjoint, avec l’aide de Catherine Mével, qui m’ont convaincu qu’il y avait en fait des sujets complètement nouveaux et que s’il y avait les mêmes laboratoires, ils étaient remobilisés, en particulier sur les sujets du monde vivant dans les sédiments profonds, sur les sujets des crises dans les enregistrements sédimentaires, sur les sujets de l’impact paléo-climatique des fermetures/ouvertures, etc., qui n’étaient pas les sujets initiaux d’IODP mais liés à la tectonique des plaques.

  • 12 International Marine Past Global Changes Study.

15En parallèle, les Américains refondaient le JOIDES Resolution car il coûtait beaucoup d’argent. Les Japonais investissaient sur un gros navire foreur, le Chikyu, et ils voulaient fabriquer un consortium mondial, avec la participation des Européens, pour opérer ces bateaux. Du côté européen, on disait : « C’est bien gentil mais nous avons d’autres projets », et en particulier, à la suite du navire foreur de Le Pichon, le projet de Aurora borealis, qui ne s’appelait pas ainsi à l’époque mais qui était déjà porté par l’Alfred-Wegener Institut, en Allemagne, comme un navire brise-glace foreur pour explorer et faire des forages en Arctique, alors une zone très peu connue en sédimentologie, en géoscience marine. L’institut voulait apporter à cette panoplie, en plus des gros navires japonais et américains, Aurora borealis. Pas un petit navire ! C’était quelque chose qui coûtait à peu près 300 millions d’euros et à peu près 15 millions d’euros de fonctionnement annuel. Ce n’est pas rien ! Le total du budget annuel de la flotte océanographique française à l’époque était de 25 millions d’euros. Cela représentait donc un changement d’échelle. La France possédait le Marion Dufresne avec son carottier géant unique au monde, qui sert de base au programme Images12 sur la paléoclimatologie récente et dans ce cas pourquoi le Marion Dufresne ne serait pas aussi une structure d’IODP ? Au sein du petit Ipev, le Marion Dufresne avait des problèmes de fonctionnement – et en a toujours – et le budget était un peu limité pour opérer à la fois la nouvelle station Concordia, les bases en Antarctique (Crozet, Kerguelen, Amsterdam), les programmes en Arctique, que ce soit sur les forages du Groenland, l’anthropologie en Sibérie, etc., et le Marion Dufresne. Le budget de l’Ipev ne suffisait pas, on le savait. Quand on a lancé Concordia, on savait qu’il allait falloir fermer quelque chose.

  • 13 Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology.

16L’idée était d’inclure cela au programme européen et d’essayer d’obtenir une part de financement du Marion Dufresne au travers de ce programme. Il y avait cette logique d’essayer d’optimiser les choses. Cela aboutit in fine à la situation d’aujourd’hui : le consortium Ecord, qui comprend tous les pays européens de l’ESF dont les pays initialement signataires d’IODP, comme interlocuteur des Japonais et des Américains et qui représente un troisième pilier du programme IODP que sont les plateformes d’opportunité. Ce n’est pas exactement l’idée que l’on avait : il n’y a ni Aurora borealis, ni financement pour le Marion Dufresne mais il y a la possibilité d’avoir des projets d’opportunité utilisant d’autres outils que les deux gros navires américains. Ceci dit, nous n’avons pas fini d’entendre parler du programme Ecord parce que, que ce soit du côté japonais ou du côté américain, pour ce que j’en sais du côté du monde pétrolier, ils ont d’énormes problèmes de financement. Je le savais personnellement quand j’étais à l’Ifremer parce que le Jamstec13 avait l’habitude de faire de très gros bateaux avec très peu d’usage et cela a fini par poser problème au sein du budget japonais.

