Navigation – Plan du site
Dossier : L’aventure européenne du CNRS

La politique européenne du CNRS de 1988 à 1994

CNRS’s European Policy from 1988 to 1994
Jean-François Stuyck-Taillandier
p. 26-35

Résumés

Jean-François Stuyck-Taillandier a occupé la fonction de directeur des relations internationales du CNRS entre 1988 et 1994, lorsque François Kourilsky en était le directeur général. Il revient sur la politique européenne et internationale du Centre à cette époque et s’attache à dépeindre l’atmosphère de cette période charnière de l’histoire de la recherche européenne.

Haut de page

Texte intégral

1Je vais vous parler de la politique internationale et plus précisément de la politique européenne du CNRS entre 1988 et 1994, période durant laquelle j’ai assuré la direction des relations internationales de ce prestigieux organisme. Je ne vais pas vous abreuver de chiffres et de statistiques pour deux raisons : d’autres l’ont fait ou le feront bien mieux que moi et, de toute manière, je ne possède ni ces chiffres ni ces statistiques. Je vais en revanche vous parler de l’atmosphère de cette époque et de la façon dont nous avons essayé de répondre à des demandes et propositions émanant de la France et de l’étranger.

Du ministère des Affaires étrangères…

2Pour ce faire, il est malheureusement nécessaire de personnaliser un peu cette affaire en présentant quelques-uns des acteurs. Je dis malheureusement car je suis obligé de commencer par moi, mais cela sera court. Je suis arrivé au CNRS en 1988 pour prendre cette fonction avec une caractéristique importante : contrairement à mon prédécesseur et ami Jean-François Miquel, dont je reparlerai, et contrairement à mes successeurs, dont je ne parlerai pas, je n’étais ni un agent du CNRS, ni même un scientifique. Je venais en effet du ministère des Affaires étrangères, où j’avais passé de nombreuses années tant en poste à l’étranger qu’à la Centrale, dans la direction en charge des affaires scientifiques. Je précise bien que je n’étais pas un scientifique car, malgré une formation dans ce domaine, je n’avais pas de thèse. Or, pour moi, on n’est pas un scientifique sans recherche et donc sans thèse. Cela n’empêchait d’ailleurs pas le ministère des Affaires étrangères de me considérer comme un scientifique, mais ce ministère a parfois quelques difficultés avec le monde réel.

  • 1 EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique.

3Je suis donc arrivé au CNRS avec ce que je considère comme deux atouts. Le premier est que, quelles que soient les méchancetés que l’on peut dire sur les Affaires étrangères, c’est un endroit où l’on est capable d’élaborer une politique, dans le domaine politique même mais aussi dans les domaines économique et scientifique. J’ai eu le plaisir de travailler avec un certain nombre de diplomates, de grands directeurs des Affaires scientifiques, dont Xavier-Marie du Cauzé de Nazelle, Yves Jacques ou Jacques Laureau, qui ont cherché à développer le volet scientifique des Affaires étrangères. Ils avaient tous les trois la même idée : un travail, pour être bien fait, devait l’être en réseau. Le but des Affaires étrangères était d’identifier des partenaires comme des universités ou des EPST1, et de les aider à bâtir une structure internationale forte.

… au CNRS

4Sans savoir encore que j’allais venir au CNRS, je connaissais bien sa direction des relations internationales, que j’avais connue à l’époque de Jacqueline Mirabel, puis de Jean-François Miquel avec lequel j’ai travaillé très étroitement lorsqu’il a mis en place la procédure des programmes internationaux de coopération scientifique. Les PICS nous plaisaient beaucoup car il s’agissait de projets bien identifiés, que je connaissais bien et appréciais du point de vue Affaires étrangères. Pourquoi ? Ces programmes, initiés par les laboratoires et soutenus par les départements scientifiques, disposaient déjà de financements, de partenaires bien identifiés, et faisaient l’objet d’une évaluation scientifique. Un rêve pour un diplomate ! Entre 1985 et 1992, 98 PICS ont ainsi été créés par le CNRS et le financement global des Affaires étrangères était de 30%, ce qui montre une réelle coopération.

