Navigation – Plan du site
Dossier : culture et patrimoine
Débats et controverses

Un retour du vitalisme ?

Analyse et réflexions suggérées par la lecture de deux ouvrages :Nouvel Pascal, Repenser le vitalisme, Presses universitaires de France, Paris, 2011 et Normandin Sebastian and Wolfe Charles T. (eds), Vitalism and the Scientific Image in Post-Enlightment Life Science, 1800-2010, Springer, New York, 2013.
Is vitalism making a return?
Michel Morange
p. 150-155

Résumés

En proposant que les êtres vivants soient radicalement différents des objets inertes, le vitalisme a joué un rôle important dans la naissance de la biologie moderne. Sa place était encore âprement discutée au début du XXe siècle. Puis le terme a progressivement acquis, parmi les biologistes, une valeur péjorative. Quelques articles et deux ouvrages récents nous invitent à « repenser le vitalisme ». S’agit-il simplement de rendre justice à son importance historique ? Peut-il être encore utile aux biologistes en ce début de XXIe siècle ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La parution récente de ces deux ouvrages témoigne d’un regain d’intérêt pour la question du vitalisme parmi les historiens des sciences, qui se manifeste aussi par la publication, ces derniers temps, de nombreux articles dans les revues spécialisées.

  • 1 Hein H., « The endurance of the mechanism-vitalism controversy », J. Hist. Biol., n°5, p.159-188, 1 (...)

2Il est difficile de donner une définition précise du vitalisme car, comme nous le verrons, il a pris de multiples formes. Il existe presqu’autant de vitalismes que de vitalistes ! Ce qui caractérise le plus généralement ces derniers est leur conviction qu’il existe une différence fondamentale entre les organismes vivants et les objets inanimés1. Pour beaucoup d’entre eux, cette différence vient de la présence, dans les organismes, de quelque chose de plus, éventuellement un principe spirituel. Par exemple, pour Aristote, il existe trois « âmes », l’une présente chez tous les êtres vivants, la deuxième caractéristique des animaux, et la troisième propre à l’homme.

3Des conceptions vitalistes ont donc précédé ce mouvement historique que fut le vitalisme et qui est, lui, plus facile à définir. Il naît au début du XVIIIe siècle à l’instigation du chimiste allemand Georg Ernst Stahl. Il est une réponse à l’interprétation mécaniste du vivant proposée par Galilée et Descartes, qui fait disparaître toute frontière entre le vivant et le non vivant (même si, pour Descartes, l’être humain est radicalement différent des autres animaux parce qu’il possède une âme). Pour Stahl, l’animal n’est pas une machine : il existe un principe vital de nature spirituelle qui anime les êtres vivants. Le vitalisme connut son apogée en France à la fin du XVIIIe siècle avec Théophile de Bordeu et Paul Joseph Barthez de l’École médicale de Montpellier, puis avec François Xavier Bichat. Tous les biologistes du XIXe siècle furent marqués par le vitalisme, même si beaucoup, comme Claude Bernard, le combattirent.

  • 2 Monod Jacques, Le hasard et la nécessité, le Seuil, Paris, 1970.

4Au XXe siècle, après une brève résurgence dans les premières décennies du siècle, le vitalisme a été rejeté. L’image très négative qu’en donne Jacques Monod dans Le hasard et la nécessité est assez représentative d’une opinion partagée par les biologistes2. Les vitalistes n’ont-ils pas freiné la recherche expérimentale, mais surtout commis une faute impardonnable pour un scientifique : avoir renoncé à chercher une explication naturelle des phénomènes observés, et avoir fait appel à des explications non scientifiques comme l’existence d’une « force vitale » ?

Repenser l’histoire du vitalisme

  • 3 Canguilhem Georges, « Aspects du vitalisme » in La connaissance de la vie, Vrin (édition de poche), (...)
  • 4 Rey Roselyne, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du 18e siècle (...)
  • 5 Lenoir T., The Strategy of Life, Reidel, Boston, 1982.
  • 6 Holmes F L., « Vitalism reexamined », Science, n°221 p.146-147, 1983.

