Navigation – Plan du site
Dossier : culture et patrimoine

La recherche au ministère chargé de la Culture (1959-2000)

Research at the Culture Ministry
Jean-Pierre Dalbéra
p. 108-121

Résumés

À partir de 1962, le IVe plan, puis ceux qui l’ont suivi, ont permis aux sciences de trouver leur place au sein du ministère des Affaires culturelles. Mais la véritable impulsion a été donnée par la Délégation générale à la recherche scientifique et technique, dès 1975. Des instances de pilotage et de coordination ont alors été mises en place. La progression des crédits et des emplois qui a suivi a conduit ce ministère à occuper, au début des années quatre-vingt-dix, la troisième place des grands acteurs publics en matière de recherche sur le patrimoine, la création artistique, les pratiques culturelles et l’économie de la culture.

Haut de page

Texte intégral

Les années fondatrices (1959-1975)

  • 1 Ministère des Affaires culturelles (janvier 1959 - février 1974) ; ministère des Affaires culturell (...)

1Le premier ministère des Affaires culturelles1 est créé en 1959 par le Général de Gaulle. Confié à André Malraux, alors nommé ministre d’État, chargé des affaires culturelles, cette nouvelle administration centrale se voit attribuer des structures qui dépendaient auparavant du ministère de l’Éducation nationale (Direction générale des arts et lettres, Direction des archives de France, Direction de l’architecture), du ministère de l’Industrie et du commerce (Centre national de la cinématographie) et du haut-commissariat à la jeunesse et aux sports (services chargés des activités culturelles). Des institutions et des missions, pour certaines très anciennes, sont alors regroupées dans un seul département ministériel.

2Selon le décret fondateur du 24 juillet 1959, les missions du ministère des Affaires culturelles sont « de rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre de français ; d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel, et de favoriser la création des œuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent. »

3Elles ne seront précisées et élargies qu’en 1982, sous l’impulsion du ministre Jack Lang, en vue également de favoriser l’éducation artistique, de développer les pratiques amateur et de contribuer au rayonnement de la culture française dans le monde.

4Durant la première décennie d’existence du nouveau ministère, la nécessité de produire des connaissances objectives sur l’art, le patrimoine ou les pratiques culturelles n’est pas une priorité du ministre pour mettre en œuvre sa politique.

  • 2 Moulinier Pierre, Les politiques publiques de la culture en France, Presses universitaires de Franc (...)
  • 3 Holleaux André, André Malraux, ministre, dans André Malraux, Unité de l’œuvre. Unité de l’homme, Ac (...)

5Comme le souligne Pierre Moulinier2, André Malraux veut avant tout faire aimer les œuvres d’art, il n’estime pas que le rôle de son ministère soit de divulguer des connaissances. À son tour, André Holleaux, directeur de cabinet d’avril 1962 à avril 1965, rapporte qu’André Malraux « faisait une séparation très nette entre l’université qui doit apprendre à la jeunesse ce qu’on doit savoir, … alors que la culture est une question de transcendance par les émotions »3

6Malgré ce peu d’intérêt pour la recherche, les besoins d’expertises, de statistiques ou d’études, vont s’imposer au ministère des Affaires culturelles. Menés en partenariat avec le monde scientifique ou directement par les services et établissements publics sous tutelle, des programmes de recherche vont progressivement se développer.

7Grâce au soutien de structures extérieures, comme le Commissariat général au plan dans les années 1960 et la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) dans les années 1970, on va assister à la création de services, à vocation scientifique ou partiellement scientifique, au gré de l’évolution des politiques gouvernementales.

8Ainsi, en 1961, dans le cadre des réflexions de la Commission de l’équipement culturel et du patrimoine artistique du IVe plan, le Commissariat général au plan incite le ministère des Affaires culturelles à créer en son sein un Service d’études et de recherche (SER) chargé, dans un premier temps, de piloter des enquêtes pour mieux connaître les publics et les professionnels de la culture, d’analyser les financements publics et privés et d’élaborer des statistiques culturelles fiables. Ce service sera officiellement créé en 1963 et confié à Augustin Girard, rapporteur du groupe de travail « action culturelle » du IVe plan (1962-1965)

9En 1964, le Bureau des fouilles et antiquités est séparé de la Direction de l’architecture pour être rattaché au ministre et un Conseil supérieur de la recherche archéologique est institué. La Direction des recherches archéologiques sous-marines (DRASM) voit le jour en 1966.

10En cette même année 1964, est également créée la Commission nationale chargée de l’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. C’est le groupe de travail « monuments historiques » de la Commission de l’équipement culturel et du patrimoine artistique du IVe plan qui en retient le principe, à l’instigation de l’historien d’art André Chastel. La loi n° 62-900 du 4 août 1962, portant approbation du IVe plan de développement économique et social, entérine le projet.

Le service d’étude et de recherche sur la culture

Né dans le cadre des réflexions du IVe plan, le Service d’études et de recherche (SER) du ministère des Affaires culturelles est créé en 1963. Il est d’abord chargé de mener des enquêtes pour approfondir la connaissance des publics et des professionnels de la culture, comparer les financements publics et privés et élaborer des statistiques culturelles fiables.

