Navigation – Plan du site
Dossier : culture et patrimoine

L’archéologie, une discipline en partage

Archeology, a shared discipline
Jacques Tarrête
p. 122-131

Résumés

En l’espace de moins de 50 ans, le ministère de la Culture a développé un service archéologique dans chaque région du territoire national, des centres de documentation et de recherche spécifiques et un établissement dédié à l’archéologie préventive. Il s’est efforcé de créer et de maintenir des liens avec les autres acteurs de la discipline, même si la diversité des missions était parfois source de divergences voire d’antagonismes. Des actions communes de recherche et de publication aident à harmoniser les activités de chaque intervenant de même que l’existence d’instances pluri-institutionnelles de conseil et d’évaluation.

Haut de page

Texte intégral

Première organisation

1À la différence de bien des pays voisins, la France a choisi de confier à divers organismes les activités qui relèvent de la recherche archéologique. Ainsi, dès sa création en 1959, le ministère de la Culture administre les opérations de terrain sur le territoire national. Pour cela, il s’appuie sur les dispositions d’une loi, promulguée en 1941 sous l’égide de l’historien et archéologue Jérôme Carcopino, alors secrétaire d’État à l’éducation nationale. Cette loi est validée en 1945. Notons au passage que le décret d’application du 13 septembre 1945 entérine la loi initiale et non celle du 21 janvier 1942 qui, dans son article premier, affirmait la prééminence de la 15ème commission du CNRS. Dès lors, si le ministre de l’Éducation nationale reste compétent et si le CNRS a la charge « d’assurer et de diriger la publication des recherches et des résultats des fouilles archéologiques », ce sont les 2ème et 4ème sections de la Commission des monuments historiques, émanant de la Direction de l’architecture, qui sont force de proposition pour les fouilles et travaux, la protection et le financement des chantiers. Il faut attendre 1964 pour voir la création d’un Bureau des fouilles et antiquités. L’archéologie affirme ainsi son autonomie au sein du Ministère, parfois encore difficilement admise ou comprise par les acteurs de l’architecture, voire même source de divergences à l’occasion d’expertises ou de commissions qui réunissent des professionnels des deux domaines. Cette innovation s’accompagne de celle d’un Conseil supérieur de la recherche archéologique résolument pluri-institutionnel. Il vient remplacer les commissions antérieures où, à côté de divers représentants des directions du ministère de la Culture -musées, architecture, monuments historiques, fouillesfigurent désormais nombre d’universitaires et de membres des grandes institutions (Collège de France, Muséum, CNRS…) ainsi que quelques personnalités. C’est ce Conseil qui établit la liste d’aptitude aux fonctions de directeur des antiquités historiques ou préhistoriques, fonctions assurées à titre quasi-bénévole, en majorité par des universitaires aidés, soit par un assistant – dénomination calquée alors sur le personnel universitaire – également recruté sur liste d’aptitude, soit par un technicien, souvent homme à tout faire. Ces directeurs ou, bien souvent du point de vue pratique, leurs adjoints permanents sous statut contractuel employés par le ministère de la Culture, exercent leur autorité sur une portion d’abord variable du territoire. Ils supervisent ainsi six, puis douze voire dix-neuf circonscriptions, nombre limité en 1964 à dix-sept ou dix-huit selon les périodes. Ce n’est qu’en 1972 que trois départements d’outre-mer seront également dotés d’une Direction des antiquités. À titre d’exemple, la liste publiée par la revue Gallia en 1956 pour les douze circonscriptions d’archéologie préhistorique comporte trois universitaires, un représentant d’une grande institution, deux membres du CNRS, trois conservateurs de musée et trois personnalités diverses. Pour les dix-neuf circonscriptions d’archéologie historique, elle comprend dix universitaires, deux représentants d’une grande institution, deux conservateurs de bibliothèques, un agent des archives, deux des musées et deux personnalités.

Le renforcement : complémentarité ou concurrence ?

Les services archéologiques en région

2Pour faire face aux tâches de gestion de l’archéologie qui incombent prioritairement au ministère de la Culture, les directions des antiquités qui ne comptaient, bien souvent, qu’une personne à temps plein, vont progressivement s’étoffer en poursuivant le recrutement d’étudiants en archéologie comme assistants ou agents techniques. Le Ministère va également engager, pour les diriger, des personnalités scientifiques dont certaines accepteront de consacrer la majeure partie de leur temps à leur direction, voire d’y investir toute leur activité. Puis, dans le même temps qu’à l’échelon central le Bureau des fouilles devenait sous-direction, le principe de la fusion des directions d’archéologie historique et préhistorique est institué pour se généraliser dans les années quatre-vingt. Cela ne se fait pas sans susciter parfois des résistances chez certains agents, très attachés au caractère particulier des périodes dont ils sont spécialistes.