17Pour un ensemble de raisons, les disciplines des sciences de la Terre ne sont pas dans le programme-cadre. Mais ce ne sont pas les seules : la physique, les mathématiques et d’autres n’y figurent pas non plus. Ce n’était pas la mission du programme-cadre de l’Union européenne que de soutenir les sciences fondamentales et il a fallu fabriquer l’ERC plus tard pour cela. Dans le cas du programme cadre, la France s’en tirait bien. Quand on regarde les bilans sur le programme-cadre en sciences de la mer, la France est le deuxième coordonnateur en nombre de projets, derrière la Grande Bretagne, mais le premier en matière de récupération de budget en sciences de la mer.

Conclusion

18Dans l’espace européen de la recherche il y a une somme d’outils : le PCRD, les relations bi-partenariales entre organismes, les réseaux d’organismes pour faire de la stratégie, l’ESF, les infrastructures de recherche – qui peuvent être des partenariats au sein de sociétés particulières ou des traités comme l’ESO ou l’ESA –, des politiques publiques qui nécessitent de la politique de recherche : c’est le cas pour le climat, pour la politique maritime, pour les politiques de pêche... On a donc une somme de logiques et il faut les utiliser comme un tout, chacune des démarches étant complémentaire des autres. Il est clair que l’utilisation des réseaux comme le Marine board pour faire de la stratégie de recherche se pose en appui de la construction de projets. Les avis de ce dernier sur les sciences de la mer sont venus du Marine board. C’est cette cohérence d’outils qu’il faut utiliser au service de la discipline bien sûr : la base, ce sont les projets des laboratoires et les projets qu’ils co-construisent. Et il faut accompagner ces projets quand ils sont très gros.

19Le deuxième élément qui me paraît frappant est historique : l’ESA s’est ancrée dans l’ELDO et l’ESRO en 1962, l’ESO a été créé la même année, l’EACF en 1974, le PCRD en 1984, les EuroHORCs en 1992… Il y a donc des logiques anciennes, mais il y a en même temps un très forte évolution, notamment avec les exemples employés ici qui ont jeté les bases des outils utilisés aujourd’hui dans le cadre de la politique construite par la Commission et en particulier par Philippe Busquin en 2000 sur les prémices de l’espace européen de la recherche. Tout cela s’est passé en 2000, à la fin de cette échéance. Toutes ces échéances sont venues d’une analyse de Philippe Busquin sur les faiblesses européennes en termes de financement et de fractionnement mais n’a pu se construire que parce qu’au cours des années 1990 se sont construites de nombreuses logiques qui ont rendu le travail européen fort, et en particulier plus intense que le travail entre la France et les États-Unis à cette époque. C’était une étape de préparation de la phase que l’on vit maintenant avec beaucoup de difficultés, bien entendu : la construction de l’espace européen de la recherche. Les équipes françaises qui soumettaient le projet ne pouvait pas faire ce travail sans avoir ces partenaires, avec leurs compétences et leurs outils. Je me disais que ce qui primait, ce n’était pas de financer des Français mais de financer de la bonne science. Et si c’est avec un partenaire minoritaire venant d’ailleurs, ce n’est pas grave, c’est même bien.

  • 14 European Incoherent Scatter Scientific Association.

20Denis Guthleben :
Pouvez-vous nous dire quelques mots d’Eiscat14

  • 15 Particle Physics and Astronomy Research Council.