5Que signifie donc « repenser le vitalisme » ? C’est d’abord dépasser cette vision négative, largement inspirée par ses derniers avatars. Il s’agit de lui restituer toute sa richesse historique. Ce mouvement de réhabilitation du vitalisme est déjà ancien : Georges Canguilhem3 puis Roselyne Rey4, Timothy Lenoir5 et Frederic Larry Holmes6 y ont largement contribué. Ces deux livres œuvrent dans la même direction. La naissance de la biologie comme science propre du vivant, avec l’introduction du terme de « biologie » par le naturaliste allemand Gottfried Reinhold Treviranus et Jean-Baptiste Lamarck en 1802, est clairement le fruit du mouvement vitaliste. La médecine vitaliste de Montpellier, recourant à la suite d’Hippocrate au pouvoir auto-médicateur du vivant, était plus respectueuse de la vie des patients que l’interventionnisme audacieux de certains iatromécaniciens (comme on appelait les disciples de Descartes).

6Dès le XVIIIe siècle, l’adjectif vitaliste pouvait être accolé à des conceptions très différentes du vivant. Il qualifiait aussi bien ceux qui, comme Stahl, croyaient à l’existence d’un principe spirituel animant les corps, que les biologistes et les médecins qui reconnaissaient simplement l’existence d’un certain nombre de caractéristiques propres aux êtres vivants, comme la sensibilité ou l’irritabilité. Supposer l’existence d’un principe vital n’était, pour de nombreux savants, qu’une condition posée a priori pour pouvoir aller plus avant dans l’étude du vivant. La force vitale était, pour les naturalistes, l’équivalent de la loi d’attraction universelle de Newton pour les physiciens, à partir de laquelle ces derniers pouvaient expliquer, aussi bien le mouvement des astres que l’occurrence des marées mais dont, paradoxalement, l’existence n’avait pas elle-même d’explication.

7Ces deux ouvrages contribuent pleinement à cette réévaluation du vitalisme, à en montrer la complexité, bien éloignée de l’image caricaturale qui en est trop souvent donnée. Ils complètent les travaux antérieurs sur la diversité des conceptions vitalistes et l’influence majeure de cette théorie sur la biologie et la philosophie du XIXe siècle. Ce mouvement a marqué des auteurs aussi différents qu’Antoine-Augustin Cournot ou Claude Bernard. Il n’a pas brutalement disparu, contrairement à la légende, lorsque Friedrich Wöhler montra, en 1828, que l’urée, composé organique, pouvait être synthétisée en laboratoire.

  • 7 Chang K., « Alchemy as studies of life and matter: Reconsidering the place of vitalism in early mod (...)
  • 8 Comme le rappelle François Pépin dans l’ouvrage dirigé par Pascal Nouvel.
  • 9 Voir aussi : Reill Peter Hanns, Vitalizing Nature in the Enlightment, University of California Pres (...)

8Les éditeurs de ces deux ouvrages explorent des voies de recherche qui avaient été jusque là peu empruntées, comme les liens entre l’alchimie7 et le vitalisme, puis entre la chimie et le vitalisme au XVIIIe siècle. Les relations étroites entre le vitalisme et les Lumières, aussi bien en France autour de Diderot et de l’Encyclopédie8 qu’en Allemagne, sont devenues un champ actif de recherches9. Cet intérêt vient probablement de ce que notre vision positive des Lumières s’accorde mal avec l’image négative du vitalisme.