Au cours des années soixante, le SER ouvre plusieurs importants chantiers d’étude en faisant en partie appel à la communauté scientifique (Pierre Bourdieu, Joffre Dumazedier, Michel Crozier, Paul-Henri Chombart de Lauwe, etc.) pour préparer le Ve plan. La première enquête sur les pratiques culturelles des français est publiée en 1973.

Au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, ce service bénéficie de moyens nouveaux notamment grâce aux crédits de recherche. Il lance alors de nombreux programmes d’étude et publie de multiples ouvrages et enquêtes de référence traitant de sociologie et d’économie de la culture.

À la fin des années quatre-vingt, il créé à Grenoble l’Observatoire des politiques culturelles afin d’assurer, en collaboration avec lui, le suivi et l’analyse des politiques culturelles territoriales et d’accompagner la décentralisation.

Fort de sa méthodologie aboutie il devient, dans les années quatre-vingt-dix, un pôle reconnu internationalement en matière d’études et de statistiques culturelles4

Le SER est devenu aujourd’hui le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS).

Le tournant des années 1975

11Si la période comprise entre 1958 et 1968 est particulièrement favorable à la recherche nationale avec une augmentation des crédits globaux, de près de 15 % en moyenne par an, cette progression n’est plus que de 2 %, durant les années 1968-1973, en dépit d’une bonne conjoncture économique.

12À l’issue du changement politique survenu en 1974, le gouvernement décide de relancer l’effort de recherche.

13L’emploi scientifique figure au nombre des priorités avec le souci d’assurer une croissance régulière des créations d’emplois budgétaires (3 % par an), de mettre en place un système d’allocations de recherche et d’intégrer, dans les cadres statutaires des grands organismes (ceux du CNRS en particulier), les personnels « hors statut » payés sur les crédits de recherche.

14Les décisions gouvernementales, prises en faveur de la recherche, au cours de l’année 1975, permettent au secrétariat d’État à la culture de bénéficier de ces mesures dès 1976 et d’accroître significativement ses moyens disponibles, notamment en matière d’emplois.

15Ces moyens nouveaux proviennent de l’enveloppe-recherche, un instrument interministériel de régulation, piloté par la DGRST et destiné à maintenir une cohérence dans l’effort de recherche publique de l’État.

16Chaque année, la DGRST reçoit les rapports de conjoncture scientifique et technique des différents départements ministériels qui bénéficient de crédits de recherche ; elle instruit alors les programmes qu’ils veulent mener l’année suivante et étudie les demandes budgétaires correspondantes. En contrepartie de l’octroi de ces moyens, la DGRST demande à chaque ministère de mettre en place des structures de pilotage et de coordination et de disposer, en son sein, d’un interlocuteur privilégié.

L’inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France

À l’époque de sa création, en 1964, l’inventaire général est présenté comme la plus vaste entreprise d’information fondamentale jamais réalisée dans le domaine artistique français. Son objectif est de constituer une documentation complète sur la totalité des œuvres de l’architecture et de l’art de la France en retenant une approche topographique.

Afin de ne pas renouveler les errements des inventaires du XIXe siècle qui les ont empêchés d’aboutir, une organisation pyramidale est instituée dès le début. Elle vise à garantir une cohérence nationale et à appliquer des méthodes scientifiques rigoureuses d’analyse dans tous les domaines : architecture, sculpture, peinture, vitrail, meubles, objets, textiles, instruments de musique, iconographie, etc.

Les travaux sont pilotés par des commissions régionales sous l’égide de la Commission nationale. Ils sont réalisés par des permanents avec l’objectif de disposer, à dix ans et dans chaque région, d’une équipe d’administratifs, de techniciens (photographes, documentalistes) et de chercheurs. Toutefois, ce but ne sera atteint qu’en 2001.

Les deux premières régions à être étudiées sont l’Alsace et la Bretagne.

Le premier volume de la collection « Inventaires topographiques », consacré au canton de Carhaix-Plouguer dans le Finistère, paraît en 1969 ; celui de la collection « Principes d’analyse scientifique », consacré à la tapisserie, paraît en 1971.

Confrontées aux politiques territoriales, aux transformations de la société et à l’insuffisance de leurs moyens récurrents, les équipes de l’inventaire général ont dû, au fil des années, faire évoluer leurs méthodologies. Des pré-inventaires normalisés, plus rapides à réaliser, des études thématiques (en partenariat avec le CNRS comme pour le patrimoine industriel, le patrimoine balnéaire ou les vitraux - corpus vitrearum -) et des recensements préalables sur certains territoires sont menés en parallèle à l’inventaire fondamental qui devait initialement porter sur chaque canton.

Ces inflexions majeures ne remettent jamais en cause la cohérence scientifique des travaux d’inventaire, celle des nombreuses publications éditées et des bases de données nationales. Elles témoignent néanmoins des difficultés rencontrées sur le terrain par les services régionaux pour remplir leurs missions encyclopédiques dans des délais raisonnables.

Un changement majeur se produit en 2004. À cette date, les pouvoirs publics décident de transférer la compétence de l’inventaire aux conseils régionaux dans le but de le rapprocher des besoins territoriaux. L’État, pour sa part, garde la responsabilité du contrôle scientifique et technique, de l’établissement des normes et de la gestion d’un système d’information national.

