Navigation – Plan du site
Dossier : culture et patrimoine

Naissance de la recherche scientifique au Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF)

Lors d’une visite du Laboratoire de recherche des musées de France, une élève de l’École du Louvre, surprise par les équipements scientifiques du service de physique, s’exclame : « À quoi sert tout cela ? ». En effet, pourquoi faire de la recherche expérimentale sur les œuvres des musées ?
Emergence of research in the french museums research lab
Christian Lahanier
p. 132-141

Résumés

Inauguré en 1931, le laboratoire du musée du Louvre s’installe au pavillon de Flore en 1968 et devient le Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF). Plusieurs techniques non destructives d’analyse avancée par rayons X y sont développées. Elles permettent de voir par différence d’absorption X et d’analyser par émission spectrale X ou diffraction X les matériaux composant les peintures et les objets. La science et l’art sont associées pour dater, caractériser les techniques d’exécution et les ateliers de fabrication, l’origine des matériaux naturels, déterminer la provenance des objets, identifier la nature des altérations et localiser les restaurations mais aussi détecter des faux, identifier les copies, etc.

En 1987, l’accélérateur grand Louvre d’analyse élémentaire (Aglaé) apporte une sensibilité accrue sur de petites surfaces en opérant à l’air et sous vide par faisceau d’ions fixe ou par balayage. Le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), service à compétence nationale, voit le jour en 1998. Il résulte de la fusion du laboratoire de recherche et du service de restauration des musées de France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

1Au sein du musée du Louvre, un petit laboratoire est inauguré par Messieurs Carlos Mainini et Fernando Perez, dans l’aile de Flore, en 1931. On y examine les peintures avec un pinacoscope, une loupe pour observer la couche picturale. On y effectue aussi des photographies et des radiographies. Le laboratoire ferme durant la seconde guerre mondiale. Le laboratoire du Louvre est placé sous l’autorité du Département des peintures du musée du Louvre. Dirigé par Magdeleine Hours, il poursuit ses activités sur les peintures à la fin des années cinquante. Dans les années soixante, l’acquisition d’un spectromètre à étincelles UV-visible avec enregistrement photographique sur plaque de verre sert à analyser les métaux (bonze et or) afin d’identifier la nature de l’alliage.

Du LRMF au C2RMF

2C’est en 1968, que le laboratoire du musée du Louvre s’installe, grâce au soutien d’André Malraux alors ministre d’État chargé des affaires culturelles, dans les trois étages supérieurs du pavillon de Flore. De nouveaux équipements sont donc implantés, dans un cadre de rêve, avec vue sur la Seine, les jardins des Tuileries, le Louvre et Notre-Dame. Dans ces nouveaux espaces, le laboratoire connaît un premier essor médiatisé par les émissions télévisées qu’anime sa directrice, Magdeleine Hours, à l’occasion d’expositions rétrospectives au Grand Palais. L’activité est essentiellement liée aux expositions et besoins d’études du musée du Louvre et aux nouvelles acquisitions d’œuvres d’art. Les peintures des musées de province y sont étudiées avant d’être restaurées. Vers 1970, il devient le Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) afin de renforcer sa nouvelle orientation scientifique basée sur des techniques d’analyse avancées.

3En 1977, pour élargir son champ d’actions, le LRMF aménage un camion laboratoire appelé « Labobus » qui effectue des missions dans les musées de France jusqu’en 1983. Cette idée visionnaire est à l’origine des laboratoires de restauration implantés en France dans le cadre de la politique de décentralisation au cours les années quatre-vingt.

4L’exposition « La vie mystérieuse des chefs-d’œuvre, la science au service de l’art » qui se tient au Grand Palais à Paris, fin 1980, marque l’achèvement de dix années de recherche sur le patrimoine (voir le catalogue d’exposition diffusé à 30 000 exemplaires). Une copie grandeur nature de la grotte de Lascaux, réalisée en collaboration avec la société Kodak-Pathé y attire des dizaines de milliers de visiteurs.

