Navigation – Plan du site
Dossier : Récits d'Univers

Introduction

Jean-François Stéphan
p. 6-10

Texte intégral

  • 1 Décret n° 85-218 du 13 février 1985 créant l’Institut national des sciences de l’Univers, Journal o (...)

1Si l’Histoire n’était qu’une simple chronique, retracer celle de l’Institut national des sciences de l’Univers serait une tâche des plus aisées. La date de sa création est connue : le 13 février 1985. Quant à sa mission originelle, et pour tout dire très originale dans le contexte international des sciences de l’Univers, elle est mentionnée explicitement dès les premières lignes de son décret fondateur : « élaborer, développer et coordonner les recherches d’ampleur nationale et internationale en astronomie, sciences de la Terre, de l’océan, de l’atmosphère et de l’espace, menées au sein des établissements publics relevant du ministère de l’Éducation nationale, et au sein du CNRS »1. Fort de cet objectif audacieux, l’Insu a gardé le cap depuis plus de vingt-sept ans, en suscitant, en accompagnant et en menant à leur terme, en France comme à l’étranger, certains des projets les plus ambitieux des champs scientifiques concernés.

Inag, Insu : une aventure humaine

  • 2 Le décret n° 85-218 porte la signature du Premier ministre Laurent Fabius, du ministre de la Recher (...)

2L’histoire de l’Insu est cependant tout sauf une longue litanie de dates, d’événements et de chiffres-clés, ou une liste sans fin de programmes divers et variés, clos ou prolongés au rythme du morne défilé de plans tri-, quadri- ou quinquennaux. Grande aventure humaine avant tout, elle n’a jamais été un long fleuve tranquille : les archives de l’Institut national l’attestent, autant que les témoins et les acteurs de son parcours ! Surtout, sa trajectoire ne correspond pas à celle d’un astre immuable : elle ne se laisse pas enfermer dans une chronologique rigide, mais évolue au gré des initiatives individuelles ou collectives des communautés scientifiques que regroupe l’Insu. Somme toute, la date de création de l’Institut national, gravée dans le marbre d’un décret signé par quatre ministres2, n’est elle-même qu’un leurre. En effet, l’Insu n’est pas une création ex nihilo du 13 février 1985, mais un héritier qui récolte, assume et fait fructifier un héritage constitué depuis le milieu des années 1960, et sans doute bien avant encore.

  • 3 Décret n° 67-800 du 11 septembre 1967 portant création au CNRS de l’Institut national d’astronomie (...)
  • 4 « Jean-François Denisse, une politique pour l’astronomie », entretien réalisé par Gérard Darmon, 2 (...)

3Avant l’Insu, il y a eu en effet l’Inag, l’Institut national d’astronomie et de géophysique. Le récit s’emboîte alors telle une poupée gigogne, car si la naissance de l’Inag a également été scellée par un décret, daté du 11 septembre 1967 et confiant à la nouvelle structure la mission « de développer et de coordonner les recherches en astronomie et en géophysique menées par les organismes de recherche français »3, elle n’est elle aussi qu’une étape dans l’histoire de l’Institut national, venant couronner une longue genèse. Jean-François Denisse, père fondateur et premier directeur de l’Inag, s’en est ouvert dans un long témoignage confié aux historiens vingt ans après la création de ce premier Institut national, en 1987 : « Je pensais qu’une certaine cohérence – mais pas une centralisation – était nécessaire au niveau des décisions à prendre », indiquait-il alors4. « L’Inag a été créé essentiellement pour assurer cette cohérence. Pour moi, un institut national était d’abord nécessaire pour mettre en place de très gros instruments ou de grosses opérations qui réclament d’importants moyens ». Sans doute quelques précisions sur cette genèse d’une dizaine d’années permettront-elles de saisir les enjeux qui animaient alors les communautés des sciences de l’Univers, leurs besoins et les solutions qu’elles ont été amenées à adopter.