5En outre, je savais à peu près à quoi ressemble une politique d’organisme. Le CNRS emploie de très nombreux chercheurs dont la très grande majorité, si ce n’est la totalité, possèdent leurs propres contacts internationaux. C’est non seulement utile mais fondamental pour la construction d’une politique internationale. Un laboratoire peut utiliser de tels contacts pour définir des lignes directrices de coopération internationale. Ensuite, les départements scientifiques élaborent des axes prioritaires, et c’est à partir de ces politiques scientifiques internationales sectorielles que la direction du CNRS peut élaborer une véritable politique internationale pour l’organisme qui doit tenir compte de ce qui vient d’en bas – c’est à dire les propositions scientifiques – et d’en haut – les autorités politiques, comme le ministère de la Recherche, qui peuvent avoir des priorités dont il faut tenir compte.

6Le second atout dont je bénéficiais à mon arrivée au CNRS était d’avoir une réputation de diplomate, presque aussi usurpée que celle de scientifique au ministère des Affaires Étrangères, mais que je n’ai pas non plus démentie car cela m’a donné un avantage auprès des directeurs scientifiques, très jaloux de leurs prérogatives. Cette réputation de diplomate m’a permis d’avoir des rapports de confiance avec les départements qui savaient que je n’interviendrai pas au niveau scientifique.

Structurer les activités internationales du CNRS

7La seconde personne, beaucoup plus importante, dont je souhaite parler est le directeur général François Kourilsky. Son prédécesseur, Serge Feneuille, m’avait recruté, mais il est rapidement parti et j’ai donc travaillé pendant près de six ans avec François Kourilsky, un scientifique qui venait du ministère de la Recherche, où il occupait la fonction de vice-président du Conseil consultatif de la recherche scientifique et technique. Cette position lui avait permis d’être en contact avec de nombreux aspects de la recherche, dont la dimension internationale. Comme une grande majorité des chercheurs de sa génération, il avait fait son post-doc aux États-Unis, d’où il était revenu avec un grand respect de la communauté scientifique américaine et rêvait de voir un jour une communauté de scientifiques européens aussi souple et efficace. Il est en particulier arrivé avec des idées précises sur la nécessité de structurer les activités internationales du CNRS, des idées sur lesquelles nous nous sommes immédiatement retrouvés.

  • 2 CEE : Communauté économique européenne.
  • 3 CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaire.
  • 4 ESO : European Southern Observatory.
  • 5 EMBL : European Molecular Biology Laboratory.
  • 6 ESRF : European Synchrotron Radiation Facility.

8En premier lieu, la CEE2 commençait à s’intéresser sérieusement aux programmes scientifiques, dont elle allait devenir un acteur majeur tant au plan politique que financier. Ceci n’avait bien évidemment pas échappé aux chercheurs du CNRS, qui souhaitaient valoriser les très nombreux contacts qu’ils entretenaient avec leurs collègues européens. Déjà à l’époque, il y avait 2 500 chercheurs étrangers, soit près de 10% du personnel de recherche, dans les laboratoires du CNRS, et l’on estimait à 3 500 le nombre de collaborations structurées. En 1989, on comptait 88 réseaux scientifiques européens avec participation ou direction du CNRS, sans parler des grands équipements et des grands programmes européens entrepris dans de nombreux domaines et qui pourtant étaient ceux, comme le CERN3, l’ESO4, l’EMBL5, l’ESRF6, qui retenaient l’attention du grand public.

Constituer un « lobby scientifique à Bruxelles »

9Nous disposions à Bruxelles d’une représentation du CNRS, en la personne de Gérard Rivière. Représentation embryonnaire, certes, puisque son bureau tenait plus du placard à balais, mais il essayait vigoureusement de s’y retrouver dans les méandres de l’administration communautaire. Nous avions également au sein de la DRI, à Paris, une personne pour diffuser ces informations, sans oublier les chercheurs dans les laboratoires qui essayaient de monter eux-mêmes leurs actions. Mais tout ceci était un bricolage parfaitement insuffisant. Il fut donc décidé de renforcer le dispositif à tous les niveaux par la création à Bruxelles d’un véritable lobby scientifique du CNRS, apte à fonctionner dans les deux sens, de Bruxelles vers les labos et du CNRS vers les services de la Commission.

10L’idée vint rapidement de ne pas faire cela seul et d’impliquer notamment les universités. Ce ne fut hélas pas possible pour des raisons pratiques. Finalement, nous nous sommes rabattus sur d’autres partenaires et nous avons mis en place des structures avec des EPST comme le CEA, le CIRAD, l’INSERM, l’INRA, etc. Lors d’un déjeuner à la maison des X, nous avons ainsi décidé de créer le CLORA, Club des organismes de recherche associés. Nous avons créé un club car nous ne savions pas du tout quel était le statut juridique de cette entité. Quoi qu’il en soit, le CLORA fut le premier lobby scientifique français organisé à Bruxelles, et j’ai le souvenir que lorsque les Allemands créèrent leur lobby, celui-ci fut longtemps surnommé « Der Deutsche CLORA », ce qui leur plaisait modérément. Cependant, il me semble que les Anglais, grands spécialistes du lobbying, nous aient précédés sur ce terrain, mais en toute discrétion.