5La notoriété acquise par le LRMF lui permet d’obtenir des moyens nouveaux pour perfectionner ses méthodes d’analyse. Il s’engage alors dans l’acquisition d’un accélérateur de particules qui nécessite son implantation dans un nouvel espace. Les plans d’un nouveau laboratoire sont élaborés en 1984 dans le cadre du projet du Grand Louvre. Construit en cinq ans, il est situé en sous-sol dans les jardins des Tuileries pour accueillir l’accélérateur Aglae (Accélérateur grand Louvre d’analyse élémentaire). Inauguré en 1987, il préfigure un centre de recherche national sur les collections des musées et l’archéométrie qui devient, en 1999, le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF). Il est alors devenu un pôle de compétence sur les nouvelles technologies adaptées à l’analyse du patrimoine.

6La recherche scientifique menée sur les œuvres d’art est une nouvelle approche complémentaire à l’esthétique et à l’histoire de l’art. Elle apporte des informations probantes sur la datation des objets, la nature et l’origine géographique des matériaux, les techniques d’exécution et les ateliers de fabrication, la technique picturale et l’identification des pigments et des liants. Elle localise également les altérations, révèle les anciennes restaurations, mesure le vieillissement et prolonge la vie des œuvres par le contrôle de l’environnement. Elle permet en outre de détecter des faux, d’identifier les copies de l’original etc. Enfin, elle améliore les conditions de préservation. Toutes ces nouvelles données obtenues par des méthodes d’examen et des techniques d’analyse et de datation intéressent un large public de connaisseurs. La gestion informatisée de ces informations pour en faciliter l’accès, le traitement et la diffusion a nécessité le développement simultané des TIC (voir l’article sur ce sujet dans ce même dossier).

7L’objectif de ce domaine de recherche appliquée est d’appréhender les œuvres tant par la « manière » des artistes c’est-à-dire la technique d’exécution, que par la matière c’est-à-dire les matériaux employés. La contrainte principale de ce domaine est d’opérer avec des méthodes ou des techniques non destructives – aujourd’hui qualifiées de non-invasives - c’est-à-dire qui ne touchent pas à l’intégrité de l’objet. Cette règle est en grande partie à l’origine des choix technologiques qui ont guidé l’évolution des équipements du laboratoire.

8Pour résumer, le LRMF a connu quatre périodes significatives qui ont contribué à son développement :

  • de 1968 à 1983 l’unité, dirigée par Magdeleine Hours, élargit ses recherches à l’étude des objets archéologiques tout en développant l’archéométrie c’est-à-dire la science appliquée à l’archéologie. C’est ce dont témoignent deux événements : les réunions du groupe Pact (Groupe d’études pour les techniques physiques, chimiques, mathématiques et biologiques utilisées en archéologie), émanation du Conseil de l’Europe et dirigé par Jean-Pierre Massué, organisées à Paris en 1977 et l’exposition « La vie mystérieuse des chefs-d’œuvre », citée plus haut.

  • de 1983 à 1990 le LRMF, dirigé par Jacques Ligot, connaît une nouvelle expansion. Le laboratoire est engagé dans deux projets considérables et convoités : l’acquisition d’un accélérateur de particules « Aglae » (Accélérateur Grand Louvre d’analyse élémentaire) et la conception et l’aménagement de nouveaux espaces pour la recherche. Deux sites sont concernés : Paris dans le cadre du Grand Louvre et Versailles pour y implanter une antenne avec de nouveaux ateliers de restauration. Un séminaire, organisé en 1985 à l’abbaye des Prémontrés, réunit au niveau international des scientifiques de musées et des experts du domaine des faisceaux d’ions qui valident cette ambitieuse réalisation.

  • Plusieurs programmes de recherche sont mis en place. Un comité de programmation de la recherche est établi avec les départements du musée du Louvre. Une coopération de recherche, portant sur les primitifs italiens, est engagée avec le Getty Conservation Institute et plusieurs instituts de recherche. Des études sur le cuivre, le bois, le textile, le transport, l’emballage, le nettoyage des œuvres impliquent des laboratoires du CEA et du CNRS.

