Navigation – Plan du site
Varia

Le Cefres à Prague.

Témoignage sur la création d’un centre de recherche à l’étranger.
The CEFRES in Prague
Pierre Grémion
p. 177-181

Résumés

Le Centre français de recherche en sciences sociales (Cefres) de Prague a été créé en 1991 par le ministère des Affaires étrangères, après le retour de la Tchécoslovaquie à la démocratie. Le centre devait ensuite être associé au CNRS. À l’occasion du colloque organisé dans la capitale de la République tchèque pour le vingtième anniversaire du Cefres, Pierre Grémion, qui fut associé au petit groupe au départ de l’initiative, a présenté une communication en forme de témoignage personnel sur les dynamismes d’origine, la coopération entre universitaires et fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, l’utilisation de l’outil par une nouvelle génération de doctorants, sans prétendre traiter du rôle du centre comme interface entre chercheurs français et chercheurs d’Europe Centrale, dimension dont l’analyse requiert naturellement plus que le simple témoignage.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1Intervenant en premier dans cette table ronde, j’apporterai mon témoignage personnel sur les origines du Cefres en m’efforçant de dégager quelques caractéristiques générales susceptibles de nourrir le débat. Ces caractéristiques me paraissent être au nombre de quatre :

21°) la création du Cefres est le fruit d’une collaboration parfaitement réussie entre universitaires et fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ;

32°) c’est un souci de pragmatisme et de réalisme qui animait le petit groupe universitaire de départ ;

43°) la création du Cefres s’inscrivait dans un environnement stimulant après la chute du communisme ;

54°) enfin le développement du Cefres prit place dans une institutionnalisation croissante des centres de recherche en sciences sociales, créés et gérés à l’étranger par le ministère des Affaires étrangères.

Témoignage

  • 1 La conférence sur la sécurité et la coopération en Europe résultant de l'acte final signé en août 1 (...)

6J’ai commencé à m’intéresser aux relations culturelles internationales dans le cadre d’une étude de la troisième corbeille du processus d’Helsinki après 19751. Ayant pu mesurer la pauvreté et la médiocrité des échanges entre la France et la Tchécoslovaquie pendant la période dite de « normalisation », dès le retour de la démocratie, par l’intermédiaire d’une collègue, Marie-Christine Kessler, j’ai pris contact avec la direction Europe du ministère des Affaires étrangères pour proposer une étude sur la relance des relations universitaires entre les deux pays. J’ai reçu un très bon accueil et la direction a accepté de financer cette mission. Il n’était évidemment pas question que j’entreprenne seul ce travail, puisque je ne suis pas tchécophone. J’ai alors contacté Jacques Rupnik (historien et politologue spécialiste de l’Europe Centrale, enseignant à Sciences Po) qui a accepté de participer au projet, et c’est naturellement lui qui a eu le rôle leader pour sa réalisation.

7Peu après la remise de notre rapport, le président de la République, François Mitterrand, dans un discours prononcé à l’occasion d’un voyage en Europe Centrale, annonça la décision de créer à Prague un observatoire de la région en transition. La décision présidentielle descendit la chaîne hiérarchique, du secrétaire d’État aux relations culturelles d’alors Thierry de Beaucé, à la sous-direction des sciences sociales dirigée par Marie-Pierre de Cossé–Brissac, à qui revenait le soin de définir les caractéristiques de cet observatoire.

8Marie-Christine Kessler, dont je viens de parler, était conseillère de Marie-Pierre de Cossé-Brissac. Elle lui remit aussitôt notre rapport, et cette dernière demanda à me rencontrer. Ainsi s’opéra la jonction entre deux événements totalement indépendants au départ. Je me souviens très bien de la première réunion du petit groupe qui s’est alors formé - avec Marie-Elisabeth Ducreux, Antoine Marès, Jacques Rupnik et moi-même - pour envisager ce qu’il conviendrait de faire. Toutes les suggestions que nous avons pu avancer, à commencer par le choix du premier directeur, poste pour lequel Marie-Elisabeth Ducreux s’est portée candidate, ont été acceptées. À la sous-direction, Yves Saint-Geours (actuellement ambassadeur au Brésil) qui succéda à Marie-Pierre de Cossé-Brissac, a joué un rôle décisif, tant par sa compréhension des problèmes que par la rapidité et l’intelligence des décisions à prendre dans cette période de mise en forme.