11Le CLORA était né mais il fallait aussi une structure de diffusion de la masse d’information qui commençait à arriver. Nous avons donc décidé de mettre en place une structure souple, le « Réseau Europe », qui réunissait des responsables de la direction, mais surtout des représentants internationaux des départements scientifiques, des Programmes interdisciplinaires de recherche et des délégations régionales. Nous souhaitions en particulier disposer au sein de chaque département scientifique de quelqu’un qui avait réellement l’oreille de son directeur. Pour nous, l’idéal était d’avoir un directeur adjoint chargé de l’international dans chaque département et dans toutes les délégations. Par ailleurs, le conseil Europe de la DRI était présidé par Jean-Pierre Chevillot, ancien conseiller scientifique auprès de la délégation permanente à Bruxelles et qui connaissait bien son travail.

Les accords bilatéraux

12 Il existe au CNRS une tradition ancienne d’accords bilatéraux avec de nombreux partenaires scientifiques européens. Ces accords étaient très importants car il s’agissait de sources de financement, et, pour de nombreux chercheurs étrangers, il s’agissait aussi d’un des seuls moyens de rejoindre l’Occident et la France. La Commission européenne commençait certes à devenir un partenaire important pour la structuration des relations à l’intérieur de l’Europe, mais elle n’était pas la seule. Nous avions également à notre disposition pour l’élaboration de cette politique les EUROHORCs, une association informelle réunissant les grands patrons de plusieurs organismes comme le CNRS, la Max-Planck-Gesellschaft, le CNR italien ou les Conseils de Recherche anglais.

13 Je suis arrivé au CNRS en 1988. L’année suivante, le mur de Berlin est tombé. Cette chute a eu une certaine importance pour le CNRS car les relations étaient fortes avec les pays de l’Est. Pour la petite histoire, nous avons vécu à l’époque les péripéties intéressantes des changements d’équipes dans les Académies des sciences de l’Est. De nombreux scientifiques avaient joué un rôle important dans cette chute du communisme – par exemple Andreï Sakharov ou Bronislaw Geremek. Les Académies furent donc le théâtre de changements plus ou moins radicaux. À Prague, par exemple, je me souviens que, avec François Kourilsky, nous avions une réunion prévue de longue date, qui s’est révélée solennelle et sinistre avec des gens qui ne pouvaient plus rien dire, et juste après, nous avons été convoqués dans une autre pièce avec les nouveaux responsables, fraîchement nommés.

Les laboratoires européens associés

14 La chute du mur a eu une grande importance car il est apparu très rapidement que les deux Allemagnes allaient se réunifier. La RFA était un de nos partenaires principaux en Europe. Or, la vision que nous, Français, mais aussi curieusement les Allemands, avions de la science en RDA était très surévaluée. Je me suis même dit que nous allions nous retrouver en face d’une grande Allemagne à laquelle nous aurions du mal à faire face. J’ai donc eu l’idée stupide, digne d’un ancien des Affaires étrangères, de pousser les coopérations avec les chercheurs européens francophones. Je dis « idée stupide » parce que la Francophonie n’est pas un partenaire majeur dans la coopération scientifique internationale. Mais l’idée n’a au final pas été complètement stupide puisqu’elle a porté ses fruits avec la création des laboratoires européens associés (LEA), laboratoires sans murs mais pourvus d’un projet pluriannuel, d’un comité scientifique et d’un Directeur en attendant un budget dont on espérait qu’il serait largement communautaire. Il ne faut pas oublier que ces LEA sont une continuation et un approfondissement des PICS lancés par Jean-François Miquel.