Vitalisme, émergentisme et holisme au début du XXe siècle

9Ces deux ouvrages consacrent aussi une part importante à la résurgence du vitalisme qui se développa au début du XXe siècle, et au débat entre mécanistes et vitalistes qui s’ensuivit. Les représentants emblématiques de ce néo-vitalisme furent Hans Driesch et Henri Bergson. Ce débat est important à au moins quatre titres. Il eut un impact immédiat sur la communauté des biologistes. Mais il eut aussi une grande influence sur de nombreux penseurs pendant toute la première moitié du XXe siècle. La vision négative - du vitalisme qui domine aujourd’hui est clairement le fruit de ce débat et de l’échec des positions vitalistes. Enfin et surtout, ce débat s’est déplacé vers la discussion de notions comme celle d’émergence et de holisme, qui sont, comme nous le verrons, au cœur d’un prétendu retour actuel du vitalisme.

  • 10 Allen G E., « Mechanism, vitalism and organicism in late nineteenth and twentieth-century biology: (...)

10C’est l’embryologiste allemand Driesch qui en fut à l’origine. Les capacités de régénération de l’embryon précoce que ses propres travaux expérimentaux avaient révélées ne pouvaient, selon lui, être expliquées par aucun mécanisme. La seule explication possible était l’existence, chez l’embryon, d’un « projet », d’un principe finaliste non matériel, guidant son développement jusqu’au stade adulte, auquel Driesch donna le nom d’«  entéléchie ». La conclusion de Driesch eut d’autant plus d’impact qu’il avait adhéré jusque-là au programme mécaniste de recherche mis en place par l’embryologiste allemand Wilhelm Roux à la fin du XIXe siècle10. L’élan vivant par lequel Bergson expliquait l’évolution du vivant semblait appartenir à la même catégorie. Ce rapprochement était sans doute incorrect, même s’il fut opéré par beaucoup : Bergson ne se considérait pas comme un vitaliste, et il rejetait l’idée de finalité. Ce qui peut néanmoins rapprocher les projets de Driesch et de Bergson est que, tous deux, traçaient une frontière nette entre le vivant et le non vivant.

  • 11 Le lecteur trouvera dans les deux ouvrages un excellent historique et une analyse très fine de la s (...)

11L’aspect le plus intéressant du débat qui suivit fut l’intérêt soudainement porté à l’organicisme et à l’émergentisme, deux conceptions qui s’opposaient aussi bien au mécanisme matérialiste et réductionniste qu’au vitalisme spiritualiste11. L’organicisme est la conviction que l’organisme est un tout dans lequel chaque partie, chaque organe, a sa place et joue son rôle en fonction des autres parties. L’organicisme est présent dans la pensée des naturalistes qui ont étudié les organismes vivants depuis l’Antiquité, mais c’est le philosophe allemand Emmanuel Kant qui en donna, en 1790, la première formulation claire dans La critique de la faculté de juger. L’organicisme est un cas particulier de holisme, théorie selon laquelle le tout est plus que la somme des parties.

12L’émergence est, pour ses partisans, un processus naturel, responsable de l’apparition de caractéristiques nouvelles et imprédictibles. La formation d’eau à partir d’oxygène et d’hydrogène est un phénomène émergent, comme l’apparition de la vie ou celle de la pensée. Émergentisme et organicisme s’intéressent à des caractéristiques qui ne peuvent être déduites de la connaissance de leurs composants. Mais l’émergentisme est une vision générale de la réalité, alors que l’organicisme ne s’intéresse qu’aux organismes vivants. Pour les émergentistes, l’histoire de l’Univers est, dans son ensemble, un processus de complexification faisant émerger des propriétés nouvelles.

13L’émergentisme eut son apogée dans les années 1920-1930, tant chez les philosophes anglais avec Lloyd Morgan et Samuel Alexander que chez les biologistes, avec, entre autres, H. S. Jennings et J. Arthur Thomson. Mais cet intérêt fut de courte durée. La réduction apparente de la chimie à la physique par la théorie quantique, et l’explication conséquente des propriétés de la molécule d’eau par celles des atomes la constituant, montrèrent que les phénomènes dits émergents ne l’étaient qu’à cause des limites de nos connaissances. Les progrès de ces dernières pourraient permettre d’expliquer et de prédire l’existence de ces phénomènes émergents.

