Navigation – Plan du site
Dossier : culture et patrimoine

Introduction

Jean-Pierre Dalbéra

Texte intégral

1L'administration culturelle d'aujourd'hui est, dans notre pays, le résultat d'une longue histoire qui débute sous François 1er et qui connaît nombre de ruptures, inflexions, transformations et conflits.

2La Révolution française est une étape majeure de ce processus car elle ouvre la voie à la démocratisation de la culture et fonde la notion de patrimoine historique. Elle créé les premiers grands musées nationaux dans le but de mettre leurs collections au service de l'éducation et de l'étude mais aussi de collecter et de conserver objets et œuvres. Dès lors, le musée n'est plus un simple espace de présentation, il se spécialise et devient un lieu de science.

3Les idées de conservation font leur chemin durant le XIXe siècle qui voit naître la plupart des musées actuels : musées des beaux-arts, d'archéologie, d'histoire, d'ethnographie, d'histoire naturelle, des industries et des techniques.

4Ce foisonnement est caractéristique d'un siècle marqué également par le début des politiques publiques de protection du patrimoine monumental, de sa restauration et des grands inventaires scientifiques. L'histoire de l'art naît dans ce contexte en privilégiant d'abord l'histoire des chefs-d’œuvre puis en élargissant ses champs d'investigation avec l'extension progressive du patrimoine culturel.

5C'est la création, en 1959, du ministère des Affaires culturelles, confié à André Malraux, qui constitue le premier socle des politiques culturelles publiques.

6De nombreuses institutions et missions de l’État sont alors regroupées sous la même autorité avec l'objectif de rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres capitales de l'humanité. La création des maisons de la culture et les mesures prises en faveur du patrimoine historique constituent les illustrations les plus connues de cette volonté de démocratisation.

7L'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 marque un tournant décisif dans la politique culturelle publique. La culture, comme la recherche, deviennent deux priorités de l'action gouvernementale. Comme le déclarent les dirigeants de l'époque, la créativité, le dialogue des cultures, l'appropriation des nouvelles technologies, la formation artistique à l'école, le rayonnement de la culture française dans le monde sont soutenus par l’État pour préparer la société française à faire face à un contexte social et économique en pleine mutation.

8Les équipements culturels, fruits de ce souci de démocratisation et de la politique de décentralisation qui l'accompagne, couvrent progressivement le territoire et les plus importants d'entre eux deviennent des établissements publics associant de manière pérenne l’État et les collectivités territoriales concernées.

9Les « grands travaux » remodèlent le paysage urbain de la capitale et de certaines grandes métropoles régionales, pour en favoriser l'attractivité culturelle et contribuer à la modernisation des centres historiques.

10Dès le milieu des années quatre-vingt et tout au long de la décennie suivante, les industries culturelles connaissent de profondes transformations avec le développement et l'extension, dans tous les domaines, des technologies numériques. Le 1er juillet 1994, le ministère de la Culture, premier ministère à ouvrir un site web sur internet, prend le virage du numérique et s'engage résolument dans la dématérialisation de ses contenus.

11Ainsi, en plus de cinquante ans, les missions du ministère chargé de la Culture n'ont cessé de se diversifier. Ses partenaires publics et privés se sont multipliés, avec pour conséquence d'accroître de manière significative les moyens destinés aux activités culturelles mais aussi de relativiser le rôle d'impulsion et de validation de l’État, dont les moyens sont aujourd'hui en régression, mettant ainsi à mal la cohérence de la politique culturelle nationale.

12Tout au long de ces années, pour faire face aux transformations sociales et politiques, les capacités d'expertise et de recherche du ministère de la Culture et de ses établissements publics sous tutelle ont dû évoluer et s'adapter aux besoins de l'administration.

13Des services propres à vocation scientifique ont été créés, des personnels spécialisés ont été recrutés, les outils numériques se sont multipliés, des partenariats solides ont été conclus avec la communauté scientifique nationale et internationale.

