Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Michel Blay, Les ordres du Chef – Culte de l’autorité et ambitions technocratiques : le CNRS sous Vichy

Bernard Valade
p. 193
Référence(s) :

Michel Blay, Les ordres du chef – Culte de l’autorité et ambitions technocratiques : le CNRS sous Vichy, Paris, Armand Colin / Comité pour l’Histoire du CNRS, 2012, 200 p.

ISBN 978-2-200-27728-4

Texte intégral

1Après avoir montré comment s’est opérée, dans la France de la Libération, la reconstruction de la recherche scientifique (Quand la recherche était une République, 2011), Michel Blay revient ici sur l’organisation nouvelle qui a été donnée au CNRS au lendemain de la défaite de 1940. Du désastre est né le dessein de dresser l’inventaire des ressources dont dispose le pays - en l’occurrence celles de organisme conçu par Jean Perrin et Jean Zay, et légué par le régime défunt - avec la volonté affirmée d’y mettre de l’ordre. La trame chronologique, opportunément rappelée, montre la relative rapidité avec laquelle la réorganisation a été menée. En juillet 1940, un rapport est demandé à Jean Mercier, doyen de la faculté des sciences de Bordeaux, temporairement en charge du CNRS dont les deux directeurs - Henri Laugier pour la recherche pure, Henri Longchambon pour la recherche appliquée - sont, le même mois, révoqués. Ce rapport (pp. 31-43) préconise la suppression de la direction bicéphale, mais celui qui l’a rédigé semble à M. Blay « aussi très attaché à une sorte de direction collégiale ». Le 8 août, Charles. Jacob, géologue, membre de l’Académie des sciences, est nommé administrateur du CNRS à titre provisoire ; il a pour mission d’établir un rapport sur la situation administrative du Centre et de faire des propositions sur son organisation. Remis en décembre à Georges Ripert, ce texte inspirera la loi du 10 mars 1941 relative au CNRS ainsi que le décret du 25 mars portant règlement pour son fonctionnement ; son auteur sera nommé, le 22 avril suivant, à la tête de l’organisme ainsi réorganisé où il restera jusqu’à la nomination de Frédéric Joliot-Curie, le 20 août 1944.

2Du rapport, à la fois historique et programmatique, de Charles Jacob (pp. 53-165), Michel Blay retient prioritairement, outre la fusion de la direction des sciences pures et de celle des sciences appliquées, la contraction des instances dirigeantes, la disparition des conseillers, attachés scientifiques et chargés de mission, la réduction des conseils à un seul Conseil d’administration aux membres nommés et rémunérés par des jetons de présence. Le caractère anti-démocratique du dispositif destiné à être mis en place est fortement souligné : dorénavant, l’organisation du CNRS reposera sur « un directeur détenant quasiment tous les pouvoirs (…) La dé-démocratisation a été menée jusqu’à son terme » (p.27). Ce système bien verrouillé, « à ambition technocratique », est rapporté - et c’est là l’originalité majeure du présent ouvrage - d’une part aux conceptions et à la personnalité de celui qui en a préparé l’institution, d’autre part à l’orientation autoritaire du régime de Vichy et d’abord de son chef.

3L’avènement de la « figure du chef » date, en France, du milieu des années trente. Elle a eu pour chantre, et bientôt pour modèle incarné, le vainqueur de Verdun. Discipline, solidarité, abnégation sont célébrées par Philippe Pétain qui en appelle au « resserrement des liens entre l’école et l’armée ». Dans le prolongement des recommandations du groupe X-Crise - constitué au seuil de la même décennie par Gérard Bardet, Jean Coutrot et une dizaine d’autres polytechniciens - la formation d’une élite d’éducateurs, d’administrateurs et de décideurs devient un objectif prioritaire. Pour l’atteindre, plusieurs écoles de cadres seront créées, celle notamment d’Uriage, où l’on apprendra la technique du commandement. Dans ces structures nouvelles, strictement ordonnées au principe hiérarchique, tout doit venir d’en haut : il revient au chef de donner des ordres que ses subordonnés n’ont qu’à exécuter. Il en sera ainsi au CNRS. Pour C. Jacob, un changement de méthode s’impose ; il faut en finir avec les interminables palabres des comités et commissions, rétablir l’indépendance de l’exécutif, commander sans brutalité mais fermement. Ses notes personnelles révèlent ce que M. Blay appelle des « rêves de chef », y compris celui, un moment caressé, de devenir ministre. Mais ses vues montrent aussi un expert, un technocrate, un de ces « directeurs » de la Managerial Revolution, conceptualisée par James Burnham en 1941 dans un livre traduit en français sous le titre L’Ère des organisateurs (1947).

4Les documents rassemblés dans Les ordres du Chef font autant voir les aspects controversés d’une gestion que ses ambiguïtés. En tant que « chef », Charles Jacob agit en politique ; il a effectivement rompu avec les pratiques démocratiques et répondu aux exigences de l’État français ; en novembre 1941, il a assuré Xavier Vallat qu’en ce qui concerne le personnel administratif du CNRS, « Il n’y a plus de juif chez nous, et aucune question ne se pose à ce sujet ». Comme « organisateur », il est habité par une réelle « vocation technocratique » ; c’est cependant un rôle où il n’aura pas, et pas davantage que dans le précédent, donné toute sa mesure. Quoi qu’il en soit, à la Libération, F. Joliot-Curie le remerciera - « de façon appuyée » note M. Blay - pour son action au service de la vie scientifique, en dépit des difficultés causées par la guerre. On relèvera enfin que, pendant sa direction, deux savants de renommée internationale ont siégé au Conseil d’administration du CNRS : Louis de Broglie, prix Nobel de physique en 1929, Mario Roques, le grand romaniste, l’un et l’autre, membres de l’Institut ; le premier sera élu à l’Académie française en octobre 1944, le second fera partie du Comité parisien de Libération. Diabolisation et manichéisme sont donc à répudier. Il n’empêche que la restauration de la démocratie au CNRS s’est imposée comme une « tâche essentielle » à l’issue de la guerre. Ainsi que l’observe Michel Blay, « Elle le reste toujours, appelant la vigilance de tous » (p.21).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Valade, « Michel Blay, Les ordres du Chef – Culte de l’autorité et ambitions technocratiques : le CNRS sous Vichy », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°2 | 2013, 193.

Référence électronique

Bernard Valade, « Michel Blay, Les ordres du Chef – Culte de l’autorité et ambitions technocratiques : le CNRS sous Vichy », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°2 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/383

Haut de page

Auteur

Bernard Valade

Historien des idées, Paris V-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org