La mise en place d’une politique de recherche

17Pour jouer son rôle dans cette organisation interministérielle, le secrétariat d’État à la culture se dote, en 1976, d’un Conseil de la recherche qui a pour mission de donner un avis sur toutes les questions de recherche qui concernent ses services et les organismes publics qui lui sont rattachés. Ce premier conseil, présidé par le secrétaire d’État, est composé des directeurs et chefs de service de l’administration centrale ainsi que des directeurs des organismes placés sous tutelle.

18Un rapporteur général du Conseil est désigné par arrêté conjoint du ministre de l’Industrie et de la recherche et du secrétariat d’État à la culture. Jack Ligot, un ancien de la DGRST, occupe cette fonction de 1976 à 1982.

19Le rapporteur général anime une structure légère de coordination, qui deviendra, quelques années plus tard, la Mission de la recherche et qui est rattachée au directeur de l’administration générale du secrétariat d’État à la culture. Il prépare les travaux du conseil et assure la liaison avec la DGRST.

La stabilisation des emplois scientifiques

20Les premiers crédits de l’enveloppe recherche apparaissent au budget du secrétariat d’État à la culture en 1975. D’un montant encore modeste (7 millions de Francs dont 4,5 millions d’autorisations de programmes ou AP), ils permettent de financer 24 emplois dont 3 créations de postes.

21L’année suivante, ces crédits atteignent 31,2 millions (dont 16,9 millions d’AP) et financent 166 emplois budgétaires de recherche qui permettent d’intégrer 107 contractuels, 17 vacataires et de créer 18 postes supplémentaires.

  • 5 Décret n° 76-840 du 25 août 1976 portant statut particulier du corps des conservateurs de l'inventa (...)

22Grâce à ces crédits, les « chercheurs » contractuels de l’inventaire et des fouilles archéologiques sont intégrés dès 1976 et obtiennent leur titularisation dans un corps spécifique de conservateurs5.

  • 6 Décret n°78-210 du 28 février 1978 relatif au statut des personnels contractuels techniques et admi (...)

23En 1978, alors que les effectifs de recherche s’élèvent à 202 emplois, est créé, au ministère chargé de la culture, un statut de « personnels contractuels » sur le modèle de celui des personnels ITA (ingénieurs, techniciens, administratifs) du CNRS6. Cette mesure permet de régler des problèmes de personnels hors statut ou vacataires mais bon nombre d’ingénieurs ont, en réalité, des activités de recherche (dans les laboratoires par exemple) ou font office de conservateurs (dans les services de l’archéologie ou de l’inventaire). Ils vont alors se trouver enfermés, pour des années, dans un statut de contractuel à durée indéterminée, mal adapté à leurs véritables fonctions.

Le découpage des premiers programmes de recherche

24Lors de la première réunion du Conseil en 1976, trois secteurs de programmation scientifique sont identifiés. Ils concernent des recherches qui portent respectivement sur : la conservation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine ; la formation culturelle ; les modes d’accès à la culture.

25Plusieurs domaines de compétence du secrétariat d’État à la culture sont concernés par la recherche scientifique. Parmi ceux-ci, trois sont dominants :

  • les fouilles archéologiques de sauvetage et les grandes fouilles programmées sur le territoire national ;

  • les travaux méthodologiques de l’Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France ;

  • les recherches menées dans les laboratoires, notamment le Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) et le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

26D’autres programmes reçoivent un soutien sur les nouveaux crédits. Ils portent sur divers sujets tels que :

  • les aspects socio-économiques des politiques culturelles ;

  • l’enseignement supérieur en architecture et en arts plastiques ;

  • l’ethnologie française ;

  • le patrimoine cinématographique ;

  • la création musicale contemporaine au sein du nouvel institut de recherche et de coordination acoustique/musique (IRCAM) du centre Georges Pompidou ;

  • des pôles régionaux de musique expérimentale alors en plein développement.

27Quelques années plus tard, le secteur de la recherche musicale, organisé en associations, bénéficiera même d’emplois d’ingénieurs pour mettre au point, en collaboration avec des compositeurs, de nouveaux dispositifs de création sonore.

28Dès 1976, plusieurs publications scientifiques sous forme d’ouvrages et de revues sont soutenues sur les crédits de recherche. Ceux-ci financent également l’élaboration d’instruments de recherche sur les fonds d’archives et celle de bases de données sur les collections et les monuments qui font appel aux outils informatiques.

29Introduite au ministère des Affaires culturelles au début des années soixante-dix pour moderniser les circuits de gestion, l’informatique voit, dès 1975, s’élargir son champ d’applications à la documentation scientifique, comme le préconisent les travaux préparatoires du VIIIe plan.

30Les moyens informatiques du ministère sont mis au service de la connaissance du patrimoine national :

  • des collections des musées (la base Joconde sur les peintures des musées est créée en 1975) ;

  • de la carte archéologique de la France (la base Sigal date de 1978, elle deviendra ensuite la base Dracar) ;

  • des fonds d’archives (la base Léonore sur les titulaires de la Légion d’honneur est ouverte en 1975, la base Arcade sur les acquisitions d’œuvres d’art par l’État en 1978) ;

  • de la documentation de l’inventaire général (la base Mérimée sur le patrimoine monumental est créée en 1978).

  • 1

31À cette époque, le Bureau central de l’informatique, dirigé par Michel Aubert, joue un rôle moteur dans cette politique d’informatisation accélérée, son service bénéficiera même, dans les années qui vont suivre, d’emplois d’ingénieurs et de techniciens de7recherche pour élaborer les notices documentaires destinées aux bases de données, que la plupart des conservateurs ne veulent pas rédiger.