14 Depuis les années trente jusqu’à la fin du siècle, la caractérisation de plus en plus précise des mécanismes opérant au sein des organismes vivants fit pencher la balance entre le vitalisme et le mécanicisme du côté de ce dernier. L’émergentisme et l’organicisme perdirent aussi de leur attrait au profit d’une approche réductionniste des phénomènes du vivant.

15 Le paradoxe énergétique des organismes vivants, leur capacité à se « complexifier » alors que l’ensemble de l’Univers tend inexorablement vers le désordre, contribua, de la fin du XIXe siècle à Erwin Schrödinger dans les années 1940, à distinguer les organismes vivants des objets non animés, et par là même, à conforter la vision vitaliste. Le paradoxe s’estompa progressivement lorsque l’on réalisa que les organismes vivants ne sont pas des systèmes thermodynamiques isolés, mais des systèmes ouverts, en échange permanent de matière et d’énergie avec leur environnement. Tout paradoxe disparaît si le système considéré contient à la fois les organismes et le milieu avec lequel ils interagissent.

16 Le fonctionnement intégré des organismes vivants, l’harmonie entre les parties et le tout dont les expériences de Driesch étaient l’une des expressions les plus frappantes, trouva peu à peu son explication dans la révélation de la diversité et de la complexité des mécanismes régulateurs du vivant. Entreprise par Claude Bernard, la description des régulations physiologiques trouva, avec le concept d’homéostasie de Walter Cannon, un cadre explicatif général dans la première moitié du XXe siècle. Le développement de la cybernétique après la seconde guerre mondiale démontra, s’il en était besoin, que le principe de ces mécanismes régulateurs n’était pas propre au vivant, même s’il y trouvait de très belles illustrations. La biologie moléculaire prit le relais de la physiologie en révélant toute la complexité des mécanismes régulateurs qui opèrent au niveau macromoléculaire. La finalité apparente du développement et des comportements des organismes était le résultat de ces mécanismes de régulation actifs à de multiples niveaux. La découverte, au cœur des êtres vivants, d’un « programme génétique » vint achever ce processus de réduction de la finalité apparente des organismes.

17 Enfin, le vitalisme avait longtemps trouvé un soutien dans l’inadéquation de la métaphore de la machine à décrire les structures et les fonctions des organismes. Ce décalage s’estompa au niveau macromoléculaire où la comparaison entre les protéines et des micromachines est, pour beaucoup de biologistes, tout à fait pertinente.

  • 12 Harrington A., Reenchanted Science: Holism in German Culture from Wilhelm II to Hitler, Princeton U (...)

18 À ces raisons scientifiques il faut joindre le discrédit dont souffrirent le vitalisme, mais aussi le holisme et l’organicisme, pour avoir été souvent en « mauvaise compagnie » et trouvé, en particulier, un soutien appuyé chez certains idéologues du nazisme12.

  • 13 Delaporte F. (ed.), A vital Rationalist: Selected Writings from Georges Canguilhem, Zone, New York, (...)

19 Les conceptions vitalistes disparurent de l’esprit des biologistes. Ce ne fut pas le cas en médecine, tout particulièrement en psychiatrie et dans le champ de la psychanalyse. Les débats des premières décennies du XXe siècle entre vitalistes et mécanistes n’y furent pas sans influence, même si ce n’est pas le vitalisme en tant que tel qui perdura, mais une certaine conception holiste du vivant. Comme il est montré dans l’ouvrage dirigé par Sebastian Normandin et Charles Wolfe, le psychologue Kurt Goldstein et le psychanalyste Wilhelm Reich privilégièrent une conception holiste du fonctionnement mental (et de ses dysfonctionnements). Influencé par Kurt Goldstein, le philosophe français Georges Canguilhem proposa une vision holiste de la maladie, impliquant l’organisme dans son ensemble. La pensée de Georges Canguilhem fut d’ailleurs qualifiée de « vitaliste » par plusieurs de ses élèves13.

