Navigation – Plan du site
Dossier : Rayonnement synchrotron - de Frascati à Soleil (1963-2013)

Frascati : le rôle du Laboratoire de chimie physique dans les débuts de l’utilisation du rayonnement synchrotron.

Frascati and how the Laboratoire de chimie physique contributed to initiate the use of synchrotron radiation
Christiane Bonnelle et Pierre Dhez
p. 15-22

Résumés

Cet article relate comment, à l’aide de l’accélérateur de Frascati, le Laboratoire de chimie physique de Paris a vérifié puis exploité les potentialités nouvelles du rayonnement synchrotron pour la spectroscopie des domaines X mous et X-UV. Il résume aussi les contacts d’Yvette Cauchois, directrice de ce laboratoire, avec les physiciens américains qui venaient de tester cette nouvelle source de rayonnement aux USA, ainsi que les démarches faites auprès des physiciens des hautes énergies d’Orsay pour tenter d’obtenir une ligne de lumière dès la mise au point du premier anneau de collision électrons positrons.

Haut de page

Texte intégral

Les origines

1Au cours des années 1945-1955, l’étude des propriétés physicochimiques de la matière à l’aide de méthodes spectroscopiques a connu un large essor. Ces recherches nécessitaient, en parallèle, le développement de sources de lumière adaptées aux différents domaines spectraux. Dans le domaine des rayons X, existaient, depuis environ une décennie, des tubes à rayons X de laboratoires ou commerciaux performants, émettant des raies discrètes superposées à un rayonnement continu. Ils étaient adaptés au domaine des grandes énergies, c’est-à-dire à celui des rayons X « durs ». Leur rayonnement continu ou rayonnement de freinage, encore appelé Bremsstrahlung, était suffisamment intense pour permettre l’observation des transitions d’absorption du domaine X dans de bonnes conditions expérimentales. Ils Ces tubes avaient permis la mesure des émissions et des absorptions des éléments de numéro atomique supérieur à environ Z = 20, transitions à partir desquelles avaient été déduits les niveaux d’énergie des atomes [1]. Des tubes à rayons X spécialement adaptés pour être utilisables jusqu’à environ 0,5keV, c’est-à-dire dans le domaine des rayons X « mous », avaient été réalisés ultérieurement dans des laboratoires de recherche spécialisés, en particulier au Laboratoire de chimie physique de la Sorbonne [2]. Ils avaient permis d’observer les transitions d’émission et d’absorption de ce domaine spectral. Cependant, la diminution d’intensité du rayonnement de freinage aux faibles énergies rendait très difficiles certaines expériences.

2Le domaine compris entre 0,5 KeV et l’ultraviolet lointain est souvent désigné comme « domaine d’Holweck », du nom du physicien qui, dans sa thèse en 1922, [3] a établi la continuité entre le rayonnement X et le rayonnement ultraviolet. Dans ce domaine d’énergie, on ne disposait pas de source de rayonnement continu, mais seulement de raies discrètes émises par des décharges électriques, continues ou pulsées. Ce spectre discontinu limitait fortement les possibilités d’étude, en particulier pour la spectroscopie d’absorption. L’absence de sources continues limitait aussi les études par absorption dans le domaine ultraviolet.

3C’est dans ce contexte qu’a été suggérée la possibilité d’utiliser comme source de lumière le rayonnement émis par des électrons en mouvement dans des accélérateurs de haute énergie. La théorie du rayonnement émis par des électrons accélérés avait été développée par J. Schwinger dès 1949[4]. Utilisant un modèle classique, il avait calculé les distributions spectrale et spatiale du rayonnement associé à des électrons se déplaçant sur une trajectoire circulaire. Ce rayonnement, initialement appelé rayonnement d’orbite, s’étend de manière continue en énergie à partir d’un seuil, situé vers les courtes longueurs d’onde, jusqu’au domaine infrarouge. La position du seuil dépend de l’énergie d’accélération des électrons et du rayon de courbure des trajectoires. La distribution spectrale émise, très asymétrique, croît brusquement, présente un maximum pour une longueur d’onde proche du seuil, puis décroît ensuite plus lentement vers l’infrarouge.

