Navigation – Plan du site
Analyses d’ouvrages

Jean-Paul Callède, La sociologie française et la pratique sportive, 1875-2005

Odile Le Faou
p. 95
Référence(s) :

Jean-Paul Callède, La sociologie française et la pratique sportive (1875-2005). Essai sur le sport. Forme et raison de l’échange sportif dans les sociétés modernes, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007, 610 p.
ISBN 978-2-85892-345-8

Texte intégral

1La majeure partie des objectifs de Jean-Paul Callède est résumée dans la phrase introductive de ce volume conséquent : réunir les textes majeurs éclairant l’histoire de la sociologie française du sport, depuis les origines. Plutôt que de retracer l’évolution de cette discipline, l’auteur entend plutôt la recomposer. Il nous montre en effet que l’histoire de ce domaine de recherche est méconnue, voire, pour reprendre ses termes qu’on en a souvent « une vue tardive, falsificatrice et rétro-projetée dans le passé ».

2Jean-Paul Callède souhaite nous faire découvrir l’importance de certains textes, dans l’élaboration des modélisations sociologiques du sport depuis les années 1960, notamment ceux rédigés par les sociologues « classiques » français. Il s’attache à démontrer que ces auteurs majeurs se sont penchés à un moment de leur carrière sur l’étude de la pratique du sport. Rarement les spécialistes de l’historiographie de la sociologie et de l’ethnologie du sport s’intéressent à la période antérieure au fameux article de Marcel Mauss de 1936 sur « Les techniques du sport ». D’où l’ampleur et la difficulté de la tâche pour retrouver les documents rares, méconnus ou même oubliés et ne pas dénaturer les oeuvres citées tout en en extrayant les passages éclairant le sport, les jeux d’exercice et l’activité associative.

  • 1 Jean-Paul Callède, Les politiques sportives en France. Eléments de sociologie historiques, Paris, E (...)

3Jean-Paul Callède se limite ici volontairement à l’étude du sport en association, apportant ainsi une contribution supplémentaire à son ouvrage antérieur sur les politiques sportives1. Sa méthode d’analyse est originale. Partant de la théorie du don de Marcel Mauss, dont est inspiré le titre de l’ouvrage, il l’articule à la notion de « groupes particuliers » ou « secondaires », développée par Émile Durkheim, notamment dans son cours sur l’Éducation morale et ses Leçons de Sociologie. L’association – et par extension l’association sportive – constitue un espace de médiation indispensable entre l’individu et la société, au sein duquel l’échange se fait obligatoire.

4La constitution d’un vaste corpus d’étude a pour conséquence directe l’élargissement de la période étudiée. Les bornes chronologiques de cet « Essai sur le sport » s’étendent sur près de cent cinquante ans. Jean-Paul Callède fixe comme point de départ de son analyse l’année 1875 qui voit paraître la traduction française du second tome des Principes de Psychologie d’Herbert Spencer. Son chapitre IX, intitulé « Sentiments esthétiques », traite des analyses sur le jeu. A posteriori, les traductions de Spencer influenceront considérablement les premiers écrits sociologiques des universitaires français en matière de pratique sportive. L’auteur poursuit son étude jusqu’à la tenue du Troisième congrès international de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française, à l’Université de Nantes en octobre 2005. En somme, il couvre l’histoire de la sociologie du sport depuis ses premières inspirations jusqu’à son affirmation en tant que discipline universitaire installée et reconnue dans le paysage sociologique français.

5Sa chronologie est rythmée par trois périodes « charnières » : les années 1890, 1960 et 1990. Elles sont fondamentales à la fois pour l’établissement de la sociologie générale française, des sociologie et ethnologie du sport à l’université, mais également en matière de changement social et de démocratisation de la pratique sportive dans le pays. Ces moments dictent la structure de la première partie de l’ouvrage en quatre chapitres chronologiques, l’entre-deux-guerres, comme poursuite du mouvement fondateur de la sociologie française à l’Université, étant traitée dans une partie distincte des années 1890. La seconde partie de l’ouvrage est thématique et divisée en quatre chapitres venant détailler la chronologie globale déjà présentée tout en offrant un niveau d’analyse supplémentaire. C’est particulièrement le cas des deux sous-parties consacrées à l’apport respectif des écrits de Norbert Elias (traduits par l’historien Roger Chartier) et de Pierre Bourdieu à la sociologie de la pratique sportive. Les deux derniers chapitres ouvrent à la discussion dans le cadre d’une sociologie plus générale et proposent des perspectives nouvelles pour la discipline au travers de l’étude du sport.

6Cet ouvrage conséquent, dont la volonté d’exhaustivité dicte une structure atypique et assumée, prend le risque de se voir attribuer le qualificatif de « somme » (p. 15 et 16). Nous choisissons ici de la considérer comme un atout majeur de l’ouvrage. Jean-Paul Callède a le désir manifeste de faire de son travail de recherche un manuel à l’usage de ceux qui souhaiteraient étudier en profondeur l’histoire de la sociologie française, sous l’angle de la pratique sportive en association. Il y parvient sans nul doute.

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul Callède, Les politiques sportives en France. Eléments de sociologie historiques, Paris, Economica, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Le Faou, « Jean-Paul Callède, La sociologie française et la pratique sportive, 1875-2005 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°1 | 2012, 95.

Référence électronique

Odile Le Faou, « Jean-Paul Callède, La sociologie française et la pratique sportive, 1875-2005 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°1 | 2012, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/257

Haut de page

Auteur

Odile Le Faou

Chargée de projet au Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org