Navigation – Plan du site
Dossier : Rayonnement synchrotron - de Frascati à Soleil (1963-2013)

La conquête de Soleil

The conquest of SOLEIL
Dominique Chandesris, Pierre Lebasque et Agnès Traverse
p. 37-44

Résumés

Soleil, source de lumière élaborée au Lure, laboratoire d’Orsay, entre 1989 et1999, voit son évolution stoppée par décision du ministre de la Recherche en août 1999. Il faudra un peu plus d’un an de mobilisation des communautés scientifiques nationales et internationales pour inverser la décision. La construction du laboratoire Soleil démarre en 2000 sur le plateau de Saclay et les premiers faisceaux sont extraits en 2006. L’article relate les étapes de cette gestation. Il décrit également les problèmes posés aux personnels par le statut de société civile adopté pour ce grand instrument.

Haut de page

Texte intégral

1Sous ce titre, sont réunis des éléments de l’histoire du laboratoire Soleil, Source optimisée de lumière d’énergie intermédiaire du Lure, qui abrite le dernier né des anneaux de lumière français. Le chapitre est organisé selon trois parties, représentant trois phases de cette « conquête ». Les deux premières, de 1989 à 2000, concernent, pour la première, l’élaboration du projet scientifique et technique au cours de cette dizaine d’années ; pour la seconde, le combat scientifique, politique et syndical mené entre 1999 et 2000 jusqu’à obtenir la réalisation de Soleil. Enfin, la troisième et dernière partie correspond à la phase de 2000 à 2005. Elle tente une description de la situation des personnels du Lure, Laboratoire pour l’utilisation du rayonnement électromagnétique, abritant le synchrotron d’Orsay pendant la période de transition entre sa fermeture et le démarrage de la nouvelle source de lumière. Cette dernière partie tire aussi un bilan de la situation des personnels de Soleil en 2012, telle qu’on peut la décrire après sept ans de fonctionnement de l’unité. Soleil, localisé sur la commune de Saint-Aubin, est aussi bien le nom du synchrotron que celui du laboratoire qui l’abrite, dont le statut est celui d’une société civile créée en 2001 par le CNRS et le CEA. Localisé sur le campus d’Orsay, le Lure, sous tutelle du CNRS (employeur majoritaire), du CEA et du ministère de la Recherche, a été le creuset de Soleil.

I – Un travail scientifique et technique

2L’élaboration scientifique et technique du projet se déroule sur dix ans, en plusieurs étapes, régulièrement ponctuées de rapports d’évaluation qui font suite à des examens par des comités scientifiques nationaux et (ou) internationaux.

3Ce projet débute en 1989 par une analyse des besoins en rayonnement synchrotron en liaison étroite avec les utilisateurs de ce rayonnement. Cette analyse est assortie d’une liste des capacités d’accueil et d’expériences disponibles auprès des autres sources en fonctionnement à cette date. Elle prend également en compte le démarrage prévu de la source européenne, European Synchrotron Radiation Facility (ESRF), dont la construction a débuté en 1988 à Grenoble. Depuis 1972, les besoins ont augmenté car, au fil des années, la communauté des utilisateurs a fortement crû et a considérablement élargi le champ de ses thématiques.

4Le comité désigné par le CNRS, le CEA et le ministère de la Recherche pour procéder à une première expertise conclut, en juillet 1991, au vu des données présentées dans le rapport d’évaluation des besoins, que : « La construction d’un nouvel anneau de stockage, d’énergie intermédiaire et d’un nouvel injecteur est indispensable…. »... et que : « Il devra être complémentaire de l’ESRF dans le domaine des rayons X “durs” et permettre à la France de conserver la place qu’elle occupe dans le domaine VUV-X “mous”… ». En novembre 1991, un document, dit avant-projet simplifié, propose le nom de Soleil pour le nouveau synchrotron, en définit certaines caractéristiques techniques telles que l’énergie, la circonférence, le nombre de lignes de lumière et procède à une évaluation sommaire de son coût.

5Entre 1992 et 1994, le travail de définition des besoins se précise par le biais d’une enquête auprès de plusieurs centaines de laboratoires, ce qui permet d’affiner les objectifs à réaliser en termes de brillance du faisceau de lumière et de lignes disponibles pour les expériences à y installer. Deux documents sont produits qui sont les deux volets d’un texte appelé projet Soleil : argumentation scientifique d’une part, étude technique d’autre part. Cette dernière a suivi la recommandation des tutelles d’élaborer un projet dont le coût ne doit pas excéder 700 MF (107 M€). En réponse, le comité d’experts nommé par le CNRS recommande « un projet plus ambitieux ».