4Afin de vérifier cette théorie, la distribution spectrale et angulaire du rayonnement d’orbite émis par le synchrotron de Cornell (USA), fonctionnant à son énergie maximale de 300 MeV, avait été déterminée expérimentalement par des mesures d’absorption par des couches minces de métaux légers. La présence de rayonnement continu avait été mise en évidence dans le domaine de l’ultraviolet extrême, au voisinage des absorptions K du béryllium (11,1 nm) et de l’aluminium (17,0 nm) [5]. La distribution angulaire du rayonnement et son étendue spectrale avaient aussi été trouvées en accord avec la théorie [6]. Ces observations de 1956 sont les premiers spectres d’absorption obtenus dans ce domaine d’énergie à partir du rayonnement d’orbite.

5Étant donné la forte intensité prévue théoriquement, l’emploi de ce rayonnement, de préférence aux tubes classiques, pouvait s’avérer également souhaitable dans le domaine X. Un synchrotron de 1 GeV et de 3,8 m de rayon était alors en construction à l’université de Cornell et L.G. Parratt avait comparé l’intensité émise prévue pour cette machine à celle d’un tube à rayons X. Il avait montré que, dans le cas étudié, si à 0,1 nm l’intensité du rayonnement d’orbite différait peu de celle émise par un tube classique, en revanche, à 1,0 nm le rayonnement d’orbite dominait très largement celui des tubes. Il avait donc suggéré que le rayonnement synchrotron de haute énergie pouvait présenter des avantages comme source de lumière dans un large domaine d’énergie [7], [8].

6En France, Yvette Cauchois, directeur du Laboratoire de chimie physique de la Sorbonne, était en relation étroite avec ses collègues américains, en particulier avec L.G. Parratt qui lui adressait régulièrement copie de ses publications. Elle avait pris connaissance des articles de D.H. Tomboulian en décembre 1959. En collaboration avec Yvonne Héno, qui travaillait dans son laboratoire, elle avait entrepris la rédaction d’un livre sur le « cheminement des particules chargées », dans lequel elle avait prévu qu’un chapitre soit dédié au rayonnement d’orbite. Connue pour ses éminents travaux en spectroscopie X, notamment pour la réalisation du premier spectrographe à cristal courbé par transmission qui porte son nom [9], Y. Cauchois travaillait, à cette époque, à l’installation d’un accélérateur vertical Van de Graff de 2 MeV à l’université d’Orsay, dans une annexe de son laboratoire parisien. Elle souhaitait alors développer des mesures de sections efficaces du rayonnement de freinage et disposer d’une source utilisable en radiochimie. Malgré ses multiples tâches, elle suivait avec beaucoup d’intérêt les premières tentatives de ses collègues aux USA et était très intéressée par cette nouvelle source qui pouvait permettre d’élargir le domaine de la spectroscopie X et X-UV en lui apportant un nouvel essor.

7Or, à ce moment, il n’existait pas en France de synchrotron comparable à celui que l’on construisait à Cornell. Une seule machine, un synchrotron à électrons d’énergie maximale égale à 1 GeV et de 3,6 mètres de rayon, existait alors en Europe, à Frascati, près de Rome. Y. Cauchois envisagea donc de se rapprocher de ses collègues italiens. Le 17 mars 1961, elle écrivait au Professeur M. Ageno, directeur de l’Istituto Superiore di Sanità de Rome et responsable du développement de la recherche expérimentale au voisinage du synchrotron de Frascati. Dès le 28 mars, elle recevait une réponse positive de ce dernier. Ce fut le début d’une collaboration entre Frascati et le Laboratoire de chimie physique. Elle devait durer plusieurs années et conduire aux premiers développements de l’utilisation du rayonnement d’orbite en Europe, dans un large domaine de fréquences, du domaine X au domaine X-UV.

