Navigation – Plan du site
Anniversaire

Le traité de l’Élysée et les relations scientifiques franco-allemandes

The Élysée-Treaty and the Franco-German scientific cooperation
Corine Defrance et Ulrich Pfeil
p. 189-192

Résumés

Selon une publication officielle de 2013 des ministères français et allemands de la Recherche, la coopération scientifique bilatérale aurait commencé en 1963 après la signature du traité de l’Élysée et se serait développée en lien avec le processus de construction européenne. Cet article se propose de remettre en question ce « récit officiel ». Nous présenterons d’abord l’état de la coopération scientifique en 1963, montrant que des initiatives avaient été prises auparavant en dépit du poids du passé. Ensuite, nous examinerons l’affirmation selon laquelle la coopération scientifique franco-allemande serait la base de la coopération européenne en montrant les interactions entre bilatéralisme franco-allemand et multilatéralisme européen.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 50 ans de coopération franco-allemande en recherche, technologie et innovation, 1963-2013, Paris, B (...)
  • 2 Defrance Corine, « Construction et déconstruction du mythe de la réconciliation franco-allemande au (...)

« Commencés après la signature du traité de l’Élysée, les efforts en vue du développement de la coopération scientifique franco-allemande ont été étroitement liés à la construction européenne notamment en matière de recherche » lit-on dans une publication officielle franco-allemande parue début 20131. Ainsi, dans les relations scientifiques bilatérales, tout aurait commencé en 1963, à l’initiative de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer. Ce récit officiel qui s’est imposé comme une sorte de mythe de la réconciliation franco-allemande, a été véhiculé pendant des décennies par les responsables politiques, de gauche comme de droite2. Afin de déconstruire cette interprétation qui occulte une bonne part de la réalité - tout le processus de rapprochement initié depuis 1945, tant par les politiques que par les acteurs non étatiques - nous nous proposons d’évaluer le rôle du traité de l’Élysée pour la coopération scientifique franco-allemande, replacée dans une plus longue durée, et celui de cette coopération bilatérale dans la construction progressive d’une Europe de la science et de la recherche.

La coopération scientifique franco-allemande a-t-elle commencé avec le traité de l’Élysée ?

1Bien évidemment, la réalité est toujours plus complexe que les discours commémoratifs. Dans le domaine scientifique comme dans les autres secteurs des relations franco-allemandes, les premiers échanges n’ont pas attendu la signature de cet acte. La reprise de ces relations a cependant été difficile et limitée, car les liens entre les communautés scientifiques françaises et allemandes avaient été profondément bouleversés par la première guerre mondiale, sans être jamais véritablement rétablis. Si l’on veut comprendre l’étiage des relations scientifiques après 1945, il faut prendre en compte la Grande Guerre et ses conséquences.

Des relations considérablement affaiblies depuis la première guerre mondiale

  • 3 Schroeder-Gudehus Brigitte, Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale (...)
  • 4 Beaupré Nicolas, Histoire franco-allemande, vol 8, Le traumatisme de la Grande Guerre, 1918-1933, P (...)

2Indignés par « l’appel des 93 », en octobre 1914, par lequel des universitaires et savants allemands de renom en avaient appelé à la guerre et avaient asservi la science au politique, la France et les Alliés pratiquèrent, au lendemain de la Grande Guerre, une politique de boycott de la science allemande3. À de rares exceptions près, tout au long des années vingt, les scientifiques français et allemands se considérèrent mutuellement en état de « guerre après la guerre » et le champ scientifique fut caractérisé par l’absence de démobilisation culturelle. Étant donné l’avance dont disposait encore la science allemande (en particulier en physique et chimie), cette stratégie ne profita pas aux scientifiques français ! Le boycott ne fut officiellement levé qu’en 1926, après la signature des accords de Locarno, qui marquèrent le début d’une brève embellie des relations bilatérales. Bon nombre d’académies et de scientifiques allemands persévérèrent toutefois dans une attitude de contre-boycott à l’égard des milieux scientifiques alliés. Les échanges restèrent donc très limités et la majorité des scientifiques allemands critiquaient leurs collègues qui tentaient, tel le chimiste Fritz Haber (inventeur des gaz de combat pendant la première guerre mondiale), d’établir des passerelles avec des Français. Les relations scientifiques franco-allemandes de l’entre-deux-guerres étaient ainsi davantage marquées par « l’esprit de Rapallo » que par celui de Locarno4.