6Le travail reprend donc avec des objectifs différents. En avril 1996, le CNRS et le CEA créent conjointement le groupe projet Soleil. Ce groupe est formé d’une cinquantaine d’agents du CEA et du CNRS (dont certains travaillent au projet à temps partiel), auxquels sont associées des équipes du Lure et du DAPNIA-CEA (Département d’astrophysique, de physique des particules, de physique nucléaire et d’instrumentation associée). En parallèle, un colloque des utilisateurs est organisé. Ses travaux constituent le socle de la prospective scientifique pour une argumentation remise au Ministère en novembre. En 1997, des ateliers sont organisés pour préciser les besoins en lignes de lumière. Le document d’avant-projet détaillé est finalisé en janvier 1999. Les nouvelles performances du synchrotron y sont présentées, optimisées par rapport à celles de l’avant-projet simplifié, avec un panorama des différentes lignes de lumière proposées. Y sont également définis la conception et la réalisation des accélérateurs, les bâtiments, les aspects administratifs, organisationnels et financiers. Le statut du laboratoire et des personnels y est discuté. Enfin, les différentes possibilités de localisation de l’installation, devenue irréalisable sur le campus d’Orsay du fait de la taille de l’anneau, sont abordées. Le comité d’experts étrangers reçoit très positivement ce rapport en avril 1999. Un extrait de ce rapport est présenté dans l’encadré 1, avec sa traduction en français.

Encadré 1. Extrait du rapport du comité d’experts étrangers sur le projet Soleil (avril 1999)

« The Scientific Case. The high brilliance of SOLEIL allows for novel experiments on highly sophisticated instruments making use of very high energy and temporal resolution…..The teams involved in this research will provide the necessary expertise for building innovative beam lines and instrumentation. …In the lower photon energy range, SOLEIL is as brilliant as the ESRF for hard X-rays and provides the French scientists with an outstanding research tool in the areas where the community is very strong, which will attract also scientists from abroad…..The suggested beamlines meet the actual needs of the French community and are very attractive….. »

« The Machine. The machine SOLEIL described in the report is a top quality storage ring incorporating the progress and developments achieved in the field till now. Its design is based on well-balanced priorities and well adapted to the user requirements. The physics and engineering basis leading to the adopted solutions are well documented in the Report. ».

« L’argumentaire scientifique. La forte brillance de Soleil permet de nouvelles expériences sur des installations sophistiquées utilisant la haute énergie et la résolution temporelle...Les équipes impliquées dans cette recherche apporteront l’expertise nécessaire pour construire des lignes de lumière et une instrumentation innovantes...Dans le domaine des photons de plus basse énergie, Soleil est aussi brillant que l’ESRF dans le domaine des X “durs” et fournit aux chercheurs français un outil exceptionnel de recherche dans les domaines où la communauté est très forte, ce qui attirera des chercheurs de l’étranger... »

« La machine. Le synchrotron Soleil décrit dans ce rapport est un anneau de stockage de très haute qualité incluant les développements et les progrès les plus récents. Ses caractéristiques sont le résultat de priorités équilibrées et bien adaptées aux demandes des utilisateurs. Les bases physiques et d’ingénierie mises en œuvre pour les solutions adoptées sont parfaitement décrites dans ce rapport ».

7De par sa taille, qui nécessite la construction de bâtiments aux normes très spécifiques, l’intervention de plusieurs corps de métier faisant appel à des petites et moyennes entreprises ; de par ses objectifs en termes de formation et d’accueil de chercheurs et d’étudiants aussi, ce grand équipement apparaît comme un élément d’une politique d’aménagement du territoire. De ce fait, dès le début des années quatre-vingt-dix, plusieurs régions de France s’étaient portées candidates pour l’accueillir. Leurs représentants avaient effectué tout un travail de promotion pour justifier l’implantation demandée, soit par une infrastructure existante, soit par la mise à disposition de personnels qualifiés, soit par l’existence d’universités ou de pôles de recherche déjà présents. La région Sud-Ouest avait annoncé sa collaboration possible avec l’Espagne. En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, on avait prévu une ouverture sur le Bassin méditerranéen. Pour la région Nord, c’étaient les contacts avec la Belgique, l’Angleterre, l’Allemagne qui étaient mis en avant. La région Centre, pour une implantation à Orléans, proposait une contribution financière solide. La région Basse-Normandie arguait de la possible synergie avec le Grand accélérateur national d’ions lourds (Ganil) et le tissu universitaire et industriel local. La région Île-de-France, pour sa part, était privilégiée par les agents qui travaillaient au projet Soleil car les compétences pour la construction, le démarrage et la mise en service de la machine et des lignes de lumière y étaient immédiatement disponibles. Enfin en 1996, la région de Bordeaux s’était portée candidate sur l’impulsion du maire de la ville.