Les débuts à Frascati

8L’une des questions qui se posait alors était de savoir si le modèle classique, développé par Schwinger, était valable pour des énergies supérieures à celles qui avaient été testées à Cornell, donc au-delà de 300 MeV. Il apparaissait intéressant de profiter des possibilités offertes par la machine de Frascati pour vérifier la validité du modèle dans un large domaine d’énergie de la machine et du rayonnement émis. Ce n’est en effet qu’en juin 1963 que Y. Cauchois obtint la traduction anglaise de l’article original du physicien norvégien H. Olsen, dans lequel il affirmait que le modèle classique devait être valable pour E ≤ 1 GeV.

9C’est en septembre 1961 qu’eut lieu le premier voyage à Frascati. Y. Cauchois avait confié à Pierre Jaeglé la responsabilité des expériences dans le domaine des spectrographes à réseau et à Christiane Bonnelle celles du domaine des spectrographes à cristal. Ils l’ont donc accompagnée dans ce premier déplacement au cours duquel ont été fixées les modalités de leur implantation et de celles de leurs appareillages auprès du synchrotron. Guido Missoni, un chercheur italien, avait été désigné pour coopérer avec eux.

10Du début 1962 au printemps 1963, le travail préliminaire nécessaire aux premières observations de spectroscopie a été réalisé à l’aide de films photographiques : images du faisceau, tests à l’aide de filtres de différentes épaisseurs et envoi de deux spectrographes à cristal courbé : l’un de type Cauchois fonctionnant sous air et utilisable dans le domaine X, l’autre de type Johann fonctionnant sous vide pour les « X mous ». Les images du faisceau ont permis de vérifier la forme de la tache et son évolution en fonction de l’énergie du synchrotron. Comme prévu théoriquement, la hauteur de la tache, donc la divergence verticale du faisceau, diminuait lorsqu’on augmentait l’énergie des électrons.

11Le premier spectre, effectué au printemps 1963 à l’aide du spectrographe Johann, montre l’absorption K de l’aluminium métal, située à environ 1,5 KeV [10] (cf. texte de H. Ostrowiecki). Avec le spectrographe Cauchois, une très nette variation d’intensité du rayonnement transmis à travers un écran de zinc a été observée à l’énergie de sa discontinuité d’absorption K, soit à 9,7 KeV. La discontinuité K du nickel à 8,3 KeV est aussi montrée sur la figure. Ces observations confirmaient la validité de la théorie de Schwinger aux grandes énergies ; il est donc étonnant que ces spectres n’aient pas été publiés dans des revues internationales. Ils ont seulement été présentés par G. Missoni à la Société de physique italienne en novembre 1963 [11].

Premiers développements dans le domaine « RX mous » à l’aide de cristaux

12Les possibilités offertes dans le domaine « RX mous » ont alors été explorées et comparées aux résultats obtenus à l’aide de sources de laboratoires.

13Pour une énergie du synchrotron de 1 GeV, un gain d’intensité de l’ordre de 104 par rapport au rayonnement de freinage a été mesuré au voisinage de l’absorption Al Kα à 1,56 KeV. Concernant l’observation d’émission par fluorescence dans le même domaine spectral, un gain d’intensité de l’ordre de 10 à 15 seulement a été obtenu pour l’émission Al Kaα. [12]. Ce rapport, nettement plus faible que le précédent, a été parfaitement expliqué par la très faible divergence du rayonnement d’orbite, donc par la géométrie de l’émission et du spectrographe utilisé [13]. Les seuils d’absorption LIII du cuivre [10], du nickel et du cobalt ont été analysés. Pour le cobalt (1 ≈ 1,6 nm) et au-delà, vers les grandes longueurs d’onde, le rayonnement λ/2, réfléchi en deuxième ordre par le cristal, se superpose au rayonnement de longueur d’onde λ et empêche l’observation correcte des absorptions. Lors de l’emploi de cristaux comme monochromateurs, il s’avérait donc indispensable de s’affranchir du rayonnement de longueur d’onde courte.