Vers un retour du vitalisme ?

20 Les historiens, et en particulier les historiens des sciences, ne choisissent pas leurs thèmes de recherche au hasard. Travailler sur l’histoire du vitalisme implique que les conceptions vitalistes puissent avoir un intérêt pour notre époque. Pascal Nouvel envisage explicitement un retour du vitalisme en se référant à quelques publications biologiques récentes (voir plus loin). Sebastian Normandin et Charles Wolfe consacrent la troisième partie de leur ouvrage à l’actualité du vitalisme.

21 Nous ne considérerons pas ici la persistance du vitalisme dans le langage commun ou dans la littérature, ni la place qu’il n’a jamais cessé d’avoir en philosophie. De manière intéressante, les phénoménologues qui avaient, à quelques exceptions près dont Hans Jonas et Maurice Merleau-Ponty, fait de la conscience le centre organisateur de la réflexion philosophique, accordent aujourd’hui au vivant une plus grande place dans l’interprétation philosophique du monde.

22 Le vitalisme, l’organicisme et le holisme qui en sont les compagnons, n’ont pas non plus disparu de la médecine. Leur présence est peut-être parfois utile face à la mécanisation de la médecine, et à sa déshumanisation concomitante. Les médecines dites parallèles sont souvent le refuge de conceptions explicitement vitalistes.

23 Certains physiciens ne furent pas insensibles non plus aux sirènes du vitalisme. Niels Bohr et Walter Elsasser adhérèrent à l’idée qu’il existait quelque chose « de plus » chez les êtres vivants. Ce « quelque chose », nécessaire pour rendre compte de leurs propriétés, n’était pas pour eux un principe spirituel, mais des lois ou des principes physiques encore à découvrir. Le physico-chimiste Michael Polanyi, lui, replaça l’intentionnalité et l’émergence au cœur du fonctionnement du vivant.

24Le développement des sciences cognitives, et le retour des interrogations sur la nature de la conscience et du libre arbitre ont aussi ressuscité récemment un débat sur l’émergence, guère différent de ce qu’il avait été dans les années 1930.

25 Notre objectif est de concentrer la discussion sur la biologie fondamentale. Le vitalisme a-t-il quelque chose à offrir aux biologistes contemporains ? Pourquoi certains d’entre eux ont-ils récemment éprouvé le besoin de réintroduire ce terme de « vitalisme » ?

26 Comme nous l’avons vu, le vitalisme a été, dès le XVIIIe siècle, une réaction contre les tentatives faites pour expliquer le fonctionnement des organismes vivants par l’existence de mécanismes physico-chimiques. Chaque avancée dans ce sens a suscité une réaction vitaliste, au début du XXe siècle comme à sa fin, avec le développement de la biologie moléculaire.

  • 14 Kirschner M., Gerhart J. and Mitchison T., « Molecular vitalism », Cell, n°100, p.79-88, 2000.
  • 15 Kirschner M W. and Gerhart J C., The Plausibility of Life, Yale University Press, New Haven, 2005.
  • 16 Strohman R., « ...we need a metaphor to explain life’s mystery », Nature, n°408, p.767-768, 2000.
  • 17 Gilbert S F. and Sarkar S., « Embracing complexity: Organicism for the 21st century », Dev. Dyn., n (...)