  • 5 Mick Christoph, « Forschen für die Siegermächte. Deutsche Naturwissenschaftler und Rüstungsingenieu (...)

3Après 1945, la situation fut très différente. Le sentiment d’une faillite totale de l’Allemagne et de la « science » allemande était généralisé. L’heure était, sous la tutelle des Alliés et occupants, à la dénazification et à la démocratisation. Par ailleurs, le potentiel scientifique allemand s’était considérablement réduit suite à l’exode des savants juifs, persécutés ou contraints à l’exil après 1933, situation aggravée par la « course aux savants allemands » à laquelle se livrèrent Américains et Soviétiques après 1945, dans le contexte de la Guerre froide naissante5.

  • 6 Defrance Corine, « La mission du CNRS en Allemagne. Entre exploitation et contrôle du potentiel sci (...)

4En 1945, il n’y avait pas de relations scientifiques franco-allemandes si l’on entend par là des rapports fondés sur la réciprocité et le consentement des échanges. La France était en situation d’occupant et, par le biais d’une mission du CNRS en Allemagne, établissait un contrôle rigoureux de la science du pays. Il fallait s’informer des connaissances allemandes, contrôler les travaux, procéder aux restitutions de matériel et aux démontages dans le cadre des réparations, censés entraver la recherche allemande et stimuler la recherche française6.

  • 7 Defrance Corine, « Die internationalen Historikertreffen von Speyer. Erste Kontaktaufnahme zwischen (...)
  • 8 Heinemann Manfred, « La France et le CNRS dans la politique scientifique de la Max-Planck-Gesellsch (...)
  • 9 Baumann Ansbert, Die Gründung des Institut Saint-Louis, in : Pfeil Ulrich (éd.), Kulturelle und wis (...)

5Pourtant, en même temps qu’ils pratiquaient une politique de domination, les Français entendaient aussi avancer dans la voie de l’intégration. Ainsi, le chef de la direction de l’Éducation publique du gouvernement militaire, Raymond Schmittlein fut celui qui organisa les premières rencontres franco-allemandes d’historiens, en 1948, à une époque où le Comité français des sciences historiques refusait le contact avec les collègues allemands. Schmittlein entendait favoriser la réinsertion des chercheurs allemands dans la communauté scientifique internationale plutôt que de prendre le risque d’un nouveau boycott7. Le gouvernement militaire français misait sur les liens entre chercheurs. Et ces contacts individuels furent importants : citons notamment ceux de Frédéric Joliot-Curie, d’abord patron du CNRS puis du CEA, qui renoua, dès la fin de la guerre, avec ses collègues spécialistes de l’atome, Otto Hahn et Fritz Straßmann. Citons encore le rôle majeur d’Alphonse Lutz, d’abord chef de la section de contrôle de la recherche du gouvernement militaire, puis conseiller scientifique de l’ambassade de France à Bonn jusqu’en 19698. À la fin de la guerre, au moment où les troupes françaises pénétraient sur le territoire de l’Allemagne du Sud-Ouest et s’emparaient de l’ancien institut de recherche balistique de Biberach, dirigé par le Prof. Hubert Schardin, il fut chargé de réquisitionner laboratoire et personnel. Il se signala par une déclaration conciliante : « Nous ne faisons pas la guerre aux scientifiques »9.

Entre bilatéralisme et multilatéralisme : les débuts de la coopération scientifique franco-allemande jusqu’à la signature du traité de l’Élysée

6Cet institut devait bientôt jouer un rôle pionnier dans la coopération scientifique et technologique bilatérale. Transféré en Alsace, à Saint-Louis, les chercheurs, ingénieurs et techniciens allemands y travaillèrent en coopération avec l’équipe française du professeur Robert Cassagnou. En 1958, ce laboratoire devint, sous le nom d’Institut franco-allemand de recherche de Saint-Louis (ISL), le premier établissement franco-allemand de recherche fondamentale … en matière d’armement (essentiellement balistique et aérodynamique).