  • 8 La vie mystérieuse des chefs-d’œuvre. La science au service de l’art. Éditions de la réunion des mu (...)

32Ce volontarisme visionnaire conduit le bureau de l’informatique du ministère à participer activement à la grande exposition « La vie mystérieuse des chefs-d’œuvre, la science au service de l’art »8. Cette manifestation, organisée au Grand Palais en 1980 dans le cadre de l’année du patrimoine, présente les grandes avancées permises par les méthodes scientifiques pour mieux connaître, conserver et mettre en valeur le patrimoine. Les visiteurs peuvent aussi y consulter les bases de données naissantes et, même, voir fonctionner un prototype de vidéodisque Thomson qui présente les collections du musée du Louvre.

33La commissaire générale de cette exposition est Madeleine Hours, cheffe du laboratoire de recherche des musées de France.

  • 9 Hubert Curien est délégué général de la DGRST de 1973 à 1976. Il est président du CNES de 1976 à 19 (...)

34Le catalogue de cette manifestation, impulsée par la DGRST, est préfacé par Hubert Curien9 qui est à l’origine du soutien apporté à la recherche culturelle.

35Cette opération emblématique marque le début de deux décennies au cours desquelles les moyens de la recherche vont croître pendant les dix premières années, puis se stabiliser ensuite. Le potentiel scientifique et technique interne ainsi créé jouera un rôle majeur dans la présence pionnière sur Internet, dès 1992, du ministère chargé de la culture.

Les années de maturité (1980-2000)

L’élan de la loi d’orientation et de programmation de 1982

36La première moitié des années 1980 est marquée par une rapide progression des moyens de recherche du ministère, notamment de ses effectifs : de 298 emplois en 1980, on passe à 675 en 1986. Les activités scientifiques profitent du double élan gouvernemental en faveur de la culture et de la recherche, dont la dynamique est relancée par la loi d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique (LOP) de 1982.

37Le Budget civil de recherche et développement (BCRD), qui regroupe désormais l’ensemble des crédits, favorise le pilotage et la coordination par le ministère chargé de la recherche, des programmes menés par les différents établissements publics et départements ministériels.

38À l’issue des assises de la recherche de 1981 auxquelles contribuent les acteurs de la recherche culturelle, le ministère de la culture engage une profonde réforme de ses conseils scientifiques.

39Ainsi, en 1984, le Conseil de la recherche, placé auprès du ministre, est réorganisé pour permettre une large concertation.

40Désormais, aux côtés de membres élus par l’ensemble des personnels scientifiques et techniques du ministère, siègent des membres de droit dont deux représentants des ministères chargés de la recherche et de l’enseignement supérieur et un représentant du CNRS. Par ailleurs, le ministre choisit des personnalités extérieures pour leurs compétences et désigne, parmi elles, un vice-président. Le premier à occuper ces fonctions est l’historien Jean-Pierre Rioux.

  • 10 Le terme « nouvelles techniques » recouvre à cette époque l'ensemble des outils techniques utilisés (...)

41Un comité scientifique permanent et trois commissions sont constitués sur les thèmes suivants : connaissance du patrimoine ; laboratoires d’analyse et de conservation ; culture, économie et nouvelles techniques10.

42La Mission de la recherche, officiellement créée en 1984, est rattachée au cabinet du ministre, ce qui en traduit la priorité politique. Toutefois, cette décision, censée faciliter la coordination et les arbitrages entre directions du ministère, se révèlera peu adaptée au fonctionnement quotidien du service.

43Le premier numéro de la publication « Culture et recherche » paraît en 1985, son but initial est de rendre compte des activités du conseil11.

  • 12 GIP IMEREC : le groupement d’intérêt public « Institut méditerranéen de recherche et de création » (...)
  • 13 PPSH Rhône-Alpes : le Programme pluriannuel en sciences humaines Rhône-Alpes a été lancé en 1984

44Parmi les programmes interministériels importants qui ont été initiés durant les années quatre-vingt, on peut citer le GIP IMEREC12, le PPSH Rhône-Alpes13 ou encore le programme franco-allemand de recherche sur les monuments historiques (1989) impulsé initialement par le département des affaires internationales du ministère de la recherche.

45Deux priorités s’affirment alors. La première en faveur du développement des recherches appliquées à la création artistique contemporaine (musique électronique, image de synthèse, art vidéo, etc.) la seconde pour l’expérimentation de banques d’images sur vidéodisques couplées à des bases de données sur le patrimoine, dans le but de moderniser les outils de la connaissance scientifique.

46À l’aube des années 1990, le ministère chargé de la culture occupe la troisième place en France en matière de sciences humaines et sociales après le CNRS et les universités.

La titularisation des personnels ITA

  • 14 Décret n°90-404 du 16 mai 1990 portant statut particulier du corps des conservateurs du patrimoine

47En 1990, la réforme du statut des conservateurs du patrimoine14 et la création de l’École nationale du patrimoine ont pour conséquence le transfert, sur les crédits propres du ministère de la culture, des emplois de conservateurs de l’inventaire et des fouilles archéologiques (179 emplois en 1989) jusqu’ici inscrits au BCRD, budget piloté par le ministère de la recherche.