15Nous avons eu beaucoup de chance avec le premier LEA, proposé par l’INSU7 pour fédérer l’Institut astronomique de Paris, l’Observatoire de Leyden et l’Institut astronomique de Cambridge sous le nom d’Association Européenne de Recherche en Astronomie. Le premier Directeur en fut Martin Rees, Astronome royal, un titre scientifique qui remonte à Charles II en 1675. Ce concept de LEA fut ensuite élargi et complété par des LIA, laboratoires internationaux associés, puis des GDRE, Groupements de Recherche Européens, puis des GDRI8. Les LEA furent rapidement pris au sérieux par les responsables de Bruxelles, qui y trouvaient ce qu’ils souhaitaient : des projets fiables, avec un directeur, un programme scientifique, un budget pluriannuel, des évaluations, etc. Les budgets du CNRS en provenance de l’Europe furent augmentés durant cette période. Toutefois, les programmes scientifiques communautaires furent aussi en forte croissance, tant par le nombre que par les financements.

16 Une statistique récente concernant les LEA m’a amusé. Nous avons aujourd’hui une cinquantaine de LEA, dont 14 avec l’Allemagne. Nous avons donc réussi notre coup, mais un peu à l’envers car nous avions à l’origine créé les LEA pour contrôler les Allemands, mais ils sont finalement pleinement rentrés dans ce système, et c’est très bien ainsi. Bref, nous possédions donc une panoplie assez complète d’outils nécessaires à une forte coopération avec les organismes de recherche européens et avec Bruxelles : le CLORA pour la collecte de l’information, un Réseau Europe pour la diffusion de cette information et les PICS, LEA et GDRE pour une application pratique à la Recherche.

De l’Europe… au Japon

17 Je terminerai en sortant maintenant de l’Europe pour parler du Japon et pour évoquer un point important quand on veut construire une politique : cela ne plait jamais à tout le monde ! Avec François Kourilsky, nous avions décidé de structurer nos relations avec le Japon par des moyens assez classiques : des accords bilatéraux, un Bureau du CNRS à Tokyo et des structures communes de recherche. Le bureau était dirigé par Jean François Sabouret, un sociologue du CNRS parfaitement à l’aise au Japon, parlant la langue et dont on disait en plaisantant qu’il connaissait tous les sushis de Tokyo par leurs prénoms.

18 Nous avons réussi à créer un Laboratoire International Associé, le LIMMS, entre l’Université de Tokyo et plusieurs Laboratoires de pointe du CNRS comme le LAAS. Quinze ans après, je dirais que le LIMMS, avec une dizaine de laboratoires partenaires du CNRS, est devenu une sorte de pôle régional, mais cela ne s’est pas fait sans peine, car au début nous avons été contrés de toutes parts. Lors d’une réunion au ministère de la Recherche en présence du ministre Hubert Curien, nous avons même été traités d’apprentis sorciers par un directeur dont je tairai le nom car il préside aujourd’hui une grande entreprise de télécommunication française.

19Nous avions des deux côtés des partenaires industriels mais, selon lui, les Japonais, dont l’industrie est beaucoup plus puissante que la nôtre dans ces domaines, allaient nous dévorer et nous voler toutes nos compétences théoriques. Il prétendait également que nos partenaires industriels n’étaient pas sérieux. En sortant du ministère, après avoir vu la façon dont mon directeur général avait été traité, je commençais à me dire qu’il fallait que je cherche un nouveau boulot. Mais François Kourilsky m’a rassuré en me disant en substance : « Peu importe, on va le faire ce labo ». Et on l’a fait. Dix ans après, une dizaine de brevets avaient déjà été déposés et on est maintenant sûrement au-delà. Qui plus est, un responsable scientifique m’a récemment dit que cela avait permis aux chercheurs français de se former aux réalités japonaises, qui ne sont pas si simples que cela.

20 Mais ce n’est pas tout : à l’Ambassade de France à Tokyo où, pour des raisons variées, je connaissais bien l’ambassadeur, le ministre conseiller et le conseiller scientifique, aucun n’a daigné se déplacer pour une ouverture pourtant très réussie du Bureau du CNRS à Tokyo. Nous gênions. Pourquoi ? Je ne sais pas, mais le simple fait de lancer des projets gêne souvent ceux qui ne font rien. Je ne vais pas terminer sur une note négative et je voudrais juste ajouter que je me sens profondément européen et que, bien que n’étant pas un scientifique, je suis très attiré par la science qui nous permet de comprendre le monde dans lequel nous vivons et d’y vivre correctement. J’aimerais beaucoup avoir une Europe de la recherche très forte et une communauté scientifique européenne souple et efficace, comme je l’ai dit au début. Je pense que le CNRS a un rôle important à jouer dans ce cadre, qu’il le joue déjà beaucoup, mais qu’il devrait le jouer plus encore, et je pense qu’il fera.

