Navigation – Plan du site
Dossier : Rayonnement synchrotron - de Frascati à Soleil (1963-2013)

De Frascati à Soleil, histoire du rayonnement synchrotron (1963-2013)

Ce dossier est dédié à Roger Fourme, décédé récemment, à qui le développement du rayonnement synchrotron appliqué à la biologie doit beaucoup.
Alain Michalowicz, Henri Ostrowiecki, Isabelle Martelly et René Bimbot
p. 6-7

Texte intégral

1À l’instigation de mademoiselle Yvette Cauchois, directeur du Laboratoire de chimie-physique de la faculté des sciences de Paris, une équipe franco-italienne réalisait, le 6 mai 1963 à Frascati en Italie, le premier spectre de rayons X effectué en Europe en utilisant le rayonnement synchrotron. Cette expérience princeps a ainsi ouvert la voie aux développements des équipements que nous connaissons aujourd’hui jusqu’au synchrotron Soleil (Source optimale de lumière d’énergie intermédiaire de Lure, laboratoire pour l’utilisation du rayonnement électromagnétique).

2Pour célébrer ce cinquantième anniversaire et à l’initiative de la revue Histoire de la recherche contemporaine, publiée par le Comité pour l’histoire du CNRS, nous avons organisé un colloque réunissant les principaux protagonistes de cette aventure, sous l’intitulé « De Frascati à Soleil, cinquante ans de rayonnement synchrotron ». Cet événement s’est tenu le 4 juin 2012 dans les locaux du Laboratoire de chimie - physique, de l’université Pierre et Marie Curie, lieu même où cette aventure est née. À la suite de ce colloque, il nous a paru nécessaire de consacrer à ce thème un dossier de la revue qui réunit l’essentiel des contributions des protagonistes de cette histoire sous la forme de six articles, mettant en évidence les évolutions, tant sur le plan des machines que sur celui des travaux scientifiques réalisés au cours de ce demi-siècle, sans oublier les questions liées aux personnels.

  • 1 - Dans les années soixante, la nouveauté a été de démontrer que le rayonnement synchrotron, qualifié de « parasite » par les physiciens des particules, pouvait être utilisable et que ses immenses capacités allaient révolutionner la spectroscopie des rayons X et UV. Les deux premiers articles consacrés aux « Origines », décrivent la naissance de cette nouvelle technique et les performances du rayonnement produit par le synchrotron de Frascati qui fut la première machine permettant l’utilisation de ce rayonnement dans le domaine des rayons X.

    • i Dans l’ensemble du dossier sur le rayonnement synchrotron, les sigles et notions qui ne sont pas ex (...)

    2 - La montée en puissance de l’instrumentation, sur les bases de l’expérience princeps de Frascati : ACOi, DCI (1e génération) et Super ACO (2e génération), pour mener à l'ESRF et à Soleil (3e génération), sera exposée dans le troisième article, consacré aux dix premières années du Lure. Cet article sera précédé d’un bref historique sur l’évolution des machines productrices de rayonnement synchrotron.

  • 3 - Ces instruments de plus en plus performants ont nécessité une forte volonté de développement d’équipements lourds collectifs et l’intervention financière de structures institutionnelles et étatiques - CNRS, CEA, ministère(s) - et, dans la dernière période, la mise à disposition par ces institutions d’un personnel compétent au service d’une nouvelle entité de droit privé, Soleil. Cet aspect est évoqué dans le quatrième et le cinquième article, consacrés à « La conquête de Soleil » et à « La transition Lure – Soleil ».

  • 4 –Enfin, le sixième et dernier article comprend cinq chapitres où sont abordées les applications du rayonnement synchrotron dans différentes disciplines telles que la physique, la chimie, la biologie, l’archéologie et la science des matériaux et, en guise de conclusion, les perspectives offertes par ce rayonnement, telles que les envisage une jeune chercheuse utilisatrice du rayonnement synchrotron.

3Signalons enfin qu’un numéro spécial de Reflets de la physique, consacré au rayonnement synchrotron et à ses applications, a été édité en juin 2013 par la Société française de physique et l’Union des professeurs de physique et de chimie : n° 34-35, juin 2013, « La lumière synchrotron au service de la science et de la société ».

Haut de page

Note de fin

i Dans l’ensemble du dossier sur le rayonnement synchrotron, les sigles et notions qui ne sont pas explicités dans le texte-même le sont dans le glossaire que vous trouverez en pages 70 à 72

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Michalowicz, Henri Ostrowiecki, Isabelle Martelly et René Bimbot, « De Frascati à Soleil, histoire du rayonnement synchrotron (1963-2013) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | -1, 6-7.

Référence électronique

Alain Michalowicz, Henri Ostrowiecki, Isabelle Martelly et René Bimbot, « De Frascati à Soleil, histoire du rayonnement synchrotron (1963-2013) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°1 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hrc.revues.org/413 ; DOI : 10.4000/hrc.413

Haut de page

Auteurs

Alain Michalowicz

Professeur de physique à l’université Paris-Est Créteil, chercheur à l’Institut de chimie et des matériaux Paris-Est (UMR CNRS et UPEC)

Articles du même auteur

  • Chapitre IV - L'émergence de la spectroscopie d'absorption des rayons X en chimie au Lure.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | 2014
  • Dans ce texte ont été privilégiés les témoignages de ceux qui ont participé au colloque sur le rayonnement synchrotron organisé, en 2012, par la revue « Histoire de la recherche contemporaine ».bien que d’autres chercheurs aient aussi participé à cette aventure.
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | 2014
  • Glossaire [Texte intégral]
    Ce glossaire est largement inspiré de celui publié dans le numéro de la revue de la Société française de physique : « La lumière synchrotron au service de la science et de la société », Reflets de la physique n° 34-35, 2013. www.refletsdelaphysique.fr
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | 2014

Henri Ostrowiecki

Technicien et ingénieur CNAM au Laboratoire de chimie-physique

Articles du même auteur

Isabelle Martelly

Biologiste, professeur émérite de l’université Paris-Est Créteil et chercheur au Laboratoire croissance, réparation et régénération tissulaires (CRRET, ERT CNRS 7149)

Articles du même auteur

René Bimbot

Agrégé de physique et docteur ès sciences, directeur de recherche émérite à l’Institut de physique nucléaire d’Orsay et au CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org