14Ce résultat a entraîné le développement de sélecteur de fréquences, basé sur le phénomène de réflexion totale sous incidence rasante, permettant d’atténuer très fortement le rayonnement de longueur d’onde inférieure à la longueur d’onde étudiée. La méthode utilise le fait que l’indice de réfraction des rayons X est égal à 1-δ, où le décrément δ est ≈ 10-4. En faisant réfléchir spéculairement le rayonnement sur un miroir, sous incidence contrôlée, il est alors possible de couper le rayonnement de courtes longueurs d’onde. Utilisant cette méthode originale proposée pour la première fois par Marc Montel [14] pour la longueur d’onde de 0,154 nm, Robert Barchewitz [15] a mis au point un sélecteur de fréquences X utilisable pour le rayonnement d’orbite dans le domaine « X mous » [16]. En préalable à la réalisation du sélecteur, R. Barchewitz a déterminé les valeurs du décrément et des angles d’attaque critique pour une série de miroirs en verre et de dépôts métalliques permettant d’obtenir un bon pouvoir de coupure à des longueurs d’onde choisies [15].

15Les spectres d’absorption de cristaux irradiés dans les conditions de Bragg avaient été obtenus au Laboratoire de chimie physique à l’aide d’un tube à rayons X [16]. Par analogie, mais en se plaçant dans les conditions de la réflexion spéculaire, R. Barchewitz a développé l’analyse, en fonction de l’angle d’attaque, de la distribution du rayonnement réfléchi par des miroirs au voisinage d’une discontinuité d’absorption. Il a ainsi obtenu le premier spectre d’absorption par réflexion spéculaire, celui de Si K dans SiO2 [17]. Cette technique avait l’avantage de s’affranchir de la réalisation d’écrans absorbants suffisamment minces. Ces expériences se sont ensuite poursuivies pour Na K dans NaCl en utilisant la première ligne de lumière installée auprès d’ACO [18].

Premiers développements dans le domaine de Holweck à l’aide de réseaux rasants

16En complément des spectrographes à cristaux mentionnés ci-dessus, afin d’étendre le domaine d’énergie vers l’extrême UV, P. Jaeglé a installé un spectrographe sous vide, à réseau concave sous incidence rasante qui fonctionnait en réflexion totale. À cette époque, les spectrographes et les moyens de détection pour l’UV extrême étaient très limités ; le livre de J. Samson passe en revue les moyens alors disponibles [20]. Seule l’absorption dans quelques gaz rares avait été précédemment étudiée avec le synchrotron de Cornell (USA). Par rapport aux domaines X et UV adjacents, les seuils observés présentaient des formes très différentes dont les théories atomiques ne rendaient pas compte.

  • 1 Le cercle de Rowland est le lieu où se concentrent les rayons réfléchis par le réseau.

17À Frascati, le programme scientifique de P. Jaeglé était d’étudier les formes et les positions en énergie des seuils d’absorption de métaux lourds (Au, Bi, Pb, Pt, Ta) entre 50 eV et 700 eV. Extrêmement compact et robuste, l’appareil conçu par P. Jaeglé a été installé à quelques mètres du synchrotron auquel il était raccordé, sous vide, par une vanne tiroir télécommandée. Des pellicules photographiques SC5, spécialement fabriquées par Kodak pour le domaine d’Holweck, étaient plaquées sur un support cylindrique courbe matérialisant le cercle de focalisation dit de Rowland1. Sur ce cercle théorique avaient été au préalable alignés, en laboratoire, le centre d’une fente optique de largeur ajustable et un réseau concave gravé sur verre, choisi pour limiter sa détérioration sous flux intense.