4Il est d’ailleurs anachronique de parler de « sciences de l’Univers » lorsque débute la réflexion. Celle-ci ne concerne en effet que le périmètre, plus réduit, de l’astronomie, voire le groupe, encore plus réduit puisqu’il ne compte alors qu’une dizaine de membres, des radioastronomes français. En 1952, peu avant l’achèvement du Plan Monnet de modernisation et d’équipement de la France, une enveloppe de 25 millions de francs – soit, en valeur constante, un demi-million d’euros actuels – leur est confiée pour la construction d’un radiotélescope à Nançay, dans le Cher. Le projet bénéficie d’un patronage de poids, celui d’Yves Rocard, directeur du laboratoire de physique de l’École normale supérieure, qui lui apporte toute la force de son appui ; et qui confie à l’un de ses élèves, Jean-François Denisse, la tâche de le mener à son terme. Financé par l’État, attendu par la communauté, soutenu par ses barons, le projet aurait dû être une promenade de santé. En réalité, il devient vite un infernal casse-tête : les embarras administratifs succèdent aux difficultés techniques, les institutions impliquées s’embrouillent, se réconcilient et s’embrouillent à nouveau, les retards s’accumulent… Au final, le grand radiotélescope sera inauguré par le général de Gaulle… en 1965 !

  • 5 Idem.

5Fort de cette expérience, Jean-François Denisse songe à la création d’une structure capable de conduire de tels projets en s’appuyant sur des études exploratoires : « d’abord instruire les problèmes posés par leur réalisation, c’est-à-dire par une étude préliminaire, évaluer les apports et les inconvénients scientifiques, évaluer la faisabilité technique, les risques, les moyens financiers et techniques à mettre en œuvre ; cette étude préalable est essentielle pour faire approuver les projets par la communauté scientifique. Ensuite il faut assurer leur réalisation, le plus souvent dans ou avec le concours de l’industrie, c’est-à-dire disposer d’un bureau d’études capable de suivre et de contrôler le développement industriel. Éventuellement enfin, assurer la gestion de l’instrument ou de l’opération si elle présente des difficultés (site d’accès difficile, coopération internationale, etc.) »5.

De l’astronomie à la géophysique

  • 6 Voir Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, (...)
  • 7 Centre national de la recherche scientifique, Rapport national de conjoncture, 1963-1964, Volume 1, (...)

6La nouvelle structure à laquelle songe Jean-François Denisse en cette fin des années 1950 est exclusivement consacrée à l’astronomie. Il faut dire que, de ce côté-là, les projets d’envergure ne manquent pas. Et les crédits considérables que le nouveau pouvoir gaullien attribue à la recherche scientifique donne à la communauté les moyens de ses ambitions : le budget alloué au seul CNRS fait plus que doubler en quatre ans, de 1958 à 1962, puis continue d’enregistrer une progression soutenue – et inédite dans toute l’histoire de l’organisme – jusqu’à la fin de la décennie6. En 1963, les astronomes sont ainsi en mesure d’inscrire, dans le rapport de conjoncture de l’établissement, une demande de crédits d’équipement de 140 millions de francs – quelque 180 millions de nos euros en valeur constante –, en partie consacrée à la construction d’un grand télescope de 3,50 mètres7.

7Mais une autre communauté est, en parallèle, en train d’accomplir une véritable révolution : celle qui relève de la géophysique au sens large, et qui se répartit encore en quatre groupes distincts, géophysique interne, marine, de la basse et de la haute atmosphère. Qu’en est-il, en quelques mots, de ce côté-là ? La décennie 1950 s’est achevée en fanfare avec l’Année géophysique internationale (AGI), qui a notamment marqué, pour les géophysiciens externes, le développement d’une conquête spatiale immédiatement inscrite au rang des priorités par la toute jeune Cinquième République – le comité des recherches spatiales, qui associe les géophysiciens externes à ses projets, est réuni dès 1959, tandis que le Centre national d’études spatiales (Cnes) est institué en décembre 1961.