48Au sein du ministère de la culture, cette réforme unifie et valorise la fonction de conservateur du patrimoine, dont la vocation est désormais interministérielle, tout en favorisant une mobilité entre les différentes spécialités. Mais, si la recherche reste inscrite parmi les missions des conservateurs, elle y figure dorénavant au même niveau que leurs autres tâches, notamment celles d’inspection et de gestion du patrimoine. La cohérence du secteur de recherche du ministère chargé de la culture se trouve affectée par cette mesure qui le prive de ses « chercheurs » de l’archéologie et de l’inventaire.

49À la même époque, avec plusieurs années de retard sur les organismes de recherche et les universités, les dispositions relatives à leur titularisation prévues dans la LOP de 1982 sont enfin appliquées aux personnels de recherche des départements ministériels.

  • 15 Décret n°91-486 du 14 mai 1991 portant statut particulier des corps de fonctionnaires de recherche (...)

50Ainsi, les agents contractuels ITA seront titularisés en 1991 sur quatre corps de fonctionnaires de recherche : ingénieurs de recherche, ingénieurs d’études, assistants ingénieurs, techniciens de recherche15. À cette date, les emplois concernés s’élèvent à 524.

51Entre autres avantages, cette réforme facilite la mobilité des personnels de recherche du ministère, en unifiant leur statut avec celui des personnels titulaires du CNRS ou des universités. Elle ne résout pas pour autant le problème des ingénieurs qui occupent des fonctions de recherche dans les laboratoires ou de conservateurs dans les services de l’archéologie ou de l’inventaire. De fait, nombre d’entre eux seront ensuite détachés puis intégrés sur des emplois de conservateurs du patrimoine. Ceux-ci sont mieux adaptés à la réorganisation administrative du ministère chargé de la culture et offrent des carrières plus attractives.

  • 16 Décret n°91-384 du 18 avril 1991 fixant la liste des services de recherche et établissements public (...)

52La titularisation des personnels de recherche est rendue possible par l’inscription de la Mission de la recherche sur la liste des services et établissements publics « dans lesquels les personnels concourant directement à des missions de recherche ont vocation à être titularisés16 »

53C’est une reconnaissance appréciable pour cette Mission. Face aux directions et établissements sous tutelle du ministère, elle voit ainsi sa légitimité réaffirmée pour coordonner les moyens inscrits au BCRD et devient alors l’interlocutrice officielle du ministère chargé de la recherche.

La recherche architecturale et urbaine

Si, dans la première moitié des années soixante, la recherche architecturale et urbaine n’apparaît pas comme prioritaire pour le ministère des Affaires culturelles, plusieurs rapports font état de son intérêt à partir de 1969. Ainsi, une politique scientifique incitative est lancée en 1972 avec la création du Comité pour la recherche et le développement en architecture (Corda) et du Secrétariat de la recherche architecturale (SRA).

Le premier appel à projet est publié en 1974 par le SRA. Il sera suivi d’un deuxième en 1976 puis d’un troisième en 1978. Or, cette même année, la tutelle de l’architecture et de ses enseignements est transférée au ministère de l’Environnement et du cadre de vie. Ce n’est qu’en 1996 que l’architecture retournera au ministère chargé de la culture où une direction spécifique y est alors créée.

Un conseil consultatif de la recherche architecturale, appuyé sur un bureau de la recherche architecturale est institué en 1998. Il vise à amplifier la politique scientifique institutionnelle mise en place au début des années quatre-vingt.

Un premier programme pluriannuel de recherche est lancé sur la période 1998-2001 et un soutien nouveau est apporté à la publication de revues et d’ouvrages de recherche.

Dans ce cadre, plusieurs unités mixtes de recherche avec le CNRS et les universités et des équipes propres aux écoles bénéficient de crédits et d’emplois de recherche du ministère. Elles constituent alors le noyau dur du secteur institutionnel dont l’existence a permis, en 2007, aux Écoles nationales supérieures d’architecture d’obtenir l’habilitation à délivrer des doctorats.

Réorganisation de la recherche et partenariat avec le CNRS

54Le Conseil ministériel de la recherche, présidé par le ministre, est réorganisé en fonction de ce nouveau contexte. Il est réuni pour la première fois en 1992, puis chaque année jusqu’en 2003, pour discuter des bilans, évaluer les travaux de l’année écoulée et émettre un avis sur la programmation de l’année suivante.

55En 1999, il est doté de deux comités transversaux spécialisés sur les thèmes suivants : « analyse, conservation et restauration des biens culturels », « documentation informatique et multimédia ». Dès lors, il coordonne ces domaines d’activités, dispersés jusque-là entre plusieurs directions et qui ne disposaient pas d’un conseil propre.

56Dans le même temps, le chef de la Mission de la recherche, devenue Mission de la recherche et de la technologie (MRT), participe de droit à l’ensemble des conseils scientifiques sectoriels des directions et établissements sous tutelle. Sa présence permet de maintenir une cohérence dans la programmation des crédits du BCRD en concertation avec l’ensemble des nombreux acteurs scientifiques et administratifs concernés.

57En 1992, le partenariat avec le CNRS fait l’objet d’un premier accord cadre de quatre ans qui formalise les différents modes de coopération et favorise le décloisonnement des équipes et laboratoires. Un comité de pilotage commun se réunit chaque année et implique les départements scientifiques du CNRS, coordonnés en interne par celui des sciences humaines et sociales.