9Cette excellente coopération de départ, sans aucune fausse note, a très certainement été l’un des facteurs qui ont permis de lancer le Cefres sur de bons rails. Je pense aussi qu’elle a été un gage de longévité pour le centre.

10Il fallait éviter la mise en place d’un dispositif plaqué sur la réalité locale. À cet égard, la notion d’observatoire régional pouvait inquiéter par son ambition. Elle sera vite abandonnée. Non que la perspective régionale dût être laissée de côté, mais elle devait être considérée comme un point d’arrivée et non comme un point de départ. Partir de la réalité locale renvoyait aux nouveaux partenaires apparus à la faveur du retour à la démocratie dans les institutions universitaires et à l’Académie des sciences à Prague. Le rapport Rupnik – Grémion amorçait une première exploration en même temps qu’une première concrétisation de la démarche. La nomination d’un directeur du centre tchécophone était un impératif. Et en effet, le rôle de Marie-Elisabeth Ducreux fut essentiel pour créer le centre : trouver des locaux, nouer des partenariats, définir des perspectives et un style. Le centre se proposait de remplir plusieurs fonctions : nouer des relations avec de nouveaux partenaires tchèques, informer des développements les plus récents de la recherche française, encourager les jeunes chercheurs français à travailler sur la Tchécoslovaquie (la partition n’a pas encore eu lieu), faciliter le travail de chercheurs tchèques souhaitant travailler sur la France.

11Dans la nouvelle conjoncture qui s’ouvrait, le démarrage du Cefres a immédiatement bénéficié, du côté français, de l’engagement d’une nouvelle génération de doctorants qui s’est saisie de l’outil, a appris la langue, s’est lancée dans la préparation de thèses ; ce dynamisme était porté par le nouveau climat politique et intellectuel de l’époque appuyé par les deux vecteurs qu’étaient alors, on s’en souvient, le retour à l’Europe et l’expression de la société civile.

12C’est une banalité qu’il faut rappeler : en 1990 la France avait un très gros effort de rattrapage à faire dans le domaine des échanges culturels et universitaires et le Cefres s’inscrivait dans un ensemble d’initiatives qui marquèrent la première moitié de la décennie. Sans être exhaustif, il faut mentionner bien entendu la rénovation complète, par le ministère des Affaires étrangères, de l’institut de la rue Stepanska et son inauguration par le président de la République, ou encore le projet Tocqueville animé par François Furet et pris en charge par le ministère de la Culture. Il s’agissait, dans chaque pays retournant à la démocratie, de soutenir la traduction et la publication d’une œuvre de Tocqueville et d’organiser un colloque à l’occasion de la sortie de l’ouvrage dans le pays.

13Je voudrais dire deux mots d’une autre initiative qui bénéficia d’une subvention de la direction du livre du ministère de la Culture : la création d’une « Association pour la diffusion du livre français en Tchécoslovaquie ». Cette association a été fondée dans les locaux de la librairie du Regard, créée par Françoise Pavie, à l’ombre de la Maison des sciences de l’homme. Françoise Pavie s’était faite éditrice pour publier, en 1987, une histoire de la Première République tchécoslovaque réalisée dans l’émigration et publiée à Princeton (en 1973). L’association était présidée par Antoine Marès. Grâce à la subvention accordée, elle a pu réaliser des enquêtes sur la situation du livre et de la librairie dans la Tchécoslovaquie en transition. La subvention du ministère de la Culture permettait de répondre aux besoins des universitaires ou des professeurs de l’enseignement secondaire pour leur envoyer des livres, ou des revues dont ils avaient été privés pendant de longues années. La notion de rattrapage est évidemment essentielle. En effet, partant du constat que les universitaires tchèques n’avaient pas les moyens de s’acheter ces livres ou de souscrire des abonnements à des revues, l’association assurait gratuitement ce service à partir des besoins exprimés. Elle le fit jusqu’à épuisement de la subvention accordée par la direction du livre.