  • 10 Lappenküper Ulrich, « Sprachlose Freundschaft ? Zur Genese des Deutsch-französischen Kulturabkommen (...)

7La création de l’ISL reflète à la fois la « normalisation » des relations franco-allemandes dans les années cinquante et le volontarisme politique des gouvernements de l’époque. Sur fond de guerre froide et de construction européenne, Paris et Bonn prirent officiellement position pour le développement d’une coopération scientifique dans le cadre bilatéral. L’accord culturel franco-allemand du 23 octobre 1954 entendait favoriser les échanges de professeurs et de savants, mais il resta sans effet10. Au début des années 1960, la coopération scientifique bilatérale restait insuffisante : hormis un petit nombre de contacts individuels, seul l’ISL présentait une belle réussite.

8En 1962, c’est à la demande des Allemands que ce champ de coopération a été introduit dans le texte du traité de l’Élysée, sans pour autant être prioritaire. Dans la section « éducation et jeunesse », il était précisé : « Les organismes de recherche et les instituts scientifiques développeront leurs contacts en commençant par une information réciproque plus poussée ; des programmes de recherches concertées seront établis dans les disciplines où cela se révèlera possible » et dans la section « défense », les deux parties déclaraient : « Des instituts germano-français de recherche opérationnelle seront créés ».

  • 11 Herrmann Armin, Krige John, Mersits Ulrike, Pestre Dominique, History of CERN, vol. 1., North Holla (...)

9Pendant cet après-guerre, il s’est parfois avéré moins difficile de coopérer dans un cadre multilatéral large plutôt que de se retrouver en tête-à-tête. Ainsi chercheurs français et allemands ont-ils travaillé ensemble au sein du CERN, fondé à Genève en 1954, qui fut le premier grand projet scientifique européen en physique des particules.. La France et la RFA, avec plus d’une dizaine d’autres pays européens, s’impliquèrent dans ce projet, dans le but de rattraper ensemble le retard accumulé par rapport aux USA dans un domaine où ils avaient été pionniers avant-guerre. La physique nucléaire était au cœur de la « mégascience », qui nécessitait des ressources bien supérieures aux moyens de chacun des États, et fut un des plus puissants moteurs de l’internationalisation de la recherche11.

  • 12 Pigliacelli Filippo, « Le rôle du tandem franco-allemand dans la coopération spatiale européenne 19 (...)
  • 13 Papon Pierre, « L’espace européen de la recherche (1960-1985) : entre science et politique », (note (...)

10Pourtant, dans la suite des années cinquante, alors même que la construction politique de l’Europe prenait une nouvelle dimension avec la signature des traités de Rome, alors que l’URSS avait pris une longueur d’avance en envoyant le Spoutnik dans l’espace en 1957, le cadre européen ne s’avéra pas très porteur, malgré la fondation de nombreuses structures multilatérales. Au nombre de celles-ci, l’Organisation pour le développement d’un lanceur européen (ELDO) en 1962, le Conseil européen de recherches spatiales (ESRO) fondé en 196412 ou encore l’Organisation européenne de la biologie moléculaire (EMBO), en 1963. De nombreux scientifiques étaient déçus par les lourdeurs des coopérations multi-gouvernementales13.

La coopération scientifique franco-allemande est-elle à la base de la construction d’une Europe de la recherche ?

  • 14 50 ans de coopération (note 1), p. 4.
  • 15 Papon Pierre, L’Europe de la science et de la technologie, PUG, Grenoble, 2001, p. 71.
  • 16 Defrance /Pfeil (note 8).

11« Sans attendre que la Communauté européenne se dote de compétences en la matière, le tandem franco-allemand a initié la construction d’un espace universitaire et scientifique transnational, voué à devenir le noyau d’une Europe de la connaissance » déclare Geneviève Fioraso, ministre française de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dans la brochure précédemment citée14. Ce postulat, avancé depuis longtemps déjà15, a été débattu lors d’un colloque organisé à Paris au printemps 2010, et les contributions ont révisé ce point de vue, en pointant toutes les insuffisances de la coopération bilatérale jusqu’au milieu des années quatre-vingt16.