58Cet accord a des conséquences très fructueuses puisque, en l’espace de quelques années, sont créées de nombreuses unités mixtes de recherche (UMR). Ainsi, de quatre unités en 1992, on passe à vingt-et-une en 1998. Il favorise également l’échange croisé de personnels, la signature de conventions pluriannuelles, des projets éditoriaux et des opérations de valorisation, enfin, qui inscrivent ces coopérations dans la durée.

59En 1996, la MRT organise des assises de la recherche pour tirer un bilan des années précédentes et débattre des orientations à faire figurer dans un premier schéma stratégique de la recherche qui sera validé par le ministre pour la période 1997-2000. Après une large concertation, un deuxième schéma stratégique sera élaboré pour la période 2000-2004.

60Entre 1998 et 2002, la MRT est « point de contact national » pour l’action clé « ville de demain et patrimoine culturel » du 5e programme cadre de recherche et développement (PCRD). À l’occasion de la présidence française de l’Union européenne, elle coorganise à Strasbourg, en novembre 2000, le colloque international : « La recherche pour la protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel : opportunités pour les entreprises européennes » et une exposition qui valorise le réseau des laboratoires français spécialistes de ces questions.

L’égyptologie thébaine

La Mission archéologique française de Thèbes-ouest (MAFTO) du CNRS est un autre exemple de laboratoire de sciences humaines, né, dans les années soixante, d’un partenariat entre le CNRS et un grand établissement culturel français : le musée du Louvre.

À la demande de Christiane Desroches Noblecourt, conservateur au département des antiquités égyptiennes, une recherche coopérative sur programme (RCP) est lancée par le CNRS en 1967, l’année de la grande exposition Toutânkhamon à Paris. Elle vise à développer les recherches sur les temples de culture royale, les tombes des pharaons et le mobilier de l’ancienne Égypte.

Elle est implantée au sein du musée et des collaborations étroites sont instituées, dès le début de ce programme, avec le centre d’étude et de documentation sur l’ancienne Égypte situé au Caire, qui dépend du ministère égyptien de la culture.

La RCP est transformée en équipe de recherche associée au CNRS (ERA) en 1973, puis en unité de recherche associée (URA) en 1983. Elle est alors codirigée par Christian Leblanc, chercheur CNRS et Jean-Louis Hellouin de Cénival, conservateur chargé du département des antiquités égyptiennes, remplacé en 1994 par Christiane Ziegler, le conservateur qui lui succède.

L’Institut d’égyptologie thébaine voit le jour en 1995 et travaille sur les sanctuaires de Nubie, les temples et tombes de la région thébaine (Ramesseum, tombe de Ramsès II, Vallée des Reines). De nombreuses publications rendent compte des travaux de ce laboratoire qui entretient d’étroites relations avec des équipes égyptiennes et avec le conseil suprême des antiquités d’Égypte.

Après avoir été intégrée à l’unité mixte de recherche n° 171 du Centre de recherche et de restauration des musées de France à partir de 2003, la MAFTO a quitté le ministère chargé de la culture en 2012 pour intégrer un laboratoire universitaire.

Si le musée du Louvre poursuit des fouilles en Égypte ou au Soudan, parfois avec des chercheurs universitaires ou du CNRS, ce n’est plus dans le cadre d’unités de recherche dont il est partenaire. Les grands musées nationaux ne veulent plus accueillir de laboratoire en leur sein et privilégient les opérations sur projet.

Les débuts de la numérisation de masse et de la diffusion sur Internet

61Les années quatre-vingt-dix sont aussi celles des débuts de la numérisation de masse, de la multiplication des applications numériques et de la diffusion sur Internet des résultats de la recherche, autant d’actions auxquelles la MRT prend une part très active.

62Début 1990, la plupart des grands établissements culturels, en France comme à l’étranger, utilisent des systèmes informatiques textuels, parfois couplés à des banques d’images sur vidéodisques, pour la documentation et la gestion des collections et des fonds. Or l’incompatibilité des logiciels et des standards documentaires est généralisée. Pour tenter d’y remédier et d’améliorer les outils numériques en les adaptant aux besoins du public comme des professionnels du patrimoine, des programmes de recherche et de développement voient le jour au niveau national et international.

63Ainsi, dès 1990, le laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) participe au programme international Narcisse pour expérimenter la numérisation en haute définition et créer de nouveaux outils numériques pour la connaissance des œuvres d’art.

64Il faudra attendre 1994 pour que le gouvernement prenne conscience de la nécessité d’un effort national public pour accélérer l’entrée des institutions culturelles dans la société de l’information.

65Dans cette perspective, le discours prononcé en septembre 1994 par Jacques Toubon, ministre de la culture et de la francophonie, est fondateur. Il annonce en effet qu’un premier programme de 15 millions de francs, destiné à numériser les collections des musées et de l’inventaire général, est prévu par le Comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT).

66En raison des compétences de ses personnels de recherche en matière d’applications informatiques, la MRT est chargée, en collaboration avec le département des systèmes d’information du ministère, de mettre en œuvre un plan national de numérisation. Le premier appel à projet est lancé en 1996. Il est piloté par le comité « informatique documentaire et multimédia » du Conseil de la recherche.