8Malgré le travail de définition de la machine, long et approfondi, et les appréciations positives des comités d’experts, le 2 août 1999, Claude Allègre, alors ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, annonçait sa décision d’abandonner le projet français pour participer au projet anglais de source de lumière appelé Diamond, décision prise sans que l’analyse complète qui a conduit à ce choix ait été portée à la connaissance de la communauté scientifique dans son ensemble. Le rapport sur le quel se basait le ministre pour prendre sa décision restera secret et seuls quelques arguments seront présentés.

9Le 3 août, le directeur du Lure dénonçait le fond et la forme de la prise de décision. Informé de manière indirecte du contenu du rapport, il pointait l’inexactitude des arguments mis en avant par le Ministère pour décider l’abandon de Soleil et expliquait pourquoi la participation à Diamond n’était pas la bonne solution… après avoir noté qu’il lui semblait « très courageux » de prendre une telle décision un 2 août. L’abandon de Soleil sur le sol français, c’était le risque d’avoir peu de temps de faisceau disponible. Or, l’un des arguments en faveur de Soleil était justement d’en offrir plus. C’était aussi le risque de disséminer la communauté des utilisateurs qui venait faire ses mesures à Orsay, celui d’une perte de compétence des ingénieurs, techniciens, chercheurs français, alors qu’Orsay avait été l’un des berceaux de cette technique d’étude en pleine expansion.

II – Le combat politique et syndical

10Il va durer un peu plus d’un an, d’août 1999 à septembre 2000, et mobiliser non seulement les personnels du Lure mais aussi la communauté des utilisateurs du rayonnement synchrotron. Son objectif est de faire revenir le gouvernement sur la décision prise par Claude Allègre.

11Les actions prennent plusieurs formes. Au sein du laboratoire, des assemblées générales (AG) hebdomadaires sont convoquées par l’ » intersyndicale », une structure d’une quinzaine de personnes issues de toutes les catégories de personnel, qui s’est mise en place à partir des sections syndicales du laboratoire. L’objectif en AG est de discuter et de décider des entrevues à demander, des courriers à rédiger, des défilés à organiser ou de la participation à des manifestations comme celles des enseignants qui deviennent nombreuses au cours de l’année 2000. Des argumentaires sont élaborés pour expliquer la situation du laboratoire, l’avancement du projet, et sont assortis d’évaluations de coûts financiers. Des tee-shirts, des banderoles, des affiches sont également confectionnés. L’une des actions internes mises en place au Lure consiste à suspendre le faisceau délivré aux utilisateurs pendant plusieurs semaines, en septembre et octobre 1999, pour sensibiliser toute la communauté sur la question de l’avenir du rayonnement synchrotron en France.

12La communauté des utilisateurs, soit géographiquement proche dans les laboratoires du campus d’Orsay et les campus voisins, soit éloignée en province ou à l’étranger participe à des discussions sur le rejet du projet et ses conséquences et signe des pétitions pour soutenir l’action des « Lurons » (comme aiment à s’appeler les personnels du Lure). Les sociétés savantes, comme la Société française de physique, se mobilisent.

13Plusieurs sections du Comité national de la recherche scientifique débattent de la situation et votent des motions de soutien. Le Conseil scientifique du CNRS se prononce explicitement pour la réalisation de Soleil. Le Conseil d’administration de ce même organisme en fait autant, malgré l’hostilité des représentants du Ministère qui y siègent.

14Des rendez-vous sont pris auprès des partis politiques, des organes de pouvoir locaux comme le Conseil régional d’Île-de-France, le Conseil général de l’Essonne, auprès des fédérations syndicales, des tutelles du Lure. La presse est aussi contactée sous forme d’une « adresse » qui, signée par 2600 personnes, est publiée en novembre dans le journal Libération. Des relations suivies s’établissent avec divers journaux, quotidiens ou hebdomadaires, français comme étrangers.