Le traité de l’Élysée ou les limites du volontarisme politique

  • 17 Bernard Jacrot, Des neutrons pour la science. Histoire de l’Institut Laue-Langevin, une coopération (...)
  • 18 Cf. Carlier Claude, « Le programme franco-allemand de satellites et de télécommunications ‘Symphoni (...)
  • 19 Bimbot René, « La coopération franco-allemande et européenne dans le domaine de la physique nucléai (...)
  • 20 Guthleben Denis, « L’Allemagne, fer de lance de la politique européenne du CNRS ? », (note 8), pp.9 (...)

12Le traité de l’Élysée n’a pas donné l’impulsion attendue à la coopération scientifique bilatérale. Malgré le succès et la vitrine que constituent la fondation de l’Institut Laue-Langevin (ILL) en 196717, la réussite technologique – mais l’échec commercial – du satellite Symphonie en 1967 également18, la création de l’Institut de recherche en astronomie millimétrique (Iram) en 1979, la coopération scientifique est restée insuffisante, ce que les deux gouvernements ont reconnu dans une déclaration commune en février 1981. La situation était similaire qu’il s’agisse de la physique nucléaire ou des sciences humaines et sociales19. Il y avait peu de chercheurs allemands et français qui travaillaient dans les institutions du pays partenaire et guère de publications communes. Jusque dans les années 1970, Américains, Britanniques et même Soviétiques étaient plus nombreux que les Allemands dans les laboratoires du CNRS20. Les raisons en étaient multiples : méfiance mutuelle persistante après la guerre, orientation prioritaire, dans les deux pays, vers les recherches menées aux États-Unis, barrière linguistique, méconnaissance du système de recherche du voisin, divergences politiques concernant la recherche nucléaire militaire etc… Ainsi la volonté politique n’a-t-elle pas suffi et la coopération s’est heurtée aux réticences initiales des institutions, comme l’illustre symboliquement le fait qu’il a fallu attendre 1981 pour que le CNRS et la MPG (Max-Planck-Gesellschaft) signent une convention d’échange !

Interactions entre bilatéralisme franco-allemand et multilatéralisme européen depuis les années quatre-vingt

13Il semble cependant que la thèse d’une dynamique franco-allemande en Europe ait été plus opérante au cours des trois dernières décennies. Depuis le milieu des années quatre-vingt, de nombreux projets ont été développés entre le CNRS et la MPG d’une part, le CNRS et la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft) d’autre part, pour les sciences humaines. Ainsi, en 1988, le CNRS pouvait-il affirmer que la coopération franco-allemande était la priorité de sa politique internationale21. Depuis lors, les deux gouvernements répètent inlassablement que la coopération franco-allemande est le « moteur et [le] modèle pour la construction d’une coopération scientifique européenne »22. La déclaration commune franco-allemande de janvier dernier précise : « La France et l’Allemagne conviennent de renforcer encore leur coopération dans les domaines de la recherche, de la technologie et de l’innovation afin de promouvoir l’espace européen de la recherche »23, et la publication 50 ans de coopération… met l’accent sur le fait que l’Allemagne est le premier partenaire scientifique et technologique de la France en Europe et le second dans le monde, après les États-Unis24.

  • 25 Saunier Georges, « La genèse du premier programme-cadre européen. Un regard français (1981-1984) », (...)

14Les liens entre bilatéralisme franco-allemand et multilatéralisme européen se densifient également. Après les projets intergouvernementaux des années soixante-dix, comme la Fondation Européenne de la Science, les premiers projets européens intégrés se développèrent à partir de 1983, avec la mise sur pied du premier Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD) par Bruxelles25. L’approfondissement de la coopération bilatérale franco-allemande et le développement des compétences et des entreprises scientifiques de l’UE vont en réalité de pair depuis bientôt trente ans. Le bilatéral peut s’européaniser, comme nous l’avons vu avec l’ILL, et l’européen est l’occasion de renforcer les coopérations franco-allemandes et d’en démontrer le dynamisme, ce dont témoignent, dans le domaine de la physique nucléaire et de la physique des particules, les grands accélérateurs d’ions lourds que sont le Ganil (Caen) et le SIS (Darmstadt).

