Navigation – Plan du site
Varia

Le CNRS et la sociologie

CNRS and sociology
Jacques Lautman

Résumés

Ce texte est le témoignage, avec biais subjectif assumé, d’un ancien acteur lourd des sciences sociales au CNRS, membre élu du Comité national de 1968 à 1980, responsable d’un programme pluridisciplinaire de 1978 à 1982, directeur scientifique-adjoint du Département sciences sociales (1981-82), chef du Département devenu des sciences humaines et sociales de 1986 à 1991. En 1989, à l’occasion du cinquantenaire du CNRS il a créé, avec l’historien Antoine Prost, la série « Cahiers pour l’histoire du CNRS » qui a connu onze livraisons grâce à Jean-Claude Picard. Par après il eut encore, dans ses diverses fonctions, à interagir avec le CNRS jusqu’en 2004. Sa réflexion porte sur la période qu’il a vécue au sein du Département ou dont il a été le témoin critique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Après celle qui regroupait préhistoire, anthropologie physique et ethnologie, toutes disciplines pe (...)

1 L’apparition en France d’une recherche sociologique organisée et l’embauche de quelques dizaines de sociologues, alors chercheurs contractuels, a été le fait du CNRS en 1945-1946. Le rôle joué par le poète Paul Jamati, directeur général adjoint pour les lettres et sciences humaines sous Joliot-Curie et Tessier, a été capital. Rapidement1, la sociologie s’est trouvée être la deuxième des sections qu’il coiffait, et, ce, pour des raisons plus conjoncturelles que selon un plan de développement préétabli. Les premiers recrutés sont de jeunes intellectuels, anciens résistants, plus ou moins proches du parti communiste ou chrétiens de gauche, souvent formés par la philosophie, auxquels l’expérience de la vie inspirait un souci de création d’un savoir utile à la société. Pendant quinze ans, et jusqu’à la réforme Fouchet de 1962 qui a entraîné un doublement rapide des postes de professeur, de maître-assistant et d’assistant dans les universités, on peut dire que la sociologie française n’existe guère qu’au CNRS et que le Centre d’études sociologiques, (CES) laboratoire propre du CNRS, en constitue l’essentiel. Il convient toutefois de rappeler que, dès sa création, l’Ined (Institut national d’études démographiques) a eu un département de psychologie sociale, illustré brillamment par Alain Girard et qu’à la faculté de droit, le professeur Marcel David avait réussi à faire de l’Institut des sciences sociales du travail un centre de recherche. À la sixième section de l’EPHE (École pratique des hautes études) - qui deviendra EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en 1978 - il y a bien quelques directeurs d’études prestigieux, Gabriel Le Bras, Georges Friedmann, Ignace Meyerson, mais leurs élèves ou leurs proches, Henri Mendras, Edgar Morin, Viviane et François Isambert sont chercheurs CNRS et membres du CES.

2 On trouve donc tôt, pour la sociologie, la marque particulière d’une faiblesse générale ou d’un archaïsme de notre grand organisme. Le CNRS in globo n’a jamais bien réussi à faire comprendre, ni aux politiques ni aux médias, à quel point son intervention a été et demeure vitale pour toute la recherche fondamentale en France. Depuis toujours, l’EHESS est prompte à faire croire qu’elle est le lieu central de la recherche en histoire et en anthropologie, en sociologie et même en économie. Or la majorité des membres de ses laboratoires sont des fonctionnaires CNRS, chercheurs, ingénieurs de recherche ou d’études, assistants ingénieurs et techniciens. De son côté et de façon plus inquiétante encore, la Fondation nationale des sciences politiques a eu tendance à considérer le département SHS du CNRS comme un service de soutien chargé de s’exécuter sur réquisition ad nutum.

Les sciences sociales dans la stabilisation du dispositif de recherche publique

3En 1959 le statut des chercheurs CNRS et l’organisation du Comité national de la recherche scientifique avec un tiers de membres nommés et deux tiers de membres élus par plusieurs collèges sont mis en place. Quasi simultanément, la toute nouvelle DGRST (Délégation générale à la recherche scientifique et technique) lance une action pilote en sciences sociales, la fameuse enquête pluridisciplinaire « Plozévet », qui entraîne le recrutement de nombreux étudiants avancés comme vacataires. Ils vont rapidement constituer un vivier de recrutement semi-professionnalisé pour le CNRS. Peu après, en 1962, le Commissariat général au Plan nomme un chargé de mission pour l’activation de la recherche en sciences économiques et sociales. Si, du côté de l’économie et de la socio-économie, deux gros centres de recherche, le Cepremap (Centre pour la recherche en économie mathématique et ses applications) et le Crédoc (devenu Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) sont pris en charge par le Plan.