15Dès septembre, les députés et sénateurs reçoivent un courrier. Un sénateur RPR, René Trégouët, demande en retour un dossier d’information complet. Par ailleurs, le député communiste, Christian Cuvilliez, sollicité par des collègues du Lure, intervient auprès du groupe communiste de l’Assemblée nationale dont le bureau saisit alors l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) en date du 17 novembre 1999. Cet Office charge Christian Cuvilliez et René Trégouët de former un groupe composé d’une dizaine de scientifiques représentant différentes composantes de la recherche pratiquée en France. Ils sont chargés de mener une grande enquête auprès des laboratoires français comme des instituts de recherche étrangers. Ils visitent les équipements et interrogent les agents, écoutent les avis divergents des pro- et des anti-synchrotron. Après trois mois de travail, trente-cinq auditions de personnalités scientifiques, cinq visites de laboratoires de rayonnement synchrotron en France et à l’étranger, ils rendent leurs conclusions en mars 2000, sous la forme d’un volumineux rapport remis à l’Assemblée nationale et au Sénat. La décision de construire une source de lumière en France y est clairement recommandée.

16À la fin de mars 2000, Claude Allègre est remplacé par Roger-Gérard Schwartzenberg à qui une entrevue est immédiatement demandée par l’intersyndicale du Lure. Le nouveau ministre reçoit une délégation et demande un délai de réflexion. Il prend, le 11 septembre 2000, la décision de construire Soleil sur le plateau de Saclay avec un statut de société civile.

17Le Lure compte environ 350 agents si l’on englobe les 60 « chercheurs associés » qui, bien qu’affectés dans d’autres laboratoires du CNRS et de l’université, y mènent l’essentiel de leur recherche parce que les faisceaux de lumière sont leur outil privilégié. Beaucoup de ces agents participent au combat. Les différentes tâches, rédaction de courriers, de motions, de tracts, distributions et envois se répartissent spontanément entre les plus actifs. Les assemblées générales réunissent entre 50 et 100 % du personnel suivant les phases du combat. Le Lure est un laboratoire d’accueil qui entretient des contacts étroits avec une large communauté comprenant plusieurs milliers de chercheurs répartis dans toute la France et à l’étranger. Ceci rend plus aisées la communication des informations et les demandes de soutien. Le projet Soleil est un projet collectif qui implique plusieurs catégories de personnel du laboratoire, toutes concernées par la fermeture annoncée du Lure et l’avenir du nouveau projet. Ces différents paramètres expliquent la mobilisation rapide des agents. De plus, l’existence de sections syndicales a permis la formation d’une « intersyndicale » relativement efficace dans les initiatives à prendre, l’organisation des assemblées générales et la répartition du travail de revendication.

18Dans un contexte plus général de mécontentement d’une part importante des enseignants qui a conduit, en 2000, à l’éviction de Claude Allègre du Ministère, la mobilisation a permis de déclencher les leviers qui ont ensuite pu renverser la décision ministérielle.

III – La transition Lure-Soleil et la situation actuelle du personnel de Soleil

19L’annonce de la construction de Soleil en Île-de-France est reçue avec beaucoup de joie par les Lurons et la communauté des utilisateurs qui éprouvent une certaine fierté liée à la qualité et la légitimité du travail accompli au cours des années précédentes. En revanche, la décision d’opter pour un statut de société civile plutôt que pour celui de très grand équipement (TGE) qui aurait pris la forme d’une unité mixte de recherche, dépendant du CEA, du CNRS et du ministère de la Recherche comme pour le Lure, pose de nombreuses interrogations et provoque des sentiments mitigés, voire de l’inquiétude et de la colère. Le statut de droit privé risque de couper le personnel de Soleil des autres laboratoires de recherche français et ce n’est pas pour un tel résultat que le personnel s’est battu !

20Une première question est posée : comment organiser le travail entre 2000 et 2003, période de transition où le Lure doit continuer à fonctionner alors que la construction de Soleil débute, sachant que ce sont, a priori, les mêmes personnels qui doivent accomplir les deux tâches ? Au printemps 2000, une enquête individuelle menée auprès de tout le personnel, indique que 75 % des agents du Lure, toutes catégories confondues, souhaitent travailler à Soleil. Le Lure doit faire fonctionner les anneaux de lumière et assurer l’accueil des utilisateurs du rayonnement jusqu’en 2003 puis fermer définitivement en 2005. Les tout premiers photons de la source Soleil sont émis en 2006. Une deuxième question se fait jour car la forme juridique de société civile induit, pour les personnels affectés à Soleil, un statut différent de celui du Lure. Enfin, on peut craindre que Soleil ne devienne une « usine à photons » qui verrait l’activité d’accueil des utilisateurs s’exercer au détriment de la recherche scientifique et technique propre, comme celle qui prévalait au Lure.