15Nul doute que, depuis les années quatre-vingt-dix, Français et Allemands font figure de pionniers de la construction de l’espace scientifique et universitaire européen dont-ils sont les plus fermes partisans, pensant y trouver une réponse au processus de globalisation. C’est ce qu’illustre la nouvelle dynamique des relations scientifiques bilatérales qui, depuis la fondation de l’université franco-allemande en 2000 – avec ses cursus intégrés et ses collèges doctoraux franco-allemands – se concentre, en particulier, sur la formation des jeunes chercheurs. Elle contribue également, en 2007, à mettre en place des projets de recherche ANR-DFG.

Conclusion

  • 26 Entretien de Corine Defrance et Ulrich Pfeil avec les deux directeurs de l’ISL, Wolfgang Förster et (...)

16Pour conclure, arrêtons-nous brièvement sur les forums franco-allemands de la recherche, organisés régulièrement depuis 2002, et qui sont l’occasion de débattre des nouvelles orientations prises des deux côtés du Rhin. Les domaines de coopération scientifique définis en janvier 2013 par les ministères de la Recherche des deux pays sont la santé, les biotechnologies, le numérique, le spatial (avec Ariane 6, d’une part, et, de l’autre, la mise au point d’un satellite pour la recherche météorologique), la lutte contre le réchauffement climatique, les énergies renouvelables… Cette liste reflète l’état des convergences, mais aussi, en creux, des divergences politiques entre Paris et Berlin. Ainsi la recherche sur le nucléaire ne figure plus à l’agenda commun, en conséquence des prises de position différentes des deux gouvernements après la catastrophe de Fukushima. Les désaccords en matière de politique de défense européenne freinent aussi la coopération scientifique. Ainsi les deux directeurs de l’ISL n’ont guère été récompensés de leurs efforts pour « européaniser » leur institut en misant sur l’Agence de défense européenne, fondée en 200426. Comme la politique de défense européenne est plutôt dans l’impasse actuellement, l’heure n’est pas au développement de nouveaux projets de recherche dans ce domaine. Cet exemple illustre un paradoxe de la recherche européenne. La recherche est, pour la France, l’Allemagne et l’Union européenne une priorité encore renforcée par la crise, car elle est porteuse d’avenir. La France et l’Allemagne représentent à elles deux 50 % du budget de recherche de l’Europe et 10 % de celui de la recherche mondiale. Mais dans certains secteurs, la coopération patine en raison du manque de convergence entre Français et Allemands et, plus généralement, entre Européens.

Haut de page

Notes

1 50 ans de coopération franco-allemande en recherche, technologie et innovation, 1963-2013, Paris, Bonn, mars 2013, p. 26.

2 Defrance Corine, « Construction et déconstruction du mythe de la réconciliation franco-allemande au XXe siècle », in : Pfeil Ulrich (éd.), Mythes et tabous des relations franco-allemandes au XXe siècle, Peter Lang, Berne, 2012, pp. 69-85 ; id., « Die Meistererzählung von der deutsch-französischen ‘Versöhnung’ », Aus Politik und Zeitgeschichte 63 1-2/2013, pp. 16-22. http://www.bpb.de/152058/deutschland-und-frankreich

3 Schroeder-Gudehus Brigitte, Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale au cours des années 10, Presses de l’université de Montréal, Montréal, 1978.

4 Beaupré Nicolas, Histoire franco-allemande, vol 8, Le traumatisme de la Grande Guerre, 1918-1933, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2012, pp. 188-190.

5 Mick Christoph, « Forschen für die Siegermächte. Deutsche Naturwissenschaftler und Rüstungsingenieure nach dem Zweiten Weltkrieg », in : Papenfuss Dietrich, Schieder Wolfgang (éd.), Deutsche Umbrüche im 20. Jahrhundert, Böhlau, Cologne, 2000, pp. 429-446.

6 Defrance Corine, « La mission du CNRS en Allemagne. Entre exploitation et contrôle du potentiel scientifique allemand », La revue pour l’histoire du CNRS, n°5, 2001, pp. 54-65.