3À l’origine, c’est sans doute pour des raisons d’efficacité et de cohérence administratives que, dès 1977, les Directions régionales des affaires culturelles (Drac) ont été mises en place. Elles provoqueront la disparition des directions des antiquités, transformées officiellement en services régionaux de l’archéologie en 1991 (SRA par abréviation). Cette transformation a parfois généré d’âpres controverses du fait de l’abandon du titre de directeur. Cette mutation ne sera pas sans incidence sur un renforcement de la discipline archéologique dans son ensemble et, comme on le verra, sur une certaine harmonisation de ses pratiques. Toutefois, elle aura également pour conséquence la disparition de cette mixité initiale des responsables issus d’institutions diversifiées. En effet, elle a conduit à nommer comme chefs de service uniquement des agents du Ministère dotés, en 1990, du statut de conservateur ou de celui de conservateur général du patrimoine. Un palliatif sera parfois trouvé en détachant, pour occuper les fonctions d’adjoint, un membre de l’université ou du CNRS.

Les centres nationaux

4Parallèlement à l’augmentation des personnels en circonscriptions et peut-être aussi pour s’affirmer face aux autres institutions, suite à la loi de 1961 relative à la police des épaves maritimes et aux décret et arrêté qui s’ensuivent, est créée, en 1966, la Direction des recherches archéologiques sous-marines (DRASM), à Marseille. Elle est dotée d’un navire, « l’Archéonaute », bâtiment spécialement conçu pour servir de base opérationnelle aux interventions archéologiques sur les épaves antiques immergées, principalement en Méditerranée. C’est tout récemment que son successeur, « l’André Malraux », a été mis à flot. À ses débuts, ce centre aux missions spécifiques, qui réunit plongeurs, techniciens et conservateurs archéologues du ministère de la Culture, sera dirigé par des spécialistes universitaire ou du CNRS.

5Un peu moins de dix ans plus tard, c’est le Centre national de préhistoire (CNP) qui voit le jour à Périgueux. Il est consacré à l’archivage de la documentation, photographique en particulier, réunie par les chercheurs de toutes institutions qui effectuent des relevés dans les grottes ornées. Il compte parmi ses rangs des spécialistes de la palynologie et de la géologie, disciplines alors mises en œuvre de façon systématique dans l’étude du remplissage des cavités préhistoriques. Quant à son responsable, il a la tâche particulière de veiller à la protection du site emblématique de Lascaux.

6Puis le Centre national de recherches archéologiques subaquatiques (CNRAS) est fondé à Annecy en 1980. Il a pour mission d’assurer le recensement des sites lacustres immergés et de pratiquer l’expertise des vestiges en rivière signalés aux directions des antiquités, tâche bien lourde pour ses trois ou quatre agents opérationnels à temps plein.

7Enfin, quatre ans plus tard, c’est le Centre national d’archéologie urbaine (CNAU) qui naît à Tours, en liaison avec une formation du CNRS consacrée à l’étude de la ville. Son personnel élaborera les « documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France » (DEPAVF) destinés à établir un bilan des connaissances et à sensibiliser les responsables des futurs travaux urbains.

8Si l’activité de ces différents centres en matière d’inventaire et de protection entre, très légitimement, dans le champ d’activités du ministère de la Culture, il n’en est pas de même de l’impact des recherches réalisées, bien naturel compte tenu des compétences scientifiques des personnels qui les mènent. En effet, ces retombées font parfois débat car, au cours de leur carrière, certains agents du Ministère se sont vu contester par leurs partenaires leur légitimité à participer aux recherches, puisque ceux-ci considéraient que leur tâche prioritaire était d’assurer l’intendance aux chercheurs d’autres institutions, qui les soupçonnaient parfois d’ailleurs d’inutiles tracasseries administratives. Sans doute faut-il voir là l’expression d’un malaise car les agents du Ministère avaient, peu ou prou, la responsabilité d’autoriser les recherches tout en pourvoyant à l’essentiel de leur financement. Ils assuraient en effet la gestion de la part du Budget civil de la recherche et du développement (BCRD) dédiée aux opérations de fouilles. On verra comment cette situation s’améliorera grâce à diverses passerelles, certes souvent bien étroites, et formations interinstitutionnelles.