21Pendant plusieurs semaines, des assemblées générales sont organisées pour discuter du statut. Une division marquée des personnels s’affiche. Certains, attirés par les augmentations de salaire annoncées, sont favorables au statut de société civile. Les autres y restent opposés par principe et par crainte d’une coupure avec les grands organismes de recherche publique, le CNRS, le CEA et les universités.

22Des entrevues sont sollicitées auprès des tutelles et des structures qui avaient soutenu le projet. Au ministère de la Recherche, il n’est pas question de revenir sur la décision de constituer une société civile et on se limite à suggérer l’idée d’une unité mixte de recherche CNRS-université qui serait adossée à Soleil. Au Conseil régional, on écoute, mais la décision du ministre n’est pas remise en cause.

23Le CNRS est particulièrement concerné par cette situation puisque la grande majorité des personnels du Lure dépend de cet organisme. Il ne conteste pas le statut de société civile mais met en avant les problèmes qui vont se poser. Un groupe de travail est créé avec la mission d’évaluer les possibilités de fonder une unité mixte de recherche CNRS-Soleil. Après des mois de tergiversations, la décision est enfin adoptée de créer une « unité de recherche » du CNRS, l’unité de recherche 1 (UR1). Sa forme juridique très particulière permet de lui affecter du personnel CNRS mis collectivement à la disposition de la société civile et d’éviter des affectations à durée limitée, soumises à décision de renouvellement. En parallèle le CNRS obtient la possibilité d’attribuer à Soleil un régime de détachement très favorable, renouvelable sans limite. Pour les agents du CEA, la règle est de limiter le détachement vers des entreprises à cinq ans plus deux ans. Au-delà, ils devront soit réintégrer l’établissement, soit en démissionner.

24En décembre 2000, le directeur de Soleil est nommé. Lors d’une assemblée générale au Lure, l’intersyndicale et le personnel lui demandent d’assurer une transition collective pour les agents du laboratoire sur des postes correspondant à leurs compétences et de leur accorder des formations complémentaires si nécessaire. Celui-ci ne s’engage qu’à donner la priorité aux Lurons « à compétence égale », lors des recrutements à Soleil. Il refuse de s’engager sur cette notion de transition collective ; pour lui, chaque candidature est à examiner au cas par cas.

25Un Directoire est mis en place qui, composé des équipes de direction du Lure et de Soleil, se réunit périodiquement pour examiner les transferts de personnel entre les deux structures, en tenant compte des nécessités de fonctionnement des deux laboratoires. En fait, le nombre de Lurons demandant à rejoindre la nouvelle unité diminue. Des agents souhaitent finalement profiter de cette transition pour réorienter leurs activités ou partir en province et solliciter une affectation dans un autre laboratoire. Les demandes de mutation augmentent. Le Département sciences physiques et mathématiques du CNRS, aidé de l’équipe de direction du Lure, recherche des solutions de mutation pour chaque agent, dans des laboratoires d’Île-de-France ou dans d’autres régions, envisageant même un changement de département scientifique, ce qui est habituellement difficile. Ce sera l’une des plus importantes opérations de reclassement menées au sein du CNRS avec près de cent cinquante personnes à réaffecter en peu de temps. Finalement, si l’on prend pour base les effectifs de janvier 2001, le pourcentage de transfert de personnels du Lure vers Soleil se situe autour de 30 % ce qui est bien plus faible que le souhait initial exprimé par les personnels (75 % en 2000).

26Les collaborateurs affectés à l’UR1 ont le statut d’agents du CNRS et, de ce fait, peuvent effectuer une mobilité vers un autre laboratoire de l’organisme. Les agents détachés du CNRS à Soleil bénéficient de salaires augmentés (plus ou moins selon les catégories), d’un régime de détachement favorable au regard des règles en vigueur dans la fonction publique et peuvent, en principe, réintégrer une unité de l’établissement. Les agents du CEA disposent de salaires proches de ceux des personnels recrutés par la société civile, mais leur détachement est limité en temps, et chaque renouvellement de détachement est difficile, ce qui peut conduire à une impasse.