  • De même, l’intervention de chercheurs dans le cadre des enseignements de l’année de muséologie à l’École du Louvre, a permis de transmettre ces résultats aux futurs conservateurs. Ces informations sont également diffusées à l’IFROA (Institut français de restauration des œuvres d’art qui dépend du ministère de la Culture) et à la MST (maîtrise des sciences et techniques de la conservation-restauration de l’université Paris I) pour sensibiliser les futurs restaurateurs professionnels.

  • de 1990 à 2000 le nouveau laboratoire, dirigé par Maurice Bernard, ancien élève de l’École Polytechnique, puis par Jean-Pierre Mohen, archéologue préhistorien, connaît un développement important car le CNRS lui affecte de nouveaux chercheurs. Il devient ainsi un pôle pour la recherche muséologique et archéométrique en Europe. Une unité mixte – UMR 171 - est créée en 1995 au sein du laboratoire entre le ministère de la Culture et le CNRS (Département des sciences chimiques). Puis le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) voit le jour en 1998. Il résulte de la fusion du laboratoire de recherche et du service de restauration des musées de France.

La science au service de l’art : de l’analyse par rayons X aux faisceaux d’ions

9En tant que service à compétence nationale de la Direction des musées de France, le laboratoire a des missions de recherche, d’assistance technique et de documentation scientifique. Les conservateurs le sollicitent lors de nouvelles acquisitions d’œuvres d’art, pour le catalogage lié à l’inventaire informatisé des collections ou en vue d’une publication. Ils souhaitent savoir si l’objet est authentique, connaître la nature d’un matériau, la technique de fabrication d’un objet, sa date de réalisation, etc. L’authentification est certainement l’étude la plus difficile à réaliser. L’assistance technique est une activité de service, en particulier la photographie et la radiographie avant restauration. La recherche sur les peintures est conduite lors d’expositions et publiée dans le catalogue de l’exposition ou dans les annales du laboratoire et, depuis 1994, la revue Technè.

10Les sujets de recherche qui comportent une problématique bien définie sont rares.

11L’étude porte en général :

  • soit sur une série d’objets qui présentent des similitudes. Il s’agit alors d’effectuer un classement par l’analyse de leur composition comme, par exemple, les bijoux d’Arégonde, des perles de Suse ou de Carthage, des scarabées d’Égypte et de Mésopotamie, les déesses mères de Catal Huyuk, les objets en bitume (Suse), les céramiques gallo romaines en terre cuite blanche de l’Allier, etc.

  • soit sur un objet unique, par exemple la coupe du Grand Dauphin (XVIIe siècle), un cache perruque égyptien, une pierre de fondation (Korsabad), un fragment de vase en antimoine (Tello), un émail exceptionnel comme l’émail Plantagenet (XIIe siècle), etc.

12L’observation joue un rôle primordial pour déterminer les points d’intérêt mais elle est compliquée car sans fil conducteur. Il faut s’efforcer d’identifier ces points d’intérêt, objets de la recherche, avant de faire une étude approfondie.

Les rayons X permettent d’analyser la matière à partir de trois phénomènes physiques qui résultent de leur interaction : l’absorption, l’émission et la diffraction. On peut voir à travers la matière au moyen de la radiographie (absorption) ; identifier la composition chimique élémentaire d’un matériau par fluorescence X (émission) ; enfin, caractériser un composé cristallin par diffraction X. Les rayons X ne menacent pas l’intégrité des œuvres d’où leur intérêt pour l’analyse. Cependant, si l’analyse par diffraction X opère sur un minuscule échantillon, la fluorescence X nécessite un prélèvement assez important pour être représentatif de la composition de la céramique ou du verre. Quant à la micro-fluorescence X, équipement inventé au LRMF, elle permet des analyses rapides de surface sans prélèvement.

L’analyse par rayons X

13Deux équipements, fabriqués par Siemens, sont installés dès 1968 au LRMF : un spectromètre de fluorescence X et un diffractomètre X

14Le spectromètre y est utilisé pour analyser quantitativement les éléments chimiques majeurs, mineurs et en traces, principalement dans la céramique et le verre, car le métal est analysé par spectrométrie UV-visible. Le rayonnement d’un tube à rayons X irradie une perle de verre dans laquelle l’échantillon a été fondu pour être homogène et dilué. Le rayonnement de fluorescence émis par la perle est diffracté par un cristal analyseur. Chaque élément chimique émet des raies X caractéristiques qui sont dispersées dans des angles définis selon le cristal analyseur. Un détecteur mobile mesure le taux d’impulsions de l’une des raies de fluorescence de chaque élément chimique. Par étalonnage, on peut doser la concentration de cet élément dans l’échantillon.