Les organismes d’évaluation et de contrôle

9Le Conseil supérieur de la recherche archéologique (CSRA) a pu sembler à certains comme inféodé au ministère de la Culture puisqu’il siégeait dans ses locaux, était présidé par le ministre et disposait d’un secrétariat assuré par le service chargé de l’archéologie. Toutefois, son vice-président - qui exerce de fait la présidence - a toujours été une personnalité scientifique extérieure au Ministère et sa composition, pluri-institutionnelle dès sa création, s’est renforcée au fil des réformes qu’il a connues. C’est ainsi que le décret de 1985 prévoit, signe des temps, davantage de membres élus, la représentation de différentes catégories de personnel et la présence de nouveaux intervenants comme les inspecteurs généraux de l’archéologie, des archéologues de collectivités territoriales ou des bénévoles.

Les bénévoles

À côté des géologues et paléontologues du Museum ou des égyptologues et orientalistes du musée du Louvre au XIXème siècle, des notables, intellectuels ou personnes de plus simple condition vont jouer un rôle important dans la naissance et le développement de l’archéologie. Le plus célèbre pour la préhistoire est Jacques Boucher de Crèvecoeur de Perthes, fonctionnaire des douanes, qui apporta la preuve de la grande ancienneté de l’homme par ses découvertes dans la région d’Abbeville (Somme), authentifiées en 1859 par les savants anglais. Depuis lors, bien des bénévoles - c’est-à-dire non rétribués au titre de leur pratique de l’archéologie -, souvent regroupés en associations, ont contribué aux découvertes et aux fouilles, notamment sur notre territoire où l’archéologie nationale a été longtemps délaissée au profit des civilisations classiques périméditerranéennes étudiées par les membres de prestigieux instituts et grandes écoles. Par leurs observations et leur surveillance des travaux de toutes sortes rendues pertinentes par leur connaissance et leur proximité du terrain, leur rôle fut déterminant dans la détection des sites et la participation aux sauvetages autorisés par les SRA dont les membres intervenaient souvent aussi dans ces opérations d’urgence avant d’irrémédiables destructions. De même, certains bénévoles ont conduit des fouilles programmées de grande ampleur au fil des années. La compétence de beaucoup d’entre eux a ainsi été appréciée et certains sont devenus des archéologues à part entière, membres du CNRS ou de l’université, par exemple. Leur nombre et leur champ d’intervention ont progressivement décru pour diverses raisons : leur disponibilité, limitée souvent aux week-ends ou aux congés du fait de leur métier ; la technicité croissante des méthodes de la discipline ; le recours à divers spécialistes ; l’augmentation des exigences de disponibilité de l’archéologie préventive et de sa mise en œuvre ; enfin la professionnalisation de l’archéologie.

10La complexité de ce nouveau CSRA est toutefois bien réelle. Il comprend plusieurs sections et sous-sections et présente toutes les difficultés de fonctionnement d’un organisme central en période de forte déconcentration. Ceci conduit à la démobilisation de la plupart de ses membres. Cette situation qui vient s’ajouter au développement exponentiel de l’archéologie de sauvetage conduisit à une profonde réforme qui vit le jour en 1994.

  • 1 C’est, plus qu’une simple évolution de langage, une nouvelle notion qui s’impose. Elle est fondée s (...)

11Dès lors, à côté d’un Conseil national de la recherche archéologique (CNRA) chargé de proposer de grandes orientations, sont créées six commissions interrégionales (Cira) auxquelles s’ajoutera une septième pour l’outre-mer en 2007. Elles permettent d’instruire au plus près du terrain les demandes d’autorisation d’intervention d’archéologie programmée ou préventive - terme qui remplace désormais celui de sauvetage1 - ainsi que les rapports et projets de publication qui en résultent. Là encore, la composition de ces nouvelles instances associe des représentants de l’ensemble des acteurs de l’archéologie : universités, CNRS, ministère de la Culture, collectivités territoriales, associations. Vient s’y ajouter un agent de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), établissement public créé en 2002 sous la double tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche. Il venait se substituer à l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan) mise en place dès 1973 pour faire face au développement de l’archéologie de sauvetage.

