Navigation – Plan du site

Éditorial

Michel Blay
p. 4-5

Texte intégral

1Le dossier de ce nouveau numéro de la revue est consacré à la création et au développement de l’Insu (Institut national des sciences de l’Univers). Cependant avant l’Insu il y a eu l’Inag (Institut national d’astronomie et de géophysique) créé par Jean-François Denisse en 1967. Ce numéro souhaite porter témoignage de cette longue, instructive et complexe histoire.

2Pourquoi créer un Institut ? Avant d’en venir à l’Inag et à l’Insu nous aimerions rappeler quelques mots de Fontenelle, le célèbre secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences dans la première moitié du xviiie siècle. Ce dernier souligne en 1702, au moment de la création définitive de l’Académie royale des sciences, la nécessité qu’il y a de créer « des compagnies protégées par le prince » car il « faut un trop grand nombre d’expériences, il en faut de trop d’espèces différentes, il faut trop répéter les mêmes, il les faut varier de trop de manière, il faut les suivre trop longtemps avec un même esprit ». En un mot pour que la recherche puisse s’épanouir un cadre institutionnel est nécessaire. Un cadre qui permet à chacun à la fois de travailler avec les autres dans une démarche collective et d’avoir, pour lui-même, du temps pour mener à bien les études spéculatives qui s’imposent.

3Pour Fontenelle il importait de soutenir la création de l’Académie royale des sciences, au début des années 1960 du xxe siècle ce sont un peu les mêmes idées qui gouvernent la pensée de Jean-François Denisse lorsqu’il propose de créer l’institut qui deviendra en 1967 l’Inag.

4La coordination des efforts est nécessaire dans toutes les politiques visant à promouvoir les grands équipements. Il faut à la fois un suivi institutionnel et la persévérance d’une communauté de chercheurs. Les efforts dispersés, s’ils ne sont pas voués à l’échec, conduisent à voir la réalisation des projets s’éterniser parfois sur des décennies. Deux exemples dans ce numéro ; celui du grand aimant d’Aimé Cotton et celui directement liée à la création de l’Inag, le radiotélescope de Nançay.

5Une politique de coordination s’impose donc. Elle s’impose à la fois au regard de la résolution des questions financières et institutionnelles, mais aussi au regard du développement des connaissances. L’Inag c’est aussi le rapprochement de l’astronomie et de la géophysique.

6La création de cet institut fut d’abord conçue comme une structure légère ayant vocation à piloter la réalisation des grands projets s’inscrivant dans le cadre du développement scientifique associé à l’état des connaissances. Ce n’est pas le fruit d’une décision autoritaire, abstraite, mais d’une décision prise eu égard au travail scientifique concret, nous dirions au travail scientifique de terrain et pour le terrain. Il convient de rapprocher des communautés, de favoriser des transferts conceptuels et des échanges disciplinaires à l’intérieur d’une démarche à la fois consciente de l’état des connaissances tout en se situant dans une visée prospective bien maitrisée. Jean-François Stéphan écrit dans son introduction : « Parvenir à créer, tambour battant, une structure sur mesure et capable de répondre immédiatement aux attentes qui sont placées en elles, est un exploit qui mérite assurément d’être souligné ».

7C’est bien cet exploit que nous nous proposons de souligner dans ce dossier. Quatre grandes étapes sont mises en valeur : la naissance de l’Inag et la construction du grand télescope d’Hawaï, la transformation de l’Inag en Insu en 1985 avec un élargissement des thèmes de recherches, comme par exemple celui du climat, puis deux articles consacrés à la politique de l’Insu et du DSU (Département des sciences de l’univers) au tournant des années 2000.

8Pièce maîtresse de ce numéro de la revue le dossier Récits d'univers n’en constitue cependant qu’une partie. Deux articles attirent également l’attention sur la politique des grands équipements, l’un centré sur la construction de Ganil à Orsay à partir d’un entretien avec Marc Lefort, l’autre rappelant les vicissitudes de la construction du grand électro-aimant d’Aimé Cotton. À cela il faut encore ajouter une présentation des travaux menés depuis cinquante ans à l’Institut d’électronique fondamentale d’Orsay. Un numéro très riche au cœur de la science en acte.

9Je rappelle également que les résumés et les sommaires des numéros sont maintenant en ligne.

10Je vous souhaite une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 4-5.

Référence électronique

Michel Blay, « Éditorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/661

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org