8Dans le même temps, les géophysiciens internes ne sont pas en reste : leur communauté est mise en ébullition par le rapport du géologue américain Harry Hess et la publication des premiers travaux de Xavier Le Pichon. Or Jean Coulomb, ancien directeur de l’Institut de physique du globe de Paris, directeur du CNRS jusqu’en 1962, puis président du Cnes – et à ce titre toujours membre du directoire du CNRS – soutien le modèle de « la tectonique des plaques » ; surtout, il estime que la structure que Jean-François Denisse est en train de concevoir serait un cadre idéal pour la conception et le pilotage des grands programmes de recherche qui s’annoncent, et qui rassembleront nécessairement la géologie, la sismologie, la géochimie, la géophysique marine…

  • 8 Procès-verbal du conseil d’administration du CNRS, 5 juillet 1965, p. 13, archives du CNRS 940035-1 (...)

9Conçue par Jean-François Denisse, discutée par les « douze sages » du Comité consultatif à la recherche scientifique et technique réunis par le général de Gaulle dès son retour au pouvoir, puis par les membres du Comité interministériel à la recherche scientifique et technique présidé par le Premier ministre, présentée officiellement pour la première fois au conseil d’administration du CNRS par le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale, Pierre Laurent, le 5 juillet 19658, longuement discutée au sein de l’établissement où l’on craint dans un premier temps que la mise en place d’un institut relativement autonome préfigure le démembrement à terme du CNRS – l’histoire n’est parfois qu’un éternel recommencement ! –, la création de l’Inag est tout d’abord annoncée le 3 mars 1966 à Dijon par le ministre d’État chargé des questions de recherche scientifique Alain Peyrefitte, puis devient effective l’année suivante.

  • 9 En vertu de son décret fondateur, l’Inag exerce ses attributions à l’égard des laboratoires d’astro (...)

10L’Inag apparaît alors, conformément aux vœux de Jean-François Denisse, comme une structure légère comprenant, sous la responsabilité de son directeur, de son adjoint et de deux secrétaires scientifiques, un secrétariat administratif, un bureau d’études, un bureau de gestion des contrats et un bureau chargé des expéditions scientifiques. L’Institut doit exécuter, pour le compte des établissements qui lui sont rattachés9, certaines opérations que les laboratoires de l’Université et du CNRS ne sont pas en mesure de mener à bien. Pour définir et exécuter sa politique de coordination, la direction de l’Inag est assistée d’un conseil de direction de vingt membres. Par ailleurs, la section représentative du comité national du CNRS joue vis-à-vis de l’Institut le rôle de conseil scientifique. Surtout, pour exécuter les grandes opérations inscrites au Plan, l’Inag est doté d’une division technique chargée, en liaison avec les futurs utilisateurs, de concevoir les instruments, de mettre au point les prototypes, de les faire exécuter et parfois de gérer leur exploitation : la « DT » se place au cœur même des missions originelles de la nouvelle structure.

La Science, les institutions et les hommes

11La genèse de l’Institut national remplirait à elle seule plusieurs volumes, tant la matière est abondante, les enjeux cruciaux, les réflexions et les actions primordiales – et, parfois aussi, les anecdotes savoureuses. Mais il faut bien, ici, songer à résumer, en notant que trois éléments déterminants ressortent de cette période, puis continueront d’éclairer le chemin suivi par l’Inag puis par l’Insu jusqu’à nos jours. Le premier, bien sûr, a trait à la Science, ou aux sciences, astronomie, géophysique, puis plus largement « sciences de l’Univers » : l’Institut national a été conçu pour relever les défis qu’elles posent, rapprocher les communautés autour de projets fédérateurs, les accompagner dans une démarche prospective dont la profondeur a toujours été l’une des principales forces des champs scientifiques concernés.

12Après la science, les institutions : elles ont, dès l’origine, joué un rôle de premier plan dans l’histoire de l’Insu. Encore faut-il parvenir à en démêler l’écheveau ! Le Conseil des Observatoires, les Conseils consultatif et interministériel à la recherche scientifique et technique, la Délégation générale à la recherche scientifique et technique, les ministères (de l’Éducation nationale, de la Recherche, des Finances également, qui a toujours son mot à dire), l’Institut de Physique du Globe de Paris, le Comité des recherches spatiales, le Cnes, de même que l’ENS, les universités partenaires dès les années 1960… sans compter tous les nouveaux acteurs qui apparaîtront au fil des années : l’histoire de l’Institut national, structure elle-même singulière – voire insolite, comme l’avançaient certains des contemporains de sa création –, est aussi une histoire institutionnelle. Une fois n’est pas coutume, il faut noter le remarquable à-propos qui marque le rendez-vous des histoires scientifique et institutionnelle dans les années 1960 : parvenir à créer, tambour battant, une structure sur mesure et capable de répondre immédiatement aux attentes qui sont placées en elle, est un exploit qui mérite assurément d’être souligné.