AFAN puis INRAP

Dans les années soixante, constatant le nombre toujours plus important de grands travaux d’infrastructures qui permettaient de spectaculaires découvertes et généraient aussi bien des destructions, il fut décidé de créer l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan). Le facteur déclenchant fut la découverte du port grec de Marseille à l’occasion du creusement d’un parking souterrain, place de la Bourse : pour permettre la fouille et la conservation partielle de ces vestiges, le ministère de la Culture dut payer des indemnités pendant des années. Dotée à l’origine d’une équipe administrative très réduite, l’Afan est chargée de gérer les crédits destinés aux fouilles programmées et aux sauvetages dont le financement est assuré, à partir de 1974, par le fonds d’intervention pour l’archéologie de sauvetage (FIAS) créé suite au rapport de Jacques Soustelle. L’association, placée sous le contrôle direct du Ministère, se renforce par le recrutement de personnel formé à l’archéologie qui intervient sur les opérations de sauvetage dont la fameuse fouille du Grand Louvre à Paris. Forte de près de 300 personnes et d’un budget de 30 millions de francs en 1985, l’Afan continue d’embaucher du personnel selon les besoins des chantiers financés sur des bases juridiques fragiles par les « aménageurs ». Ce n’est finalement qu’en 2001, après bien des rapports, confrontations en tous genres et atteintes au patrimoine archéologique que des dispositions législatives établissent plus clairement le mécanisme des interventions et de leur financement. Un diagnostic archéologique préalable à la plupart des remaniements du sol nécessaires aux travaux est établi. Il est suivi, selon des critères scientifiques, par une conservation in situ des vestiges, leur fouille ou leur destruction. À cette occasion, l’Afan est transformée en établissement public administratif, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP). Il demeure le partenaire privilégié de l’État en matière d’archéologie préventive, même si les services archéologiques des collectivités sont également partie prenante puis, à partir des textes de 2003, les organismes privés habilités à cet effet. À ce jour, l’INRAP, qui intervient sur tout le territoire national, compte, outre son siège à Paris, huit directions interrégionales, plusieurs dizaines de bases d’étude et de stockage qui emploient près de 2 000 personnes à temps plein.

12Selon les besoins et pour couvrir au mieux la diversité des champs chronologiques induite par l’instruction des dossiers d’opérations, deux spécialistes de préférence extérieurs au ministère de la culture, complètent chacune des commissions. Rappelons que cette réforme proposait également la création d’un niveau interministériel. Il aurait eu pour vocation de coordonner les différents volets de la discipline - enseignement, recherche, aménagement du territoire – mais il n’a pas été retenu.

13Au gré des époques et de la sensibilité des responsables des diverses institutions, cette ouverture à des partenaires dans le cadre des commissions a également concerné des membres du ministère de la Culture. Ainsi, au moins à partir de 1987 et sous l’impulsion de la direction scientifique du CNRS chargée de l’archéologie, un représentant du Ministère – un inspecteur général de l’archéologie, sauf exception - a été nommé au sein de chacune des commissions spécialisées du Comité national pour la préhistoire et l’histoire (maintenant la 31 et la 32). Il y siège toujours aujourd’hui. De manière plus formelle, le ministère des Affaires étrangères a désigné le directeur du Patrimoine comme l’un de ses membres de droit au sein de la commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger : il se fait habituellement représenter par l’un des archéologues de son service, spécialiste de la discipline.

Les personnels

  • 2 Contestation formelle à l’origine, sans doute dans le cadre de l’antagonisme universités/grandes éc (...)

14À l’origine recrutés de gré à gré puis sur concours spécifique mis en place par le ministère de la Culture, les assistants contractuels deviennent conservateurs des fouilles et antiquités. Lors de sa constitution en 1976, ils sont titularisés dans le corps des conservateurs de l’inventaire général et des fouilles archéologiques. En 1990, il deviendra l’actuel corps des conservateurs du patrimoine. L’École nationale du patrimoine est alors mise en place pour assurer le recrutement et la formation de ces nouveaux conservateurs. Onze ans plus tard, elle est transformée en Institut national du patrimoine (INP). Dès sa création, cet établissement, constitué sur le modèle des grandes écoles, a été en butte à de fortes critiques de la part de certains universitaires2. Ceci a parfois pu avoir des conséquences négatives sur les relations interindividuelles voire même sur la filière du métier de conservateur.

15Initialement formés dans les facultés des sciences ou des lettres jusqu’au niveau de la licence, parfois au-delà, les assistants et futurs conservateurs, qui ont opté pour le ministère de la Culture au gré des opportunités ou des circonstances, se trouvent disposer du même bagage scientifique que leurs collègues recrutés alors comme chercheurs ou enseignants-chercheurs. Occupant des fonctions plus administratives, certains parviendront à mener de surcroît des recherches de bon niveau et conserveront des contacts plus moins formels avec les équipes de l’université ou du CNRS. On a ainsi pu recenser plusieurs cas de passage d’une institution à l’autre : conservateurs de l’archéologie devenus professeurs des universités (à Bordeaux, Dijon, Montpellier, Poitiers, Strasbourg…) ou chercheurs au CNRS (à Besançon, Paris…), beaucoup plus rarement en sens inverse. Plus fréquemment, certains peuvent bénéficier de postes en détachement au CNRS pour un ou deux ans. Enfin, il n’est pas rare que des conservateurs soient appelés à participer à l’enseignement et à la formation universitaires comme chargés de cours ou membres de jury de maîtrise ou de thèse.