4Pour la sociologie en revanche, seuls des contrats de recherche programmée sont lancés. Dès lors, la constitution d’équipes est possible. Autour de Michel Crozier, maître de recherche au CNRS, en train de créer son groupe, ou d’Alain Touraine, jeune directeur d’études EPHE VI, un ou deux contrats permettent de présenter à la Commission sociologie et démographie du Comité national, des candidats qui vont être recrutés dans cette période d’expansion. Avec les créations de postes universitaires, quelques centres de recherche apparaissent qui stabilisent leur existence grâce au CNRS.

5En 1963 le physicien Pierre Jacquinot, nouvellement nommé à la tête de l’organisme et qui a l’expérience des laboratoires propres du CNRS à Meudon, par trop coupés des thésards, invente la magnifique formule des laboratoires universitaires associés au CNRS. Comme, en sciences humaines et sociales tout au moins, les crédits de recherche de l’enseignement supérieur sont alors quasi inexistants, les candidatures à l’association avec le CNRS n’ont pas manqué, en sociologie comme ailleurs. Ainsi, en peu de temps, le label « labo associé » ou « équipe associée » sont-ils devenus des marqueurs de qualité qui permettaient d’accéder à différentes sources de financements d’État (et plus tard régionaux) : DGRST, Plan, Mission recherche du ministère de l’Équipement ; financements du ministère du Travail, de celui des Affaires sociales, du service recherche du ministère de la Culture, du ministère de la Jeunesse et des sports enfin.

6Au milieu des années soixante, cette situation institutionnelle est à peu près stabilisée. Les chercheurs-sociologues CNRS sont au nombre de 130 environ et leurs effectifs augmentent de quelques unités chaque année jusqu’au début des années soixante-dix. Neuf groupes de recherche ont le statut d’associé, dont deux en double tutelle avec l’économie et un avec l’ethnologie. Avec l’éclatement du Centre d’études sociologiques, ce nombre va brutalement doubler après 1968. Depuis, il y eut assurément des changements d’importance mais il est frappant de voir que la charpente qui repose sur trois piliers - CNRS, équipes universitaires associées, financements publics contractuels divers - n’a pas beaucoup évolué. Tout au plus peut-on dire que le poids du CNRS est devenu moins dominant, que de nombreux maîtres de conférences et des professeurs sont entrés dans des laboratoires associés (mixtes aujourd’hui) ; de leur côté, les crédits recherche obtenus du Conseil scientifique de l’université sont maintenant parfois supérieurs à la dotation de base du CNRS. Un sérieux bémol s’imposera cependant. Une proportion significative d’enseignants-chercheurs sociologues, dont la charge de travail et d’obligations diverses a énormément crû (comme dans toutes les disciplines où le ratio d’encadrement est faible) ne participent pas beaucoup à la vie et à la production de leur unité. Leurs doctorants en revanche voudraient bien un peu plus d’espace, de soutien intellectuel et matériel.

7Tel est l’état des lieux. Il est à présent intéressant de se demander comment le CNRS et les sociologues ont géré leurs affaires, comment le CNRS a marqué le développement de la sociologie française pour le meilleur et pour le pire.

8Pour le chercheur de base, le CNRS c’est la commission du Comité national (jadis sociologie et démographie, aujourd’hui principalement normes et règles) qui l’a recruté(e), qui gère son avancement et le renouvellement quadriennal de son laboratoire. Il négocie son programme de travail avec son chef d’équipe ou directeur d’unité ; il dispose d’une grande liberté car la culture SHS n’est pas favorable aux directions autoritaires. La section sociologie du Comité national est particulièrement permissive et la direction SHS doit plus ou moins s’en accommoder ; il n’est pas certain que ce soit bien fondé.