14Si le rôle des relations personnelles a été essentiel dans la phase de lancement, le Cefres s’est inscrit dans un mouvement de développement et d’institutionnalisation des centres de recherche en sciences sociales à l’étranger. Il faut, à cet égard, faire un léger retour en arrière. Le ministère des Affaires étrangères ne connaissait, à l’origine, qu’un bureau de l’archéologie dirigé, quelques années auparavant, par Philippe Guillemin. C’est lui qui a transformé ce bureau en sous-direction des sciences sociales. L’idée de créer des centres de recherche en sciences sociales à l’étranger a été élaborée entre Philippe Guillemin et Rémy Leveau (décédé en 2005), un politologue spécialiste du monde arabo - musulman (d’où les premières initiatives au Caire et à Beyrouth). L’intention de Philippe Guillemin et de Rémy Leveau était de mettre en place ces centres de recherche en dehors du réseau culturel du département et de les installer dans des locaux distincts des centres et instituts. Il s’agissait de créer des structures vraiment scientifiques jouissant d’une véritable autonomie, pour contribuer à l’étude des sociétés environnantes. On voit donc qu’avant même la création du Cefres, l’idée était dans l’air, la chute du communisme entraînant un accent mis sur l’Europe centrale (Prague, puis Berlin).

15Vingt ans après il serait intéressant de faire le point sur le développement et l’institutionnalisation de ces centres, mais à ma connaissance, il n’existe aucune étude d’ensemble à laquelle se référer. Je m’en tiendrai donc à quelques remarques fragmentaires.

  • 2 Pour une politique des sciences de l’homme, Rapport du conseil des sciences humaines et sociales, P (...)

16On observe tout d’abord une croissance du nombre des centres de recherche en sciences sociales à l’étranger. Quelque dix ans après la création du Cefres, le ministère publia un répertoire dans lequel, de mémoire, ils étaient alors au nombre de vingt-cinq. L’institutionnalisation va prendre la forme d’une association avec le CNRS. C’était faire entrer dans le jeu un nouveau partenaire, la direction sciences de l’homme et de la société de l’établissement. L’intervention du CNRS répondait à deux soucis de nature différente : du côté des centres eux-mêmes, le souhait d’obtenir la labellisation scientifique ; du côté du Ministère le souci de partager les coûts du développement de ce nouveau réseau. Mais le CNRS, ce sont aussi les sections du Comité national. Ici, en première approximation, il semble que les deux sections les plus impliquées aient été celles de l’histoire et de la science politique. Il est tout à fait significatif qu’en 2001, dans un rapport intitulé Pour une politique des sciences de l’homme2, les centres de recherche en sciences sociales à l’étranger soient considérés comme des équipements au même titre que les bibliothèques et les Maisons des sciences de l’homme qui ont essaimé sur plusieurs campus universitaires. L’institutionnalisation croissante entraînait naturellement des procédures plus formalisées : composition des conseils scientifiques, ordres du jour, procédures de recrutement des directeurs, etc.

17Dans ce processus, il convient enfin de souligner le rôle joué par deux poids lourds institutionnels, l’École des hautes études en sciences sociales et Sciences-Po, qui ont toutes deux la capacité de définir des politiques propres et qui interagissent avec les centres de recherche à l’étranger. La situation privilégiée de l’EHESS découle d’abord du rayonnement de l’École des annales du temps de la VI° section de l’École pratique des hautes études sur toute l’Europe Centrale et jusqu’en Union soviétique ; sur cette base Fernand Braudel (assisté de Clemens Heller) avait mené, pendant plus de deux décennies, une real politik d’échanges avec l’URSS et les démocraties populaires, acceptant les candidats officiellement proposés par ces pays à condition d’obtenir des visas pour des « individualités » dont il avait pu mesurer personnellement l’intérêt de travaux. La création de l’EHESS en 1975 et les présidences successives de Jacques Le Goff (dont on connaît les liens avec la Pologne) et François Furet (qui réinstaurait une histoire politique en rupture avec la perspective braudelienne) coïncidaient avec la montée de dissidences et des oppositions démocratiques à l’Est. L’École devenait alors, à travers plusieurs séminaires et des revues qui lui étaient périphériques, (L’autre Europe, par exemple,) un carrefour d’échanges sur l’Europe Centrale. Et c’est naturellement sur cette nouvelle base que l’EHESS a pu développer ses initiatives après 1989. L’histoire institutionnelle de Sciences-po est très différente. Ce n’est qu’au début des années soixante-dix que fut mise en place une formation doctorale, dirigée par Hélène Carrère d’Encausse, centrée sur l’Union soviétique. Puis, au milieu de cette même décennie, un séminaire sur les relations Est–Ouest était lancé autour de Pierre Hassner dans le cadre du CERI (Centre d’études et de recherches internationales), effort poursuivi tout au long de la décennie suivante. Le terrain était ainsi préparé pour d’autres initiatives après 1989.

