Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La ville de Frascati, près de Rome, appartient à l’histoire des sciences. D’abord, comme en porte témoignage le titre du dossier de cette nouvelle livraison de la revue Histoire de la recherche contemporaine, puisque c’est bien dans cette ville qu’a été utilisé de façon systématique un synchrotron – un accélérateur à haute énergie – pour étudier le rayonnement émis par des électrons en mouvement. Cette approche a conduit à la construction d’un champ d’étude original, marqué parfois par de vives polémiques, qui a permis, grâce à de substantielles avancées théoriques et expérimentales, de développer un domaine d’application qui touche tout autant à la physique qu’à la biologie ou bien encore à l’archéologie.

2Cependant, Frascati, pour l’historien des sciences, ce n’est pas seulement la ville des premières études du rayonnement synchrotron, mais un lieu qui a joué un rôle direct dans la naissance de la science classique. En 1629, René Descartes, alors qu’il travaillait sur un petit « Traité de métaphysique », dont les pages deviendront, en 1641, les Meditationes de prima philosophia, en abandonne la rédaction. Il décide en effet de consacrer l’ensemble de ses réflexions à l’analyse d’un phénomène de parhélies ou faux soleils dont l’observation venait d’être faite à Frascati le 20 mars 1629 par le père jésuite Christoph Scheiner. Or, bien vite, ce n’est pas la seule étude des phénomènes des parhélies qui occupe l’esprit de Descartes, mais l’ensemble des phénomènes sublunaires, puis, dans les mois qui suivent, tous les phénomènes de la nature : « Je me suis résolu d’expliquer tous les phénomènes de la nature, c’est-à-dire toute la physique », précise-t-il dans une lettre au père Mersenne du 13 novembre 1629. Au cours des années 1630-1633, Descartes rédige son Monde ou Traité de la lumière qui constitue le premier système mécanique du monde unifiant les phénomènes terrestres et célestes ; un système qui inspirera, sur bien des points, les célèbres Principia d’Isaac Newton en 1687.

3Ainsi, de Frascati à Soleil en passant par Frascati et ses faux soleils, une brève histoire de la science moderne s’est comme dessinée devant nos yeux.

4Cette nouvelle édition de la revue est aussi marqué par un changement de rédacteur en chef ainsi que par la venue de nouveaux collègues au comité de rédaction. Je voudrais ici, au nom de tous ceux qui participent à la vie de la revue, remercier René Bimbot pour le beau travail qu’il a effectué au sein de la revue, mais aussi pour son enthousiasme et sa fidélité au Comité pour l’histoire du CNRS. Un grand merci donc, et bon courage à son successeur Denis Guthleben.

5Ce numéro, déjà bien riche, contient également deux articles, l’un de Pierre Rouillard consacré à la Maison archéologie & ethnologie René Ginouvès, l’autre aux vingt ans des cartes de Généthon par Odile Le Faou.

6Bonnes lectures à tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | -1, 4-5.

Référence électronique

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°1 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hrc.revues.org/404

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org