15Cette technique a été appliquée à l’analyse de séries d’objets pour caractériser des compositions homogènes correspondant à l’origine des argiles donc pour identifier, par exemple : les ateliers de fabrication des figurines gallo-romaines en terre cuite blanche de l’Allier ; des sigillées (c’est-à-dire des objets de table en terre cuite rouge recouverts d’un vernis qui sont moulés et présentent un décor en relief et une estampille) de l’Est de la Gaule ou des céramiques communes d’époque gallo-romaine trouvées en Saintonge.

16L’analyse statistique de ces données par des méthodes telles que l’analyse en composantes principales ou l’analyse factorielle des correspondances fait apparaître des groupes de composition distincte caractéristiques des ateliers. Ces trois recherches menées sur des corpus importants sont publiées dans des ouvrages, d’autres dans des articles.

17La diffraction des rayons X permet d’identifier les composés chimiques cristallisés à partir de leur structure atomique. Elle s’effectue, soit dans des chambres opaques à la lumière équipées d’un film radiographique pour enregistrer, pendant plusieurs heures, les rayons X diffractés ; soit avec un goniomètre (il s’agit d’un détecteur de rayons X mobile sur une plateforme circulaire permettant de mesurer l’angle du faisceau diffracté) et un détecteur pour enregistrer l’intensité et la position des raies diffractées. .

18L’échantillon de l’ordre du milligramme est fixé sur une tige de verre qui tourne au centre de la chambre Debye-Scherrer afin d’augmenter les orientations des cristallites par rapport à l’axe du faisceau de rayons X. Une chambre de Guinier, où l’échantillon tourne selon deux axes de rotation, est utilisée pour des quantités inférieures au milligramme. Le diffractomètre opère sur des prélèvements de l’ordre du gramme.

19En 1977, le dépouillement des diagrammes complexes de diffraction X est automatisé au moyen d’un logiciel mis au point au LRMF, avec le soutien du bureau de l’informatique du ministère de la Culture. Ce nouvel outil opère sur une base constituée de la structure atomique et de l’intensité des raies de diffraction X de plus de 35 000 composés cristallisés de référence. Cette technologie, unique à l’époque et quelque peu complexe à appréhender, est utilisée pour identifier les composés cristallisés en mélange par sélection des raies principales. L’informatique permet de tenir compte de l’erreur de mesure sur la largeur des raies si la cristallisation est imparfaite ou de la superposition des raies dont l’intensité s’ajoute en cas de mélanges. Le programme permet d’effectuer toutes les combinaisons croisées entre les distances inter-réticulaires qui correspondent aux raies des composés de référence. Cet outil informatique a été utilisé pendant plus de 20 ans, puis remplacé par une application embarquée qui permet de procéder à un traitement automatisé des données.

20En 1978, les traitements statistiques multi-dimensionnels (analyse factorielle, analyse en composantes principales etc.) des résultats d’analyses quantitatives de séries d’objets de musée, en métal, verre et céramique, sont également conduits sur l’ordinateur central du ministère et ce jusqu’au début des années quatre-vingt-dix.

21Le domaine d’application est vaste : pigments, pierres et minéraux, gemmes, céramiques, mosaïques, métaux, produits de corrosion et même le verre cristallisé (voir la coupe du Grand Dauphin).

La micro-fluorescence X

22Cette technique, conçue au LRMF et mise en œuvre en 1972, permet d’analyser directement la surface des objets et des peintures. On peut également opérer sur de petits échantillons tels que les prélèvements de peinture. Deux systèmes de détection sont possibles : l’un, avec un détecteur dispersif en énergie (en silicium ou germanium), permet une analyse rapide mais de faible résolution énergétique ; l’autre, avec un goniomètre, est plus lent mais il donne une grande dispersion en longueur d’onde. Ces équipements ont été utilisés pendant près de 30 ans.