18Au terme de ce balayage, je voudrais faire trois remarques (qui n’engagent bien entendu que moi) tirées de ma participation au conseil scientifique pendant une petite dizaine d’années. On est très mal placé, depuis Paris, pour jauger, et encore moins juger, les interactions médiatisées par le Cefres avec les milieux de la recherche tchèques, slovaques, ou autres. Cette médiation est de la responsabilité du directeur du Cefres, et c’est aux directeurs successifs de s’exprimer sur ce point. C’est à mon sens une bonne chose qu’il en soit ainsi. En revanche, ce que l’on saisit très bien à travers les conseils scientifiques, c’est le devenir des doctorants. Lorsque le Cefres se met en place, la thèse (dite encore à l’époque « nouveau régime »), qui date de la loi de 1984, vient d’être renforcée par l’accélération de la politique d’attribution d’allocations de recherche à l’initiative de Claude Allègre – collaborateur direct de Lionel Jospin ministre de l’Éducation nationale du gouvernement Rocard. Dans cette conjoncture le Cefres a joué un rôle extrêmement positif pour mettre le pied à l’étrier à des doctorants et rendre possibles des travaux sur la Tchécoslovaquie et l’Europe Centrale. Certains de ces doctorants ont intégré des institutions de recherche ou les universités. Le Cefres a ainsi contribué à l’émergence d’un nouveau tissu intellectuel de jeunes scholars. Je n’ai qu’un regret, c’est qu’une définition trop étroite, trop administrative en un sens, nous ait empêchés d’ouvrir le conseil scientifique à des littéraires. Je pense que quelqu’un comme Xavier Galmiche, professeur de littérature tchèque à Paris, aurait dû être associé très tôt au conseil. Cette critique, c’est d’abord à moi que je l’adresse, n’étant pas intervenu dans ce sens aux réunions auxquelles j’ai participé.

  • 3 Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française, CNRS éditions, Paris, 2011. Jean-Fra (...)

19Ce développement repose sur une hypothèse implicite, la stabilité des mécanismes institutionnels. Or ceux-ci ont été profondément ébranlés au cours des années 2000. Les transformations débordent de beaucoup le cas du Cefres et des centres de recherche de sciences sociales à l’étranger, mais ils ne manqueront pas d’en modifier la dynamique, s’ils ne l’ont déjà fait. Je ne veux pas me lancer dans une analyse des transformations de l’univers institutionnel des universités et des grands organismes de recherche, d’une part parce que ce n’est pas le sujet de notre rencontre, d’autre part parce qu’étant retraité j’entre dans la catégorie des has been, coupé de ce nouveau monde ! Toutefois, je voudrais terminer en citant deux documents qui me paraissent révélateurs de la profondeur des bouleversements. Le premier est le petit livre que Jean-François Sirinelli vient de publier sous le titre : L’histoire est-elle encore française ?3Pareil titre était tout simplement inconcevable voici vingt ans lorsque le Cefres fut créé. Sirinelli retient deux dimensions qui contribuent à l’effacement des historiens français de la scène internationale : la position dominante, désormais sans partage, de la langue anglaise dans la circulation des savoirs et ce qu’il nomme « le nouvel impératif catégorique de l’évaluation ». Sur le deuxième point, il n’hésite pas à parler d’une frénésie de contrôle qui se déploie à travers les pratiques récentes de l’évaluation - classement des revues, bibliométrie, indexation des carrières des jeunes chercheurs - dont il dénonce les effets pervers et qui sont autant de « mèches lentes » allumées au sein de la recherche historique et qui risquent de l’asphyxier.

  • 4 Catherine Vilkas, « Des pairs aux experts, l ‘émergence d’un nouveau management de la recherche sci (...)

20Le deuxième document sur lequel je voudrais attirer votre attention est l’article d’une sociologue de la science, Catherine Vilkas, qui permet de mettre en contexte ce cri d’alarme de l’historien4. Catherine Vilkas s’emploie à restituer le mouvement de fond qui, tout au long des années 2000, a visé à transférer les méthodes de management élaborées dans le monde industriel en vue de transformer et d’améliorer « la gouvernance » de la cité scientifique. À la lire, on découvre un fourmillement d’acteurs, de think tanks, de consultants, d’offices de certification, etc. qui se pressent au chevet des institutions. Ce mouvement traverse les deux lois de 2006 et 2007 sur la réorganisation de la recherche (avec notamment la création des deux agences) et l’autonomie des universités. La rhétorique managériale s’est imposée, chassant au passage la notion de la science comme bien public. L’intervention d’une nouvelle couche d’experts spécialistes du management de la recherche mine les régulations traditionnelles mises en œuvre par les pairs. En conclusion, Catherine Vilkas ne manque pas de souligner les tensions très fortes que suscite ce mouvement. Le cri d’alarme de l’historien valide ce diagnostic posé un peu plus tôt par la sociologue.