16Dans cet ordre d’idées, on peut rappeler une initiative prise autrefois par le ministère de la Culture. Constatant la difficulté que rencontrait parfois l’enseignement universitaire pour organiser des stages pratiques pour ses étudiants et visant parallèlement à inciter les bénévoles à se former, notamment avant de solliciter une autorisation de fouilles, il institua le certificat d’aptitude aux fouilles archéologiques (Cafa). Son obtention, sanctionnée par un rapport rendu par un jury restreint, était subordonnée à une participation à trois chantiers d’époques différentes, reconnus pour leur qualité d’organisation et de fonctionnement : au nombre de ceux-ci, des chantiers-écoles tels que Pincevent à La Grande-Paroisse en Seine-et-Marne pour le Paléolithique ou Lattes dans l’Hérault pour l’Antiquité. Pour ce faire, lesdits chantiers bénéficiaient d’une subvention particulière. La complexité administrative de la procédure a mis fin à cette entreprise au bout de quelques années.

17Outre les assistants puis les conservateurs dont les missions patrimoniales sont bien définies, on compte des techniciens sous statut contractuel. Ils se voient confortés dans leur carrière par la mise en place, à l’image des personnels du CNRS, d’un corps d’ingénieurs, techniciens et administratifs (ITA). Dès lors, ils émargent sur « l’enveloppe recherche » (le BCRD) et leur nombre va croître, au début des années quatre-vingt, grâce aux vagues d’intégration de personnels hors-statut, ici majoritairement des archéologues de l’Afan rompus aux pratiques du terrain. Ayant souvent suivi la même formation universitaire que leurs collègues conservateurs, les tâches qu’ils réalisent dans les services sont très proches et ils vont connaître le même mode d’insertion dans la communauté scientifique. Certains, comme ceux qui œuvrent au CNP, ont des compétences de spécialistes ou sont recrutés pour des besoins tout à fait spécifiques d’un moment de l’histoire de la discipline. Ainsi, l’expertise anthropologique qui s’est développée avec l’archéologie préventive suscitant la découverte d’un nombre croissant de cimetières et nécropoles. Au final, par voie d’échange, ces personnels émargeront pour la plupart au CNRS.

Programmes et équipes de recherche

18La mise en place des services régionaux de l’archéologie, obligeant des personnels formés à l’histoire ou à la préhistoire à confronter leur pratique, a aidé à développer l’interdisciplinarité en interne mais a sans doute aussi permis une ouverture vers des intervenants issus d’autres institutions. L’exemple le plus clair est l’affichage, en 1997, dans la programmation du CNRA, d’un nouveau thème intitulé « Anthropisation et aménagement des milieux durant l’Holocène (paléoenvironnement et géoarchéologie) ». Si, à l’origine, cette approche était pratiquée essentiellement par les paléolithiciens, elle s’est par la suite, étendue à de nombreuses autres périodes plus récentes, en fonction de leur spécificité. Ainsi, dans le cadre de grands chantiers d’archéologie préventive tel que celui mis en œuvre lors de l’aménagement du grand Louvre à Paris, cette thématique a officiellement gagné les périodes historiques.

19À côté des classiques autorisations de fouilles qui, à partir de 1986, peuvent être attribuées pour plusieurs années consécutives afin de faciliter l’organisation des travaux de terrain et de mieux rythmer le rendu des résultats, sont instaurés, dès le début des années 1980, les projets collectifs de recherche (PCR). Il s’agit de promouvoir le rapprochement entre les chercheurs de diverses institutions, essentiellement dans deux cas de figure.

20Dans le premier, ils travaillent sur divers chantiers et peuvent faire émerger des thèmes communs qui viennent enrichir la réflexion sur une même problématique. Ainsi, parmi les premiers PCR, « Ethnologie des habitats magdaléniens dans le Bassin parisien » qui concernait les équipes de fouilles à Pincevent, Étiolles, Marsangy et Verberie ou « Méthodes d’étude des sépultures » qui regroupait les chercheurs attachés au développement de l’anthropologie de terrain et spécialistes des observations sur les gestes funéraires.

21Dans le second, ils mettent en commun leurs diverses compétences pour faire aboutir un projet complexe comme « L’atlas topographique d’Augustonemetum » (Clermont-Ferrand) dans la série des grands atlas initiée au centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence pour les villes de la Gaule méridionale. Une dotation financière spécifique est attribuée pour faciliter les rencontres ou effectuer des recherches complémentaires.

