Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il est toujours important, pour l’histoire comme pour la prospective, de porter un regard attentif sur les politiques de recherche scientifique menées sur une assez longue période. C’est la raison pour laquelle il nous est apparu tout à fait pertinent de bâtir un dossier relatif à la recherche au ministère ou au secrétariat d’État chargé de la Culture de 1959 à 2000. Dans une première approche, le ministère chargé de la Culture et la culture elle-même ne semblent pas devoir être des acteurs privilégiés du développement de la recherche. Penser cela, c’est se méprendre sur la politique de recherche menée dans ce domaine pendant une quarantaine d’années. Il va de soi que cette politique s’est transformée au cours des décennies. L’ambition initiale de la politique culturelle visait, au premier chef, à rendre accessible des œuvres au plus grand nombre tout en favorisant la création dans les divers domaines artistiques. On se souvient des maisons de la culture et de la véritable politique de démocratisation et d’aménagement du territoire associée au développement des équipements culturels. Cette phase initiale, pour laquelle la recherche ne s’impose pas, en produit toutefois les conditions d’émergence. En effet, la conservation des collections dans les musées conduit à des recherches pluridisciplinaires portant tout autant sur l’étude des composants chimiques des pigments, que sur celle des matériaux ou sur celui du contexte historico-économique de la production artistique. De multiples disciplines, les sciences humaines bien évidemment, mais aussi la physique des matériaux, l’informatique, la chimie, etc. se sont ainsi trouvées associées à la vie du ministère chargé de la culture, sans oublier l’archéologie et la question très importante des fouilles dites préventives.

2C’est dans ce contexte, soutenu par la DGRST (Délégation générale à la recherche scientifique et technique), qu’au milieu des années soixante-dix, une politique de la recherche s’est mise en place avec un réel dynamisme. Elle s’amplifie entre 1980 et 1990 en favorisant le développement d’une collaboration active avec des laboratoires du CNRS. Elle est marquée par la signature d’un premier accord cadre en 1992. Les résultats de ce travail ne se font pas attendre. Ils sont fructueux et de nombreuses UMR sont créées. Cette politique ambitieuse menée par l’État au plus près du terrain, avec les acteurs de la recherche au contact des collections et accompagnant, par exemple, la création musicale (IRCAM – Institut de recherche et de coordination acoustique/musique) a sans aucun doute été une réussite.

3Il n’en est plus exactement de même depuis une décennie. L’ambition initiale, démocratique, de rendre accessible au grand public les œuvres artistiques s’est plus ou moins transformée en valorisation dans le cadre des industries culturelles centrées sur le tourisme. La recherche, qui n’est plus portée par une réelle politique globale mais est réduite à celle des multiples appels d’offre, perd sa cohérence et surtout le sens du travail sur la longue durée. Il ne fait pas de doute que l’exemple de la politique menée par la DGRST mériterait d’être repensé. Les temps ne sont plus les mêmes, mais la recherche ne se fait pas seulement en fonction de la météorologie, qu’elle soit politique ou économique. Il convient, une fois de plus, de ne pas l’oublier.

4Ce dossier constitue le cœur de ce numéro de la Revue qui regroupe également un ensemble riche de varia, tant pour les réflexions historico-philosophiques suggérées par l’article consacré au vitalisme que par celles soulevées par les enjeux de la politique scientifique française et internationale présentes dans trois contributions (CNRS et sociologie, le CEFRES à Prague, le traité de l’Élysée) ou bien, encore, par celles impliquées par la création d’un nouveau détecteur en physique nucléaire (deux articles sont consacrés à Indra).

5Un numéro important qui traverse les sciences humaines, au carrefour de la pluridisciplinarité soutenue par le CNRS. Un numéro qui, non plus, ne manque pas de questionner une nouvelle fois l’évolution des politiques de la recherche.

6Bonne lecture à tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/271

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org