27 Les premiers à avoir à nouveau parlé explicitement de vitalisme furent Marc Kirschner, John Gerhart et Tim Mitchison début 2000, dans un article auquel ils donnèrent le titre de « Molecular Vitalism ». Cet article faisait partie d’un numéro spécial de la revue scientifique Cell, destiné à faire le point des avancées de la biologie14. Il ne s’agissait pas, pour ces trois auteurs, de réhabiliter le vitalisme, mais de montrer que la biologie actuelle ne saurait convaincre un vitaliste qu’elle a expliqué la vie. La raison en est que les biologistes ont laissé beaucoup trop de place à la notion vague d’information, et abusé des analogies mécanistiques. Ils n’ont pas laissé assez d’espace à la nature dynamique du vivant, et aux processus d’auto-organisation. Ils n’ont pas été capables non plus de rendre compte de la « robustesse » des organismes, c’est-à-dire de leur capacité à résister aux perturbations de l’environnement. Quelques années plus tard, Marc Kirschner et John Gerhart insisteront sur la nécessité d’expliquer la capacité du vivant à innover au cours de l’évolution15, un discours qui n’est pas sans rappeler celui de Bergson. En 2000 aussi, Richard Strohman insistait sur le fait que la biologie actuelle ne rendait pas compte du « mystère de la vie », ce que les vitalistes avaient tenté maladroitement de faire16. Enfin Scott Gilbert et Sahotra Sarkar appelaient au retour, non du vitalisme, mais de l’organicisme, c’est-à-dire, selon leurs termes, d’un matérialisme holiste seul à même d’expliquer la complexité du vivant et, en particulier, le développement embryonnaire17. La molécularisation de la biologie aurait eu pour conséquence néfaste de faire disparaître cette vision holiste qui avait toujours été celle des embryologistes.

  • 18 Jacob F., La logique du vivant, Gallimard, Paris, p. 320,1970.

28 À ces publications portant directement sur le vitalisme et l’organicisme, il faudrait ajouter une prolifération d’articles et d’ouvrages sur la recherche d’une définition de la vie et/ou d’une réponse à la question « Qu’est-ce que la vie ? ». La réémergence de cette question après une longue phase où, comme l’avait dit François Jacob « on n’interroge plus la vie... dans les laboratoires » n’était pas forcément le signe d’un retour du vitalisme18. Mais elle était néanmoins le témoin d’une insatisfaction nouvelle vis-à-vis des réponses qui avaient pu être proposées antérieurement, associant la vie à la possession d’une information génétique et d’un code génétique. Cette interrogation sur la « nature de la vie » pouvait être un terreau fertile pour la réémergence de conceptions vitalistes.

29 Si l’on cherche à classer les arguments avancés dans ces articles et publications, le retour du vitalisme serait porté par trois « limites » des travaux actuels.

30 La première serait la conséquence du nombre croissant de mécanismes moléculaires connus. L’ensemble est tellement complexe que le fonctionnement global qui en émerge n’est pas prédictible à partir de la simple description des mécanismes élémentaires. L’émergentisme réémerge sous une forme légèrement différente de celle qu’il avait prise au début du XXe siècle. Il est clairement épistémique, trouvant son origine dans notre incapacité à intégrer l’ensemble des mécanismes intervenant dans les processus étudiés, et non plus ontologique, ne cherchant plus à rendre compte de l’apparition de phénomènes nouveaux, d’une nature différente. Sa vie pourrait être brève. Se produira ce qui est déjà arrivé avec la molécule d’eau : des progrès dans la description des systèmes et le développement de méthodes de calcul plus puissantes permettront, dans un futur plus ou moins proche, de surmonter ces difficultés.

31La deuxième difficulté à laquelle se heurtent les biologistes est de parvenir à passer d’une description statique des mécanismes du vivant à une description dynamique. La difficulté est de même nature que dans le cas précédent, ce qui suggère aussi qu’elle pourra être surmontée.

32 Le troisième défi pour les biologistes contemporains serait d’aller au-delà des modèles évolutionnistes actuels et de parvenir à expliquer, non pas la transformation des organismes vivants au cours de l’évolution, mais leur capacité à se transformer, leur « évolvabilité ». Celle-ci niche-t-elle dans les recettes, inventées au cours de l’évolution, que tentent de dégager John Gerhart et Marc Kirschner – comme la modularité – ou dans des principes physiques d’auto-organisation ? En quelque sorte, il s’agit de rendre compte de l’« élan vital » qui a poussé les organismes à se transformer depuis quatre milliards d’années.