9Pour le président d’université, le CNRS c’est, selon les jours, l’oncle d’Amérique ou le méchant directeur SHS qui refuse de renouveler le contrat d’une équipe engluée dans des contrats d’études appliquées, voire en train de s’étioler. Le vice-président enseignement supérieur et recherche d’un conseil régional est en relation avec le délégué régional du CNRS et avec les présidences des universités de la région. Il sait que le premier peut, dans, à l’occasion lui « faire une fleur » et qu’il est un relais utile vers la hiérarchie parisienne : directeurs d’instituts nationaux et Secrétariat général. Les connexions des universités de la région avec le CNRS pèseront lourd dans son écoute. Les directeurs de laboratoire s’adressent à la fois au président de la section du Comité national et à la Direction du Département (maintenant INSHS).

10Quant au directeur du Département, primus inter pares des directeurs d’unités, autorité de tutelle des sections du Comité national, il est tenu de respecter leur liberté d’appréciation mais aussi chargé de les maintenir dans les limites de leurs attributions. La part la plus importante de son activité est donc de défendre - y compris ou surtout vis-à-vis du directeur de la stratégie et du Secrétariat général - un secteur qui n’est pas, pour le CNRS, aussi central que la physique hier ou la biologie aujourd’hui. On lui demande d’accepter et de faire adopter par ses troupes des normes pensées par et pour des communautés de sciences de la nature. Les sociologues sont particulièrement rétifs et, plusieurs fois, ont obligé le directeur général à venir les entendre et les calmer en séance de section du Comité national.

11À charge pour le directeur de département SHS de ruser un peu, mais aussi de faire respecter sa position de minorité au Comité de direction en choisissant quelques points sur lesquels être inflexible. J’en citerai trois, récurrents dans l’histoire du CNRS et qui affectent l’ensemble des SHS : les subventions aux publications et, surtout, l’affectation d’agents CNRS en qualité de secrétaires de rédaction ; l’attribution de postes d’accueil temporaire à des professeurs de lycée ou à des maîtres de conférences au détriment de l’embauche de chercheurs titulaires et, enfin, la défense des petites équipes. Dans le premier cas l’incompréhension vient de ce que la question ne se pose pas du tout de façon comparable dans des champs scientifiques où les revues sont soutenues par de grandes associations scientifico-techniques et où les livres relèvent, en général, non pas de l’érudition ou de la modélisation conceptuelle mais de la vulgarisation rentable. Les pressions, souvent du sommet, relayées et amplifiées par le haut de l’administration interne ont été constantes ; les directeurs SHS ont rarement cédé mais leur degré de résistance a pu varier. Dans le deuxième cas l’opposition est toujours venue du syndicat national des chercheurs scientifiques qui a, plusieurs fois, réussi à obtenir du directeur général ou du Conseil scientifique un compromis très restrictif sur le nombre de postes d’accueil. Là encore, la spécificité SHS est patente. Les doctorants en physique sont tous allocataires ; en biologie, bon nombre d’étudiants financent leur thèse avec une bourse de fondation privée. En SHS , en dehors des élèves des ENS, les allocataires sont très minoritaires et nombre de doctorants sont des agrégés professeurs de lycée, malgré une hausse réelle ces dernières années et le renfort des allocations attribuées par les régions. Aujourd’hui, d’autres priorités d’affrontement sont apparues, mais la question garde tout son sens. Quant à la chasse aux petites équipes et au mot d’ordre « Moins de labels et en avant pour les gros labos » c’est une question bien plus complexe. SHS a pu traîner les pieds mais guère plus.

Dualité section du Comité national et direction du Département

12Ce survol des positions des acteurs et ces exemples illustrent deux points : le CNRS est intrinsèquement protéiforme ; il est risqué de porter des appréciations globalisantes sans tenir compte des nombreux acteurs externes avec lesquels il interagit et, de ce fait, il est impossible de séparer clairement son action en sociologie du devenir de l’ensemble des SHS. Pour analyser ce fonctionnement, il convient de se concentrer sur l’essentiel, à savoir la dualité entre l’autorité centrale d’une part, incarnée par la direction du Département en interaction avec le Comité de direction et, d’autre part, les sections du Comité national. Ces dernières ont un pouvoir de décision pour l’admissibilité aux concours CR ainsi que de recrutement et de promotion vers le grade de DR2. Ce sont elles également qui évaluent l’activité des chercheurs. Elles n’ont, selon les textes, que rôle consultatif - mais obligatoire - pour l’examen des laboratoires, qu’il s’agisse des candidatures ou du renouvellement de contractualisation quadriennale. Leurs décisions ou avis font objet de votes à bulletin secret (à la machine) avec classement. Le directeur SHS ou INSHS est-il lié par ces classements ? En droit administratif, non. En pratique il lui est difficile d’opérer des modifications et il ne peut pas s’y risquer imprudemment. Or, il arrive pourtant que le président de section ou un petit groupe de membres vienne lui dire, plus ou moins discrètement, qu’un vote émis a été le résultat non voulu de calculs croisés, de mauvaises anticipations et qu’ils comptent sur la direction du Département pour réparer cette erreur. D’expérience, les sociologues ont été, au moins pendant les vingt-deux ans où je fus directement impliqué (1968-1991) de très loin les plus portés à ces exercices périlleux. L’explication me semble simple : les membres de cette section ne partageaient pas une vision commune du spectre de sociologie acceptable au CNRS, moins encore d’un front de la recherche, fût-il diversifié. De même, certains d’entre eux, élus ou nommés, avaient pour priorité première des critères peu scientifiques à commencer par la préservation de situations acquises au nom de la défense des personnels ou du potentiel de l’université X, couvertures avouables pour justifier toute forme d’immobilisme ou de laxisme.