18Les premiers résultats obtenus à Frascati dans le domaine d’Holweck, ont confirmé la richesse de la physique atomique accessible [21]. Dès le début du programme expérimental, des théoriciens du Laboratoire de chimie physique ont été associés, ce qui a permis d’évaluer les valeurs relatives des différentes sections efficaces de photoionisation en couches intermédiaires (n = 3, 4, 5), les couplages, les effets relativistes et de proposer des potentiels centraux non hydrogénoïdes pour expliquer les variations observées. Les résultats sur le tantale et le platine, reproduits sur la figure 4 [22], montrent la variation des sections efficaces totales mesurées et l’écart existant à cette époque entre théorie et expérience.

19Le spectrographe robuste et simple, conçu pour Frascati, était le fruit de l’expérience acquise par P. Jaeglé sur l’appareil entièrement nouveau, à un ou deux réseaux successifs sous incidence rasante [23], qu’il venait de mettre en place à Orsay dans l’extension du Laboratoire de chimie physique de Paris. Cet appareil pouvait couvrir tout le domaine d’Holweck, en évitant complètement le recouvrement des ordres d’interférences qui perturbent habituellement les mesures. Il permettait d’employer des pellicules photographiques ou des détecteurs électroniques. Il apportait aussi une résolution spectrale inégalée, nécessaire pour étudier les très nombreuses raies inconnues et non attribuées émises par des atomes fortement ionisés. Les sources étudiées étaient des décharges électriques sous vide et, plus tard, des plasmas chauds et denses obtenus par focalisation sous vide d’impulsion de lasers de puissance. Les plus intéressés par ce programme resté jusqu’alors très peu étudié, étaient les astrophysiciens et les physiciens des plasmas travaillant à la fusion thermonucléaire.

20Le programme scientifique de P. Jaeglé à Frascati venait en complément de celui initialement choisi : observer, dans le domaine d’Holweck, les anomalies de raies d’émission d’atomes fortement ionisés pour déceler d’éventuelles inversions de populations entre des niveaux permettant d’obtenir des lasers en X-UV. Nécessaire à l’obtention d’un laser, ce phénomène était supposé impossible pour de courtes longueurs d’onde, alors que P. Jaeglé le supposait spontanément présent dans les plasmas chauds. Les premiers résultats positifs datent de 1971 [24] ; ce programme a ensuite été poursuivi [25] en particulier en développant une expérience sur le laser de l’École polytechnique.

21C’est pour préparer une thèse en spectroscopie des plasmas que P. Dhez est entré, en 1964, au CNRS comme « stagiaire de recherche ». Premier « thésard » de P. Jaeglé, il a été immédiatement conduit à participer aussi à son programme de Frascati. Ce travail utilisant le rayonnement synchrotron lui a laissé penser que ce type de sources permettrait d’étudier la réfraction et l’absorption des nouveaux éléments optiques restant à développer pour le laser X-UV envisagé. Sans espoir de disposer à court terme d’une source synchrotron en France, P. Dhez est parti pour une année post doctorale aux USA à Gaithersburg (Ma) afin d’utiliser la seule source synchrotron complètement dédiée à cette époque, le synchrotron Surf de 180 MeV du National Bureau of Standard (actuellement National Institute of Standards and Technology). À son retour, P. Jaeglé et lui-même, encore plus convaincus du potentiel de ce rayonnement, ont activement participé à la naissance du Lure où le Laboratoire de spectroscopie atomique et ionique d’Orsay, issu du Laboratoire de chimie physique de Paris, a installé la première ligne de lumière X-U [26].

Du synchrotron de Frascati à l’anneau de stockage ACO d’Orsay : la contribution d’Y. Cauchois

22Dès qu’Y. Cauchois avait eu connaissance de la construction d’un anneau de stockage à Orsay (ACO), elle s’était intéressée à cette réalisation et avait su convaincre les physiciens nucléaires, en particulier le professeur Blanc-Lapierre, de l’intérêt de la lumière synchrotron pour l’étude des interactions entre photons et matière dans un très large domaine de fréquences. Les calculs de l’émission d’ACO qui avaient été réalisés au Laboratoire de chimie physique avaient permis d’évaluer les possibilités de développer avantageusement les études commencées en collaboration avec l’équipe italienne.