21Jacques Bordé : Sur l’affaire de Bruxelles et des LEA, j’ai vécu en direct à Cambridge la création du premier LEA d’astronomie. Je me souviens d’un article paru à cette époque et intitulé : « Faisons l’Europe des labos, pas l’Europe des bureaux ». C’était un article assez important qui insistait sur l’importance des organismes dans la coopération européenne. François Kourilsky souhaitait d’ailleurs que les directions des organismes pèsent davantage, pas seulement en participant au CLORA, mais aussi en devenant des interlocuteurs reconnus par Bruxelles, où seuls les ministères comptaient. L’idée des EUROHORCs, lancée au cours du G8 à l’abbaye de Cîteaux par le sous-groupe européen, relevait du même principe : une réunion des patrons d’organismes européens, ce que l’ESF n’était pas parvenue à générer auparavant.

22Claude-Isabelle Chauvel : Quand je suis arrivée aux relations internationales du CNRS en 1989, les liens avec Bruxelles étaient très réduits. Il y a eu un essor extraordinaire par la suite grâce à la rencontre entre Jean-François Stuyck-Taillandier, François Kourilsky et le secrétaire général, Jean-Marie Bertrand. Tous les trois étaient convaincus de la nécessité de mettre en place un dispositif très performant. Le réseau Europe a été conçu à l’origine pour aider les chercheurs à remplir les dossiers très complexes des appels d’offres européens. Dans chaque délégation et dans chaque direction scientifique, un chargé de mission Europe leur apportait son soutien. Tous les deux mois, les membres du réseau se réunissaient dans les délégations et recevaient les dernières informations du responsable du bureau de Bruxelles. À l’époque, la difficulté était d’obtenir les informations de la direction de la recherche de la Commission européenne avant qu’elles ne soient annoncées officiellement, tant les délais étaient courts pour remplir les dossiers. L’arrivée d’Internet a ensuite grandement facilité les échanges, mais, au départ, tout se faisait par fax.

23 Ce réseau s’est beaucoup développé au fil des années et de petits groupes thématiques se sont constitués autour des grands programmes européens. Ce qui était intéressant avec ce réseau Europe – mais cela l’a peut être aussi un peu tué –, c’est que chaque responsable d’un groupe thématique était aussi en relation au ministère avec les personnes impliquées dans les programmes européens. C’est la raison pour laquelle il nous a beaucoup été envié par d’autres organismes, notamment l’INRA. Bien qu’il se soit éteint, il a été repris sous une autre forme par le biais des partenariats à la valorisation qui existent toujours dans les délégations.

24Jacques Bordé : La difficulté était grande au départ. Les chercheurs du CNRS avaient du mal à chiffrer les demandes en argent. Par ailleurs, il n’était pas dans la culture du chercheur du CNRS de rédiger des projets de recherche, à l’inverse de ses collègues britanniques par exemple qui avaient l’habitude de demander des financements par projet. Quant aux très bons laboratoires, qui n’avaient pas nécessairement besoin de l’argent de Bruxelles, ils hésitaient à soumettre des projets à des référés allemands ou britanniques, de peur de voir leurs bonnes idées s’envoler à l’étranger. D’où l’importance des LEA, qui ont contribué à établir des relations de confiance. À ce sujet, je défendais les LEA sur trois plans différents : la constitution d’une masse critique de chercheurs autour d’un programme scientifique, la mise en commun des moyens administratifs et financiers des organismes et la visibilité politique vis-à-vis de Bruxelles. Ces trois arguments ainsi associés finissaient souvent par convaincre mes interlocuteurs.

25François Bienenfeld : L’intérêt d’une réunion comme celle-ci est de profiter de votre expérience par rapport à une problématique contemporaine. Actuellement se pose le problème de l’ouverture des LEA à n nouveaux partenaires. Avez-vous été confronté à cette problématique ?

26JFST : Nous avons créé les groupements de recherche dans cette optique. J’ai tendance à dire qu’il faut de la souplesse. Au-delà de quatre partenaires, je ne pense pas que les LEA aient encore un sens. Je sais que, maintenant, avec le retour de la Max-Planck au sein de l’observatoire astronomique, ils sont quatre, mais au-delà de quatre, c’est presque une autre façon de fonctionner. Je ne dis pas qu’elle est moins bonne, mais cela dépend des thématiques : sur certains sujets, il est tout à fait normal d’avoir une quinzaine de partenaires.