  • 2 Voir Lautman Jacques. « L’évaluation au CNRS », Cahiers pour l’histoire du CNRS, fascicule 9, 1990.

13Le Comité national du CNRS est une belle construction de démocratie semi-corporative tempérée. Le pouvoir des grands notables y trouve sa place mais le contre-pouvoir des élus de la base (collèges B) sait se trouver des alliés. Sa légitimité reconnue est très forte dans les domaines où ses sections fonctionnent le mieux parce que les communautés concernées ont une vision claire des fronts de la recherche, s’accordent souvent sur la qualité des dossiers et l’intérêt de soutenir prioritairement ceux qui sont le plus en prise sur des sujets d’actualité « chaude » et de compétition intense2. À l’évidence, cette dernière dimension, avec le rappel au réel qu’elle impose est quasi-absente dans la grande majorité des sections SHS.

  • 3 À cause de l’aura intellectuelle de mon père dont Gregory avait suivi les conférences de philosophi (...)

14La section de sociologie a-t-elle été pire qu’une autre ? Je répondrai par l’affirmative, entre 1978 et 1980, sur l’important dossier dit des « hors statut ». Il s’agit en fait de l’intégration, dans le corps des chercheurs CNRS, ou, exceptionnellement, celui des ingénieurs, de 150 vacataires. Recrutés sur contrats de recherche, ils devaient avoir été rémunérés sur fonds publics, de façon permanente, depuis deux ans au moins, à la date du décret pris en application d’une décision générale du président Giscard d’Estaing. L’objectif politique était de résorber la précarité dans la fonction publique. La procédure au CNRS était redoutablement peu contraignante. Il suffisait que la section du Comité national donnât le coup de tampon pour chaque dossier individuel. Le couloir réservé ne communiquait pas avec la voie normale et, fait ahurissant, ne comportait pas d’enveloppe limitée. Géographes, économistes, biologistes de l’environnement, très concernés aussi, ont trié, filtré et, souvent, proposé une intégration dans le corps des ingénieurs d’études que certains bénéficiaires ont refusée. Il était à prévoir que les sociologues seraient plus laxistes. Me trouvant avoir accès3 au délégué général à la recherche scientifique et technique, Bernard Gregory, ancien DG du CNRS, je suis allé le prévenir du risque et lui suggérer d’imposer un filtre. Il me reçut en présence de M. Le Floch-Prigent, chargé de mission à l’époque. Il m’écouta, s’informa, ne dit pas grand-chose, déplia lentement sa grande carcasse fatiguée puis demanda à Le Floch de me reconduire. En descendant l’escalier, ce dernier me dit : « Nous avons fait 1968 pour en finir avec les mandarins. N’imaginez pas que nous vous laisserons faire ». Quelques jours plus tard Gregory mourait brutalement.