  • 10 D’après le témoignage du directeur général du CNRS (1962-1969) Pierre Jacquinot, recueilli en 1987 (...)

13Mais l’exploit n’a pu être accompli que grâce aux hommes qui ont apporté à sa réalisation toutes leurs compétences, leurs connaissances, leur entregent, voire leur astuce : Yves Rocard, Jean-François Denisse, les patrons successifs du CNRS Jean Coulomb, Pierre Jacquinot et Hubert Curien, tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche qui ont pris part à l’aventure, de même que les personnalités politiques qui leur ont apporté leur soutien parfois sans limite – jusqu’au plus haut niveau de l’État, avec le général de Gaulle annonçant lors d’une visite au CNRS, pour couper court aux inquiétudes sur le coût croissant des recherches entreprises : « Il faut laisser les chercheurs faire leurs gammes, même si cela coûte cher »10… Écrire l’histoire de l’Insu sans mobiliser les témoignages de ses acteurs, d’hier à aujourd’hui, ferait perdre au récit beaucoup de sa chair et de son âme, tant il est vrai que l’humain prime dans son long itinéraire.

Diriger l’Insu, d’hier à aujourd’hui

14Les textes réunis dans ce dossier offrent un regard tout à fait exceptionnel sur cette odyssée humaine, porté par celles et ceux qui en ont eu la responsabilité dans le passé. Fruits d’une journée d’études organisée au siège du CNRS le 25 juin 2012, ils abordent quatre grandes étapes du parcours de l’Insu.

15L’astronome Roger Cayrel, premier directeur-adjoint de l’Inag aux côtés de Jean-François Denisse, revient sur la genèse et la création de l’Institut. Il présente notamment le premier projet phare de la nouvelle structure, qu’il a dû mener à bien dans les années 1970 : la construction du télescope Canada-France-Hawaii et la mise en place de la Société du TCFH dont il a assumé la direction jusqu’en 1980. Très grand équipement de classe mondiale, la construction de ce télescope de 3,60 mètres de diamètre optique – l’instrument a en effet gagné 10 cm entre son inscription au rapport de conjoncture du CNRS en 1963 et son installation au sommet du Mona Kea à Hawaii – établit d’emblée une autre tradition chère à l’Institut, celle de la coopération internationale.

16Directeur de l’Inag et du département Terre-Océan-Atmosphère-Espace (TOAE) du CNRS à partir de 1978, Michel Petit a présidé pendant sept ans aux destinées de l’Institut national, jusqu’à la réforme de 1985 qui a vu la naissance de l’Insu. Sous sa direction, outre les nombreux projets et programmes scientifiques qui ont vu le jour, avec par exemple l’entrée de la problématique du climat dans le périmètre de l’Institut, une autre tradition promise à une belle postérité s’est mise en place : la prospective, cette démarche féconde pendant laquelle, indique Michel Petit, « les chercheurs de base se réunissent et définissent les programmes qui leur paraissent les plus prometteurs » au cours de colloques organisés tous les quatre ou cinq ans dans chaque domaine.

17À la tête de l’Insu et du département des sciences de l’Univers (SDU) du CNRS de 1993 à 1996, Michel Aubry livre un aperçu du « foisonnement » des activités de l’Institut et du département au milieu des années 1990, une période riche du point de vue scientifique, mais délicate en raison des contraintes budgétaires qui ont pesé sur la communauté, et du nouveau contexte de travail imposé à l’Insu. À partir de 1993, en effet, tous les services sont regroupés sur un site unique, celui du nouveau siège du CNRS rue Michel-Ange à Paris. Cette opération a demandé, selon Michel Aubry, « beaucoup d’énergie, de méthode et de diplomatie aux services de la direction de l’Insu-SDU », qui géraient alors plus de 150 structures de recherche et d’observatoires des sciences de l’Univers.