67Pour accompagner ce plan, qui sera rapidement étendu à toute la communauté culturelle, la MRT organise pour les personnels, avec ses partenaires des autres directions, deux colloques de réflexion en 1996 et en 1998 et de nombreux stages de formation à la numérisation. Elle soutient également des programmes de recherche destinés à accélérer la structuration des données culturelles numériques. Au nombre de ceux-ci, de 1995 à 1998, figure le projet fondateur « Aquarelle » co-piloté par l’Institut national de recherche en informatique et automatique (Inria).

  • 17 Dalbéra Jean-Pierre, « Institutions culturelles patrimoniales et nouvelles pratiques numériques », (...)

68À la fin des années 1990, son expérience, en matière de numérisation de masse et de documentation scientifique numérisée, fait choisir la MRT pour représenter la France dans plusieurs programmes financés par la Commission européenne dont le but est la coordination des politiques de numérisation en Europe17.

Le développement des recherches en conservation du patrimoine matériel

Au cours des années soixante, quelques laboratoires, appartenant aux sciences physiques ou chimiques, commencent à s’intéresser aux œuvres d’art et à la culture, et mènent des projets de recherche en relation avec des structures du ministère ou de ses établissements publics sous tutelle.

Le plus connu, mais aussi le plus ancien, est le laboratoire du musée du Louvre, créé en 1931. Jusqu’à la fin des années soixante, il développe l’usage des techniques de photographie et de radiographie pour l’analyse visuelle des œuvres d’art. Dirigé par Madeleine Hours, ce service élargit progressivement ses méthodes d’analyse et devient le Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) en 1969, date à laquelle il s’installe dans des locaux plus spacieux au sein du pavillon de Flore au Louvre18 (voir l’article de Christian Lahanier sur l’évolution des équipements du laboratoire)

Autre pionnière en matière de recherche pour la conservation du patrimoine, Françoise Flieder, chercheuse au CNRS, devient, en 1963, la directrice du Centre de recherche sur la conservation des documents graphiques (CRCDG), un nouveau laboratoire qui associe le CNRS, le Muséum national d’histoire naturelle, les Archives de France et la Bibliothèque nationale. Une des priorités du CRCDG est d’étudier les mécanismes de dégradation des matériaux qui composent les documents du patrimoine écrit ainsi que les méthodes de conservation préventive et de restauration à mettre en œuvre pour les conserver19.

Une troisième entité est en gestation à la fin des années soixante : le Laboratoire de recherche sur les monuments historiques (LRMH) qui verra le jour en 1970 sous l’égide de Jean Taralon, inspecteur général des monuments historiques. Son existence répond au besoin de disposer d’un lieu d’expérimentation scientifique et technique et d’expertise au service de la conservation in situ des monuments historiques (y compris les grottes ornées) et de leurs composants (vitraux, peintures murales, sculptures extérieures, etc.)20

Ces trois laboratoires constituent aujourd’hui le noyau central de la recherche pour l’analyse, la conservation et la restauration du patrimoine artistique et culturel. Ils sont au cœur d’un vaste réseau de structures publiques et privées, en France et à l’étranger, avec lesquels ils collaborent pour faire progresser les connaissances sur les matériaux du patrimoine et expérimenter de nouvelles méthodes.

Conclusion

69Ce survol des principales étapes de la politique de recherche du ministère de la Culture, entre 1959 et 2000, montre la pertinence des orientations qui étaient celles de la DGRST dans les années 1970, pour soutenir le développement des sciences humaines et sociales :

  • au plus près du terrain (archéologie, inventaire, ethnologie française) ;

  • au contact des collections et des fonds conservés par les institutions patrimoniales ;

  • en accompagnement du processus de création (musique, arts plastiques, architecture) comme des pratiques et industries culturelles (sociologie, économie, nouveaux médias).

70Malgré les multiples inflexions qu’elle a connues au gré des changements politiques et en dépit de la méfiance de la haute administration culturelle vis-à-vis d’un monde scientifique difficile à contrôler, cette politique s’est maintenue dans la durée. Les personnels de recherche du ministère chargé de la culture ont fait la preuve de leur utilité et de leur capacité de renouvellement dans une administration centrale aux compétences qui se sont progressivement étendues et où l’expertise scientifique et technique est, plus que jamais, un impératif avant chaque prise de décision.

71Les accords de coopération avec le CNRS, le CEA ou les universités ont ancré dans la communauté scientifique les actions de recherche impulsées par le ministère chargé de la culture. Elles ont aussi permis un décloisonnement salutaire de ses équipes. Ces collaborations, ont également impliqué d’autres champs disciplinaires que les sciences humaines et sociales, comme la chimie, la physique, les sciences et technologies de l’information et de la communication, les sciences pour l’ingénieur.

72Cette ouverture sur l’extérieur s’est encore amplifiée avec la multiplication des programmes, soutenus par la Commission européenne, auxquels les équipes scientifiques du ministère ont participé et participent encore.

73Toutefois, depuis une vingtaine d’années, la multiplication des établissements publics sous tutelle du ministère chargé de la culture dont certains mènent ou soutiennent d’importants programmes de recherche, a profondément transformé le paysage des années 1970-1990.

74En 2006, la réforme d’harmonisation européenne des cursus de formation (LMD) impose aux établissements d’enseignement supérieur sous tutelle du ministère chargé de la culture de mieux s’organiser pour articuler enseignement, recherche et pratique professionnelle, ce qui reste à accomplir pour un certain nombre d’écoles.