27Francesca Grassia : Un LEA se différencie d’un GDRE car son objectif est de réaliser des projets de recherche dans le cadre d’un programme de longue durée (4 ans, éventuellement renouvelables). Le GDRE est pour sa part un réseau d’animation scientifique, de coordination de la recherche, qui peut regrouper un nombre de partenaires relativement élevé, bien qu’il soit souvent très difficile de les coordonner quand ils sont trop nombreux. Par ailleurs, chaque Institut a tendance à utiliser ces outils pour poursuivre des objectifs scientifiques et politiques particuliers. L’IN2P3 s’en sert ainsi davantage pour construire des infrastructures multilatérales, tandis que l’Institut des Sciences de l’Ingénieur voit des coopérations entre deux partenaires sur des sujets très pointus sans que cela soit destiné à s’élargir. La souplesse est donc bien le maître-mot.

  • 9 SHS : sciences humaines et sociales.

28JFST : Le contraire aurait été suicidaire ! S’il avait fallu trouver une procédure unique qui satisfasse aussi bien les gros bras de l’IN2P3 que les chercheurs de SHS9, on ne s’en serait pas sorti.

29Francesca Grassia : Les LEA à l’époque étaient-ils financés par la direction des relations internationale ou par les départements scientifiques ?

30JFST : L’argent venait d’un peu partout. Nous n’avions pas d’argent spécifiquement pour les LEA : nous les vendions au ministère des Affaires étrangères et à Bruxelles. Nous n’avons jamais fonctionné comme une source de financement car nous n’avions pas à soutenir tel LEA par rapport à tel autre.

31Gérard Kuhn : J’étais en Suisse avant de venir au CNRS et j’ai monté quatre PICS financés en partie par l’ambassade et en partie par les départements scientifiques. Nous avons toujours multiplié les sources de financement.

32François Bienenfeld : Les choses ont évolué à partir de 1996, lorsque Guy Aubert a souhaité consolider au niveau de la DRI les budgets des départements scientifiques.

33JFST : Avec tout le respect que j’ai pour Guy Aubert, je ne pense pas qu’il s’agissait d’une bonne idée, car j’ai toujours refusé de considérer qu’un département ou une direction était important dès lors qu’il disposait d’un gros budget. Il y a des structures de financement et des structures de réflexion. La DRI appartenait à la deuxième catégorie : elle faisait des propositions et, si elles étaient bonnes, l’argent arrivait.

34Corine Defrance : Durant la période que vous avez traitée, le CNRS était-il l’organisme moteur en Europe pour proposer de telles initiatives ?

35JFST : Il y a eu des initiatives prises par d’autres, mais le CNRS est un organisme de taille européenne qui couvre la totalité des disciplines scientifiques, ce qui n’est pas le cas de tous. L’Angleterre, par exemple, a plusieurs Conseils.

  • 10 Détecteur d’ondes gravitationnelles Virgo.

36Gérard Kuhn : Pour les EUROHORCs, Philippe Lazar et François Kourilsky jouaient le rôle de moteurs, avec le CNRS et l’INSERM. Toutefois, les autres organismes ont également dû s’engager pour contrebalancer le poids de leurs homologues étrangers – en Angleterre, il y a ainsi six Conseils de la recherche, ce qui fait que le CNRS aurait été mis en minorité s’il était resté le seul établissement français. Par ailleurs, il n’y avait à l’origine que cinq pays impliqués : l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, l’Italie et la France. Or, aujourd’hui, les EUROHORCs comptent une vingtaine de membres, dont la Suisse qui en assume actuellement la présidence. Un autre thème était à l’ordre du jour des réunions : les grands instruments. J’ai réalisé quelques missions avec François Kourilsky pour régler cette affaire, notamment pour VIRGO10, qui était encore en gestation, ainsi que pour SOLEIL. Chaque pays exigeait le maximum et l’Europe avait le souci de répartir les différentes installations qu’elle pouvait financer dans les différents domaines. La DRI faisait donc partie de ces négociations. Quant aux universités, elles ont obtenu un représentant au sein du CLORA peu avant mon départ, ce qui à mon sens était très important.