22Un but similaire a été poursuivi par la mise en place d’un système d’appels d’offres pour constituer des équipes qui se verraient confier la responsabilité de l’étude d’un site d’une notoriété particulière. Le dernier en date a concerné la grotte Chauvet à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche). Dans ce cadre, deux équipes, tout à la fois pluri-institutionnelles et pluridisciplinaires, ont concouru puisque l’étude de cet art pariétal tout à fait exceptionnel devait tenir compte des particularismes de son contexte.

23Dès le début des années 1970, pour inciter, le plus souvent ses propres équipes déjà constituées, à aborder certains aspects de la recherche grâce à un financement pluriannuel, le CNRS avait lancé les Actions thématiques programmées (ATP). L’une des plus récentes pour les archéologues concernait la question des archives de fouille De la même manière, la sous-direction de l’archéologie proposa à ses partenaires extérieurs (ministère de la Recherche, CNRS, INRAP) de mettre en place des Actions collectives de recherche (ACR).

24Les appels d’offre lancés successivement en 2002 et 2003 devaient répondre à des critères bien précis et émaner d’équipes constituées obligatoirement de représentants de plusieurs institutions. Sans prévoir pour autant de nouvelles fouilles, ils devaient avoir pour objectif, à terme, la publication de synthèses régionales fondées sur l’exploitation de matériaux issus de recherches de terrain antérieures ou de méthodologies spécifiques touchant à l’environnement, à l’archéométrie ou à l’archéologie du bâti.

25Une trentaine de projets ont ainsi pu être soutenus, aussi divers que les résultats des fouilles de la Table des Marchands et du Grand menhir de Locmariaquer (Morbihan) ; la chronologie du Néolithique ancien en Lorraine ; une résidence du comte d’Angoulême - le castrum d’Andonne ou, enfin, « Inventaire, premiers traitements et mise à disposition des données archéozoologiques holocènes du tiers Nord de la France ».

26La plupart des équipes formées pour mener à bien ces projets se sont trouvées hébergées au sein d’unités mixtes de recherche (UMR). Créées au début des années 1990, ces formations associent le plus souvent université et CNRS. En matière d’archéologie, le ministère de la Culture de même que l’INRAP a rejoint ces deux organismes de recherche, permettant à leurs membres d’intégrer ainsi à part entière les équipes qui les composent. En effet, si souvent bien antérieurement, les personnels du ministère de la Culture ont pu rejoindre diverses équipes de recherche aux sigles changeants au fil du temps, ils y étaient parfois simplement accueillis sans se trouver pour autant dans les mêmes conditions que les autres participants. L’implication officielle des institutions du Ministère et leur soutien financier aux UMR a ainsi clarifié une situation parfois ambigüe et permis à leurs agents qui le souhaitaient d’exercer plus aisément leur activité de recherche à parité avec leurs collègues. Parfois même certains d’entre eux, comme à Dijon ou à Lattes, près de Montpellier, ont pu bénéficier d’une mise à disposition et jouer un rôle actif dans la gestion de leur unité.

Diffusion et valorisation

27À l’origine, la publication des résultats des fouilles en archéologie métropolitaine est confiée au CNRS. Dès sa création en 1943, cette tâche va être assurée par la revue Gallia sous la plume d’Albert Grenier et de Raymond Lantier. Par la suite et à partir de la naissance de Gallia préhistoire en 1958, ce sont les directeurs d’antiquités ou les responsables d’opérations qui publient ces données, par région, sous la forme « d’informations archéologiques », partagées entre histoire et préhistoire. Ces deux revues alternent notices assez courtes sur les fouilles récentes ou en cours et articles de fond sur les recherches plus abouties. En 1987, face au volume croissant des interventions de terrain, une série spécifique consacrée à ces informations et qui couvre toutes les périodes est créée. Elle est suivie d’un essai avorté sur support informatique. En parallèle et dans un souci d’information exhaustive, le ministère de la Culture demanda à ses services en région d’éditer, à partir de 1991, des « Bilans scientifiques régionaux » (BSR) pour rendre compte, selon des normes éditoriales souvent moins strictes, de la totalité des opérations programmées et préventives réalisées chaque année. Cette entreprise est parfois jugée comme venant concurrencer les informations éditées par le CNRS. Elle n’en constitue pas moins, lorsqu’elle a été conduite régulièrement par les SRA, une source irremplaçable de données et qui perdure dans certaines régions. Après bien des difficultés, elle est en passe de se fondre avec le support originel de Gallia pour prendre la forme d’une coédition ministère de la Culture/CNRS, « Archéologie de la France informations » (AdlFI). Elle a pour but de mettre à disposition, en ligne, des notices qui peuvent aisément être mises à jour.