23Afin de pouvoir opérer sur les coupes de peinture avec une bonne sensibilité et sur des surfaces d’une centaine de microns carrés, un système sous vide ou sous balayage d’azote avec visée sur l’échantillon et sur un collimateur est réalisé en 1976.

La radiographie haute tension, la stéréoradiographie et l’émissiographie

24L’équipement de radiographie haute tension (300kV, 10mA) acquis en 1975 par le laboratoire, permet de radiographier des objets très absorbants aux rayons X. Il est ainsi possible de déceler les armatures internes de statues, les montages de statues égyptiennes en bois, l’assemblage par soudure ou martelage de statues orientales en laiton, des fissures dans un coin monétaire, etc.

25La stéréoradiographie, comme la stéréophotographie, consistent, elles, à prendre deux clichés d’un objet avec un petit déplacement de la source. Par combinaison optique des deux images où chaque œil voit l’une des deux images le cerveau restitue la vision en relief des parties internes de l’objet comme avec un tomographe.

26L’émissiographie, dernière technique décrite ici, où les rayons X "durs" de 300kV, filtrés avec une plaque de cuivre d’un centimètre, traversent un film monocouche sans l’impressionner. Appliqué contre la surface plane d’une peinture exposée aux rayons X, ce film enregistre le rayonnement émis par la couche picturale, en particulier les électrons diffusés. L’émissiographie, c’est-à-dire l’image obtenue par émission d’électrons par la surface irradiée sous le faisceau de rayons X, correspond à la composition chimique des pigments situés à la surface de la peinture. Plus le numéro atomique d’un élément chimique est élevé, plus cet élément émet d’électrons ; à l’inverse il absorbe plus les rayons X. Cette technique s’est révélée particulièrement utile pour obtenir une image radiographique des peintures sur cuivre ou sur pierre. Dans ce cas, la radiographie classique montre l’image de l’épaisseur du cuivre et non celle de la couche picturale. De même, l’image d’émissiographie de l’émail Plantagenet cité plus haut, montre la mise en place d’un dessin préparatoire ponctué de traits effectués à la pointe. De plus, les différences de tracés selon les emplacements sur la plaque témoignent de l’intervention de deux personnes. Enfin, appliquée à La Joconde, l’image en émissiographie révèle la présence de glacis absorbants en surface.

La tomographie

27Les scanners à rayons X présents dans les hôpitaux dans les années 1980, permettent de visualiser et de reconstruire en 3D des zones opaques aux rayons X dans le corps humain. L’application de cette technique à des « calculis » - petites bulles rondes et fermées en céramique cuite de cinq centimètres contenant des éléments - permet de mesurer lesdits éléments et d’en déterminer la forme. Ces bulles sont, en quelque sorte, des contrats commerciaux antiques. En effet, les éléments contenus dans la bulle scellée caractérisent des marchandises et représentent donc un contrat de vente entre commerçant et acheteur. En revanche, les sceaux cylindres ou plats servent à réaliser une empreinte d’identification. Aucune relation n’a été trouvée entre les marques creuses à la surface du « calculi » et le nombre ou la forme des éléments situés à l’intérieur. En 1995, des équipements de radiographie digitale ont remplacé les anciens équipements des années soixante-dix. Ils sont désormais automatisés avec suspension plafonnière ; l’image numérique peut être traitée par ordinateur.

Les autres techniques du laboratoire

28La chromatographie en phase gazeuse sert à caractériser les liants organiques présents dans l’huile des peintures. L’extrait est chauffé dans un four pour vaporiser les molécules qui sont entraînées dans une colonne par un flux gazeux. Elles sont séparées par adsorption sur une phase stationnaire et finalement détectées. Le temps de rétention de chaque constituant permet d’identifier la molécule.

29La spectrométrie UV-visible est utilisée pour l’analyse des métaux, en particulier les alliages de cuivre, dont la composition permet de retrouver la nature et l’origine des minerais. Mais le recyclage des rebuts métalliques, comme les tesselles de verre, limite notablement la recherche des provenances.