15Le doublement du nombre des chercheurs en sociologie eut, certes, quelques effets positifs, car une partie de ces nouveaux entrants auraient été de bons candidats à la voie normale. Ils ont ainsi opportunément renforcé certaines équipes (Centre de sociologie urbaine ou Groupe de sociologie de l’immigration à Paris), et permis à plusieurs groupes à Lille, Lyon, Toulouse ou Rennes d’accéder à la taille critique. Cependant les conséquences négatives ont été lourdes. La pyramide des âges du département en son ensemble en a été affectée et les recrutements en ont pâti pendant plus de vingt ans. Or, une partie de ces nouvelles recrues n’avait ni la culture ni la formation technique nécessaires à un sociologue CNRS. Ils ont largement continué à faire ce qu’ils savaient faire, à savoir la conduite, l’exploitation et l’élaboration des résultats de petites enquêtes sur appels d’offres publics. J’ai le pénible souvenir de François Furet, qui venait de quitter la présidence de l’EHESS, disant à Hubert Curien, alors ministre, que trop nombreux étaient les sociologues CNRS dans sa maison (EHESS) qui produisaient du papier mais « … ne contribuaient ni à la science ni à la culture. »

  • 4 En 1989, le basculement vers le CNRS des fouilleurs d’archéologie préventive d’une association qui (...)

16Plusieurs leçons peuvent être tirées de cette séquence. Deux s’imposent. La première est que la communauté des sociologues s’est partagée entre ceux qui se réjouissaient de l’aubaine et ceux qui, non concernés, ont été indifférents. Le directeur des Sciences sociales n’a pas bien vu les problèmes à venir et le directeur général Chabbal a trop facilement accepté ce qu’il a pris pour de la générosité magnanime. De l’Élysée, le Secrétaire général-adjoint avait répondu : « On résorbe la précarité dans la fonction publique ; vous avez des instances d’évaluation. Faites les fonctionner ». Le rouleau compresseur d’une décision générale ignore et ignorera toute situation particulière. Le département SHS du CNRS n’a pas un poids suffisant pour que, de plus haut, on regarde sérieusement ce que l’on risque de lui mettre sur le dos. D’autres épisodes pourraient être évoqués qui viennent renforcer ce constat.4

17La seconde à présent : l’intégration massive a bien été, ex post, à l’origine d’une circulaire du Premier ministre qui interdisait, à l’avenir, d’employer des vacataires sur longue durée. Le mode d’activité des services études et recherches du Plan, de l’Équipement et de la Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale) ne s’en est pas moins trouvé renforcé, avec, peu ou prou, la même clientèle captive élargie à la majorité des laboratoires de sociologie, lesquels, faute de crédits de fonctionnement se sont abonnés aux appels d’offres. Les contrats obtenus permettent de financer les thésards en attente de poste et aussi les coûts imputables à des recherches hors contrats et non vendables sur le marché caméraliste.

Orientations et programmes de développement

18Passons aux contenus scientifiques. Dans quelle mesure le CNRS a-t-il infléchi le cours de la sociologie française ? Il faut ici considérer séparément la section du CN et la direction SHS. La première n’a jamais cherché à construire un programme d’action. Un débat mémorable eut lieu, juste après 1968, sous la présidence de Raymond Aron qui s’est clairement prononcé contre toute tentative d’encadrer l’avenir. De fait la section s’est toujours honorée d’accueillir favorablement quelques dossiers assez éloignés du cœur de la discipline et quelques parcours hors normes. Cela se sait et tel directeur de la physique aurait bien voulu transférer en sociologie un de ses chercheurs de très bon niveau qui a le mauvais goût de consacrer une part de son temps à l’histoire de la physique.

19Deuxième face de la question : la direction SHS a-t-elle eu un ou des programmes pour la sociologie ? En 1946, la fondation comme laboratoire propre du CNRS du Centre d’études sociologiques qui allait être logé rue Cardinet a bien été un acte initial fort. Jean Stoetzel, qui en fut pendant près de quinze ans le directeur marquant était, malgré un caractère tranché, dans la tradition de la Sorbonne et, comme Aron, ouvert à la pluralité des angles d’attaque, très respectueux des personnes. Il avait des vues arrêtées, ne les cachait pas mais, ne les imposait pas aux autres. Ce libéralisme lui fut reproché, tant à la direction générale du CNRS qu’à la DGRST, à propos de sa conduite peu directive de l’Action spécifique et interdisciplinaire « Plozévet ». Cette première phase se termine avec Mai 1968 qui fit voler en éclats le CES, plusieurs chefs d’équipe ayant alors décidé de migrer qui à Nanterre, qui à Paris V-René-Descartes etc. Il n’est pas exagéré de dire que c’est le CES du CNRS qui a essaimé.