Post Scriptum

21Ce texte paraît plus d’un an après sa rédaction à l’automne 2011. Depuis lors, un enchaînement de décisions intervenu dans le courant de l’année 2012 va transformer profondément la nature du Cefres sans qu’il soit naturellement possible de préjuger de la forme que prendra ce centre. En mars 2012, un appel à candidatures était lancé pour renouveler sa direction. Cet appel était placé sous le signe de « l’évolution des Umifre (Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) engagée par le ministère des Affaires étrangères » déclinée dans un cahier des charges précis et contraignant. Le nouveau directeur devrait concevoir et mettre en œuvre une réforme du Centre impliquant l’intégration des activités de recherche et de formation à la recherche dans une université ou un organisme de recherche tchèque d’ici deux ans, « ou même avant dans toute la mesure du possible. » Le directeur aura également à mettre en œuvre un redéploiement des personnels et des moyens, de la bibliothèque en particulier. Sur la base de cet appel à candidatures, le comité scientifique auditionna des candidats et, compte tenu des exigences formulées, essaya de trouver une formule de mise en œuvre moins brutale de cette réforme. Mais son choix fut désavoué par le comité d’organisation stratégique des Umifre qui retint le nom d’un autre candidat. En conséquence, le président, l’historien Henri Rousso, envoya le 4 juillet une lettre de démission dans laquelle il écrivait :

22« Avec la nomination d’un nouveau directeur et la définition d’un nouveau cahier des charges, le Cefres voit s’ouvrir devant lui une nouvelle étape de son existence, dans des conditions de fonctionnement différentes de ce qu’elles ont été de par le passé. Cette situation appelle certainement la nécessité de nommer également un nouveau conseil scientifique. C’est du moins mon sentiment pour avoir été membre, depuis de nombreuses années, de cette instance avant d’en prendre la présidence. »

23Quatre autres membres du conseil scientifique devaient démissionner à leur tour. À Prague, le directeur de l’Institut d’histoire contemporaine de l’Académie des sciences adressait au ministère des Affaires étrangères une lettre dans laquelle il regrettait que des mesures de restriction budgétaire conduisent à ce projet de restructuration qui réduira considérablement l’activité scientifique du centre. Il tenait à souligner qu’en vingt ans le Cefres était devenu un maillon essentiel de la vie académique et que les directeurs du Centre ainsi que les employés permanents avaient œuvré à la mise en place d’une institution étrangère sans équivalent en République tchèque. Cette lettre fut contresignée par plus de cent universitaires, Tchèques, Slovaques, Hongrois et Allemands.

Haut de page

Notes

1 La conférence sur la sécurité et la coopération en Europe résultant de l'acte final signé en août 1975 est structurée autour de trois « corbeilles » (ou commissions) : la première consacrée aux questions de sécurité, la seconde à la coopération économique et la troisième aux échanges d'hommes et d'idées. Voir : Victor-Yves Ghebali, La diplomatie de la détente, la CSCE (1973-1989), Bruylant, Bruxelles, 1990.

2 Pour une politique des sciences de l’homme, Rapport du conseil des sciences humaines et sociales, PUF, Paris, 2001

3 Jean-François Sirinelli, L’histoire est-elle encore française, CNRS éditions, Paris, 2011. Jean-François Sirinelli est directeur du centre d’histoire de Sciences-Po.

4 Catherine Vilkas, « Des pairs aux experts, l ‘émergence d’un nouveau management de la recherche scientifique », Cahiers internationaux de sociologie, Vol CXXI, 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Grémion, « Le Cefres à Prague. », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 177-181.

Référence électronique

Pierre Grémion, « Le Cefres à Prague. », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/348 ; DOI : 10.4000/hrc.348

Haut de page

Auteur

Pierre Grémion

Directeur de recherche émérite au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org