Conclusion

33Peut-on, pour autant, parler d’un retour du vitalisme ? La première remarque qui s’impose est que, dans les deux ouvrages analysés, ce sont les historiens qui posent la question, et non les biologistes ! Aucun de ces derniers n’a participé à l’ouvrage dirigé par Pascal Nouvel. Une équipe de biologistes a contribué à l’ouvrage dirigé par Sebastian Normandin et Charles Wolfe, mais la seule référence au vitalisme est dans le titre de leur contribution. Celle-ci est plus pragmatiquement consacrée à argumenter en faveur d’un modèle alternatif de contrôle de la division cellulaire. Les publications que nous avons discutées ne sont pas non plus nombreuses. Il n’y a rien de commun entre ces quelques articles et la vivacité du débat qui avait suivi la publication des résultats obtenus par Driesch et de l’interprétation qu’il en avait donnée. De nombreux articles portant sur le vitalisme furent publiés entre 1911 et 1917, en particulier par la revue Science.

  • 19 Décrit par Brian Garrett dans Vitalism and the Scientific Image in Post-Enlightment Life Science, 1 (...)

34 J. Arthur Thomson en distinguait deux formes19. Le vitalisme positif a pour objectif d’expliquer les phénomènes du vivant en faisant appel à un principe ou une force, matérielle ou spirituelle, spécifique du vivant. Le vitalisme négatif a une ambition bien moindre : montrer que les modèles mécanistes sont incapables, en l’état actuel, d’expliquer toutes les caractéristiques du vivant. Dans ce cas, le vitalisme a un statut « par défaut » puisque sa seule valeur vient de la faiblesse des théories concurrentes. Il n’a qu’une valeur épistémique et non ontologique puisqu’il ne fait que prendre acte de l’insuffisance des explications concernant le vivant, sans rien ajouter à notre connaissance du phénomène lui-même.

  • 20 Jacob F., La logique du vivant, op. cit., p.14-18,1970.

35 Le vitalisme actuel est un vitalisme négatif. Il joue le même rôle que celui que Jacob faisait jouer aux conceptions holistes dans l’histoire de la biologie : rappeler en permanence les limites des connaissances présentes, et la nécessité de les dépasser20. Mais le seul vrai moteur du progrès des connaissances est l’approche réductionniste.

36 Le vitalisme peut-il être sauvé sous cette forme affadie ? Si le holisme, l’organicisme et l’émergentisme gardent peut-être le mérite d’attirer l’attention sur des phénomènes qui restent encore inexpliqués, en est-il de même pour le vitalisme ? Ayant perdu toute valeur ontologique, peut-il encore apporter quelque chose à la réflexion biologique ? Son usage, comme nous l’avons vu bien limité, est-il plus que le fruit de l’ignorance de ceux qui utilisent le terme, ou de leur désir d’attirer, coûte que coûte, l’attention sur leurs idées ?

  • 21 Oyama S., « Biologists behaving badly: Vitalism and the language of language », Hist. Phil. Life Sc (...)

37 Notre conclusion sera négative : à l’âge de la biologie synthétique, le vitalisme semble bel et bien mort. Son étude historique et philosophique n’importe aux biologistes contemporains que parce qu’elle peut révéler l’existence de certaines difficultés dans la connaissance du vivant dont toutes n’ont pas disparu. Elle peut aussi délivrer un message de prudence. Certains biologistes d’aujourd’hui, qui se prétendent pourtant matérialistes comme Richard Dawkins, attribuent à l’information génétique, capable de traverser les siècles et les organismes, d’étranges propriétés qui ne sont pas sans rappeler celles que les vitalistes attribuaient au principe vital.21 Il est toujours nécessaire, dans le champ des sciences du vivant, de lutter contre le flou des concepts et des métaphores. Mais la connaissance du vitalisme ne semble plus capable d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche, ou de suggérer de nouveaux modèles explicatifs.