21Jean-François Minster :
Destiné à étudier l’ionosphère depuis le sol avec des réseaux d’antennes, l’Eiscat était ancré dans une vieille histoire de la science française remontant aux années 1960. Il faut se rappeler que des noms que l’on connaît tous comme Michel Petit, Michel Aubry, Philippe Waldteufel, Michel Blanc, ont tous commencé dans l’étude de l’ionosphère, essentiellement depuis le sol. Mais l’étude de l’ionosphère dans les années 1990 était très réduite, il n’y avait plus beaucoup d’équipes ! On finançait Eiscat, au travers de l’Insu, dans le cadre d’un consortium avec sept autres partenaires. Je trouvais que, d’une part, il y avait un missmatch entre l’effort que l’on y mettait et le poids que cela représentait dans la science. La deuxième chose qui me paraissait frappante, c’est que dans la gouvernance d’Eiscat, il y avait le directeur de l’Insu, et en face il s’agissait des directeurs de labos anglais, allemands, etc. qui défendaient leur biscuit. Je trouvais qu’il y avait un défaut de gouvernance. La troisième chose qui me frappait, c’était que les conventions de ce genre d’organisations essayaient de garantir le financement. Cela veut dire qu’elles tenaient compte de l’inflation, ce qui peut paraître très logique en matière de garantie de pouvoir d’achat de l’organisation, mais cela se télescopait complètement avec des budgets de la recherche dans lesquels on ne voyait plus l’inflation, et ce dans pas mal de pays, en France en particulier. Je pensais qu’il fallait remettre en cause ce genre de conventions. Le quatrième élément est que, comme pour toute installation, il faut à la fois gérer le vieillissement, et en même temps, faire de nouveaux investissements. Il y avait des accords pour construire une nouvelle antenne au Svalbard qui a été inaugurée en 1996, puis une autre, inaugurée en 2000. J’ai participé à ces investissements et c’est logique d’investir sur une installation que l’on a ! Mais dans le même temps, il y avait une unité qui était censée être à part sur le chauffage solaire, ce qui, en gros, consistait à chauffer la ionosphère pour fabriquer des ondes en émettant depuis le sol. Cette unité était une unité expérimentale que la solidarité des membres finançait pour une manipulation qui intéressait seulement deux pays. Je disais que ce n’était pas juste ! Ça ne m’intéressait pas, je n’avais aucun scientifique qui s’occupait de ça ! Je voulais qu’il y ait une différenciation dans le budget de l’ESO entre le cœur qu’était l’installation collective et des projets optionnels, comme c’est le cas dans beaucoup d’organisations de télescope. Je n’ai pas réalisé que pour faire cela, il ne fallait pas travailler au sein du Conseil d’administration, mais de l’autre côté, avec les agences. Il faut s’en faire des alliés car ce sont elles qui financent, les labos. Les directeurs de labos revenaient auprès de la Max-Planck et du PPARC15 en disant qu’il y avait un accord de l’Eiscat. Il fallait que l’on inverse le processus et je n’avais pas réalisé qu’il fallait travailler comme cela. Alors, j’avoue que l’on s’en est quand même un peu tiré car d’une part nous avons obtenu la mise à disposition de personnels dont le salaire était payé par le CNRS et comptait comme une contribution à l’Eiscat. D’autre part, quand il y a eu la construction de la deuxième antenne d’Eiscat, on a tout fait pour qu’Alcatel la soumissionne et que, quelque part, l’investissement au Svalbard revienne à l’industrie française, et cet investissement a dépassé la contribution de l’Insu pendant la durée de mon mandat. Je pense que quand on s’engage dans ce genre de choses, il y a certes une logique initiale, mais il faut tout de même avoir des mécanismes de révision et des mécanismes de gouvernance qui soient corrects. Je pensais que la tendance naturelle, compte tenu de la science ionosphérique en France, devait être à l’abandon d’Eiscat.

Haut de page

Notes

1 Atacama Large Millimeter Array.

2 Marine Science and Technology Programme.

3 Programme-cadre de recherche et de développement.

4 European Committee for Ocean and Polar Sciences.

5 European Project for Ice Coring in Antarctica.

6 Institut Français pour la Recherche et la Technologie Polaire.

7 Institut polaire français Paul-Émile Victor.

8 Deep Sea Drilling Project.

9 Ocean Drilling Program.

10 Integrated Ocean Drilling Program.

11 European Marine and Polar Science.

12 International Marine Past Global Changes Study.

13 Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology.

14 European Incoherent Scatter Scientific Association.

15 Particle Physics and Astronomy Research Council.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Minster, « La collaboration européenne en sciences de l’Univers dans les années 1990 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 36-43.

Référence électronique

Jean-François Minster, « La collaboration européenne en sciences de l’Univers dans les années 1990 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/195 ; DOI : 10.4000/hrc.195

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org