7 Defrance Corine, « Die internationalen Historikertreffen von Speyer. Erste Kontaktaufnahme zwischen deutschen und französischen Historikern nach dem Zweiten Weltkrieg », in : Pfeil Ulrich (éd.), Die Rückkehr der deutschen Geschichtswissenschaft in die ‘Ökumene der Historiker’. Ein wissenschaftsgeschichtlicher Ansatz, Oldenbourg, Munich, 2008, pp.213-237.

8 Heinemann Manfred, « La France et le CNRS dans la politique scientifique de la Max-Planck-Gesellschaft (1948-1981) », in : Defrance Corine, Pfeil Ulrich (éd.), La construction d’un espace scientifique commun ? La France, la RFA et l’Europe après le « choc du Spoutnik », Peter Lang, Bruxelles, 2012, pp.115-135.

9 Baumann Ansbert, Die Gründung des Institut Saint-Louis, in : Pfeil Ulrich (éd.), Kulturelle und wissenschaftliche Beziehungen zwischen Deutschland und Frankreich im 20. Jahrhundert, Oldenbourg, Munich, 2007, pp.237-256, ici p. 237.

10 Lappenküper Ulrich, « Sprachlose Freundschaft ? Zur Genese des Deutsch-französischen Kulturabkommens vom 23. Oktober 1954 », Lendemains, 21 (1996) 84, pp.67-82.

11 Herrmann Armin, Krige John, Mersits Ulrike, Pestre Dominique, History of CERN, vol. 1., North Holland, Amsterdam, 1987.

12 Pigliacelli Filippo, « Le rôle du tandem franco-allemand dans la coopération spatiale européenne 1957-1973 », (note 8), pp. 249-267.

13 Papon Pierre, « L’espace européen de la recherche (1960-1985) : entre science et politique », (note 8), pp. 37-54.

14 50 ans de coopération (note 1), p. 4.

15 Papon Pierre, L’Europe de la science et de la technologie, PUG, Grenoble, 2001, p. 71.

16 Defrance /Pfeil (note 8).

17 Bernard Jacrot, Des neutrons pour la science. Histoire de l’Institut Laue-Langevin, une coopération internationale particulièrement réussie, EDP Sciences, Paris, 2006, p. 47.

18 Cf. Carlier Claude, « Le programme franco-allemand de satellites et de télécommunications ‘Symphonie’. Réussite technologique, échec commercial et conséquences sur la politique spatiale européenne », (note 8), pp.235-250.

19 Bimbot René, « La coopération franco-allemande et européenne dans le domaine de la physique nucléaire » et Defrance Corine, « ‘En sciences sociales, la France est en situation d’autarcie’ : La recherche française et la coopération franco-allemande en sciences humaines et sociales », (note 8), pp.193-211 et 177-192 respectivement.

20 Guthleben Denis, « L’Allemagne, fer de lance de la politique européenne du CNRS ? », (note 8), pp.99-114.

21 Histoire documentaire du CNRS, tome 3, 1981-1994, doc. 163 (PV de la séance du conseil d’administration du CNRS du 29 septembre 1988), CNRS éditions, Paris, 2009, p.584.

22 Berberich Gabriele, 40 ans de coopération franco-allemande en recherche et en technologie : bilan et perspectives, Paris, Bonn, Berlin, 2005.

23 http://basedoc.diplomatie.gouv.fr/exl-doc/FranceDiplomatie/PDF/bafr2013-01-22.pdf

24 Voir note 1.

25 Saunier Georges, « La genèse du premier programme-cadre européen. Un regard français (1981-1984) », (note 8), pp. 81-95.

26 Entretien de Corine Defrance et Ulrich Pfeil avec les deux directeurs de l’ISL, Wolfgang Förster et Christian de Villemagne, 13 février 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corine Defrance et Ulrich Pfeil, « Le traité de l’Élysée et les relations scientifiques franco-allemandes », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 189-192.

Référence électronique

Corine Defrance et Ulrich Pfeil, « Le traité de l’Élysée et les relations scientifiques franco-allemandes », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/369 ; DOI : 10.4000/hrc.369

Haut de page

Auteurs

Corine Defrance

Directrice de recherche au CNRS (IRICE, Paris)

Ulrich Pfeil

Professeur de civilisation allemande à l’université de Lorraine à Metz

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org