20Par après, le fort développement du CNRS et des orientations politiques générales déplace et modifie le style d’action des directeurs de département (sciences sociales jusqu’en 1983 ; sciences humaines et sociales regroupées depuis). SHS est marqué au fer rouge par la Datar pour « crime » de concentration parisienne la plus forte du CNRS : des actions dans les provinces s’imposent. Au CNRS l’interdisciplinarité devient également un objectif d’autant plus prégnant pour SHS que le nombre de douze sections au CN est jugé excessif par les présidents successifs de ce grand organisme. Si l’on croise les deux dimensions, on voit que le Département se devait de lancer des opérations pluridisciplinaires impliquant des équipes ou des laboratoires en province.

  • 5 5 La série de quinze Cahiers OCS, CNRS Éditions, rend compte des enquêtes. Un livre collectif, L’Es (...)

21C’est ainsi que Edmond Lisle, directeur des sciences sociales pendant huit ans (de 1973 à 1981), voulut transformer le projet de sociologie comparative « observations localisées du changement social et culturel », que feu Henri Mendras, Odile Benoît Guilbot et moi-même lui avions soumis, en un programme fédérateur et pluridisciplinaire confié à une dizaine d’équipes dans toute la France. Sans surprise, il s’ensuivit une perte importante de cohérence et de scientificité, car les équipes se sentirent très inégalement engagées par les consignes de départ5. Beaucoup plus récemment (au tournant du millénaire) un processus assez analogue a affecté le très important programme d’archivage de données quantitatives « Quetelet », impliquant sociologues, économistes, politistes et géographes et pour lequel Roxane Silberman a, au terme de beaucoup d’efforts obstinés, réussi à obtenir le soutien au Ministère et au CNRS. Les postes d’informaticiens attribués ont été distribués entre trois laboratoires à Paris et Grenoble, rendant difficiles les coordinations nécessaires.

22Volontarisme et interdisciplinarité se retrouvent évidemment dans les actions thématiques programmées (ATP) du CNRS apparues dès 1970 ainsi que dans les PIR (programmes interdisciplinaires de recherche) dont deux, PIREN (environnement) et PIRTTEM (travail, technique, emploi, marché) ont concerné une assez large fraction de SHS, principalement la sociologie.

23Les ATP et autres dispositifs ultérieurs devaient permettre de donner des moyens de financement ciblés sur des objectifs identifiables, soit comme front privilégié de la compétition internationale, soit, (et en SHS ce fut davantage le cas), comme pertinents pour le développement économique et social ou l’insaisissable « demande sociale ». On voit sans peine la difficulté à éviter de faire double emploi avec les appels d’offres du Commissariat au Plan et des Missions recherche de divers ministères. Or, produire un appel d’offres qui ait du sens est très difficile, surtout si l’on veut, par souci d’honnêteté, peut-être mal placé, éviter d’écrire sous la dictée des futurs gagnants. Aussi ne s’étonnera-t-on pas, en regardant les listes, de voir nombre de quasi-doublons, en socio économie principalement. Il y apparaît que le département SHS a dû, dans ce registre également, agir en position dominée. Ces appels d’offres, y compris ceux du CNRS ont imposé une concentration excessive d’une partie importante des chercheurs et des laboratoires sur des réalités purement hexagonales.

  • 6 L’affirmation fréquente des tenanciers de pompes à finance a été : « Nous structurons le milieu ». (...)

24Il y eut cependant des appels d’offres, plus autonomes scientifiquement, impliquant des sociologues : ainsi « Science de la science » et, plus tard, un programme « cognition et communication », totalement pris en charge par SHS. Il vaut de noter que ce dernier fut lancé parce que ni les linguistes, ni même les psychologues, sans parler des sociologues n’arrivaient à être pris en considération par le programme du ministère de la Recherche que les neurobiologistes, proches de Jean-Pierre Changeux, monopolisaient. Le programme « Femmes », répondait à une demande forte des chercheuses féministes. Il ne fut pas reconduit mais un courant « étude de genres » était en place qui s’est pérennisé dans une équipe reconnue, processus observé plusieurs fois et qui démontre l’efficacité, sous certaines conditions,6 des procédures dites incitatives.