30La thermoluminescence sert à dater les céramiques. La radioactivité interne (uranium, thorium et potassium) des grains de quartz (sable) provoque, au cours du temps, le transfert d’électrons dans des pièges situés sur les défauts cristallins. Chauffé à 500°C dans une chambre obscure, l’échantillon libère l’énergie accumulée sous forme de lumière dont l’intensité est mesurée en fonction de la température. Après étalonnage, on peut dater l’objet puisque la quantité d’énergie libérée est proportionnelle au temps qui s’est écoulé depuis la cuisson de la céramique qui avait libéré l’énergie antérieure des grains.

L’analyse scientifique appliquée aux œuvres d’art

31En 1863, Louis Pasteur est professeur de géologie, de physique et de chimie à l’École des beaux-arts de Paris. En 1885, Marcelin Berthelot publie l’Introduction à l’étude de la chimie des anciens et du Moyen Âge avant de devenir ministre des Beaux-Arts. Il est vraisemblable que ces premiers travaux, menés sur des pièces de musée au XIXe siècle, sont à l’origine, 50 ans plus tard, au XXe siècle, des laboratoires dont le sujet d’études est le patrimoine.

32L’analyse est la première étape technologique de l’étude. La recherche commence lors de l’interprétation des résultats qui permet de comprendre l’inventivité des artisans de l’Antiquité, la pérennité et les transferts de leur savoir-faire ainsi que leur intérêt pour les ressources minérales.

33Les recherches appliquées aux vastes collections du musée du Louvre révèlent de nombreuses techniques de fabrication découvertes dès l’Antiquité, telles que :

  • le procédé d’auto-glaçure utilisé pour la fabrication de perles circulaires creuses de l’époque mycénienne trouvées en Crète ;

  • le phénomène de frittage, c’est à dire une poudre agglomérée par cuisson qui constitue le noyau de sable des amulettes égyptiennes funéraires appelées ouchebti. Ces statuettes simulent des serviteurs funéraires qui accompagnent le défunt dans l’au-delà.

  • le procédé de germination utilisé dans la fabrication du bleu égyptien dont la formule est CaCuSiO4, 2H2O en Égypte et BaCuSiO4, 2H2O en Chine (matériau supraconducteur) ;

  • la constance de la forme harmonique (√2) des scarabées présente pendant plus d’un millénaire ;

  • des perles en cornaline décorées à la pointe chaude sans ajout de matière par transformation de la cristallinité du minéral ;

  • la dilution de cuivre ou de fer métallique à l’état colloïdal dans des tesselles de mosaïques romaines en verre rouge qui sont réutilisées, selon le moine Théophile, dans les émaux du Moyen-Âge comme en témoigne l’analyse de l’émail Plantagenet dont l’épée soustraite de l’alvéole guillochée était en or ;

  • la coupe cristallisée du Grand Dauphin, inventoriée sous le nom de prase (quartz à inclusions d’actinotes) qui est, en fait, du verre au plomb cristallisé réalisé par Ravenscraft, en Angleterre, qui a redécouvert ce matériau au XVIIIe siècle ;

  • le procédé de fabrication d’un verre carthaginois dont le décor en torsades enchevêtrées est composé d’oxyde d’antimoine, que des verriers de Murano ont reproduit en ma présence ;

  • l’utilisation d’un fondant sodique (natrum) durant l’antiquité et de cendres de bois potassiques au Moyen-Âge en Europe pour la fabrication du verre où les bulles d’air diffusent la lumière du vitrail ;

  • la dorure à l’amalgame (dorure au mercure), dès l’époque romaine, à partir de cinabre exploité, selon Théophraste en 300 avant J.C., dans les mines d’Almaden en Espagne et transporté, selon Vitruve, à Rome et en Gaule, au Ier siècle avant J.C.et sous la protection de l’armée, pour la réalisation de peintures murales ;

  • la production d’antimoine pur à 99,5 %, dès le IIIe millénaire, en Transcaucasie, comme en témoigne le fragment de vase trouvé à Tello, etc.