Haut de page

Notes

1 Hein H., « The endurance of the mechanism-vitalism controversy », J. Hist. Biol., n°5, p.159-188, 1972.

2 Monod Jacques, Le hasard et la nécessité, le Seuil, Paris, 1970.

3 Canguilhem Georges, « Aspects du vitalisme » in La connaissance de la vie, Vrin (édition de poche), Paris, p.83-100, 1965.

4 Rey Roselyne, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du 18e siècle à la fin du premier empire, Voltaire Foundation, Londres, 2000.

5 Lenoir T., The Strategy of Life, Reidel, Boston, 1982.

6 Holmes F L., « Vitalism reexamined », Science, n°221 p.146-147, 1983.

7 Chang K., « Alchemy as studies of life and matter: Reconsidering the place of vitalism in early modern chymistry », ISIS, n°102, p.322-329, 2011.

8 Comme le rappelle François Pépin dans l’ouvrage dirigé par Pascal Nouvel.

9 Voir aussi : Reill Peter Hanns, Vitalizing Nature in the Enlightment, University of California Press, San Francisco, 2005.

10 Allen G E., « Mechanism, vitalism and organicism in late nineteenth and twentieth-century biology: The importance of historical context.  », Stud. Hist. Phil. Biol. & Biomed. Sci, n°36, p.261-283, 2005.

11 Le lecteur trouvera dans les deux ouvrages un excellent historique et une analyse très fine de la signification des termes d’holisme, d’organicisme et d’émergence.

12 Harrington A., Reenchanted Science: Holism in German Culture from Wilhelm II to Hitler, Princeton University Press, Princeton, 1996.

13 Delaporte F. (ed.), A vital Rationalist: Selected Writings from Georges Canguilhem, Zone, New York, 1994.

14 Kirschner M., Gerhart J. and Mitchison T., « Molecular vitalism », Cell, n°100, p.79-88, 2000.

15 Kirschner M W. and Gerhart J C., The Plausibility of Life, Yale University Press, New Haven, 2005.

16 Strohman R., « ...we need a metaphor to explain life’s mystery », Nature, n°408, p.767-768, 2000.

17 Gilbert S F. and Sarkar S., « Embracing complexity: Organicism for the 21st century », Dev. Dyn., n°219, p.1-9, 2000.

18 Jacob F., La logique du vivant, Gallimard, Paris, p. 320,1970.

19 Décrit par Brian Garrett dans Vitalism and the Scientific Image in Post-Enlightment Life Science, 1800-2010, op. cit.

20 Jacob F., La logique du vivant, op. cit., p.14-18,1970.

21 Oyama S., « Biologists behaving badly: Vitalism and the language of language », Hist. Phil. Life Sci., n°32, p.401-424, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Morange, « Un retour du vitalisme ? », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 150-155.

Référence électronique

Michel Morange, « Un retour du vitalisme ? », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/316 ; DOI : 10.4000/hrc.316

Haut de page

Auteur

Michel Morange

Centre Cavaillès, CIRPHLES, École normale supérieure

Articles du même auteur

  • Ivan Brissaud propose dans son article que la Théorie de la relativité d’échelle (appelée TRE dans la suite de ce texte) et les modèles log-périodiques qui en découlent soient utilisés en histoire des sciences. Élaborés par Laurent Nottale, ils ont été appliqués jusqu’à présent à des phénomènes physiques (en astronomie, géophysique), biologiques, économiques et même artistiques. Les deux exemples discutés dans la contribution d’Ivan Brissaud sont celui de la découverte des éléments chimiques, et du développement des accélérateurs de particules. Les résultats ont été déjà présentés dans deux articles (1, 2).
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°1 | 2015
  • Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org