75Les politiques de recherche de ces établissements qui bénéficient d’une grande autonomie de décision et d’une capacité interne de financement, sont beaucoup plus difficiles à coordonner par un service d’administration centrale, sauf si celui-ci dispose de crédits incitatifs conséquents ou d’emplois, ce qui n’est plus le cas.

76Dans le même temps, la capacité d’action de ce partenaire privilégié du ministère qu’est le CNRS depuis vingt ans a diminué. Il est en effet confronté aux universités devenues autonomes et à la montée en puissance de l’agence nationale de la recherche (ANR) auprès de laquelle il est plus difficile de défendre l’intérêt des thématiques scientifiques du monde culturel, souvent très pointues.

77Les programmes soutenus par les « Investissements d’avenir », lancés en 2010, ont ajouté une complexité supplémentaire à ce contexte en mutation avec de nouveaux regroupements d’opérateurs et la création de fondations.

78Ces transformations très profondes imposent de repenser fondamentalement la politique de pilotage de la recherche culturelle et de redéfinir le rôle et les contributions de ses différents acteurs au niveau interministériel.

79La stratégie de l’ancienne DGRST, décrite au début de cet article, reste un exemple, pour stimuler la recherche tout en maintenant la cohérence nationale de programmes menés par des opérateurs aux missions très diversifiées. L’intérêt général passe, aujourd’hui comme en 1975, par la recherche et l’innovation, seules capables d’anticiper les besoins de la société et de préparer l’avenir de notre pays.

Haut de page

Notes

1 Ministère des Affaires culturelles (janvier 1959 - février 1974) ; ministère des Affaires culturelles et de l’environnement (mars 1974 - mai 1974) ; secrétariat d’État à la culture (juin 1974 - mars 1977) ; ministère de la Culture et de l’environnement (mars 1977 - mars 1978) ; ministère de la Culture et de la communication (avril 1978 - mai 1981) ; ministère de la Culture (mai 1981 - mars 1986) ; ministère de la Culture et de la communication (mars 1986 – juin 1988) ; ministère de la Culture, de la communication, des grands travaux et du bicentenaire (juin 1988 – mai 1991) ; ministère de la Culture et de la communication (mai 1991 – avril 1992) ; Ministère de l’Education nationale et de la culture (avril 1992 – mars 1993) ; ministère de la Culture et de la francophonie (mars 1993 – mai 1995) ; ministère de la Culture (mai 1995 – mai 1997) ; ministère de la Culture et de la communication ( juin 1997 - ).

2 Moulinier Pierre, Les politiques publiques de la culture en France, Presses universitaires de France, Paris, 1999

3 Holleaux André, André Malraux, ministre, dans André Malraux, Unité de l’œuvre. Unité de l’homme, Actes du colloque sous la direction de Christiane Moatti et David Bevan, Cerisy-La-Salle, 7-17 juillet 1988, Paris, La Documentation française,1989, p.327-337

4 http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Etudes-et-statistiques/Le-DEPS

5 Décret n° 76-840 du 25 août 1976 portant statut particulier du corps des conservateurs de l'inventaire général et des fouilles archéologiques.

6 Décret n°78-210 du 28 février 1978 relatif au statut des personnels contractuels techniques et administratifs affectés à la recherche au ministère de la Culture et de l’environnement.

7

8 La vie mystérieuse des chefs-d’œuvre. La science au service de l’art. Éditions de la réunion des musées nationaux, Paris, 1980

9 Hubert Curien est délégué général de la DGRST de 1973 à 1976. Il est président du CNES de 1976 à 1984

10 Le terme « nouvelles techniques » recouvre à cette époque l'ensemble des outils techniques utilisés dans le monde culturel et dont les micro-ordinateurs commencent à faire partie.

11 http://www.culturecommunication.gouv.fr/Etudes-et-documentation/Publications/Tous-les-numeros-de-Culture-et-recherche

12 GIP IMEREC : le groupement d’intérêt public « Institut méditerranéen de recherche et de création » a été créé en 1985

13 PPSH Rhône-Alpes : le Programme pluriannuel en sciences humaines Rhône-Alpes a été lancé en 1984

14 Décret n°90-404 du 16 mai 1990 portant statut particulier du corps des conservateurs du patrimoine

15 Décret n°91-486 du 14 mai 1991 portant statut particulier des corps de fonctionnaires de recherche de la Mission de la recherche du ministère de la Culture, de la communication et des grands travaux

16 Décret n°91-384 du 18 avril 1991 fixant la liste des services de recherche et établissements publics dont les personnels sont admis au bénéfice des dispositions du 2° de l'article 17 de la loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 modifié d'orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France

17 Dalbéra Jean-Pierre, « Institutions culturelles patrimoniales et nouvelles pratiques numériques », dans Muséologies : Les cahiers d’études supérieures, vol. 3, n°2, École du Louvre, Paris, Université du Québec, Montréal, 2009, p.36-47

18 http://www.c2rmf.fr/

19 http://www.crcc.cnrs.fr/

20 http://www.lrmh.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dalbéra, « La recherche au ministère chargé de la Culture (1959-2000) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 108-121.

Référence électronique

Jean-Pierre Dalbéra, « La recherche au ministère chargé de la Culture (1959-2000) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/hrc.279

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dalbéra

Chef de la Mission de la recherche du ministère chargé de la Culture de 1990 à 2004

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org