27Les salariés recrutés sur contrat à durée indéterminée par la société civile Soleil (66 % du personnel en 2012) n’ont aucune possibilité de mutation vers les organismes de recherche publics. Seuls les recrutements externes leur sont ouverts. Leurs candidatures sur des postes au CNRS ou à l’université, justifiées par les compétences spécifiques qu’ils ont acquises auprès de l’installation, sont soumises à des conditions dissuasives. Le recrutement s’accompagne de notables diminutions de salaire et, lors de la reconstitution de carrière qui détermine la position dans les grades, la durée d’activité sur un contrat de Soleil (contrat privé par nature) n’est le plus souvent que partiellement prise en compte. On note le faible nombre d’enseignants-chercheurs à Soleil, ce qui rend les relations fragiles avec les masters et les écoles doctorales.

IV – Conclusions

28Les performances de l’installation, que ce soit au niveau des accélérateurs, de l’anneau, des lignes de lumière et des stations expérimentales, sont parfaitement conformes à celles prévues par les initiateurs du projet. Elles les dépassent même sous plusieurs aspects. Tous ces facteurs font que Soleil, inséré dans le réseau des synchrotrons européens, bénéficie également d’une reconnaissance internationale. Ceci confère sa légitimité au combat qui a été mené.

29L’offre en termes de stations expérimentales répond parfaitement à la demande de la communauté scientifique quant à la qualité et la variété des mesures possibles. L’attractivité auprès des utilisateurs est d’ailleurs si forte que beaucoup de demandes ne peuvent être satisfaites. Le laboratoire est donc en perpétuelle évolution notamment pour augmenter le nombre de lignes de lumière afin d’offrir plus de temps de mesures. Soleil est un laboratoire en devenir.

30Même s’ils ont été moins nombreux que prévu à intégrer la nouvelle structure, les Lurons ont fortement contribué à la qualité et aux performances de Soleil, tout particulièrement celles des lignes de lumière, des accélérateurs et des insertions, des services techniques, des axes de recherche enfin.

31En termes de statut, Soleil est la première et l’unique société civile en charge d’un très grand équipement national. Comme nous l’avons exposé plus haut, une conséquence pour les personnels est que quatre statuts différents cohabitent : les agents CNRS de l’UR1, les détachés du CNRS et ceux du CEA à Soleil, enfin les agents recrutés directement par la société civile. Ceci implique des salaires différents à fonction égale, mais aussi des évolutions de carrière disparates. Pour les personnels de statut privé recrutés à Soleil, la difficulté d’effectuer une mobilité vers la recherche publique constitue un problème majeur.

32Il serait intéressant de réaliser un bilan approfondi de ce choix de statut après sept ans de fonctionnement et d’analyser aussi d’autres aspects. Au niveau économique, cette solution a-t-elle été réellement moins onéreuse ? En termes de souplesse vis-à-vis des embauches de personnels ou des marchés à passer, la société civile a-t-elle été réellement plus efficace ? Cette discussion dépasse les compétences des auteurs de l’article. À l’heure actuelle, au plan statutaire, Soleil est un véritable « ovni » isolé dans le contexte des organismes publics de recherche et des universités. L’histoire de ce grand équipement est tout à fait originale et, pour conclure, nous citons un passage de l’ouvrage Le Projet Soleil, Chronique et analyse d’un combat, publié en 2007 chez L’Harmattan : « Mais la plupart [des Lurons] n’acceptaient pas de se satisfaire d’un rapport secret et de chiffres faux. Ce refus a été le catalyseur. Se sont enchaîn ées tout une série d’actions qui ont abouti finalement à la saisine de l’OPECST. Le soutien des collectivités locales, des syndicats, de certains partis politiques a joué un rôle déterminant. Le travail mené en profondeur par l’Office, dans le respect des arguments des différents acteurs, a été essentiel dans la prise de décision finale. C’est un formidable exemple de démarches démocratiques. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Chandesris, Pierre Lebasque et Agnès Traverse, « La conquête de Soleil », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | -1, 37-44.

Référence électronique

Dominique Chandesris, Pierre Lebasque et Agnès Traverse, « La conquête de Soleil », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°1 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hrc.revues.org/479 ; DOI : 10.4000/hrc.479

Haut de page

Auteurs

Dominique Chandesris

Directrice de recherche au Laboratoire de physique des solides

Pierre Lebasque

Ingénieur de recherche au synchrotron Soleil

Agnès Traverse

Directrice de recherche au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org