37JFST : Le CNRS avait et a toujours un réseau de bureaux à l’étranger et, dans certains endroits, tous les universitaires qui rencontrent un problème se rabattent sur ces bureaux. Nous avons d’ailleurs créé un bureau du CNRS à Moscou avec le soutien du président de l’Académie des sciences, Goury Ivanovitch Martchouk, qui était très pro-français. C’est Jacques-Louis Lions, l’ancien conseiller scientifique de Charles de Gaulle, qui m’a expliqué pourquoi. Lors de la visite du Général de Gaulle à Moscou, Lions lui a demandé à rencontrer Martchouk, qui écrivait alors des équations de toute beauté. De Gaulle a accepté, la rencontre entre les deux hommes a été longue, Martchouk s’est fait repérer et il est devenu président de l’Académie des sciences. Tous les trois mois, il venait nous rendre visite à Paris. Nous ne savions presque plus que faire de lui ! Il s’est rendu compte qu’il avait besoin d’une structure pour l’aider à se rendre à Paris, et il m’a fait un jour cette proposition : chacun va donner à l’autre un appartement pour créer un bureau. Je lui ai dit oui, mais je n’ai pas dormi durant trois jours car je me demandais où j’allais bien pouvoir lui trouver un appartement. Il nous a donné un appartement à Moscou, où nous avons installé notre bureau. Heureusement, avec la désagrégation de l’Union soviétique qui a suivi, ils n’ont jamais songé à demander le leur en retour, et nous n’avons jamais eu à le leur donner. Nous avons ainsi gagné un appartement gratuit, ou presque : la seule charge était de graisser la patte d’une mafia locale pour pouvoir l’utiliser tranquillement. Certes, c’était un peu délicat à faire avaler au contrôle financier.

38GK : Pour revenir à la question de Corine Defrance, j’ai fait trois postes d’ambassades et la France est aujourd’hui encore le pays qui dispose du réseau de représentants scientifiques le plus important dans le monde. Lors de ma première mission, au Brésil il y a 45 ans, mon patron de laboratoire m’avait dit de rencontrer l’attaché de l’ambassade, et cela m’a servi.

39JFST : Là encore, la situation a évolué. Il faut bien voir que la diplomatie n’a pratiquement pas bougé depuis je ne sais combien de siècles. Personnellement, je pense que la France et les autres pays européens ne devraient plus avoir d’ambassades dans les autres pays d’Europe. Cela n’a aucun sens ! Il devrait y avoir des consulats communs dans les pays hors-UE, pour délivrer des visas valables pour l’UE. J’ai quitté le CNRS pour prendre le poste de conseiller scientifique à Tokyo, je connaissais bien le Japon dans lequel j’avais mon propre réseau, mais j’ai fonctionné avec le réseau du CNRS, sans lequel je n’aurai pas fait grand-chose. Je voudrais d’ailleurs revenir sur le CNRS : je ne sais pas quel est le chiffre actuel du nombre de chercheurs étrangers qui travaillent au sein de l’établissement, mais il y en avait 2 500 à mon époque.

40F Grassia : C’est de l’ordre de 15 à 20% du total des chercheurs.

41JFST : Oui, il y a très peu d’organismes qui ont ce potentiel à développer des actions internationales. Après la chute du mur, quand nous allions dans un nouveau pays partenaire en Europe, je posais des questions sur les chercheurs de ces pays et nous emmenions avec nous des chercheurs ou des directeurs de laboratoires. Nous formions ainsi déjà un peu une famille. Les États-Unis sont un peu à part : nous n’avons jamais eu de politique avec les Américains durant toute la durée de ma direction. C’était impossible, les chercheurs n’avaient pas du tout envie d’en avoir et nous n’avons jamais été capables d’en mettre une en place.

42Edmond-Arthur Lisle : Sur les échanges avec les chercheurs étrangers, la question qui se posait à l’époque était la difficulté de leur accueil en France. Je me souviens que Guy Ourisson s’était démené pour le faciliter. Il s’est inspiré des structures des fondations allemandes, comme la fondation Von Humboldt, pour créer ce qui est devenu la Fondation Kastler, un guichet unique pour l’accueil des chercheurs étrangers. Cela a très bien marché et l’accueil fonctionne beaucoup plus facilement aujourd’hui. C’est une fonction essentielle dans le cadre de l’Europe de la recherche : pour favoriser la mobilité des chercheurs, l’accueil est essentiel pour les séjours d’assez longue durée. Je voudrais revenir sur l’un des buts de ces fondations, qui est de maintenir le contact avec les chercheurs après leur retour. Je vais prêcher pour ma paroisse en parlant de l’association des anciens et amis du CNRS, créée à cette époque par François Kourilsky pour maintenir des liens entre les anciens du CNRS en France, mais aussi à l’étranger. Il s’agit d’un aspect fondamental pour renforcer la communauté scientifique européenne, voire internationale, en maintenant des liens avec les chercheurs étrangers accueillis dans nos murs. C’est inestimable pour nous de maintenir le contact avec eux quand ils sont rentrés dans leurs pays car ils y occupent souvent des fonctions importantes dans les universités, les laboratoires, voire les gouvernements.