25Plus importants et de plus longue durée, les programmes interdisciplinaires PIREN et PIRTTEM impliquèrent fortement les sociologues. Au PIREN, ils eurent à s’affirmer devant des biologistes végétaux qui découpaient des placettes de 10 cm x 10 cm pour faire admettre la légitimité de travailler à l’échelle d’une communauté villageoise ; ils y parvinrent et le Laboratoire de sociologie rurale changea majoritairement d’orientation. Pour sa part, le PIRTTEM fut strictement l’affaire de sociologues et d’économistes du travail que les théoriciens de la microéconomie, tout comme ceux des modèles macro-économiques, tenaient pour quantité négligeable. Il en est cependant résulté des courants d’échanges et de personnes entre le LEST-CNRS (Laboratoire économie et sociologie du travail) à Aix ; le CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) qui allait déménager à Marseille ; le CEE (Centre d’études de l’emploi) et le Pôle scientifique Val-de-Marne.

26Pour terminer, il faut rappeler qu’à partir du début des années quatre-vingt, SHS CNRS s’est ouvert à différentes formes de coopération internationale. L’affectation, qui malheureusement, n’a pas été reconduite, d’un représentant du CNRS pour les SHS, avec statut diplomatique au sein de la Mission scientifique française à Washington a notamment permis à plusieurs chercheurs français de découvrir que la sociologie américaine était plus riche, plus diverse, plus intéressante que la vision caricaturale gardée de leur jeunesse soixante-huitarde, ultra gauche ou stalinienne.

Considérations finales

    • 7 Voir le récent référé (7 août 2012) de la Cour des comptes sur l’INSHS

    En SHS et particulièrement en sociologie, le CNRS a démontré l’efficacité de son modèle de laboratoire même si la souplesse d’origine a été mise à mal par la bureaucratisation en réponse à des coups de boutoir portés de l’extérieur, le plus souvent, en méconnaissance des liens universités-CNRS. Ajoutons que le doute récurrent7sur la nécessité de disposer de personnels de recherche à plein temps en SHS (soi-disant une exception française) repose, lui aussi, sur une méconnaissance de bien des dispositifs anglo-saxons, allemands ou brésiliens.

  • Le Comité national du CNRS peut avoir des faiblesses et il en a plus là où la communauté des électeurs de section a une vue moins nette de ses tâches à moyen terme. Il a cependant une énorme et double supériorité par rapport à tout conseil scientifique d’université en France : la liberté devant toute pression localiste, mal sournois - souvent conjuré à l’étranger par des règles formelles ou informelles - et une vision au moins nationale, construite collectivement par une vingtaine de collègues de la discipline aux parcours divers.

  • À l’intérieur du CNRS, SHS se trouve en position dominée, à la fois par le modèle de la physique - d’où des critères mal adaptés - et par une partie des cadres administratifs qui tendent à le traiter comme une variable d’ajustement.

  • En outre, la sociologie en SHS est en position de dépendance vis-à-vis de donneurs d’ordre extérieurs. D’où des effets de déviation ou de perversion par rapport à ce que devait et devrait être l’activité de certaines unités mixtes université-CNRS.

  • La sociologie française est globalement moins professionnelle qu’elle ne l’est chez les allemands et les anglo-saxons car la communauté universitaire des sociologues français a toléré des niveaux trop faibles de formation théorique et technique. Le CNRS aurait peut-être pu mieux se saisir du problème mais il ne faut pas sous-estimer les réticences et oppositions qui se seraient élevées quand on sait combien les notables universitaires sont prompts à accuser le CNRS d’impérialisme, tout en lui demandant label et soutien. Cependant, peu visible d’en-haut, la contribution, souvent non payée, des chercheurs CNRS aux enseignements de 3e cycle est fort importante. Des écoles d’été ou thématiques, notamment sur des interfaces entre approfondissements méthodologiques quantitatifs et traitements informatisés, ont permis des mises à niveau grâce au dynamisme généreux de quelques chercheurs charismatiques

  • Les orientations théoriques développées par les sociologues français ont, globalement, pris les virages constatés à l’échelle internationale. Notons tout de même un pic plus élevé qu’ailleurs de néo-marxisme dans les années soixante ; un engouement plus tardif pour une ethnométhodologie qui, en France, a développé une originalité certaine ; un affaiblissement regrettable de l’intérêt pour des enquêtes fines de psychosociologie ; une focalisation sans doute excessive sur une opposition trop simplifiée entre holisme et individualisme méthodologique ; enfin, des champs spécialisés dont les travaux peinent souvent un peu trop à se hisser au niveau d’une contribution cumulative au corps du savoir sociologique.