14En effet, en raison de la complexité des problèmes posés et de l'étendue des connaissances indispensables pour les résoudre, la recherche culturelle est, par nature, transdisciplinaire et doit faire appel à un ensemble de champs scientifiques complémentaires.

15Ce sont avant tout les sciences humaines et sociales qui irriguent l'ensemble de ces activités d'étude et de recherche. Mais aux disciplines de base (archéologie, histoire de l'art, ethnologie, histoire, économie ou sociologie de la culture) sont depuis longtemps associées les sciences exactes (physique des matériaux, informatique, chimie, sciences de l'environnement, microbiologie, sciences de l'information...).

16Ainsi, grâce au soutien du ministère chargé de la Recherche, le ministère de la Culture apporte, depuis les années soixante-dix, une contribution originale et significative à l'effort de recherche sur le patrimoine national et la culture, tout en orientant ses travaux pour répondre prioritairement aux attentes du monde culturel.

17C'est l'histoire de ce secteur de recherche, étroitement lié à l'administration culturelle, qui est abordée dans ce dossier.

18Pour en comprendre la genèse, les articles privilégient les quarante premières années d'existence de la recherche au ministère de la Culture.

19Ils ont été rédigés par des scientifiques qui ont eu des responsabilités dans les services centraux pendant cette période et qui ont vécu de l'intérieur les transformations qui s'y sont produites. Qu'ils soient ici remerciés pour ce travail de mémoire.

20Le premier article et ses annexes présentent :

  • les différentes stratégies de la politique de recherche qui a été menée et les moyens humains et financiers dont elle a disposé ;

  • les relations avec les autres administrations centrales et, notamment, avec le ministère chargé de la Recherche ;

  • les différents modes d'organisation, de concertation et de coordination retenus ;

  • le partenariat structurant avec le CNRS et les grandes thématiques des programmes scientifiques et technologiques ;

  • les débuts de la numérisation de masse du patrimoine culturel, des fonds et des collections mais aussi ceux des recherches pour moderniser la documentation scientifique et en permettre l'accès au plus grand nombre.

21Les autres articles permettent d'approfondir trois domaines majeurs :

  • La politique de recherche archéologique nationale, depuis la création du premier bureau des fouilles et antiquités ; celle des services archéologiques en région puis des centres nationaux de recherche, jusqu'à celle de l'Institut national de recherche archéologique préventive (INRAP) en passant par les organismes d'évaluation et de contrôle ; les programmes et équipes de recherche ; les personnels scientifiques de l'archéologie et, enfin, les opérations de diffusion et de valorisation.

  • L'évolution du Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) et le développement en son sein des méthodes d'examen et d'analyse scientifique, une stratégie qui lui a permis d'acquérir la renommée internationale qui est aujourd'hui la sienne.

  • La politique internationale, en avance sur son temps, de recherche en informatique menée dans ce laboratoire en vue d'améliorer les systèmes d'information scientifique des musées et d’adapter les outils numériques aux exigences d'une recherche de haut niveau sur les collections.

22Distincte de la recherche académique mais en lien permanent avec elle, la recherche culturelle est une des originalités de l'organisation scientifique française. Grâce à une administration légère, à l'écoute du terrain et qui travaille en réseau, elle a su explorer de nouvelles voies de recherche et soutenir les innovations avant que d'autres organisations, bien mieux dotées qu'elle, ne le fassent également. Malgré les bouleversements qu'a connus l'administration centrale, elle est parvenue à se maintenir, grâce au soutien constant du ministère de la Recherche, même si ses moyens ont nettement régressé au cours de la dernière décennie. À la lecture de ce dossier et des références bibliographiques fournies, chacun jugera de l'intérêt d'un tel dispositif d'incitation et d'évaluation de la recherche dans le contexte actuel de réorganisation de la communauté scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Dalbéra, « Introduction  », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/277 ; DOI : 10.4000/hrc.277

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dalbéra

Chef de la Mission de la recherche au ministère chargé de la Culture de 1990 à 2004

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org