43JFST : Je voudrais évoquer un échec. À mon époque, il y a eu une restructuration du Comité national. Avec François Kourilsky, nous en avions discuté et nous pensions qu’il fallait des étrangers, au moins des Européens au sein du Comité national. Il disposait de quelques possibilités de nominations et il m’avait demandé de réfléchir aux candidats possibles. Nous avions vu un certain nombre de candidats parfaitement à l’aise. Mais François Kourilsky m’a dit un jour qu’il ne parviendrait pas à les nommer car il subissait trop de pression. Au final, quelques étrangers ont été élus, mais nous aurions quand même pu augmenter leur nombre. Je ne sais pas si cela a été réussi depuis.

  • 11 SPI : Sciences pour l’ingénieur.

44Jacques Bordé : Je voudrais revenir sur un autre aspect de l’action que nous avons menée à cette époque, au travers de notre participation à l’Institut Isaac Newton. Il s’agissait simplement d’une volonté d’entrer dans un organisme, une structure créée par les Britanniques qui étaient d’accord pour gérer de l’argent d’organismes étrangers. J’ai eu le plus grand mal à convaincre le CNRS à participer à ce projet. Jean-Claude Charpentier, qui dirigeait alors les SPI11, m’avait expliqué que s’il donnait de l’argent à une structure étrangère, il risquait une révolution dans ses laboratoires. Je suis parvenu à faire entrer le CNRS dans cet Institut, je pense que c’est une bonne chose, mais je pense que l’étape suivante consiste désormais à créer un laboratoire sur un territoire étranger : si on reconnait une certaine compétence des chercheurs des universités allemandes, pourquoi ne pas créer un laboratoire associé au CNRS dans une université allemande ?

45JFST : Je voudrais vous raconter une histoire. Dans les années 1980, au quai Anatole France, le dernier étage était l’étage noble et, quand j’y suis arrivé pour la première fois, j’ai remarqué qu’il était relativement blindé. Un directeur général avait en effet annoncé la création d’un laboratoire associé avec une grande entreprise française alors nationalisée. Cela a tellement enragé certains chercheurs que ce directeur a été séquestré, d’où l’installation de ce blindage. Cela a quand même bien évolué depuis car il y a aujourd’hui plusieurs associations avec des industries, même étrangères. Cela reste lent, et il faut en plus avoir une communication efficace.

46François Bienenfeld : Pourriez-vous nous faire part de votre expérience sur la coopération avec l’Europe du Nord, vis-à-vis de laquelle nous rencontrons quelques difficultés car les pays très pragmatiques qui la constituent ne cherchent pas nécessairement à structurer leur coopération avec le CNRS ?

47JFST : Je n’ai pas de recette miracle à ce sujet. Je vais donc répondre par une pirouette : souvenez-vous que, dans la politique européenne, les pays du Nord parlaient avec mépris des pays du Club Med, dans lesquels ils nous comptaient. Je me souviens d’un voyage en Suède, juste avant la fusion de Renault avec Volvo. Des amis Suédois m’ont dit que jamais la Suède n’allait accepter une fusion avec une boite « d’en bas ». Je ne vois pas d’autre réponse : ils nous regardent un peu de travers mais, en étant sérieux, on peut y arriver quand même. Et quand ils en ont besoin, ils savent toujours où nous trouver.

Haut de page

Notes

1 EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique.

2 CEE : Communauté économique européenne.

3 CERN : Conseil européen pour la recherche nucléaire.

4 ESO : European Southern Observatory.

5 EMBL : European Molecular Biology Laboratory.

6 ESRF : European Synchrotron Radiation Facility.

7 INSU : Institut national des sciences de l’Univers.

8 GDRI : Groupement de recherche international.

9 SHS : sciences humaines et sociales.

10 Détecteur d’ondes gravitationnelles Virgo.

11 SPI : Sciences pour l’ingénieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Stuyck-Taillandier, « La politique européenne du CNRS de 1988 à 1994 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 26-35.

Référence électronique

Jean-François Stuyck-Taillandier, « La politique européenne du CNRS de 1988 à 1994 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 29 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/197 ; DOI : 10.4000/hrc.197

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org