34Citons aussi la découverte fortuite de minéraux rares, de matériaux de synthèse antiques ou de restes de contenu :

  • l’heulandite qui compose 18 sceaux cylindres trouvés à Suse et quatre autres fragments trouvés à Shar-i-Shokte, sites distants de 1200 km, tous d’époque proto-élamites (3000 - 2900 avant J.C.) ;

    • 1 L'heulandite et la mordénite appartiennent à la famille des zéolites utilisées aujourd'hui pour l'e (...)

    la mordénite qui est le constituant d’un sceau cylindre et d’un fragment de bovidé trouvés également à Suse mais datés de 2400 avant J.C.1 ;

  • la chlorite qui compose la majorité des statues mésopotamiennes ;

  • le phtalate acide de potassium, découvert au fond d’un vase copte (VIe-VIIe siècle) trouvé dans le Monastère de Saint Marc et qui témoigne de la présence de vin évaporé ;

  • le résidu noir dans un boîtier d’époque gallo-romaine et qui correspond à de l’encre ferro-gallique - ce qui prouve donc bien qu’on est en présence d’un encrier ancien ;

  • la stéatite (avec parfois des grains de chromite de fer, minéral provenant du Yemen), l’enstatite, la jadéite et la néphrite qui constituent des scarabées égyptiens ;

  • la magnésite, pierre de fondation du palais de Sargon 1er, représente l’un des matériaux de construction ;

  • la huntite et l’atacamite, pigments trouvés dans des fresques égyptiennes, et ces mêmes atacamite et la paratacamite qui figurent également dans des peintures chinoises ;

  • un fragment de météorite (fer contenant 30 % de nickel) incrusté dans le front d’une statuette de dieu mésopotamien ;

  • l’usage d’électrum en Égypte, alliage naturel d’or et d’argent qui ne contient pas les impuretés de l’alliage d’argent ;

  • une coupe en variscite appartenant à la collection Mazarin et qui provient peut-être de Corse ;

  • un verre égyptien de l’époque de la reine Tiy, Nouvel Empire 18e dynastie, moulé transparent et sans bulle et qui contient près d’un pourcent d’arsenic (agent "débullant" redécouvert au XIXe siècle) ;

  • une fiole à poison gallo-romaine en bronze, identifiée par le produit de corrosion à base d’arséniate de cuivre qu’elle contient ;

  • les grenats des bijoux mérovingiens provenant de Bohême (type pyrope) ou d’Afghanistan (type almandin) ;

  • des amulettes égyptiennes en amazonite et en serpentine ;

  • des perles trilobées décorées avec de l’antimoniate de sodium, de l’antimoniate de plomb, ou du stannate de plomb de synthèse ;

  • du zircon sur une couronne népalaise ;

  • plus communément, le lapis-lazuli d’Afghanistan, la turquoise du Sinaï, la malachite, le cristal de roche, etc.

35Ces exemples sont des indicateurs analytiques. Ils témoignent de la diversité du savoir interdisciplinaire indispensable à l’exploitation des analyses.

Conclusion

36Le LRMF, en sa qualité de laboratoire le plus ancien et le plus renommé du ministère de la Culture, a pu accélérer son développement, au cours des années quatre-vingt, grâce à la double priorité qu’ont accordée les pouvoirs publics de l’époque à la recherche et à la culture. Il est ainsi parvenu à bénéficier de moyens importants pour moderniser ses équipements d’analyse, en particulier avec l’installation d’Aglae, et a pu disposer de locaux adaptés à une recherche de haut niveau dans l’enceinte même du musée du Louvre.

37Cette proximité physique avec les conservateurs du musée lui a permis de conduire avec succès des programmes de recherche de longue durée sur des œuvres prestigieuses conservées au Louvre, même si ses missions portent, depuis 1968, sur l’ensemble des collections des musées de France. Elle a également attiré, au sein du laboratoire, des doctorants, des chercheurs confirmés et des universitaires qui avaient besoin, pour mener à bien leurs recherches, d’un accès privilégié aux œuvres d’art et étaient intéressés par l’utilisation et la mise au point du seul accélérateur au monde implanté au cœur d’une institution culturelle.