28Cette nécessaire divulgation de la connaissance a conduit le ministère de la Culture à prendre diverses initiatives. C’est, tout d’abord, l’institution d’une « aide à la préparation des publications ». À l’origine, dans les années quatre-vingt, elle permet, notamment aux bénévoles, de pourvoir à leurs besoins de secrétariat et de dessins, puis d’études diverses complémentaires à la recherche de terrain. Ce dispositif reste d’actualité. C’est aussi, dans le cadre d’un comité d’évaluation, d’attribuer des subventions à la tenue de rencontres scientifiques et à l’édition de leurs actes, à celle de diverses monographies ainsi qu’aux revues nationales, interrégionales ou exceptionnellement régionales qui en sont les supports. En 1985, afin de proposer aux auteurs une offre de publications de qualité et toujours plus diversifiée, la création d’une série spécifique a été décidée, en accord avec les partenaires. Il s’agit des « Documents d’archéologie française » (Daf), série qui comporte aujourd’hui plus de cent volumes qui couvrent toutes les périodes ou exposent diverses recherches méthodologiques sur les disciplines qui concourent à l’archéologie. Depuis cette date, un public plus large peut également bénéficier de « guides archéologiques », une cinquantaine de petits ouvrages à ce jour, dont texte et illustrations rassemblent souvent les contributions de plusieurs auteurs. Publiés désormais par les éditions du patrimoine, ils présentent de manière précise et didactique des sites qu’il est possible de visiter, les vestiges anciens de villes ou de régions comme « Corse antique », « Guadeloupe amérindienne », « Lyon antique » etc. En collaboration avec l’Imprimerie nationale pour le premier puis en coédition avec Picard pour les suivants, des ouvrages de grand format, riches en illustrations, ont tenté de faire le point sur de grands thèmes en recensant tous les sites concernés. Ce sont l’ « Art des cavernes. Atlas des grottes ornées » paru en 1984, puis « Naissance des arts chrétiens » suivi de trois volumes qui décrivent les « Premiers monuments chrétiens de la France ». La dernière entreprise de ce type, achevée en 2008 et qui réunissait une trentaine d’auteurs de toutes institutions, fait le bilan de nos connaissances sur la période à la charnière de la préhistoire et de l’histoire, « Le Néolithique ». Enfin, initiées par la Mission de la recherche et de la technologie, des publications électroniques sur le thème de l’archéologie ont été mises en œuvre. Elles associent des sociétés spécialisées et les meilleurs connaisseurs du sujet à traiter, qu’ils relèvent du Ministère comme pour « Lascaux », « Les mégalithes du Morbihan » ou « Villa, villae en Gaule romaine » ; du CNRS comme pour « Les hommes des lacs, vivre à Chalain et à Clairvaux » ou « Lattes en Languedoc : les Gaulois du Sud » ou, enfin, des collectivités territoriales comme pour « Saint-Denis, une ville au Moyen-Âge ».

29Bien que relevant pendant des années d’une autre direction du Ministère, celle des musées de France, il faut aussi mentionner, en matière de divulgation auprès du public, le rôle déterminant que peut jouer la communauté des archéologues dans le cadre muséographique. Elle s’illustre dans la rénovation des musées au niveau national (musée de préhistoire des Eyzies-de-Tayac en Dordogne) ; la création de nouveaux établissements gérés par les collectivités territoriales ou celle de centres d’accueil et d’information comme sur l’ensemble mégalithique de Locmariaquer (Morbihan) ou, enfin, dans la frise sculptée paléolithique d’Angles-sur-l’Anglin (Vienne). On voit bien cette étroite collaboration au travers du bel ouvrage publié par le Conseil général de Seine-et-Marne sur les collections du musée de préhistoire de l’Île-de-France construit à Nemours et inauguré en 1981 suite à l’année du patrimoine.

Conclusion

  • 3 Nous remercions nos collègues du ministère de la Culture qui ont bien voulu assurer une relecture d (...)

30Au cours de ses quelque cinquante années de fonctionnement, le ministère de la Culture, tout en renforçant ses services en région et en créant un établissement public indispensable pour faire face au nécessaire développement de l’archéologie préventive, a maintenu un partenariat actif avec les autres instances en charge de l’archéologie. Cette collaboration, d’intensité variable selon les périodes et les responsables sectoriels, a permis le développement d’une discipline dont les retombées sont appréciées par l’ensemble du public. L’accroissement du nombre de services qui dépendent des collectivités territoriales, villes ou départements, est venu conforter la prise en charge de l’étude des sites archéologiques menacés par le nécessaire aménagement du territoire. Mais les archéologues, dans leurs différentes composantes, sont désormais confrontés à une masse considérable de données acquises en quelques décennies. La conservation et le traitement de ces informations demandent, plus que jamais, une étroite concertation entre les partenaires et une mise en commun des compétences de chacun. Formulons le vœu qu’en réduisant à l’indispensable les opérations de terrain, ces résultats puissent être progressivement divulgués3.