23La première réunion regroupant physiciens nucléaires et chercheurs de chimie physique eut lieu le 2 novembre 1962 à l’accélérateur linéaire d’Orsay. Avant même que soient terminés les essais de l’anneau, les plans d’ACO avaient été communiqués à Y. Cauchois par J. Haïssinski dans le but de faciliter « l’étude d’une implantation du matériel expérimental de chimie physique » [lettre du 14 novembre 1966 de J.Haïssinski]. Cependant, deux difficultés ont justifié l’opposition à ce projet des expérimentateurs responsables de la mise en œuvre d’ACO. La première était due à la présence d’ultravide dans l’anneau, ce qui rendait très difficile un raccord direct avec des expériences en vide classique. La seconde est celle de la section droite réservée aux collisions entre électrons et positrons stockés que Y. Cauchois avait suggéré d’employer pour durcir le spectre émis par les aimants de courbure d’ACO en installant un « point chaud » dans la section. Basée sur le principe d’une augmentation de la courbure locale des trajectoires, comme les wigglers et les onduleurs la méthode proposée ne sera testée que de nombreuses années plus tard.

24D’autres contributions à ce dossier détaillent la demande ultérieure et concertée d’un petit groupe de chercheurs d’Orsay qui ont alors permis l’accès au rayonnement synchrotron d’ACO en 1973. Ce groupe était constitué de chercheurs du Laboratoire de physique atomique et ionique ; d’anciens membres du Laboratoire de chimie physique et utilisateurs de Frascati ; enfin de chercheurs issus du Laboratoire de physique moléculaire et du Laboratoire de physique du solide. Cette nouvelle demande avait, au préalable, obtenu le soutien du CNRS.

Haut de page

Bibliographie

[1] Y. Cauchois, « les niveaux d’énergie des atomes lourds », J. Phys. Rad. 13, 113,1952 ; « Les niveaux d’énergie des atomes de numéro atomique inférieur à 70 », J. Phys. Rad. 16, 253, 1955.

[2] Y. Cauchois, « Spectrographe universel pour les rayons X utilisable jusqu’à 20A », J. Phys. Rad. VI, 89, 1945.

[3] F. Holweck. « Recherches expérimentales sur les rayons X de grande longueur d’onde », Thèse, Paris 1922.

[4] J. Schwinger, « On the Classical Radiation of Accelerated Electrons », Phys. Rev. 75, 1912-1925, 1949.

[5] D.H.Tomboulian, P.L.Hartman, « Spectral and Angular Distribution of Ultraviolet Radiation from the 300-MeV Cornell Synchrotron », Phys. Rev. 102, 1423-1447, 1956.

[6] D.H.Tomboulian, D.E.Bedo, « Spectral Characteristics of the Radiation Emitted by Electrons Accelerated in a Synchrotron », J.Appl. Phys. 29, 804, 1958.

[7] L.G. Parratt, « Notes on the prospective use of the orbit-radiation of a high-energy synchrotron in X-ray physics in the 0.1 to 2OA region », Technical Report n° 12, Department of Physics, Cornell University, Ithaca, New York, 1958.

[8] [L.G. Parratt, « Use of synchrotron orbit-radiation in X-ray physics », Rev. Sci. Instr. 30, 297, 1959.

[9] Y. Cauchois, « Spectrographie des rayons X par transmission d’un faisceau non canalisé à travers un cristal courbé (1) », J. de Physique VII, 3, 320, 1932 ; « Spectrographie des rayons X par transmission d’un faisceau non canalisé à travers un cristal courbé (1I) », J. de Physique VII, 4, 61, 1933.

[10] Y. Cauchois, C. Bonnelle, G. Missoni, « Premiers spectres X du rayonnement d’orbite du synchrotron de Frascati », C. R. Acad. Sc. Paris, 257, 409, 1963.