  • Devant ces évolutions, le département SHS a connu, selon les époques, les personnalités de ses directeurs et le niveau de soutien du DG sur lequel ils pouvaient s’appuyer, trois modes d’action, non exclusifs les uns des autres :

  • faire des coups, créer un laboratoire original, un programme ;

  • être incrémentaliste, soutenir ce qui marche, appuyer les directeurs d’équipes dynamiques ;

  • utiliser les changements à répétition comme méthode de management et de médiatisation au risque de brutaliser les équilibres personnels et collectifs d’un milieu professionnel fragile.

  • Au plan international, on doit porter au crédit du CNRS d’être capable de fournir, pour le journal de 20 heures, un spécialiste - historien, politiste, géographe, sociologue… de toute société ou pays qui défrayerait soudainement l’actualité.

  • En revanche, dans nombre de domaines et particulièrement en sociologie où les chercheurs ont cru, longtemps et à tort, pouvoir prospérer dans un milieu national, la participation française à des entreprises internationales reste bien plus faible qu’elle ne devrait.

En guise d’épilogue

  • 8 Voir Salomon Jean-Jacques, Les Scientifiques, 2007, Paris.

27 Insuffisamment informé, certes, sur la dernière décennie, puis-je seulement dire ma tristesse et ma colère face à une suite de décisions manifestement hostiles au CNRS et qui témoignent tout à la fois d’un mépris pour les valeurs mondialement partagées par les scientifiques, d’une ignorance de l’histoire institutionnelle française comme de ses raisons, d’un simplisme mimétique mal informé, enfin. Partout les scientifiques8 honorent le talent, la compétition - donc une forme d’inégalité - mais ont tout autant un grand souci de respect des personnes, de démocratie corporative et politique. La France a eu, tôt, de trop bons lycées qui ont laïcisé le modèle des collèges de jésuites et d’oratoriens et permis, pendant trop longtemps, un sous-développement néfaste des universités c’est à dire de la combinaison entre enseignement supérieur et recherche. Le CNRS a été créé pour rattraper le retard ; il s’est développé avec succès grâce à l’imbrication avec les universités et, un peu plus tard, progressivement, avec celles des grandes écoles qui ont installé en leur sein la formation par la recherche. Tout cela est également valable, à quelques nuances près pour les SHS, en général et en particulier.

Haut de page

Notes

1 Après celle qui regroupait préhistoire, anthropologie physique et ethnologie, toutes disciplines peu enseignées dans les facultés.

2 Voir Lautman Jacques. « L’évaluation au CNRS », Cahiers pour l’histoire du CNRS, fascicule 9, 1990.

3 À cause de l’aura intellectuelle de mon père dont Gregory avait suivi les conférences de philosophie des sciences à l’Offizieren Lager IV D en 1940-41.D’autre part, je sais que, quelques jours avant, Michel Crozier avait déjà entretenu le délégué général à la recherche sur le sujet et dans le même sens.

4 En 1989, le basculement vers le CNRS des fouilleurs d’archéologie préventive d’une association qui était un « faux nez » du ministère de la Culture était imminent. Ceci malgré l’opposition du DS (directeur scientifique) SHS que j’étais alors et qui avait échoué à mobiliser le ministère de la Recherche. Heureusement, le Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles lettres, Jean Leclant, qui suivait d’assez près ce qui se passait au département SHS pour les disciplines qui le concernaient, a pu se faire entendre à l’Élysée. Une structure spécifique (INRAP) plus adaptée a été créée un peu plus tard.

5 5 La série de quinze Cahiers OCS, CNRS Éditions, rend compte des enquêtes. Un livre collectif, L’Esprit des lieux, Localité et changement social en France, présente une synthèse publiée en 1986 aux Editions du CNRS.

6 L’affirmation fréquente des tenanciers de pompes à finance a été : « Nous structurons le milieu ». Plaidoyer pro domo, conscience d’un problème réel, « faux nez » d’une stratégie de défense d’anciens gauchistes et maoïstes ? La question n’est pas tranchée et l’étude précise des conditions n’a pas été faite

7 Voir le récent référé (7 août 2012) de la Cour des comptes sur l’INSHS

8 Voir Salomon Jean-Jacques, Les Scientifiques, 2007, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Lautman, «  Le CNRS et la sociologie  », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/360 ; DOI : 10.4000/hrc.360

Haut de page

Auteur

Jacques Lautman

Ancien directeur scientifique-adjoint du Département sciences sociales du CNRS puis directeur du département SHS du même organisme

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org