  • 2 L’UMR 171 a été dissoute fin 2011

38Cette présence de chercheurs a permis la création, en 1996, d’une unité mixte de recherche (UMR 171) avec le CNRS (Départements des sciences chimiques et des sciences humaines et sociales)2 mais elle a aussi stimulé de nombreux projets de recherche associant des laboratoires français et européens, dont plusieurs soutenus par la Commission européenne dans les domaines des sciences de l’information et des sciences des matériaux appliquées aux œuvres d’art.

39Partageant ses activités entre l’expertise, la recherche et des activités d’analyse des œuvres d’art liées à ses missions de service à compétence nationale auprès du ministère de la Culture, le laboratoire a acquis, au cours des vingt dernières années, une renommée scientifique internationale.

40Aujourd’hui, son avenir passe probablement par l’obtention d’un nouveau statut administratif qui lui donnerait une plus grande responsabilité de gestion au sein d’un consortium de services aux missions comparables, sous tutelle du ministère de la Culture. Il s’agit de lui faciliter l’accès à tous les modes de financement de la recherche, qu’ils soient nationaux ou européens, au même titre que les autres laboratoires de la communauté scientifique. Il s’agit également de lui donner la souplesse de fonctionnement indispensable à un développement scientifique innovant que rend plus difficile sa présence au sein d’une administration centrale.

Haut de page

Bibliographie

Lahanier Christian, Étude de cinq scarabées égyptiens, Annales du Laboratoire de recherche des musées de France, 1972, p. 67-74

Lahanier Christian, La microfluorescence X appliquée à l’étude des peintures et des objets de musée, Annales du Laboratoire de recherche des musées de France, 1973, p. 45-58

Lahanier Christian, Analyse non destructives d’objets de musée par fluorescence X et microfluorescence X, Compte-rendu du colloque R X et matière (Siemens), Monaco, mai 1973

Lahanier Christian, Note sur l’emploi de l’heulandite et de la mordénite dans la fabrication de sceaux cylindres proto-élamites, Annales du Laboratoire de recherche des musées de France, 1976, p. 65-66

Lahanier Christian, L’analyse non destructive des œuvres d’art par microfluorescence X, dans 4e colloque international C.G.R sur les méthodes analytiques par rayonnements X, mai 1977, p. 170

Lahanier Christian, L’application des méthodes de fluorescence X à l’archéologie au Laboratoire de recherche des musées de France, PACT 1, Conseil de l’Europe, 1977, p. 100-109

Lahanier Christian, Détermination par élément chimique de l’épaisseur de la couche analysée en fluorescence X, PACT 1, Conseil de l’Europe, 1977, p. 100-109

Lahanier Christian, L’application des techniques de fluorescence X au Laboratoire de recherche des musées de France, Reports of the International Symposium on the Conservation and Restoration of Cultural Property, Tokyo, novembre 1978, p. 163

La vie mystérieuse des chefs-d’œuvre, La science au service de l’art, catalogue d’exposition, RMN, Paris, 1980

Bélanger Aurélien, La théorie de l’information, Gallimard, Paris, 2012

Gaborit-Chopin Danielle et Lahanier Christian, Étude scientifique de la plaque émaillée de Geoffroy Plantagenet, Annales du Laboratoire de recherche des musées de France, 1982, p. 7-27

Hobbes Thomas - Leviathan (1651) quoted by Iain Hampsher-Monk in A History of Modern Political Thought, Blackwell, Oxford, Cambridge, 1992, p. 18

Haut de page

Notes

1 L'heulandite et la mordénite appartiennent à la famille des zéolites utilisées aujourd'hui pour l'extraction des terres rares

2 L’UMR 171 a été dissoute fin 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lahanier, « Naissance de la recherche scientifique au Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 132-141.

Référence électronique

Christian Lahanier, « Naissance de la recherche scientifique au Laboratoire de recherche des musées de France (LRMF) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/290 ; DOI : 10.4000/hrc.290

Haut de page

Auteur

Christian Lahanier

ancien chef (de laboratoire) au Laboratoire de recherche

des musées de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org