Haut de page

Bibliographie

Code du patrimoine, partie législative et partie règlementaire, Livre V : Archéologie, direction des journaux officiels, Paris, 2012.

La recherche archéologique en France 1985-1989, ministère de la Culture, de la communication, des grands travaux et du bicentenaire, association pour les fouilles archéologiques nationales, Paris, 1990, 286 p. (diffusion La documentation française).

La recherche archéologique en France. Bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique, ministère de la Culture, direction du patrimoine, sous-direction de l’archéologie, éd. de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1997, 460 p.

« 1959-2010. La recherche au ministère de la Culture », Culture et recherche, ministère de la Culture et de la communication, Paris, printemps-été 2010, n° spécial 122-123, 88 p.

http://www.grands-sites-archeologiques.culture.fr

Geneste Jean-Michel (dir.), La grotte Chauvet à Vallon-Pont-d’Arc : un bilan des recherches pluridisciplinaires, actes de la séance de la société préhistorique française, 11 et 12 octobre 2003, Société préhistorique française, travaux 6 et Karstologia, mémoires n° 11, Lyon, 2005, 208 p.,ill.

Gran-Aymerich Eve, Dictionnaire biographique d’archéologie. 1798-1945, CNRS éditions, Paris, 2001, 744 p.

Leclerc Anne-Sophie (coord.), Préhistoire en Île-de-France. Les collections du musée départemental de Préhistoire d’Île-de-France. APRAIF, Nemours, 2008, 366 p., ill.

L’Hour Michel, De L’Archéonaute à L’André Malraux. Portaits intimes et histoires secrètes de l’archéologie des mondes engloutis, Actes Sud, Arles / département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, 2012, 288 p. ill.

Pellecuer Christophe (dir.), Villa, villae en Gaule romaine, http://www.grands-sites-archéologiques.culture.fr, 2011.

Pesez Jean-Marie, L’archéologie. Mutations, missions, méthodes. Nathan, Paris, 1997, 128 p. (coll. 128, histoire).

Tarrete Jacques et Le Roux Charles-Tanguy (coord.), Archéologie de la France. Le Néolithique Picard/ministère de la Culture, Paris, 2008, 424 p., 371 ill.

Haut de page

Notes

1 C’est, plus qu’une simple évolution de langage, une nouvelle notion qui s’impose. Elle est fondée sur une profonde modification de la place de l’archéologie dans les diverses activités qui projettent un remaniement du sol ou celui de bâtiments anciens en élévation. Au départ, on a une activité de sauvetage menée plus ou moins à la sauvette, parfois aussi laissée au bon vouloir d’« aménageurs » intéressés par le passé, qui font preuve de compréhension et prêtent leur concours. Désormais, ce sont des interventions archéologiques préalables ou, de préférence, la préservation in situ des vestiges repérés lors d’un diagnostic. Des textes législatifs sont ainsi élaborés en 2001 puis 2003 pour formaliser ces nouveaux modes opératoires, définir leur financement et la qualité des équipes archéologiques habilitées à intervenir.

2 Contestation formelle à l’origine, sans doute dans le cadre de l’antagonisme universités/grandes écoles, le concours de recrutement puis la formation délivrée par cette école d’application, en charge également de la formation continue, a pu être jugée très théorique et sous l’emprise de l’histoire de l’art - dont les enseignants d’archéologie à l’université souhaitaient se démarquer - puisque conçue principalement pour les conservateurs de musée. Des ajustements successifs ont cherché à mieux répondre aux attentes et aux besoins des élèves archéologues.

3 Nous remercions nos collègues du ministère de la Culture qui ont bien voulu assurer une relecture du texte ou qui sont à l’origine des illustrations : Gérard Aubin, Jean Clottes, Jean-Pierre Dalbéra, Michel L’Hour, Thomas Sagory, Martine Tayeb, ainsi que Martine Esline du CNRS et l’équipe de l’iconothèque de l’INRAP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Tarrête, « L’archéologie, une discipline en partage », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 122-131.

Référence électronique

Jacques Tarrête, « L’archéologie, une discipline en partage », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/288 ; DOI : 10.4000/hrc.288

Haut de page

Auteur

Jacques Tarrête

Conservateur général du patrimoine honoraire, membre de l’équipe d’ethnologie préhistorique (UMR 7041 ArScAn)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org