[11] Y. Cauchois, C. Bonnelle, G. Missoni, « Prime misure eseguite con la radiazione emessa dagli elettroni accelerati nel Sincrotone di Frascati », 49° Congresso Nazionale di Fisica, 6-13 novembre 1963.

[12] Dans un montage classique, chaque point de l’échantillon est éclairé par toute la longueur de la tache focale tandis que, dans le cas du rayonnement d’orbite, chaque point de l’échantillon ne reçoit que les rayons compris dans un cône d’ouverture égale à la divergence du faisceau.

[13] Y. Cauchois, C. Bonnelle, G. Missoni, « Nouvelles observations de spectres X avec le rayonnement d’orbite du synchrotron de Frascati », C. R. Acad. Sc. Paris, 257, 1242, 1963.

[14] M. Montel, « Utilisation de la réflexion totale des rayons X pour la suppression du rayonnement de courte longueur d’onde dans un faisceau polychromatique », C.R. Acad. Sc. Paris, 242, 2335, 1956.

[15] R.Barchewitz, « Sélecteur de fréquences X pour le rayonnement synchrotron. Etude de la réflexion spéculaire entre 2 et 20A », Thèse de 3ème cycle, Paris, juin 1968.

[16] R. Barchewitz, M. Montel, C. Bonnelle, « Sélecteur de fréquences X continues réalisé pour le rayonnement d’orbite du synchrotron de Frascati », C. R. Acad. Sc. Paris, 264, 363, 1967.

[17] Y. Cauchois, C. Bonnelle, « Distribution spectrale observée dans une région d’absorption propre du quartz », C. R. Acad. Sc. Paris, 242, 1596, 1956.

[18] R. Barchewitz, C. Bonnelle, M. Cremonese, G. Onori, « Distribution spectrale du rayonnement X réfléchi par des miroirs dans une région d’absorption propre », C. R. Acad. Sc. Paris, 268, 151, 1969.

[19] R. Barchewitz, M. Cremonese-Visicato, G. Onori, « X-ray photoabsorption of solids by specular reflection », J.Phys.C 11, 4439, 1978.

[20] Techniques of Vacuum Ultraviolet Spectroscopy, James A.R. Samson, 1967.

[21] P. Jaeglé and G. Missoni, C.R Acad. Sc. 262B (1966) et Phys. Rev. Letters 18, 887, 1967.

[22] P. Jaeglé, F. Combet Farnoux, P. Dhez, M. Cremonese, G. Onori,. Phys. Letters 26A, 8, 364-365, 1968.

[23] Pierre Jaeglé, thèse 24 mai 1965 Fac. Sc. Université de Paris.

[24] P. Jaeglé, A. Carillon, P. Dhez, G. Jamelot, A. Sureau, M. Cukier. Phys. Let. vol. 36A N° 3 167-168, 1971. 

[25] Jaeglé Pierre, « Coherent Sources of XUV Radiation: Soft X-Ray Lasers and High-Order Harmonic Generation », Series: http://www.springer.com/series/624" \, vol. 106, 2006.

[26] P. Dhez, P. Jaeglé, F.J. Wuilleumier, E. Kallne, V. Schmidt, M. Berland, A. Carillon. Nucl. Instr. Methods 152, 85, 1978.

Haut de page

Notes

1 Le cercle de Rowland est le lieu où se concentrent les rayons réfléchis par le réseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Bonnelle et Pierre Dhez, « Frascati : le rôle du Laboratoire de chimie physique dans les débuts de l’utilisation du rayonnement synchrotron. », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | -1, 15-22.

Référence électronique

Christiane Bonnelle et Pierre Dhez, « Frascati : le rôle du Laboratoire de chimie physique dans les débuts de l’utilisation du rayonnement synchrotron. », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°1 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://hrc.revues.org/427 ; DOI : 10.4000/hrc.427

Haut de page

Auteurs

Christiane Bonnelle

CNRS UMR 7614, Laboratoire de chimie physique matière et rayonnement, UPMC-Université Paris VI

Pierre Dhez

Physicien au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org