18Le contexte dans lequel a œuvré Sylvie Joussaume, première « directrice » scientifique des sciences de l’Univers, n’était guère plus évident, dans la mesure où son mandat (2003-2006) a coïncidé avec de grandes tentatives de réforme du CNRS, et avec la volonté d’intégrer de manière plus visible la problématique environnementale dans le giron de l’Insu. Au-delà des difficultés qu’elle a rencontrées, Sylvie Joussaume expose les formidables atouts dont l’Insu dispose pour relever les défis qui se présentent à lui, ainsi que les enseignements qu’elle a tirés de sa fonction, autour de trois termes clés : coordination, infrastructures et interdisciplinarité.

19En somme, quatre responsables, quatre décennies, quatre moments forts – mais, après tout, quel moment ne l’a pas été ? – de l’histoire de l’Insu, et quatre regards à la fois différents et concourants sur l’évolution de l’Institut depuis sa création. Afin de conserver leur originalité, ainsi que le ton que chacun des intervenants a souhaité donner à son témoignage, nous avons choisi de rester au plus près de leurs propos en conservant le style direct des interventions et des discussions qui les ont prolongées. Au fil des pages de ce dossier, les lecteurs découvriront ainsi que la transcription fidèle des échanges tenus le 25 juin 2012, outre qu’elle témoigne de la grande liberté des débats et des réflexions qui animent notre Institut, est aussi la garantie de retrouver ce qui a toujours fait battre le cœur de l’Insu : les femmes et les hommes qui lui ont apporté tout leur savoir-faire depuis plus d’un demi-siècle…

Haut de page

Notes

1 Décret n° 85-218 du 13 février 1985 créant l’Institut national des sciences de l’Univers, Journal officiel du 17 février 1985.

2 Le décret n° 85-218 porte la signature du Premier ministre Laurent Fabius, du ministre de la Recherche et de la Technologie Hubert Curien, du ministre de l’Économie, des Finances et du Budget Pierre Bérégovoy et du ministre de l’Éducation nationale Jean-Pierre Chevènement.

3 Décret n° 67-800 du 11 septembre 1967 portant création au CNRS de l’Institut national d’astronomie et de géophysique, Journal officiel du 23 septembre 1967.

4 « Jean-François Denisse, une politique pour l’astronomie », entretien réalisé par Gérard Darmon, 2 juillet 1987, Cahiers pour l’histoire du CNRS, Paris, CNRS Éditions, n° 2, 1989.

5 Idem.

6 Voir Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Paris, Armand Colin, 2009, p. 206-209.

7 Centre national de la recherche scientifique, Rapport national de conjoncture, 1963-1964, Volume 1, « Mathématiques, astronomie et sciences de la Terre ».

8 Procès-verbal du conseil d’administration du CNRS, 5 juillet 1965, p. 13, archives du CNRS 940035-13.

9 En vertu de son décret fondateur, l’Inag exerce ses attributions à l’égard des laboratoires d’astronomie et de géophysique du CNRS, de l’Institut de physique du Globe et de l’Observatoire de Paris, de l’Observatoire de Nice, de tous les observatoires et instituts des facultés des sciences et de « tous les autres centres de recherche astronomique ou géophysique placés sous l’autorité ou la tutelle du ministre de l’Éducation nationale. »

10 D’après le témoignage du directeur général du CNRS (1962-1969) Pierre Jacquinot, recueilli en 1987 au laboratoire Aimé Cotton dans le cadre de la préparation du 50e anniversaire du CNRS par Jean-François Picard et Pierre-Éric Mounier-Kuhn, voir http://www.vjf.cnrs.fr/histcnrs/archives-orales/jacquinot.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Stéphan, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine, Tome II - N°1 | 2013, 6-10.

Référence électronique

Jean-François Stéphan, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome II - N°1 | 2013, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://hrc.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/hrc.706

Haut de page

Auteur

Jean-François Stéphan

Directeur de l’Institut national des sciences de l’Univers (Insu)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • Revues.org